Intriguer, Surprendre, Charmer

Conférence dans le carde du cycle Penser la traduction par Dominique Defert

Date : 28 septembre 2016

Lieu : Université de Haute-Alsace

Intriguer, Surprendre, Charmer

Compte-rendu proposé par Maud Boudet, M1 TST

Après des études de géophysique et de cinéma, Dominique Defert s’est tourné vers la traduction littéraire : il a notamment traduit des romans de Dan Brown, Stephenie Meyer ou encore Stephen King. Le 28 septembre 2016, Dominique Defert est venu à l’université de Haute-Alsace à Mulhouse pour présenter une conférence sur sa vision du métier et partager son expérience avec les étudiants. Il a cependant précisé qu’en tant que traducteur littéraire, son cahier des charges est un peu différent de celui d’un traducteur scientifique.

Dominique Defert nous a fait part d’une expérience particulière : la traduction du roman Inferno de Dan Brown paru en 2013, enfermé dans un bunker. Pour Dominique Defert, un bon traducteur doit avant tout prendre du plaisir : c’est le parti qu’il a décidé de choisir au cours de cette expérience. Il ajoute qu’il ne faut pas attendre qu’un texte nous plaise pour prendre du plaisir à le traduire : il faut que notre rédaction en tant que traducteur nous plaise, c’est le premier gage de qualité. Le traducteur doit se mettre à la place de son lecteur, écrire ce qu’il aimerait lire. Il s’agit plus de retrouver les émotions du texte original plutôt que les mots. L’émotion ressentie varie selon les personnes, une traduction est donc très personnelle. Le travail du traducteur est de choisir un mot plutôt qu’un autre, pour les bonnes raisons : il faut être subjectif, partial. Une traduction réussie est une traduction qui ne se voit pas, qui est aussi bien, voire encore meilleure que le texte original. Pour parvenir à ce but, Dominique Defert nous a donné trois précieux conseils.

Le premier conseil est de prendre le temps de bien comprendre le texte que l’on va traduire. Un traducteur ne traduit pas les mots d’une scène ou d’un paragraphe, mais l’intention qui se cache derrière ces mots. La compréhension est donc primordiale. Il faut faire très attention aux contre-sens et aux non-dits : si une intention est mal rendue, l’émotion suscitée par la scène sera complètement différente. Il peut arriver qu’on ne comprenne pas quelque chose, qu’on ne soit pas sûr de soi, qu’on connaisse mal l’objet de la scène. Dans ces cas-là, il faut prendre le temps de vérifier, ne pas faire semblant de connaître afin que le texte en français ait du sens. Dominique Defert a donné un exemple précis, utilisant un texte qu’il avait eu à traduire : dans une phrase, il était question de Formula Ford et de reportage à la radio. Si on ne sait pas ce qu’est une Formula Ford, on peut comprendre que la radio se trouve dans la voiture. Or, il s’agit d’une voiture de course : il n’y a donc pas de radio ; cela change complètement la compréhension de la scène.

Une fois que le texte est bien compris, il faut soigner la rédaction en français. Dominique Defert sait par expérience qu’à force de passer d’une langue à l’autre, on peut être tenté de calquer les expressions. Mais les idiomes ne sont pas les mêmes en anglais et en français, il ne faut donc pas les traduire mot à mot, mais trouver un idiome correspondant. Certaines tournures de phrases sont typiquement anglaises, il ne faut pas les réutiliser en rédigeant en français. Comme dit précédemment, c’est l’intention d’une scène qui compte et non pas les mots utilisés : le traducteur peut donc remanier à sa façon, supprimer des répétitions, changer la ponctuation pour raconter de la manière la plus juste possible. Le travail du traducteur peut également être l’amélioration du texte original, en évitant les redondances et en modifiant les images qui marchent mal voire qui ne marchent pas. Dominique Defert a également évoqué les « mots interdits » lorsque l’on traduit de l’anglais vers le français. Il s’agit des faux amis, ces mots qu’on serait tentés d’utiliser mais qui n’ont pas le même sens en français. Les exemples qu’il a donnés sont « flirter » et « réaliser ».

