Recherche documentaire pour l’analyse terminologique au service de la traduction

Conférence dans le carde du cycle Penser la traduction par Geneviève Bordet

Date : 10 octobre 2016

Lieu : Université de Haute-Alsace

Recherche documentaire pour l’analyse terminologique au service de la traduction

Compte-rendu proposé par Gonzalo Astorga RojasM1 TST

Le 10 octobre 2016 a eu lieu dans la salle Gandjavi de la faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’université de Haute-Alsace la conférence intitulée Recherche documentaire pour l’analyse terminologique au service de la traduction, présentée par Mme Geneviève Bordet lors du cycle de rencontres sur la traduction Penser la traduction. Mme Bordet est enseignante-chercheuse à l’université Paris-Diderot. Elle est coresponsable du master Industrie des langues et traduction spécialisée (ILTS) et responsable du cursus de recherche documentaire pour les étudiants de master 2 ILTS.

Premièrement, la conférencière a abordé la recherche documentaire comme composante essentielle de la terminologie et de la traduction spécialisée, qui se basent sur un langage de spécialité que l’on reconnaît comme tel, car il est associé à une notion d’expertise repérable par des termes et des mots clés, spécialisés. Elle explique que la recherche documentaire sert à collecter les informations qui sont nécessaires à la compréhension des concepts et qu’une relecture des données recueillies permet de donner la capacité de comprendre un domaine en particulier. Ensuite, elle a abordé un problème que ses étudiants rencontrent souvent : comment déterminer si un texte relève d’un discours spécialisé ? Lorsqu’ils doivent choisir un texte à traduire, ils se posent toujours la question est-ce que ce texte est assez spécialisé ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre, puisqu’il n’est pas toujours simple de déterminer à partir de quel moment on peut parler de texte spécialisé. Il peut l’être pour une personne (dans ce cas, l’enseignante), mais pas pour les étudiants : cela dépend du niveau de connaissances respectives. Mme Bordet présente deux textes spécialisés et demande au public de dire de quel domaine ils relèvent, mais il n’y a pas de réponse. Elle lit ensuite les termes clés et explique de quelle spécialité il s’agit.

Au-delà de la définition des termes, à quoi ça sert la terminologie ? C’est cette question qui a introduit la suite de la conférence, en abordant la distinction entre la terminologie prescriptive et la terminologie descriptive. Dans une approche terminologique prescriptive, on parle de ce qu’il faut dire : « il faut dire ça et il ne faut pas dire ça », selon les mots de Mme Bordet. Dans la terminologie descriptive, on ne dit « ni ceci, ni cela, ni cela, ni ceci », il y a des variantes, on observe ce qui se passe et on n’a pas de jugement. Les deux sont utiles, mais n’ont pas la même utilité. Elle cite pour exemple Le grand dictionnaire terminologique, d’origine québécoise, un outil prescriptif : pour le terme anglais selfie on y trouve comme traduction égoportrait, et le dictionnaire « proscrit », déconseille le mot anglais en défense et au bénéfice de la langue française. Les traducteurs, eux, ne font pas de la terminologie prescriptive, mais de la terminologie descriptive parce que le but est de savoir qui dit quoi. Selon le niveau de connaissance et de spécialité, ils emploient plutôt tel terme ou tel terme. Un autre exemple est illustré : l’Urban dictionary, une ressource collective dans laquelle les gens proposent de nouveaux termes et c’est donc l’usage, le qui dit quoi, le plus important.

Dans un troisième temps, Mme Bordet a enchaîné avec les deux approches possibles en terminologie : diachronique et synchronique. Tandis que la première vise à analyser les variations dans le temps d’un discours spécialisé dans un domaine spécifique, la deuxième étudie l’état actuel du discours spécialisé en prenant en compte ses variations et notamment les termes concurrents. Elle exemplifie avec les termes impression 3D et fabrication additive, termes souvent utilisés de manière interchangeable : d’une part, une étude synchronique d’un corpus spécialisé du domaine révèle que les scientifiques et les chercheurs parlent de fabrication additive, et les industriels et autodidactes, d’impression 3D; d’autre part, une étude diachronique indique que l’impression 3D est d’abord une technique liée au domaine de la fabrication additive, et que la popularisation de la technique amène à cette métonymie (le public jouant sur la notion d’impression, à plat, et de 3D, volume). Comme conclusion de cette partie, il est expliqué que d’une terminologie qui unifie un domaine de connaissances et d’activités en codifiant les concepts on passe à une terminologie qui est le reflet des variations et des divergences qui structurent une communauté de discours.

La dernière partie de la conférence porte sur le paysage de la recherche documentaire et le rapport entre terminologie et traduction. La recherche documentaire a vécu une évolution spectaculaire dans ses objectifs, ses techniques et ses ressources : de nouvelles ressources (les archives ouvertes HAL ou Isidore, un moteur de recherche en sciences humaines), de nouveaux modes de communication (Research Gate, un réseau social de chercheurs), le Web comme corpus et des outils de référence (Termium, des bases de données terminologiques…). Cette évolution n’est pas exempte de difficultés : bien que l’on passe du document comme condition d’accès à l’information à un monde où l’information est livrée sous des formes extrêmement variées (blogs, brevets, rapports, images…), la complexité se déplace maintenant vers la capacité à sélectionner et à analyser les informations pour se constituer des connaissances organisées. Pour ce faire, la validation de l’information, c’est-à-dire, l’identification de la source, devient centrale, puisque les choix terminologiques, notamment de traduction, reposent sur la lecture du « paysage documentaire » qu’offrent les publications d’un domaine dans leur diversité. Quant au rapport entre terminologie et traduction, Mme Bordet a souligné que le traducteur spécialisé doit faire preuve d’une approche fonctionnaliste qui repose non seulement sur la connaissance des concepts clés, mais aussi sur l’analyse contrastive des caractéristiques d’un domaine de spécialité en matière d’enjeux de production d’objets ou de connaissances. Concrètement, le traducteur cherche à cerner les termes qui pointent vers des concepts spécifiques du domaine et à en comprendre non seulement la signification, mais aussi leur environnement préféré et les enjeux que recouvrent leurs variations.

En dernière analyse, la recherche documentaire offre des outils puissants qui permettent l’accès à une grande diversité de productions textuelles et documentaires, qui ouvrent la voie à la prise en compte de la variation (épistémologique, culturelle, scientifique, technologique) et qui rendent essentielles l’identification et la caractérisation des sources.

Personnellement, cette conférence a attiré toute mon attention puisqu’elle traitait un aspect quotidien clé dans le travail d’un traducteur. La recherche documentaire est un enrichissement pour le traducteur, car elle permet de connaître et de prendre en compte la diversité et l’évolution d’un domaine de spécialité, par une méthode basée sur une approche problématisée des domaines pour aborder des connaissances complexes, évolutives et interdisciplinaires. Elle permet également de comprendre la nécessité d’adapter le choix et l’utilisation des outils et des techniques de recherche à un domaine et à un genre de document en particulier. Tout cela, expliqué clairement par une professionnelle du domaine comme Mme Bordet, signifie une amélioration et un approfondissement des compétences que l’on acquiert au cours de notre formation comme traducteurs spécialisés en science et techniques.