Indicible – inscriptible : notes sur la traduction et le silence

Conférence dans le carde du cycle Penser la traduction par Arno Renken

Date : 22 mars 2017

Lieu : Université de Haute-Alsace

Indicible – inscriptible : notes sur la traduction et le silence

Compte-rendu proposé par Émilie Guignard, M1 TST

Arno Renken est intervenu le 22 mars 2017 à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Mulhouse dans le cadre du cycle de conférences « Penser la traduction ». Un temps d’échange avec l’auditoire a suivi son intervention intitulée « Indicible – inscriptible : notes sur la traduction et le silence ». Madame Bauer a rappelé en introduction qu’Arno Renken travaille à l’Université de Berne et a entre autres publié le livre Babel heureuse. Arno Renken a exposé la problématique de sa thèse de doctorat ainsi que sa méthodologie et les difficultés associées. Pour démontrer sa théorie selon laquelle la lecture d’une traduction en tant que telle est un plaisir à part entière, Arno Renken s’appuie sur le roman de F. Dürrenmatt La promesse (1958).

Tout d’abord, Arno Renken pose la question : que signifie lire une traduction en tant que traduction ? Trois difficultés méthodologiques apparaissent lorsqu’il s’agit de décrire ce qui se passe à la lecture d’une traduction. La première est d’ordre conceptuel : tant le chercheur que le lecteur héritent des concepts par lesquels ils abordent les textes. Ces concepts sont issus de cultures de la traduction mais aussi d’une déconsidération de la traduction. En premier lieu, A. Renken évoque l’histoire littéraire qui n’inclut pas les traductions dans sa chronologie (auquel cas le résultat contiendrait des anachronismes). La notion d’auteur est, elle aussi, problématique. Si l’on considère la définition qui veut que l’auteur soit celui qui a écrit un texte, le traducteur est-il l’auteur de la traduction qu’il écrit, du texte traduit ? L’auteur du texte source ne comprend peut‑être même pas le texte traduit dont il sera dit qu’il est l’auteur. Ce phénomène est d’autant plus flagrant que la traduction intervient après le décès de l’auteur. A. Renken le formule ainsi : dans une traduction, qui dit « je » ? Qui est « je », si Shakespeare écrit « I » ? Une troisième question conceptuelle est soulevée : en quoi réside la littérature ? À la différence d’une œuvre d’art tel un tableau, le contenu d’un texte continue d’exister quand un livre qui le présentait est perdu. Pour le philosophe N. Goodman, l’œuvre réside dans son texte, c’est une suite de signes. On ne considère cependant pas la traduction d’une œuvre comme une œuvre différente de la source, bien que la suite des signes change. Comment déterminer le moment où l’œuvre devient une autre œuvre ?

Pour aborder la traduction, Arno Renken se trouve obligé d’utiliser un langage conceptuel que la traduction interroge. Il décide de travailler sur ce paradoxe, cette « inquiétude ». Il constate tout d’abord qu’il n’est pas possible de simplement renoncer à ces notions. Arno Renken souhaite les questionner, les « subvertir » de l’intérieur. Pour ce faire, il s’est aidé, entre autres, de la lecture d’Hanna Arendt : toujours revenir sur sa pensée, sa position. A. Renken suggère que la traduction est le lieu de la littérature où les fondamentaux se repensent.

La deuxième difficulté méthodologique à laquelle Arno Renken se heurte est celle de la détermination du lieu à partir duquel il pense la langue. A. Renken cherche à définir sa propre position de pensée, sa langue de compréhension.

Arno Renken ne veut par ailleurs pas d’un discours normatif, s’imposant ainsi une contrainte méthodologique, troisième difficulté. Il ne porte pas de jugement sur les traductions, il prend ce que le traducteur lui « offre ». Il considère que c’est à lui‑même de comprendre et de faire quelque chose avec la surprise suscitée par la traduction. A. Renken constate cependant que les lecteurs sont éduqués à avoir des attentes vis‑à‑vis d’une traduction : en littérature, la surprise est appréciée alors qu’elle dérange si elle émane d’une traduction. Il remarque aussi que les outils de traduction sont performants quand il s’agit d’exclure la traduction. Ils visent à une identité avec le texte source. Cependant, plus un texte reste proche de la source, moins il s’agit d’une traduction. Arno Renken évoque George Steiner pour qui la traduction parfaite est une symétrie absolue. En ce cas, la lecture d’une traduction n’aurait aucune différence avec la lecture de la source, l’identité étant parfaite.

Face à ces difficultés, Arno Renken suggère notamment, à la place d’une histoire de la littérature, de faire une histoire de l’exclusion de la traduction. Il constate aussi que la notion‑même de traduction est floue : il peut s’agir du texte‑même ou de la relation que ce texte entretient avec un autre texte que l’on découvre en lisant. Mais il est difficile de parler d’une relation, on peut citer un texte mais pas une relation. S’il y a un plaisir de la lecture d’une traduction, c’est le plaisir de cette relation.

Pour Arno Renken, la traduction a un lien étroit avec le silence, Sprachlosigkeit en allemand, absence de parole. La traduction a moins à voir avec la langue qu’avec l’absence de langue. Selon lui, la traduction est l’art de se taire et il décide de porter son attention sur ces silences. Il voit aussi là une dimension poétique et politique car en soumettant toujours la traduction à son obligation de dire la même chose, sans rien taire, on limite toute impossibilité de parole. Pour A. Renken, l’intraduisible n’est pas un défaut de traduction mais la façon dont la traduction parvient à taire quelque chose.

