Tous les articles par dialogues

La Révision des traductions

Conférence dans le cadre du cycle Penser la traduction proposée par Isabelle Robert (Université  d’Anvers)

Date : 3 décembre 2014

Lieu : Université de Haute-Alsace

La Révision des traductions

Compte-rendu proposé par Irena Senkerikova, M1 Master CLE – Erasmus Mundus

Introduite par Enrico Monti (FLSH UHA)

Isabelle ROBERT est professeur de traduction à l’Université d’Anvers en Belgique et spécialiste du processus de révision des traductions. Sa conférence «La révision des traductions» a eu lieu dans le cadre du cycle Penser la traduction, organisé par l’ILLE, le Master Erasmus Mundus CLE et le département LEA. Isabelle Robert a fait des études en traduction à Mons en Belgique et ensuite un doctorat en traductologie spécialisée à l’Université d’Anvers.

La conférence d’Isabelle Robert concernait la révision de la traduction, les procédures de révision, la qualité et la durée de la révision et a été divisée en deux grands segments: Premièrement, qu’est-ce que la révision et quels sont les grands concepts de la révision ; deuxièmement la recherche en révision, ses différents aspects et l’impact de la procédure de révision sur le produit final.

Définition de la révision traductologique

Le terme de révision est un concept flou, utilisé en traductologie ainsi que dans d’autres disciplines, plusieurs définitions cohabitent, prenant en considération la norme européenne spécifique aux services de traduction (NF EN-15038). Depuis l’année 2006, les agences européennes de traduction travaillent conformément à cette norme et doivent intégrer la révision dans leur processus. Isabelle Robert cite ensuite plusieurs définitions de la révision, parmi d’autres une des auteurs Horguelin et Brunette : C’est l’examen attentif d’un texte dans le but de le rendre conforme à des critères linguistiques et fonctionnels reconnus. La révision apparaît en tant que sous-discipline de la critique de la traduction : les articles sur la révision sont de plus en plus nombreux, même s’ils restent marginaux par rapport aux publications consacrées à d’autres questions traductologiques.

Niveaux ou degrés de révision

La conférencière nous a expliqué comment on peut analyser les différents niveaux de la révision, en présentant la taxonimie suivante:

Révision pertinente caractérise toute intervention qui consiste à corriger une erreur de manière pertinente.

Absence de révision est le terme pour l’absence d’intervention face à une erreur.

Sous-révision indique une intervention effectuée à l’endroit d’un item, mais qui soit introduit une autre erreur, soit ne corrige pas l’erreur.

Surrévision définit une intervention introduisant une erreur là où il n’y en a pas d’item.

Hyperrévision est le terme pour intervention jugée inutile, car elle n’améliore pas le texte, mais qui ne le détériore pas non plus.

Amélioration concerne une intervention jugée positive, parce qu’elle améliore le texte d’un point de vue stylistique.

D’après la conférencière, on peut aussi distinguer les degrés suivants :

Révision complète  qui tient compte de tous les paramètres.

Révision partielle divisée en trois parties :

  • Révision loyale est le terme pour une révision axée sur le paramètre d’exactitude. Ce type de révision est peu probable dans la réalité.
  • Révision fonctionnelle  désigne une révision ciblée sur les paramètres de code linguistique et d’adaptation fonctionnelle.
  • Révision minimale concerne une révision qui ne tient pas compte des erreurs comme les erreurs de sens et omissions et des erreurs relevant du paramètre « code linguistique »  –  par ex. l’orthographe des noms propres et  la ponctuation.

Paramètres de révision

Isabelle Robert cite la définition d’Horguelin et Brunette, selon qui les paramètres de révision sont des critères servant à déterminer le degré de qualité d’un texte original ou traduit et les modifications éventuelles au texte. Les critères sont donc axés sur la qualité du produit. La norme européenne dit presque la même chose : la présente norme européenne a pour objet d’établir et de définir les exigences relatives à la prestation de services de qualité de la part des prestataires de services de traduction (NF EN-15038).

La fonction de la révision consiste ensuite à vérifier que la traduction est en adéquation avec l’objet convenu. Ici la conférencière fait référence à Christiane Nord et à la théorie du skopos de l’école fonctionnaliste.

Procédures de révisions

La procédure des révisions consiste en :

  • l’examination de la traduction
  • la comparaison du texte source et du texte cible
  • recommandation des mesures correctives

En analysant ces étapes, il faut se poser la questions si ces étapes sont obligatoires, parce que l’étape de comparaison ne le soit pas selon les nécessités du projet et aussi quels avantages apporte la comparaison des textes source et cible et si elle peut assurer une homogénéité de la terminologie et du style et quel rôle joue l’ordre d’apparition des trois étapes et s’il est potentiellement modifiable.

D’ailleurs Isabelle Robert a distingué quatre procédures de la révision : relecture unilingue unique, relecture bilingue unique, relecture bilingue avec relecture unilingue, relecture unilingue avec relecture bilingue et elle a testé ces différentes procédures et leur « rentabilité » sur un corpus de 16 réviseurs professionnels.

Principes de révision

Les principes de révision sont une question de fond dans la littérature sur la révision. Isabelle Robert a cité surtout des travaux sur révision de Horguelin et Brunette et de Mossop (voir bibliographie ci-dessous).

Le premier principe a été celui de la rentabilité, ainsi définit par Mossop : si le réviseur rencontre un grand nombre de fautes en début de texte, il doit se poser la question de savoir si le texte ne devrait pas être retraduit avant d’être révisé. Ensuite le reviseur doit trouver l’équilibre entre exactitude et lisibilité : en tenant compte du risque d’erreur, il peut réduire le temps nécessaire à la révision en effectuant une relecture unilingue. Puis plusieurs principes qui permettent au réviseur de savoir quand il doit effectivement apporter un changement. En matière de changements, ce qui est important est que le réviseur doit toujours être capable de les justifier. La conférencière a traité aussi la relation réviseur-révisé et certains aspects techniques issus de son expérience professionnelle.

Compétences de révision

Isabelle Robert a résumé que selon la norme européenne, il faut que le réviseur ait des compétences de traducteur (linguistiques et rédactionnelles de la langue source et de la langue cible), ainsi que des compétences de traitement de l’information, des connaissances culturelles et techniques, des capacités de recherche et aussi des expériences dans les domaines considérés.

La conférence a été très utile et pragmatique apportant un nouvel éclairage et pourrait également servir de guide pour les étudiants désireux d’intégrer les analyses statistiques dans leurs travaux, ce que j’ai apprécié beaucoup. Je trouve aussi très utile que madame Robert nous ait donné une bibliographie assez riche pour approfondir nos études dans ce domaine, ce qui m’a aidé à découvrir des ouvrages intéressants pour mon mémoire.