Une bonne technique d’écriture en français permettra d’insuffler du rythme à la narration. Une traduction trop littérale serait lourde et ennuyeuse à lire, notamment lorsque le style de l’auteur est scolaire et répétitif. Supprimer les répétitions permet au traducteur de donner du rythme, mais il existe d’autres techniques. Il peut par exemple couper des phrases afin que chaque phrase apporte une seule idée ; il ne faut cependant pas abuser de cet outil. Les synonymes peuvent être un piège, car ils soulignent la répétition au lieu de l’effacer et peuvent donner une sonorité étrange à la phrase ou au paragraphe. Selon Dominique Defert, il faut éviter de mettre trop de mots de dialogue car ils rendent le texte lourd, notamment lorsqu’ils apportent la même information que le dialogue lui-même. Il a évoqué l’effet Koulechov : si le contexte est triste, il n’est pas nécessaire d’ajouter « … dit-il tristement ». Il faut également éviter les adjectifs inutiles, les onomatopées dans les dialogues, les adverbes, tout ce qui rend le texte trop lourd, afin qu’il soit agréable à lire en français. Enfin, il faut laisser certains non-dits, ne pas tout expliquer au lecteur.

Suite à ces conseils, on peut se poser la question de la fidélité dans la traduction littéraire. Jusqu’à quel point un traducteur peut-il s’éloigner du texte original ? La réponse est très personnelle et peut porter à débat. Pour Dominique Defert, ce n’est pas le texte original qui est important mais ce que lui, le traducteur, écrit en français. Il ne considère pas cela comme un travail de traduction, mais comme un travail d’écriture. Le but principal n’est pas de coller au texte et au sens, mais de raconter une histoire et de partager des émotions, de restituer ce qu’il a ressenti en lisant le texte anglais.

Questions :

J’ai tout d’abord demandé à Dominique Defert comment le traducteur peut être sûr de bien tout restituer lorsqu’il rédige en français. Il a répondu que c’est justement le dilemme du traducteur : il faut sans cesse choisir entre expliquer et raconter, entre être trop peu clair ou trop explicite. C’est toujours un choix personnel.

Un autre intervenant a demandé si l’auteur pouvait ajouter des notes à l’attention des traducteurs pour les guider dans leur traduction. M. Defert a répondu que non, l’auteur n’envoie pas de notes pour expliquer son texte : chaque traducteur le comprend à sa manière. L’inverse est également vrai : il a donné l’exemple d’une erreur de véracité dans un texte, remarquée par deux traductrices. Il faut à ce moment choisir entre suivre l’auteur ou le corriger, là encore c’est un choix personnel, mais on ne prévient pas l’auteur pour qu’il la modifie.

Une autre personne a demandé si l’éditeur vérifie que la traduction est suffisamment fidèle au texte : la réponse est non.

La quatrième question concernait la fatigue que peut ressentir le traducteur. Dominique Defert a expliqué que cela dépend beaucoup des horaires, des délais et de la pression, mais le premier jet est le plus difficile : il faut faire toutes les recherches et écrire quelque chose de convenable pour ne pas perdre trop de temps lors du deuxième jet. Le travail de traducteur est très physique, il faut être bien installé, avoir un bon éclairage et trouver la situation la plus confortable (régler la hauteur du siège, de la table, éviter de tourner la trop la tête, mettre ou non de la musique, etc.)

La dernière question concernait la recherche d’information dans le cadre d’une traduction. Pour répondre, M. Defert s’est notamment appuyé sur son expérience dans le bunker. Une recherche d’information est parfois nécessaire, mais les éditeurs ont peur des fuites, il est donc délicat de laisser les traducteurs avoir accès à internet. Sa technique consiste à lire le livre en anglais avant de commencer le travail pour ne pas perdre de temps.

J’ai trouvé cette conférence très intéressante : étant étudiante en traduction scientifique et technique, j’ai pu voir les différences qu’il y a entre différents types de traduction et les comparer. Dominique Defert est quelqu’un de très dynamique, ce qui est très important à l’oral pour capter l’attention. Il a fait preuve de beaucoup d’humour. Il a utilisé des exemples concrets, notamment des extraits de textes qu’il a lui-même eu à traduire : c’est une très bonne manière d’illustrer ses propos. Il répétait plusieurs fois les choses très importantes, cela m’a aidée à bien les comprendre et les retenir. Sa conférence était sous la forme d’un « mode d’emploi de la traduction », qui peut en partie s’appliquer à la traduction scientifique.