Conférence La vie d’un Institut de culture italien par Raffaello Barbieri

Conférence  de Raffaello Barbieri

Date : 28 février 2017

Lieu : Université Haute-Alsace

La vie d’un Institut de culture italien

Compte-rendu proposé par Anja Jovicin, Master 1 CLE

La conférence La vie d’un Institut de culture italien a été présentée par Raffaello Barbieri, directeur de l’Institut Italien de Strasbourg, le 28 février 2017, à la Faculté de Langues, Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Haute-Alsace à Mulhouse. La conférence a été divisée en deux parties – dans la première partie, il a parlé des informations générales sur les Instituts de culture italiens, et il a exclusivement dédié la deuxième partie aux activités et aux programmes de l’Institut à Strasbourg.

Première partie – les informations générales

Monsieur Barbieri a d’abord raconté l’histoire des instituts italiens dans le monde. Ce réseau contient en tout 90 instituts dans 60 pays du monde. Ils n’étaient pas tous ouverts en même temps. D’abord, ils ont été ouverts dans l’Europe de l’Est, sur le contient américain, puis après la Deuxième guerre mondiale ils s’ouvrent surtout en Europe ; dans les années 70 des instituts sont ouverts dans de nouveaux lieux comme en Afrique. Aujourd’hui il y en a 83 (vu que les instituts à Bagdad, Damas et Tripoli ont été fermés.)

L’Institut de culture italienne de Strasbourg a pour but la promotion de la culture italienne dans l’est de France ; il a été créé en 1952, mais inauguré en 1964, avec l’accord de Robert Schuman (qui représentait la France) et Carlo Sforza (qui représentait l’Italie). Il se situe dans une maison qui date de 1886. Monsieur Barbieri mentionne la loi 401 du 22 décembre 1990, selon laquelle les fonctions opérationnelles des Instituts sont les suivantes : établir des contacts et des collaborations, fournir des informations (services de diffusion et information – bibliothèque, filmothèque, services audio-visuels), créer des évènements de promotion culturelle (projections cinématographiques, expositions, manifestations culturelles, théâtre, conférences, séminaires, concerts etc.) ou linguistique (création des cours d’italien, examens de certification de connaissance de la langue, comme CILS, CELI, Certificazione di Universita di Roma 3, Certificazione Dante Alighieri). Quelques autres missions de l’Institut sont à noter :  établir des contacts avec d’autres institutions, les universités, les gouvernements locaux, établir le lien avec la communauté italienne dans le monde. Les Instituts de culture italienne s’occupent également de promouvoir la production éditoriale, la recherche archéologique, et de soutenir l’internationalisation de l’enseignement supérieur.

Deuxième partie – Activités de l’Institut de culture italien de Strasbourg

Dans cette partie, Monsieur Barbieri a évoqué beaucoup d’activités soit déjà organisées, soit qui seront organisées par l’Institut de Strasbourg, dans différents domaines culturels.

L’Institut a organisé des nombreuses activités liées au cinéma : les Rendez-vous au cinéma italien de Reims, les rencontres au cinéma Odyssée de Strasbourg, le Festival du Film italien de Villerupt, le cycle « Trésors du cinéma italien », encore au cinéma Odyssée. Ces activités servent à la promotion de la connaissance de la richesse du cinéma italien, et pas seulement de la période de la Dolce vita. D’autres activités sont liées à la littérature :  les conférences « Traduire l’Europe », les rencontres de littératures européennes de Strasbourg ; récemment, une rencontre avec Nicola Lagioia, lauréat du Premio Strega 2015, a été organisée. Dans les années d’activité de l’Institut, des différents auteurs italiens ont été invités, comme Alessandro Baricco, Roberto Saviano, Luciana Castellina, Erri de Luca, Michela Murgia.

Il y a eu également des événements liés à la musique, comme le Festival International de musique Fénétrage, des concerts comme le récital du piano de Beatrice Rana, le concert du pianiste Roberto Cominati, le concert de Mario Caroli (flûte) et Christine Heraud (clavecin), ou le concert de pianiste Gabriele Carcano. Et, encore, il y a eu des événements liés au design, comme l’exposition « Grafica utile. Les affiches d’utilité publique en Italie », l’exposition « I disegni di Alchimia (1976 – 1992) », les conférences des professeurs Daniele Balicco (IED Roma), Barbara Carnevali (EHESS Paris) ; des expositions de photographie (dernièrement, celle de Franco Fontana – Paesaggio italiano ; Budapest 1956), des expositions d’art (on rappelle Donatella Spaziani – dessins, collages, autoportraits), et des événements liés aux sciences sociales, comme la rencontre avec Maria Falcone (de la Fondation «Giovanni e Francesca Falcone »), et le colloque « Aux frontières de l’Europe ». L’Institut s’occupe également de science et de sport : avec des conférences et des journées d’étude (on peut mentionner la conférence de Paolo Ferri de l’European Space Agency, ou la journée d’études « La culture sportive dans l’Italie contemporaine »).

Un autre chapitre des activités de l’Institut est la célébration des  anniversaires des évènements marquants ; on rappelle les cours d’été dédiés à la thématique La grande guerra e Italia, en occasion du centenaire, ou les célébrations pour l’anniversaire de la République Italienne, ou pour le bicentenaire du congrès de Vienne (1815-2015). En outre, l’Institut collabore de façon régulière avec les Universités de Strasbourg, Mulhouse et Nancy, avec les consulats et avec les autres instituts en France ou à l’étranger.

En général, la présentation de Monsieur Barbieri était bien structurée, avec beaucoup d’informations intéressantes sur le fonctionnement et les buts des Instituts de culture italien, non seulement à Strasbourg, mais partout dans le monde. Etant le directeur de l’Institut à Strasbourg et ayant aussi été le directeur de l’institut de Moscou, il a relaté ses deux expériences. Sa présentation nous a apporté des informations générales sur les instituts, mais aussi le souvenir de ses expériences personnelles au sein de cette institution, qui constitue l’un des outils majeurs pour la diffusion de la culture italienne dans le monde.