Bibliographie des ouvrages suggérés pendant la conférence :

BERMAN Antoine, Pour une critique des traductions, John Donne, Paris, Gallimard, 1995, 276 p.

BRUNETTE Louise, Toward a Terminology for Translation Quality Assessment: a comparison of TQA practices, in The Translators,  p. 169-182, 2000.

CHAKHACHIRO Raymond, Revision for Quality, in Perspectives: Studies in Translatology, p. 225-238, 2005.

GRAHAM John, Checking, Revision and Editing, in C. PICKEN, The Translator’s Handbook, p. 59-70, Aslib, London, 1998.

HORGUELIN Paul, BRUNETTE Louise, Pratique de la révision, Brossard Québec, Linguatech éditeur, 1998, 263 p.

KÜNZLI Alexander, Teaching and Learning Translation Revision: Some Suggestions Based on Evidence from a Think-aloud Protocol Study, in M. GARANT ed., Current Trends in Translation Teaching and Learning, p. 9-24, Helsinki University, Helsinki, 2006.

KÜNZLI Alexander, The Ethical Dimension of Translation Revision. An Empirical Study, in The Journal of Specialised Translation, vol. 8, p. 42-56, 2007.

MOSSOP Brian, Revising and Editing for Translators, St Jerome, Londres. 2007, 213 p.

MOSSOP Brian, Empirical Studies of Revision: What we Know and Need to Know, in The Journal of Specialised Translation 8, p. 5-20, 2007.

NORD Christiane, Text Analysis in Translation: Theory, Methodology and Didactic Application of a Model for Translation-Oriented Text Analysis, Amsterdam-New York: Rodopi, 2nd. revised edition, 2005. 284 p.

PRIOU René, ROCHARD Michel, Economie de la révision dans une organisation internationale : le cas de l’OCDE, in The Journal of Specialised Translation, p. 21-42, 2007.

ROBERT Isabelle, Translation Revision Procedures: An Explorative Study, in PIETER BOULOGNE, p. 1-22, Translation and Its Others, Selected Papers of the CETRA Research Seminar in Translation Studies,  2007.

ROCHARD Michel, Le réviseur : Achille ou Mentor?, in Actes du Colloque SFT Université de Grenoble 3, p. 59-69, Traduire 203, Société française des traducteurs, Paris, 2004.

 

Conférence CH Consul Marzio Tartini

Date : 26 novembre 2014

Lieu : Bibliothèque municipale de Mulhouse

Être Consul de Suisse en France : vieilles questions et nouvelles réponses

Compte-rendu de la troisième conférence du cycle helvétique de l’année 2014-2015 par Federica Remondi, M1 Master CLE – Erasmus Mundus, 2014-15, 6 décembre 2014

Conférence de Monsieur le Consul général à Strasbourg Marzio Tartini introduite par Michel Faure (ILLE)

Le but de la rencontre était celui de porter à la connaissance du public certains aspects de la politique étrangère suisse et en même temps de présenter le style de vie d’un consul avec ses défis et ses responsabilités.

Michel Faure, membre du Bureau de l’ILLE (Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes) et professeur de littérature et civilisation anglaises (XVIIIe siècle) de l’Université de Haute-Alsace, a d’abord remercié les membres de l’organisation APEFS (Association de Promotion d’Échanges et d’Études franco-suisses) et la bibliothèque municipale de Mulhouse qui ont rendu possible la conférence. Ensuite il a introduit Marzio Tartini, Consul général de Suisse à Strasbourg, au public. Son travail en tant que Consul de Suisse l’a amené sur plusieurs territoires internationaux, de l’Europe (Barcelone, Munich, etc.) au Maghreb (Tunisie) à l’Amérique du Sud (Paraguay, République Dominicaine).

La vie d’un consul : responsabilités et défis

« Un diplomate réfléchit parfois avant de ne rien dire. »

« Quand un diplomate dit oui ça veut dire peut-être, quand un diplomate dit peut-être ça veut dire non, quand un diplomate dit non ça veut dire qu’il n’est pas un diplomate. »

Voilà la carte de visite que Monsieur Tartini nous a montrée : la vie d’un consul, comme celle des politiciens, est toujours objet de caricatures et de clichés. Par exemple, on se focalise sur le fait qu’ils habitent de somptueuses résidences ou on dit qu’un diplomate est plus intéressé à sa voix qu’à celle des autres. Si on affirme que la journée d’un diplomate est toujours pleine, on s’imagine plusieurs diners et activités de plaisir. En réalité, même cela fait partie du travail et ce ne sont pas des moments d’amusement. Un diplomate doit toujours être attentif et est voué toute sa vie à son travail. Par conséquent, la journée est vraiment pleine, tant que l’on arrive au bureau le matin « je dois déjà avoir lu Le Figaro, Le Monde, Libération, etc. c’est-à-dire toute la presse », dit M. Tartini. Aujourd’hui, grâce à la presse et surtout aux réseaux sociaux, tout le monde est en contact et les informations passent très vite : il faut constamment être au goût du jour. En plus, la qualité de l’information qui passe est très importante : pour économiser, souvent, les journaux recrutent de jeunes journalistes qui n’ont pas beaucoup d’expérience pour faire des recherches sur tel ou tel argument devant un écran. Mais cela est absolument dangereux, car les informations peuvent ne pas être vraies. Monsieur Tartini souligne alors l’importance de travailler sur place, en donnant un exemple tiré de sa propre expérience : « Lorsque je travaillais à Lisbonne j’ai utilisé les services d’un journaliste suisse qui vivait depuis longtemps là-bas. Il connaissait très bien la ville et les personnes les plus importantes. Cela détermine la véracité des informations et je suis convaincu que le journalisme sur place est toujours la meilleure solution ».

Même les nouveaux médias comme Facebook sont un instrument utile et le Consulat de Suisse à Strasbourg a essayé de créer une page Facebook, mais il a renoncé parce que le nombre de collaborateurs est trop petit et ils n’ont pas assez de temps pour le mettre à jour ou répondre à toutes les demandes.

Comme les sociétés et les réseaux informatiques, même la figure d’ambassadeur a souvent changé pendant les époques. Surtout après la guerre froide, la diplomatie est devenue plus un art de confrontation que d’influence. En plus, un ambassadeur a la responsabilité de « prévoir les actions futures, c’est-à-dire qu’il doit interpréter les signes et de leur donner la juste importance. Enfin, il doit être capable de les transmettre », explique Monsieur Tartini. « Par exemple, l’ambassadeur Glaspie des États-Unis à Bagdad n’a pas su ou pu s’imposer. Ce manque a probablement influé sur les évènements politiques suivants : l’invasion du Kuwait de la part de Saddam Hussein ».

Il s’agit donc d’un travail extrêmement délicat qui a pour instrument la négociation. « La négociation est ainsi l’instrument le plus important et le plus puissant d’un diplomate », souligne Monsieur le Consul. Il a aussi évoqué la théorie de Machiavel qui consiste à privilégier la guerre : « il faut avoir la guerre à l’esprit, pour ne pas avoir à la faire ».

