Le rêve et la nostalgie dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi – Morgan CHIANELLA

Compte-rendu proposé par Morgan Chianella (L3 CLE,Université Haute-Alsace) de la conférence Le rêve et la nostalgie dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi présentée par Perle Abbrugiati dans le cadre d’une conférence organisée le 14 mars 2017 par le Département d’italien de la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines en collaboration avec le Master Erasmus Mundus CLE, l’Université de Haute-Alsace.

***

Professeur et docteur en littérature italienne (XVIII, XIX et XXe siècle),Perle Abbrugiati enseigne actuellement à l’Université d’Aix-Marseille tout en menant des travaux de recherches sur des sujets tels que la nostalgie, l’ironie, la mélancolie, la réécriture du mythe ou encore la chanson, dernier sujet de recherche en date.  Elle compte à son actif plus d’une vingtaine de publications et d’essais sur la poétique de Giacomo Leopardi dont elle est une des principales spécialistes en France et a notamment consacré une grande partie de sa carrière à l’étude de l’œuvre d’Antonio Tabucchi. Elle a contribué à son rayonnement en France, notamment via la coordination d’un numéro spécial dans la revue Italies dont elle est rédactrice en chef. Elle semble donc être une invitée de choix pour discuter autour de l’œuvre d’Antonio Tabucchi et mettre en lumière d’autres aspects de son écriture. Le rêve et la nostalgie, au centre de cette communication, occupent également une place prépondérante dans les écrits du célèbre romancier.

Antonio Tabucchi est un écrivain à l’image de ses personnages : énigmatique, fugace. Perle Abbrugiati le considère comme « pas facile à définir » car lui-même ne définit jamais les choses de façon drastique et conserve une ambiguïté persistante aussi bien quant à sa personne que son écriture. S’il y a des écrivains de l’espace qui nous transportent et nous font découvrir des lieux, il y a ceux du temps qui nous font réfléchir et nous transportent dans les affres de notre être passé mais aussi à venir. Chez Tabucchi, les deux notions semblent s’assembler et se confondre, quitte à mener ses héros et ses lecteurs à la déroute. En effet, la notion d’espace s’illustre par le voyage que mènent les personnages, mais souvent ce voyage n’est pas tant physique que spirituel. L’espace de pérégrination qu’il offre à ses héros est plus d’ordre mental, psychique, rendant ainsi le voyage d’autant plus conceptuel.  C’est dans cette perspective que le rêve entre en jeu. Effectivement, le rêve est par définition ce qui n’existe pas et Tabucchi s’illustre comme un écrivain de ce qui n’est pas, de ce qui fût et n’est plus. Il nous invite à explorer une dimension du non-actualisé, du non-avéré qui aurait pourtant pu être. Comment en tant qu’individu aurais-je dû agir ? Comment aurais-je pu changer les choses à cet instant précis ? Et si je n’avais pas fait ce choix ? Autant de questions résultent de l’écriture de Tabucchi. En mettant au centre de ses récits un individu en proie à ses propres questions existentielles, il convoque finalement une conscience collective qui se reconnaît et s’identifie aux problématiques exposées à un niveau singulier.

Écrivain mais aussi explorateur semble-t-il, Antonio Tabucchi explore le temps et la mémoire qui s’y rattachent de façon très particulière, dans le sillage d’une génération d’auteur défiant toute linéarité de la littérature. Ce qui l’intéresse, c’est d’imaginer ce qui ne peut se vérifier dans le réel, ce qui ne peut qu’exister dans la supposition et la fantaisie. Cette conception littéraire particulière dans l’acte d’écriture d’un récit d’évènements tend à créer un sentiment d’étrangeté au sein de l’œuvre et affirme la visée non didactique de l’écriture. En effet, Tabucchi cueille et met en action une conscience qui pense et revient sur des évènements passés, qui va construire un parcours pas forcément logique subissant les aléas de la mémoire. Nous assistons en tant que lecteur, bien qu’assidu, à une perte de repères chronologiques et c’est là que réside toute la spécificité de l’écriture de Tabucchi. Il ne se base pas sur une logique euclidienne de l’écriture, au contraire, il cherche à casser les codes pour se rapprocher d’une écriture basée sur le mode du stream of consciouness, c’est-à-dire une écriture de l’émotion et de l’instant. La voix du narrateur s’entend et sa pensée illogique, décousue, est retranscrite telle quelle, sans chercher à la reconstruire de manière claire et concise. Tabucchi fait le choix de reproduire sur la page cette image de pensée fluctuante et désordonnée. Il ne désire pas mettre son lecteur à l’abri de ce vacarme, mais il le laisse s’acclimater -ou non- à cette écriture du désordre et à essayer de s’y retrouver. Cette écriture caractéristique se développe à des degrés différents selon les œuvres mais une chose est sûre, c’est qu’elle demande voire réclame une bonne disponibilité du lecteur.