Pour illustrer son propos, Arno Renken prend le cas du roman en allemand de F. Dürrenmatt : Das Versprechen, paru en 1958 et traduit en français par Armel Guerne. Cette traduction a paru en 1959 sous le titre La promesse. Arno Renken a choisi ce roman pour se « piéger [lui]‑même » : ce roman est une traduction fictive, il n’y a pas de texte source. En tant que bilingue, il a tendance à comparer les textes dans ses deux langues, or il cherche à montrer que le plaisir de la traduction n’est pas comparatif.

Ce roman présente une double mise en abîme : un policier à la retraite raconte au narrateur, auteur de romans policiers, une enquête échouée sur une affaire de meurtre. La traduction a lieu dans le cadre extérieur de la mise en abîme : le narrateur traduit pour le lecteur car le policier s’est adressé à lui en suisse‑allemand. Ainsi, qu’il s’agisse du roman en allemand ou en français, le lecteur est, dans les deux cas, confronté à une traduction.

Mais La promesse n’est pas que l’histoire interne aux cadres, il y a un niveau supplémentaire : le geste par lequel l’auteur, F. Dürrenmatt, raconte l’histoire. Pour A. Renken, c’est dans ce cadre‑là que se joue vraiment la traduction. L’auteur superpose deux procédés qui donnent naissance au livre : d’une part le travail d’écriture de l’original ou source, et d’autre part la traduction depuis le suisse‑allemand. Ce cadre de mise en abîme détourne le regard du texte pour le diriger vers un rapport avec sa source, l’original. Habituellement, le lecteur lit comme s’il ne s’agissait pas de traduction, il cherche à oublier ce cadre de la mise en abîme.

Du fait de la conscience de lire une traduction, s’établit une relation à un ailleurs. Le roman ne met pas en présence deux histoires dans un texte mais superpose un « c’est ainsi », « voici l’original » avec un « c’était différent », « l’original est ailleurs. » Lire une traduction en tant que traduction revient à lire un « je suis différent de ce qui a été dit ailleurs. » C’est l’expérience du silence non pas parce que la traduction recouvre le texte original, mais parce que ce dernier est inaccessible, différent. On voit en sous‑impression l’absence de l’autre texte. Autrement dit, en sous‑main du texte, il y a une histoire absente du fait même que c’est une traduction.

L’échange avec l’auditoire a donné lieu à quelques remarques présentées ci‑après.

Si le plaisir de la traduction est lié au fait que la traduction rajoute un cadre, ce n’est peut-être pas un plaisir pour certains.

Les bilingues ont une langue dominante, il ne leur est pas possible de comparer sur un plan qui ne soit pas déjà habité (contrairement à la neutralité d’un dictionnaire). A. Renken lance ainsi : « Je ne peux pas dire, quand je mange une pomme, jusqu’à quel point elle a le goût d’Apfel ! »

Arno Renken insiste aussi sur la nécessité de traduire pour démontrer l’intraduisibilité. La traduction précède l’intraduisibilité.

Et de souligner qu’en lisant, on ne voit pas les signes qui forment le texte et inversement, si l’on s’attache à regarder ces signes, on ne parvient pas à en voir la signification. Le lecteur est toujours dans l’invisibilité d’un plan par rapport à un autre.

À titre personnel, j’ai apprécié que M. Renken pose la question de la réception par le lecteur d’une traduction en tant que telle. Il est fréquent que des intervenants issus d’horizons divers, affirment d’emblée qu’un texte traduit ne doit pas « avoir l’air traduit ». Bien qu’il faille probablement faire des distinctions entre traduction littéraire, scientifique et technique, je ne peux pas m’empêcher de trouver un peu péremptoire cette affirmation, présentée comme une évidence. La démarche scientifique nécessite la démonstration, y compris, sinon surtout, des évidences. Cela fait écho à une lecture récente : Le fabuleux destin d’une vache qui ne voulait pas finir en steak haché, traduction par Catherine Barret du livre Muh! de David Safier. En lisant, j’ai aimé être consciente de lire une traduction, appréciant à la fois le récit et songeant à l’ingéniosité de la traductrice face aux défis du texte. Et il est vrai, comme l’évoquait M. Renken, que je ne pouvais qu’imaginer la formulation allemande, surtout concernant les passages où la langue joue un rôle dans le comique. Mais ma réaction à ce texte vient peut-être du fait que j’étudie la traduction. Ce qui m’amène à ma seconde remarque.

Afin de se mettre dans la peau d’un lecteur non bilingue, qui ne connaîtrait pas la langue source du texte, M. Renken choisit une traduction fictive. Cependant, je me demande si un lecteur quelconque, pour ainsi dire, considérerait ce texte comme une traduction (si la réponse est non, cela fausserait les résultats de l’expérience). Bien que le narrateur confie qu’il livre un récit dans une autre langue que celle dans laquelle il l’a lui‑même reçu, est-ce qu’un lecteur non initié se dit « Je lis une traduction. » ? Je me demande si un lecteur allemand ne considérerait pas qu’il lit un « original », puisque l’auteur, M. Dürrenmatt, l’a écrit directement en allemand. Le reste : narrateur, personnages, présents ou absents, même s’ils ressemblent à leur auteur, ne sont que fiction donc « cela ne compte pas. »

Ces questions n’ont peut‑être pas de réponses définitives, mais je trouve rassurant de voir que certains s’y intéressent, et M. Renken se passionne pour elles. Son intervention pousse à la réflexion et à la remise en question, indispensable au traducteur, quel que soit son domaine d’exercice.