La vie d’un diplomate est la vie d’un nomade : « la création d’une vie privée est pénible. En effet, il y a beaucoup de divorces et les enfants se retrouvent souvent à la recherche d’une identité. La connaissance du pays vient de l’intérieur (non de l’extérieur comme pour un touriste) et parfois on rencontre des difficultés pour communiquer avec la langue locale », dit Monsieur Tartini. La maîtrise de la langue du pays hôte est fondamentale pour la négociation et pour créer un climat de confiance et de collaboration.

Après la guerre froide, le passage à la globalisation a investi toutes les sociétés où il y a eu une perte progressive de la souveraineté ou bien un partage de cette souveraineté (comme dans le cas de l’Europe). La plupart des défis d’un consul dérivent du manque de la mise à jour de la diplomatie. Elle n’a pas encore changé par rapport aux transformations de la société. Monsieur Tartini se référait surtout aux grands problèmes internationaux comme le climat, les armes nucléaires, etc.

En outre, il y a aujourd’hui une disparition graduelle de la différentiation entre les affaires étrangères et internes ; en parlant de l’Europe, Monsieur le Consul affirme que « la concurrence entre les ministères s’accroît et les activités ne sont pas toujours coordonnées ».

Cependant, les crises sont souvent prévisibles : le nombre de pays en difficultés a augmenté et on a besoin d’une organisation de l’accueil des expatriés. Il y a toujours une dictature de l’urgence qui s’impose ; parfois on peut avoir aussi des événements qui provoquent de grosses difficultés comme en 2oo1 au moment de l’attentat aux Twin Towers newyorkaises. « Je travaillais à Berne et la panique était énorme : nous avons travaillé 7 jours sur 7 sans arrêt pour réussir à retrouver et à communiquer avec les suisses qui travaillaient là-bas », nous explique Monsieur Tartini.

La politique étrangère suisse – Culture

Monsieur Tartini a souligné l’importance que le gouvernement suisse donne à la promotion de la culture du pays et à l’échange avec les pays étrangers. Il a démontré que le Consulat de Strasbourg est aussi très actif en donnant la liste des activités organisées en 2014 :

  • Exposition sur le photographe Jean Beure qui a travaillé sur le thème de droits humains
  • Participation de caricaturistes suisses au Festival de la Bande dessinée à Strasbourg
  • La Suisse comme nouveau pays à l’honneur au Festival Universal Danser sur le hip-hop
  • Festival du film en langue allemande
  • Exposition d’architecture
  • Festival cinématographique en langue française
  • Lectures et promotion des écrivains suisses
  • Exposition de l’art pendant la Première Guerre mondiale en partenariat avec l’Université de Strasbourg

La politique étrangère suisse – économie

La Suisse développe un important partenariat en Alsace avec la chambre de commerce de Mulhouse, d’Alsace, de Strasbourg et de Colmar. La Suisse a été un pays prospère jusqu’à aujourd’hui et pour qu’il puisse le rester, les pays étrangers voisins doivent se développer de plus en plus : voilà donc l’importance de l’importation étrangère en Suisse.

La Suisse est le deuxième partenaire économique de l’Union européenne après les États-Unis et devant la Russie et la Chine. Les statistiques rapportent qu’en 2010 elle gagnait 1.000.000.000 € par jour. Plus d’un million d’Européens, les transfrontaliers, vivent et travaillent en Suisse qui a une population de 8 millions d’habitants.

La Suisse est le quatrième pays créateur d’emploi en France, donc la coopération transfrontalière est fondamentale pour réguler les salariés et les aider du point de vue des transports.

Il y a deux problématiques des plus urgentes que la Suisse et la France sont en train de traiter : la force hydraulique et la gestion de l’aéroport Bâle-Mulhouse.

Les glaciers sur les Alpes se réduisent à cause des changements climatiques de notre époque. Les eaux sont donc en diminution et la quantité équilibrée de ces eaux qui sont utilisées pour faire fonctionner les centrales nucléaires françaises est à risque. L’inquiétude augmente et la collaboration entre les deux pays est importante et la diplomatie doit jouer son rôle.

L’aéroport Bâle-Mulhouse, créée par la Suisse après la Deuxième Guerre mondiale, servait également la France qui sortait de la guerre plus blessée que le pays alpin. Les deux nations firent donc un pacte de partage et de coordination de l’aéroport. Un pacte qui n’était pas si précis pour empêcher n’importe quelle revendication : en effet la France prétend avoir aujourd’hui le droit de territorialité.

Conclusion du discours de M. Tartini et échange avec le public

Monsieur Tartini a conclu son discours avec un résumé des objectifs de la politique étrangère suisse, en ajoutant la lutte contre la pauvreté dans les autres pays pour prévenir l’immigration, la sauvegarde des intérêts de l’économie suisse et le soutien du respect des droits humains et la promotion de la démocratie (pacte de Genève).

En soulignant l’importance de ce témoignage direct mélangé avec des notions générales, Monsieur Faure a donné la parole au public qui s’est montré plutôt enthousiaste :

Je sais que la formation des diplomates en Suisse est différente par rapport à celle de la France, qui prévoit des études spécifiques. Vous pouvez nous expliquer sur quoi se base votre sélection ?

« C’est une observation très pertinente. Nos diplomates sont tant des mathématiciens, que des physiciens, que des économistes ; ils ont étudié les lettres, l’histoire ou la géographie. Nous voulons une vision à 360° : la formation n’a aucune importance, c’est l’esprit qui compte. »

Quel est l’intérêt des entreprises françaises à s’emplanter en Suisse ?

« Les salaires sont plus hauts. Pendant les cinq premiers mois ils ne paient même pas les impôts. Mais comme j’ai expliqué tout à l’heure il y a aussi des entreprises suisses qui investissent en France. »

Depuis longtemps il y a une sorte de collaboration mutuelle entre l’hôpital de Mulhouse et celui de Bâle. Par exemple s’il y a un accident grave, le malade est transféré à Bâle. Est-ce qu’il y aurait bientôt une collaboration officielle ?

« Le rapport entre les hôpitaux transfrontaliers est bon mais pas organique, pas pour le moment. Mais c’est un point très intéressant je prends note et je passerai la question. »

La collaboration entre les universités françaises et suisses fonctionne-t-elle bien ou faut-il l’améliorer ?

