Conversation autour de l’auto-traduction et l’écriture

Conférence dans le carde du cycle Penser la traduction par Anne Weber

Date : 9 novembre 2016

Lieu : Université de Haute-Alsace

Conversation autour de l’auto-traduction et l’écriture

Compte-rendu proposé par Anna Chapelle, M1 TST

Ce rapport porte sur la conférence d’Anne Weber qui s’intitule Conversation autour de l’auto-traduction et l’écriture. Elle a eu lieu le 9 novembre 2016 dans la salle Gandjavi de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’université de Haute-Alsace à Mulhouse. Cette discussion était menée par Sonia Goldblum, maître de conférences dans cette même université.

Anne Weber est une écrivaine et traductrice allemande. Elle a déménagé en France en 1983 et a étudié la littérature française et comparée à la Sorbonne. Elle écrit son premier roman, Ida invente la poudre, en 1998. Sa bibliographie compte désormais dix ouvrages. Certains ont été écrits en français et d’autres en allemand : elle écrit toujours deux versions de ses livres de fil en aiguille. Elle a également traduit des œuvres vers l’allemand ou le français d’auteurs tels que Pierre Michon, Marguerite Duras, George Perros, Wilhelm Genazino ou Peter Handke. Elle a reçu en 2016 le prix de traduction Johann-Heinrich-Voß ainsi que le prix Eugen Helmlé de la traduction.

Lors de la conférence, Anne Weber a répondu aux questions de Sonia Goldblum puis à celles de l’assistance. Les questions posées peuvent être classées en deux catégories, celles concernant son activité de traductrice (ses débuts, sa méthode, l’auto-traduction) et celles concernant son activité d’écrivaine (la dichotomie entre ses deux langues).

Anne Weber a fait sa première traduction littéraire lorsqu’elle travaillait aux éditions Fayard. Il lui a été proposé de traduire un roman de l’allemand vers le français. Elle a accepté ce travail après hésitation car elle s’en croyait incapable. Ce fut un exercice difficile mais avec beaucoup d’aide de la part de son responsable, elle y est arrivée. Puis de fil en aiguille, d’autres éditeurs lui ont confié d’autres travaux de traduction. Elle a donc commencé par traduire vers le français qui n’est pas sa langue maternelle. Elle conseille de commencer par la version car c’est un exercice plus naturel et évident. Elle fait toujours appel à des relecteurs dans les deux langues car elle ne pratique pas l’allemand quotidiennement depuis plusieurs années et elle sent qu’elle s’est éloignée de la langue allemande à cause de la pénibilité de l’exercice.

La question de la maîtrise de la langue source de la traduction a été soulevée. Selon Anne Weber, il est bien sûr plus évident de traduire un texte en connaissant bien la langue source car la traduction correspond pour elle à une relecture très sévère. Néanmoins, elle connait des traducteurs qui ne savent pas très bien s’exprimer dans la langue source et cela ne les empêche pas d’être de bons traducteurs. Mais cela dépend aussi du genre de littérature traduit. Elle a ajouté un peu plus tard qu’elle ne fait cependant pas totalement confiance aux autres traducteurs lorsqu’il s’agit de traduire ses propres romans.

Anne Weber s’est auto-traduite pour la première fois après la publication de son premier roman, en français. Ses parents et amis allemands ne pouvaient pas le lire car ils ne comprennent pas la langue, elle l’a donc traduit pour eux. Elle a, par la suite, écrit des romans en allemand comme le dernier en date, Vaterland, qu’elle a dû traduire vers le français sur demande de son éditeur, même si elle n’apprécie pas toujours de traduire ses propres romans. S’auto-traduire lui permet de prendre plus de libertés quant à la traduction, mais cela la force aussi à relire son œuvre une fois de plus et de pointer ses faiblesses. Cela lui permet également de revenir sur la version originale de son roman avant qu’il ne soit publié et pousse à la perfection. Cependant, elle a tendance à produire une deuxième version plus courte à cause de la pénibilité de l’exercice.

Pour ce qui est des textes d’autres auteurs qu’elle traduit, elle peut maintenant se permettre de choisir les textes en fonction de ses goûts mais cela n’a pas toujours été le cas. À ses débuts, elle traduisait tout ce qui lui était proposé, des bibliographies, des romans, des témoignages, etc.

Sa méthode de traduction est la suivante : elle commence par lire le livre en entier contrairement à d’autres. Elle pense que « pour pouvoir traduire la première phrase, il faut avoir lu la dernière ». Elle entend par là qu’elle a besoin d’avoir lu le livre entièrement afin d’avoir une idée du rythme et de la tonalité du livre. Puis, elle procède phrase par phrase. Elle fait une première traduction assez avancée. Lorsqu’elle a une interrogation ou un problème, elle les laisse de côté puis revient dessus après le premier jet. Cette technique peut être pénible car elle impose de finir avec tous les problèmes à résoudre.

Anne Weber distingue nettement ses deux activités, elle traduit des œuvres littéraires entre deux manuscrits. Elle qualifie la traduction de reposante par rapport à l’écriture car on ne se retrouve pas devant une page blanche lorsqu’on traduit. Cependant, la traduction a aussi son lot de désagréments, surtout après avoir été imprégnée d’un style d’écriture d’un écrivain, tous les TIC d’écritures deviennent énervant et elle ressent parfois l’envie « d’étrangler l’auteur », même lorsqu’elle s’auto-traduit. Lors de l’écriture de ses propres romans, l’écrivaine ne choisit pas directement la langue. Elle écrit dans celle qui lui vient en premier. Pour son premier roman, les mots qui lui venaient étaient français. Pour son dernier roman, elle écrivait sur son arrière-grand-père et son passé, l’allemand lui est donc venu naturellement. Pour elle, le fait d’écrire dans une langue étrangère permet de prendre une certaine distance par rapport au roman, c’est comme se regarder de l’extérieur. Elle regarde parfois sa langue maternelle avec plus de distance, presque comme une langue étrangère.

La question des conditions de rémunération et la visibilité des traducteurs en France et en Allemagne a été abordée. En France, une page standard compte 1500 signes et est rémunérée 23€, en Allemagne, une page compte 1800 signes et est rémunérée 20€. Les traducteurs n’ont pas une grande visibilité même si ces dernières années, ils sont de plus en plus cités.

Les questions qui ont été posées par le public portaient majoritairement sur les techniques de traduction, à savoir, comment s’identifier à l’auteur à traduire, que faire des notes de traduction, quel degré de liberté peut-elle s’autoriser lors d’une traduction et les difficultés de l’autotraduction.

À mon avis, cette conférence était instructive, surtout mise en parallèle avec la première conférence du cycle, celle de Dominique Defert, traducteur littéraire également. Il est important de découvrir qu’au sein d’un même domaine de traduction, il existe plusieurs approches très différentes. Cela prouve que chacun peut trouver sa place dans un même domaine. Le rapport aux langues d’Anne Weber est également intrigant. En effet, Anne Weber semble dire qu’une langue étrangère peut finalement devenir plus familière que sa propre langue maternelle. Cela montre que par la pratique, on peut arriver à presque modifier son mode de pensée.