« On peut toujours améliorer. Mais je crois qu’elle fonctionne déjà très bien. »

La conférence s’est conclue avec l’intervention de Monsieur Bloch, président de l’association de l’APEFS, qui nous a apporté une réflexion importante : « Cette optimisme de la recherche a été remise en question par des votations politiques qui ont gagné le faveur de plusieurs citoyens suisses. Il faut véritablement faire attention au danger d’une fermeture des frontières : notre association doit se battre pour des concessions qui sont très dures à obtenir maintenant en Suisse. Il faut se battre pour maintenir ouvertes les frontières pour les échanges, dans nos cas surtout culturels. »

Commentaire personnel

Cette conférence a permis au public de dévoiler un peu plus la mentalité et la politique des Suisses et les différents points de vue, grâce aux membres de l’association présents et au discours du Consul. Les conférences de ce type sont très importantes dans un territoire transfrontalière comme l’Alsace qui a toujours des échanges économiques et culturels avec le pays alpin. J’ai reporté tout ce qui a été dit pendant la conférence, mais je voudrais ajouter que les thématiques ici effleurées (surtout pour ce qui concerne la politique) méritent d’être approfondies.

Conférence de Roberto Saviano

Conférence de Roberto Saviano

Date : 17 octobre 2014

Lieu : La librairie Kleber

Après Gomorra, argent et cocaïne

Compte rendu par Chrysothemis Moumtzi, Master1 Erasmus Mundus CLE, 2014-2015

Le vendredi 17 octobre 2014, à 17h00, Présentation du nouveau livre de Roberto Saviano, Εxtra pure, sur le trafic de drogues, librairie Kléber, Strasbourg.

Présentation de Roberto Saviano

Roberto Saviano est né en 1979 à Naples. Il a étudié la philosophie et exerçait le métier de journaliste. Depuis son enfance comme citoyen de Naples, il a eu de nombreuses expériences personnelles avec le monde de la mafia. Ses amis appartenaient à la Camorra, la mafia napolitaine, et son environnement familial était influencé par une mentalité mafieuse omniprésente. Son propre père lui conseillait le port d’une arme à feu afin de devenir un vrai homme. De plus, son travail au port de Naples le confrontait au trafic illégal d’armes et de drogues. En tant que journaliste, il était informé sur les textiles chinois destinés aux maisons de haute couture et sur l’enfouissement illégal des déchets toxiques, qui provoqua un scandale sanitaire énorme. Dégoûté par les actes criminels de la mafia, il décide de la dénoncer dans son livre Gomorra, publié en 2006. Ce livre, qui ressemble plus à un reportage journalistique qu’à un roman littéraire, était le premier à dénoncer la mafia, à relever des événements réels  et à nommer des personnes coupables. Pour cette raison, Saviano a reçu des menaces de mort de la mafia napolitaine et depuis octobre 2006, il vit sous protection policière. En menant une vie cachée, Roberto Saviano continue à s’intéresser et à écrire sur les activités criminelles de la mafia.

Thème principal : Présentation du livre Εxtra pure de Roberto Saviano

Mots-clés : drogues, mafia, Extra pure, vie cachée, Νaples

Introduction

L’après-midi de vendredi, nous, les étudiants du Master Erasmus Mundus CLE – Mulhouse, accompagnés par la professeur Alessandra Locatelli, avons pris le train de Mulhouse à Strasbourg et sommes arrivés à la librairie de Kléber où la conférence de Roberto Saviano eut lieu. C’était une conférence bien différente des autres auxquelles nous avons assisté, car son sujet n’était pas purement scientifique et il s’agissait en plus d’une «célébrité», une personne bien connue en  dehors des cercles universitaires aussi. Pour cette raison, l’audience était composée d’un public éclectique : étudiants, familles avec enfants, journalistes et d’autres curieux. Saviano est apparu entouré de deux gardes du corps et, lorsque tout le monde a commencé à le prendre en photo, il répondit par des rires et prit une photo de nous tous. Il nous a raconté sa petite aventure jusqu’à Strasbourg et a avoué qu’il était vraiment heureux de trouver tant de  lecteurs à sa conférence.

Extra Pure

 a)      La structure, le temps et la méthode utilisée

Saviano a commencé à écrire son nouveau livre juste après la publication de Gomorra parce qu’il voulait impatiemment que tout le monde connaisse la vérité par rapport au trafic mondial de cocaïne. Ce livre, qui lui a demandé cinq ans d’écriture, comporte presque 2000 pages et à chaque chapitre correspond un pays impliqué dans le trafic de drogue. Même si les histoires décrites sont très répulsives, Saviano affirme qu’elles sont toutes vraies. En plus, il déclare qu’il était difficile de trouver avec son équipe, composée d’avocats, les informations nécessaires, et que sans l’intervention de la police et des documents tribunaux il ne serait pas capable de les recueillir. C’est la raison pour laquelle il a tenu, à la fin de son livre, à consacrer de nombreuses pages au remerciement des personnes, en particulier la police, l’ayant aidé dans son œuvre.

b)      Le contenu

Saviano explique que le trafic de drogues est un phénomène mondial et qu’il est au cœur de notre vie. Il assure qu’à nos jours, les jours de la crise économique, les banques ne survivraient pas sans le commerce de cocaïne. Tout d’abord, il a fait une révélation considérable en déclarant que la première banque européenne et la troisième américaine payent des montants énormes pour recycler l’argent des drogues. Encore plus frappant reste l’exemple de la deuxième banque allemande qui a proposé de payer afin d’éviter le procès concernant sa collaboration avec le trafic de drogues. Saviano raconte aussi l’histoire de l’un des nombreux personnages du livre, Kiki, une personne dramatique et symbolique. Selon lui, les personnages du livre sont infinis parce que les histoires de drogues sont aussi infinies. Kiki donc, travaillait à l’agence antidrogue américaine où il est arrivé à gagner la confiance de la mafia mexicaine jusqu’à y endosser des  responsabilités. Un jour, il découvrit une grande extension de production de marijuana destinée à fournir les universités du monde entier. Saviano s’interroge sur l’oxymore selon lequel à cette époque-là, les étudiants voulaient de la marijuana, mais dénonçaient en même temps le capitalisme. À la fin du livre, la vraie identité de Kiki est découverte et il est violemment torturé par les mafieux. La torture était si violente que les collègues de Kiki vomissaient en écoutant les enregistrements de sa voix. Kiki essayait en vain de les persuader de ne pas toucher à sa famille. Au travers de cette histoire, Saviano implique que personne ne peut échapper à la cruauté de la mafia. Enfin, le lien de la France avec le trafic de drogues est décrit. Avec sarcasme, Saviano déclare que la France fait semblant de ne pas y être impliquée tout en pointant du doigt les autres pays. Pour justifier ce « puritanisme français », il rappelle que le mot mafia a été prononcé pour la première fois à toute l’histoire de France par les politiciens, quelques jours avant cette conférence-là. Selon Saviano, la France est le deuxième importateur de drogues après l’Espagne en Europe. Plus spécifiquement, selon lui, une vieille organisation de Marseille blanchit l’argent et récupère les drogues venant d’Afrique et transitant par la Corse.

La vie cachée de Saviano

 a)      Description de sa vie

Saviano mène une vie très spéciale. Il est sous protection policière depuis plus de 2500 jours consécutifs. Il habite en dehors de l’Italie et déménage souv

ent. Il a de fausses cartes d’identité et porte souvent des perruques, moustaches et casques (!) pour se protéger. Même sa propre famille ne sait pas où il se trouve et il admet que sa vie ressemble à celle d’une prison à la maison. Cependant, il essaie de vivre une vie normale, fait du sport et entretient de bonnes relations avec les personnes qui le protègent. Une fois, il raconte qu’il a rencontré Julian Assange, qui lui aussi vit caché. Saviano lui a proposé de prendre une photo dans laquelle ils posent sérieusement pour montrer qu’ils sont encore puissants. En revanche, Assange considère que la mafia aura plus peur en les voyant relaxés et heureux et finalement la photo a été prise en accord avec cette dernière proposition. À la fin, pour alléger l’ambiance, il raconte qu’une fois il a été reconnu par quelqu’un qui stupéfié lui à dit : « Μais, c’est toi ! » et lui, en donnant la mauvaise réponse a dit : « Non, ce n’est pas moi ! ».

b)     L’a-t-il regretté ?

«Chaque bon livre mord la stupidité», Saviano nous rappelle la fameuse phrase de Kafka. Avec un peu d’amertume, il admet qu’il aurait peut-être pu écrire Gomorra de manière à ne pas mettre sa vie en danger. Il dit que depuis qu’il a écrit le livre il a la même pensée que quelqu’un ayant vécu le traumatisme d’un accident. Selon lui, quand nous avons un accident nous pensons toujours que si nous avions choisi une autre direction nous ne l’aurions pas eu. Il pense qu’il est injuste d’être condamné à ce type de vie, mais il considère que la vie en général est injuste. Enfin, il raconte l’histoire d’un prisonnier convaincu de l’existence de son âme seulement après avoir été violemment torturé, il était prêt de la perdre. Saviano conclut en expliquant que les hommes ne se rendent pas compte de la valeur des choses que quand ils les perdent.

La littérature pour Saviano

« À force de regarder l’abîme, l’abîme regarde en vous », Saviano cite la phrase célèbre du philosophe Nietzsche pour souligner l’importance de la littérature. Selon lui, la littérature est la seule façon de se développer et de changer le monde autour de nous. Même s’il est devenu un « monstre » à travers les yeux de la mafia, il respecte encore ses lecteurs et c’est la raison pour laquelle il continue à écrire. De plus, il trouve que la littérature réellement dangereuse n’est pas celle de l’auteur, mais celle des lecteurs qui ne ferment pas les yeux et décident de se plonger dans les histoires noires, violentes et tout à fait réelles.

Retour à Naples

À la fin, Saviano exprime sa peur par rapport au procès de Naples, qui eut lieu quelques jours après la conférence. Saviano a annoncé en public le nom d’un chef des ma

Les étudiants du Master Erasmus Mundus CLE et Roberto Saviano

fieux en brisant le silence et en n’obéissant pas aux lois de l’omertà que la mafia impose. Pour cette raison, il a été dénoncé par cette mafia qui l’a menacé en public et en présence de ses avocats. Il avoue que ce jugement est parmi ses peurs les plus grandes et il s’interroge sur l’existence de la démocratie à l’« état » des mafieux. Il présente aussi l’exemple du récent assassinat d’une fille mexicaine tué à cause des « tweets » qu’elle écrivait sur son ordinateur par rapport au trafic de drogues. Bien qu’elle ne soit pas très connue et qu’elle n’ait pas influencé l’agence anti-drogue et le gouvernement américain, elle a été tuée par la mafia.

Avis Personnel

Cette conférence m’a vraiment plu, car j’ai toujours voulu rencontrer Saviano et lui poser des questions. En général, l’ambiance était très agréable et Saviano a fait rire l’audience bien des fois. Quand par exemple un portable a sonné dans la salle, il a rigolé en disant que le rythme lui plaisait beaucoup. Il a également annoncé qu’il présentera son nouveau livre à Paris, car c’est cette ville qui l’a fait « citoyen français », en lui fournissant une fausse identité. Mais cette conférence était aussi une occasion pour me questionner sur le pouvoir de la Mafia. Pourquoi ce phénomène a pris de telles dimensions ? Pourquoi la politique ne peut pas exploiter son extension ? La mafia aurait-elle envahi à ce point le monde de la politique et serait-elle devenue si puissante que même nos sociétés sont désormais incapables de vivre sans sa « protection » ?

      

Lecture de Noëlle Revaz

Date : 17 septembre 2014

Lieu : Bibliothèque municipale de Mulhouse

Compte-rendu de la première conférence du cycle helvétique 2014-15 par Federica Remondi, M1 Master CLE – Erasmus Mundus, 2014-15, 19 octobre 2014

Lecture – Noëlle Revaz

Interview animé par Jacques Lindecker en partenariat avec ILLE

Jacques Lindecker a d’abord présenté au public l’écrivaine Noëlle Revaz en lui posant plusieurs questions sur sa vie privée et professionnelle. Née en 1968, elle était la sixième de neuf frères et sœurs et elle a grandi dans le canton du Valais en Suisse. Dès son enfance, elle a toujours été très attachée aux études et à la lecture, comme tous ses frères et sœurs. Dans cette ambiance, elle a grandi en écrivant beaucoup de textes et de poèmes qui, d’après elle, n’étaient pas véritablement de « la littérature ». À Berne, à Vienne et à Leipzig il y a la possibilité d’avoir un baccalauréat en Écriture Littéraire et Noëlle Revaz accompagne quelques étudiants à la rédaction de leurs livres dans l’institut de Berne.

Après avoir enseigné le latin dans des écoles privées suisses, elle a véritablement commencé à écrire à l’âge de 26 ans. Au début, elle écrivait surtout des monologues et des nouvelles pour la radio, d’abord à propos de sport. Elle se cachait derrière un pseudonyme masculin, celui de Maurice Salanfe. Lorsqu’elle a trouvé son style, elle a commencé à écrire sous son vrai nom.

Son premier roman – Rapport aux bêtes

L’auteure a écrit son premier roman Rapport aux bêtes à l’âge de 31 ans.

Le personnage principal est Paul, un paysan violent « qui s’attache aux bêtes parce qu’il ne comprend pas les humains » souligne l’auteure. Sa femme n’est pas capable d’exprimer sa frustration de vivre dans l’ombre d’un mari pareil. Enfin, la situation change lorsqu’à la ferme vient habiter un ouvrier s’appelant Georges provoquant l’humanisation du regard de Paul.

La nouveauté demeure dans le langage utilisé par l’écrivaine : il s’agit d’un langage primitif lié aux bêtes de ce paysan. Noëlle Revaz déclare qu’elle « voulait vraiment créer un langage tout à fait artificiel ». C’est ce nouveau langage qui a lui permis de gagner les prix les plus prestigieux en Suisse, dont le prix Schiller et le prix Marguerite Audoux ; une langue qui peut sonner très régionale. En commentant le livre, Jacques Lindecker décrit la réussite de son succès et de son but de devenir une écrivaine connue, lorsque le livre a été publié chez Gallimard en 2002, prenant les distances d’un panorama seulement régional. Ensuite, le livre a été traduit aussi en anglais, en allemand et en italien.

Son deuxième roman – Efina

En parlant de son deuxième roman, Noëlle Revaz se confie avec son public : « Après tout cela, tout ce travail de construction d’un nouveau langage, j’ai eu envie de revenir à l’utilisation du passé simple, de l’imparfait et de la bonne grammaire ».

En plus au moment où elle a commencé à écrire son œuvre elle avait « le dégoût de la lecture, le dégoût des monologues, le dégoût aussi des histoires d’amour. Mais ça, c’est tourné contre moi-même » dit-elle « Efina c’est tout à fait une histoire d’amour, comme le premier roman ».

C’est l’histoire d’une jeune fille, Efina, plutôt banale qui tombe amoureuse d’un homme plus âgé nommé T. Il est comédien et elle est une de ses admiratrices. Le choix de ne pas utiliser le nom du personnage souligne le fait qu’il est célèbre (on cache son identité) et aussi qu’Efina aime l’homme qui monte sur scène et non l’homme lui-même. Ils jouent un jeu autour d’une relation entre l’homme séducteur et une admiratrice. Ils se quittent, ils ont d’autres relations, des mariages et des séparations, mais ils restent amants pendant toute leur vie. « Il s’agit malgré tout d’un vrai amour, puisque les personnages ne peuvent pas se séparer » commente Noëlle Revaz.

Son troisième roman – L’infini livre

Les personnages de ce roman sont les livres et les auteurs, ainsi que les lecteurs et les médias. En un mot, c’est la société entière qui donne une importance à son aspect extérieur.

Jenna et Joanna se ressemblent beaucoup : elles ont le même aspect physique (elles sont brunes), elles sont des écrivaines et même leurs romans sont similaires. La seule différence entre elles est que l’une a trois enfants et que l’autre n’en a aucun. Jacques Lindecker présente le livre comme une « fable hyperréaliste » : il n’y a plus de vie intérieure dans le monde du livre et dans la société en général, on effleure seulement les caractères des personnages. Ce qui compte c’est la publication du livre et non son contenu ou l’inspiration qui l’a créé. « C’est la logique de rester à la surface du livre », nous explique l’auteure « le livre est devenu comme un objet, il ne suffit pas de l’ouvrir ». La vie des deux écrivaines est menée entre leurs familles et les programmes de télévision. M. Lindecker nous donne l’exemple d’un passage du roman où, pendant un programme, on fait la comparaison du livre d’une des protagonistes avec un autre livre, « oui, c’est exactement comme Lolita », sans rentrer dans les détails. Le contenu est seulement mentionné et non expliqué. « À la télévision ou à la radio, l’image évoquée est toujours simple et le monde aussi paraît comme cela, alors que c’est tout le contraire : il est très compliqué » dit Noëlle Revaz.

Tout se passe dans une émission télévisée d’une heure au maximum ce qui est trop peu pour analyser le livre. C’est un paradoxe par rapport aux heures de lecture qui sont nécessaires pour découvrir et comprendre une œuvre.

Du monde du livre elle passe à la société contemporaine qui est plongée dans les réseaux sociaux. L’auteure s’est moquée aussi de Facebook où les phrases et les mots sont sans signification. Mais plus encore, cette simplification rejoint tous les domaines : de la musique, qui est uniforme et devient elle-même un objet, aux enfants-stickers collés sur la fenêtre par Jenna. Il s’agit donc d’un univers très matériel et sans émotion qui relève d’une angoisse intérieure. L’infini livre est un roman qui montre l’habitude à tout simplifier et à donner uniquement l’importance à l’apparence.

Toutes les comparaisons superficielles nous éloignent de plus en plus du contenu et de la vérité. À ce propos Noëlle Revaz déclare que « Jenna et Joanna sont poussées par la société dans leurs livres qui ne deviennent plus que des miroirs d’elles-mêmes ».

C’est une histoire ironique ; elle n’est ni critique ni tragique.

À remarquer le choix stylistique de l’auteure : tous les verbes sont à l’imparfait parce que d’après elle « utiliser le passé simple pour la description était trop lourd dans ce cas-là. Je voulais que le roman ressemble à une machine qui ne peut pas s’arrêter ».

Echange avec le public

La rencontre avec le public a soulevé plusieurs questions. La première était à propos de la vie de Jenna et Joanna :

Est-ce qu’elles sont vraiment sans aucun contenu ?

« Non pas du tout » répond Noëlle Revaz « le livre explique plutôt la peur d’être soi-même et la difficulté à communiquer réellement, surtout dans l’endroit médiatique. Il y a une réflexion sur l’intérieur et l’extérieur. »

Est-ce que le livre est une critique de la société ?

« Non ce n’est pas une critique. C’est seulement une description de la réalité, parfois exagérée qui veut être une sorte d’annonciation du futur. Il s’agit seulement de la satire. »

Mais, hors du livre, quel est votre avis à propos de l’endroit médiatique et de la société ?

« La télévision montre la perte de valeur de la lecture, mais c’est la société, d’après moi, qui est vide, qui est plus intéressée par le livre « objet» que par son contenu. Il y a une perte de profondeur. Il faut seulement que l’écrivain soit bon, bien maquillé, etc. et que la couverture soit belle et captivante. On ne donne importance qu’à l’image. »

Est-ce que les livres en ligne et les dispositifs pour la lecture des e-books soulignent cette perte de valeur de la lecture ?

« Non, je crois que c’est tout à fait le contraire. Dans un premier temps moi aussi j’avais pensé à publier ce nouveau roman seulement en ligne. Mais c’était trop compliqué. La tablette et les livres en ligne accroissent la volonté de lire, parce qu’ils n’ont aucune image captivante, aucune couverture : on ne se focalise que sur les contenus. »

Commentaire personnel

J’ai trouvé cette conférence très intéressante, puisque j’ai beaucoup aimé les œuvres de la romancière. La réflexion entre la volonté d’apparaître et le vide qui se produit en conséquence est pour moi très bien construite dans les trois romans ; comme nous pouvons le constater dans l’attitude d’Efina qui aime un homme car il est célèbre et de Monsieur T. qui aime Efina uniquement parce qu’elle est une de ses admiratrices. Les deux satisfont leurs besoins d’être aimés ; mais encore une fois il s’agit de l’amour de l’apparence qui reflète une angoisse intérieure et la plus profonde solitude. Dans L’infini livre cette importance de l’image extérieure est encore plus visible, mais ce que je trouve véritablement intéressant est l’application de cette perte de valeurs à tous les domaines de la vie et de la société elle-même. C’est une histoire ironique qui ne dénonce pas directement la société, mais qui nous laisse sans doute beaucoup plus réfléchir.

Je voudrais souligner non seulement le contenu des livres, mais aussi leur structure stylistique. L’utilisation de l’imparfait dans L’infini livre ou la création d’un nouveau langage dans Rapport aux bêtes donnent l’importance au moyen d’habiller les mots et la syntaxe. C’est un instrument aussi puissant que le contenu. J’ai beaucoup apprécié ce choix de l’auteure.

Enfin, j’ai seulement une critique à faire, ou plus précisément une question qui, pour moi, reste ouverte, sans apporter une vraie réponse : à propos de cet incroyable travail bien réussi qu’est L’infini livre, pourquoi l’auteure a-t-elle décidé de publier son roman en version papier avec une couverture pareille ? Elle qui était si prompte à défendre le contenu des livres de tout enrobage publie néanmoins son œuvre. La version en ligne aurait été moins en contradiction avec ses dires. Je me demande si avec ce choix elle a voulu représenter et renforcer ce qu’elle décrit dans son roman : un livre « objet » qui parle de livres « objets ».

Journée d’étude Hackers

Journée d’étude organisée par Mathieu Freyheit et Frédérique Toudoire-Surlapierre

Date : 11 avril 2014

Lieu : Université de Haute-Alsace

Hackers – La Fiction du virtuel

Compte-rendu par Marine Parra et Marie-Lou Solbach (L3 Lettres, Université de Haute-Alsace, juillet 2014)

Le 11 avril 2014 s’est tenue une journée d’étude intitulée « Hackers – La fiction du virtuel ». Cette réflexion sur le personnage du hacker et le motif du hacking s’est déclinée autour de thèmes tels que la transgression, la menace virtuelle ou le rapprochement entre le corps et le hack. L’origine anglaise du verbe to hack désigne le travail à la hache fait « de manière non-conventionnelle, mais efficace »[1]. Il est donc d’emblée question d’une forme de marginalité et, peut-être, d’une brutalité à interroger. Au cours de cette journée pluridisciplinaire, différentes approches ont été envisagées. Dans une perspective informatique, M. Pierre-Alain Muller explique que le hacker se sert d’une faille pour s’infiltrer dans un système et potentiellement lui nuire. D’un point de vue juridique, il a par ailleurs été démontré par M. Philippe Schultz qu’il subsiste un certain nombre de lacunes dans la législation concernant les sanctions et les terminologies des différents profils (le hacker, en droit français, n’existe pas). Enfin, une approche sociologique proposée par Mme Hélène Jeannin a permis de faire le lien entre le hacker réel et hacker fictionnel auquel il a donné naissance.

La figure du hacker

Bien qu’il soit un personnage de l’ombre, une représentation concrète et commune est apparue. Le hacker est décrit de manière à rassembler toujours les mêmes traits caractéristiques. Hélène Jeannin en a ainsi dressé un portrait-robot : il s’agit très souvent d’un jeune homme, parfois adolescent, qui maitrise les outils technologiques et motivé par le défi. C’est une personne astucieuse, créative qui agit principalement de nuit, à qui l’on attribue souvent l’étiquette de criminel. Cette description sert aussi de moyen pour appréhender la figure du hacker comme outil de stabilité dans une société instable. Selon elle, le hacker est perçu comme une clé de compréhension manichéenne. Il est donc double, désigné par l’appellatif « black hat/white hat » et toujours caractérisé dans son rapport à la transgression des règles.

Cette tendance à la violation lui permet de s’affranchir des codes et provoque une confusion entre réel et virtuel. Ce désordre devient un élément dramatique réinvesti massivement par la littérature et le cinéma. Dans la littérature jeunesse, comme le suggère Laurent Bazin, le brouillage devient identitaire. Il observe un double mouvement de l’appropriation du hacker dans le roman contemporain pour adolescents. Dans un premier temps, le pirate informatique occupait la place d’opposant à l’adolescent-héros : cette distribution des rôles sert l’appréhension par l’enfant du bien et du mal. Pourtant, de façon plus surprenante, l’évolution du personnage le pose comme adjuvant et même héros autodiégétique. Le personnage de hacker permet de souligner la quête identitaire liée à l’adolescence, quête qui n’est pas linéaire mais qui retranscrit les détours de la recherche et l’acceptation de soi. Il met ainsi en lumière les mœurs changeantes de la société et l’imaginaire collectif en perpétuelle évolution.

Plus qu’une évolution, le hacker pourrait nous faire assister à une désincarnation. Mme Hélène Machinal a montré, en prenant appui sur la série Sherlock, que le personnage possède des attributs robotiques. Les caractéristiques du hacker se manifestent physiquement : Sherlock est un personnage de la nuit, blafard, asocial et prodigieusement intelligent au point qu’il ne semble pas humain. Il a un comportement d’automate et son cerveau s’apparente à un disque dur où tout est enregistré, rangé et connecté. Elle choisit un corpus de science-fiction auquel elle associe la figure mythique du détective de roman policier. On retrouve alors la problématique de l’identité déjà évoquée au cours de la matinée, une identité « dupliquée et répliquée » entre enquêteur et criminel. Ce brouillage identitaire rejoint celui qui trouble les « frontières entre réel, virtuel et fiction ».

La perméabilité de ces frontières est également reliée aux motifs du jeu, du défi et de la mystification. Cet aspect du personnage a été éclairé par la double intervention d’Anne-Laure Bonvalot et Alice Pantel. Un travail à quatre mains qui s’est plus particulièrement penché sur le roman espagnol contemporain. Un des supports utilisé, Alba Cromm, met en scène un cyber-thriller dont la fin déroutante participe de cet enjeu de l’usurpation des identités. En effet, le personnage, Némo, supposé être un pervers pédophile, se trouve finalement être un enfant. Le fantasme du criminel redoutable est déjoué par la protection et l’anonymat que permet l’écran d’ordinateur. Leur deuxième support transpose la fiction dans la réalité où la mystification prend la forme d’un faux numéro du quotidien Quimera créé par Vicente Luis Mora. L’illusion est complète car il invente des entretiens, insère des poèmes, des articles, des glossaires et va même jusqu’à engendrer des écrivains. Cet artefact contient même des indices sur son identité disséminés au fil des pages comme une chasse au trésor. Mais au-delà du jeu, l’objectif principal est de faire pendre au lecteur la mesure de sa crédulité face à la presse. La création littéraire permet le déploiement d’un moi fantomatique et secondaire car le hacker se met au service de l’intérêt général ou de la révélation[2].

 Un personnage aux multiples visages

Le hacker est un nouveau-né dans le champ culturel et pourtant ce n’est pas un inconnu car il réinvestit un grand nombre d’archétypes. De manière non-exhaustive, il est possible de regrouper les différents visages du hacker en trois catégories indépendantes de la répartition bien/mal mais représentatives de l’ambivalence du personnage : l’espion, le voleur et le justicier.

Un des points communs aux diverses communications de cette journée d’étude a été de montrer le lien entre hacking et espionnage. L’espion est en quête d’informations et doit souvent, pour les obtenir, forcer les protections, contourner les barrières. Ainsi agit le hacker qui force les pare-feux pour collecter des renseignements, usurper des identités. Isabelle Boof-Vermesse, en s’appuyant sur la Sprawl Trilogy de William Gibson, présente un hacker qui doit entrer dans la matrice, double de la réalité, et déjouer ses protections. Mais l’espionnage n’est pas gratuit, il est motivé par un désir moteur et fait du hacker un voyeur. Le corps hante la fiction et le hacking devient « une aventure de conquête et de possession ». La désincarnation du personnage derrière son ordinateur est donc compensée par l’attraction et le désir exercés par l’acte de piratage, témoignage du pouvoir qu’il a sur l’autre dans la matrice. L’espion prend aussi la forme du détective qui se fait voyeur par obligation professionnelle. Le hacker détective agit pour l’intérêt du bien commun et justifie par là son acte de piratage, comme le précise Hélène Machinal en se basant sur la série Dark Angel.

Matthieu Freyheit, dès son introduction à cette journée d’étude, rappelle que le hacker est un « véritable passe-muraille, [il] s’inscrit dans un mouvement lu tantôt comme une heureuse découverte, tantôt comme une violente pénétration (une effraction), tantôt enfin comme une discrète infiltration, une intégration potentiellement suivie d’une extraction (d’informations par exemple) ». D’ailleurs, le hacker n’est reconnu juridiquement que lorsqu’il s’introduit dans un système et le pille, tant qu’il reste espion, il n’est qu’une figure immatérielle. On est donc passé de l’espion au voleur, au brigand et au pirate. Audrey Thiry présente le film d’animation japonais Summer Wars, dans lequel il suffit de se connecter depuis un ordinateur, une télévision ou un téléphone pour que des millions d’avatars alimentent le plus grand réseau social en ligne : le système d’Oz. Ce réseau est piraté par une intelligence artificielle qui se nourrit d’identités virtuelles (les avatars) pour détruire le système de l’intérieur. Cette création japonaise illustre « l’affrontement du réel et du virtuel » allant jusqu’à provoquer une cyber guerre. On voit ici se dessiner la puissance destructrice du hacker, puissance néanmoins canalisée par son essence : elle est virtuelle. C’est donc un brigand aux antipodes de sa nature puisqu’il est immobile et ne court plus les forêts. Pourtant il n’en est pas moins dangereux caché derrière son écran. Cette transgression a un impact sur le champ visuel et cinématographique comme on peut le voir dans The Matrix. Ce film a fait l’objet de plusieurs analyses au fil de la journée et semble exemplifier de nombreuses facettes du hacker auquel il a donné une figure iconique.

La présentation de Floriane Lopez a notamment montré le basculement du statut du personnage principal. En effet, Néo n’est au début qu’un jeune hacker perdu dans une société à laquelle il ne s’adapte pas. Pourtant, sa métamorphose en espion, en potentiel voleur même, transcende chacune de ces étapes pour devenir un véritable justicier. Héros prophétique, il l’est sans l’être tout à fait dans les deux premiers volets de la trilogie, de sorte que sa positivité finale reste quand même inattendue. Il devient un guide de la même façon que les machines sont devenues des adversaires, c’est à dire progressivement d’abord, puis de façon irrévocable et totale. Tommaso Meozzi s’est lui aussi intéressé au personnage et à sa singularité comme héros : le hacker serait, précise Matthieu Freyheit, à la fois alter héros et alter égo. M. Thomas Meozzi explique que le personnage de Néo permet au spectateur de se retrouver en lui, spectateur lui même coupé de la réalité devant son écran. Pour M. Meozzi, le spectateur devient un héros métaphorique et donc un hacker par procuration. Néo apparaît aussi comme une figure christique : son sacrifice viserait la survie de l’espèce humaine. En faisant passer l’intérêt commun avant le sien, il ressemble à un chevalier ou à un robin des bois des temps modernes.

Et son impact sur l’écriture

Le hacker étant un héros de la modernité, il implique de nouvelles conventions tant littéraires que cinématographiques et renouvelle les horizons. Elaine Despres  montre notamment l’émergence du monde informatique et les découvertes génétiques qui sont utilisées conjointement comme une arme dans le roman Oryx and Crake et dans la série ReGenesis. Bien qu’on discerne ici le danger et la menace du personnage (les deux fictions mettent en scène un hacker qui programme grâce à un virus la destruction du genre humain remplacé par « une forme de posthumain »), on peut noter la dynamique binaire de destruction/création. Le hacker est donc bel et bien une figure ambivalente puisqu’il oscille sans cesse entre destruction et création. Nous pouvons établir un parallèle avec la figure de l’auteur, qui lui aussi prend appui sur la réalité (de façon plus ou moins marquée) et crée du fictionnel. On peut également observer, comme le souligne Frédérique Toudoire-Surlapierre, un renouvellement du langage puisque le motif du hacker donne naissance à de nombreux jeux de mots : « narrhacker », « l’arnhacker » (Anne-Laure Bonvalot et Alice Pantel), ou encore « litterhackture » (Matthieu Freyheit). Il suscite le plaisir d’inventer, de jouer, de combiner les idées ; peut-on envisager comme Hélène Machinal l’hypothèse du piratage comme pacte poétisé de la création ? C’est bien l’un des enjeux de cette journée d’étude, et des recherches à venir sur cette problématique.

mise en abimeLes participants de cette journée d’étude :

  • Greta Komur-Thilloy, doyenne FLSH (UHA)
  • Frédérique Toudoire-Surlapierre, UHA
  • Matthieu Freyheit, UHA
  • Pierre-Alain Muller, Vice-président innovation UHA
  • Anne-Laure Bonvalot, Montpellier 3
  • Alice Pantel, Lyon 3
  • Tommaso Meozzi, Florence
  • Hélène Jeannin, Paris 3
  • Laurent Bazin, Versailles Saint-Quentin
  • Hélène Machinal, Université de Bretagne Occidentale
  • Floriane Lopez, ARFIS Lyon
  • Audrey Thiry, UHA
  • Isabelle Boof-Vermesse, Lille 3
  • Elaine Despres, Université de Bretagne Occidentale
  • Philippe Schultz, juriste

[1] Steven Levy, p. 19.

[2] Idée également proposée par Hélène Machinal