Exposer la conscience d’un individu, c’est également exposé ses émotions et ses craintes. Parmi les angoisses existentielles de l’Homme nous retrouvons sans aucun doute la mort et le deuil. L’idée de l’infime qui est liée est une autre notion récurrente dans l’œuvre de Tabucchi. Effectivement, le lecteur fait face à une conscience post-drame, à une personne qui livre plus son état émotionnel et psychique que le drame en lui-même. Il ne s’agit pas d’un parti pris de la facilité car il est question de retranscrire une psyché fragilisée par la tragédie sans en parler ou très peu. La lecture d’une lettre de Calypso à Ulysse, imaginée par Tabucchi, nous a permis de mieux saisir cette idée de la mort et de l’angoisse exprimée dans ses œuvres. Cette lettre agit comme une véritable méditation intérieure de Calypso quant à sa condition et son immortalité puisqu’Ulysse la quitte en refusant sa proposition d’éternité. En tant qu’humain, il appartient à une réalité bien encadrée par l’espace et le temps, tandis que Calypso appartient à un non-temps et un à non-lieu. Ici, l’angoisse est totalement inversée et bousculée : tout humain voudrait échapper à la mort et au temps qui passe mais Calypso, elle qui est éternelle, envie celui qui se trouve dans le temps. Elle voit son éternité comme un emprisonnement, notamment lorsqu’elle imagine Ulysse vivre, accomplir des choses et changer. Tabucchi renverse la norme dans le cas présent, en présentant un personnage nostalgique du temps qui passe.

A cette idée de nostalgie du temps qui passe, s’ajoute la nostalgie des personnages au regard des êtres qu’ils ont connu et qui ne sont plus. Il y a cette forte impression que le personnage tabucchien fréquente des présences fantomatiques par la pensée, avec l’idée sous-jacente que les gens qui nous ont accompagnés ne nous quitte pas, comme dans le cas de Pereira dans le célèbre roman Pereira prétend. Ce personnage emblématique de l’œuvre tabucchienne est caractérisé par une mélancolie accrue du passé et surtout de sa défunte femme, à qui il parle via son portrait photographique. Il se confie à elle, lui fait part de ses doutes et lui pose même des questions quant à sa façon d’agir, aux décisions qu’il doit prendre. Le défunt apporte ici une perception différente des évènements qui ont lieu pour le protagoniste. Dans le cas de Pereira, il lui permet de prendre une double prise de conscience : il s’indigne face à un acte de violence (l’assassinat de Monteiro Rossi) et réalise que le personnage mort de Monteiro devient présent à lui comme sa femme l’est depuis le début du récit. Il va continuer à être en lien avec la présence de ce jeune homme et sa femme et cela va lui donner le courage d’agir face à un gouvernement totalitaire.

Dans Piazza d’Italia, le protagoniste principal est lui aussi en proie à la nostalgie mais à la nostalgie s’ajoute dans son cas, le rêve et la dimension onirique. L’objet réel de la narration est historique, il s’adresse à un lecteur qui connaît les principaux évènements de l’histoire italienne et pourtant le récit est non historique. Le récit s’ouvre sur le rêve du protagoniste qui voit mourir son père et avec qui il va ensuite entretenir une discussion. Son père va lui transmettre son expérience, lui faire mieux comprendre ce qu’est la mort. Derrière cette discussion entre un père et un fils, il y a l’idée que les générations se transmettent quelque chose par le filtre de leur vécu. Dans le cas présent de Piazza d’Italia, l’Histoire se transmet via le filtre onirique du protagoniste qui communique avec son père décédé sur les différents évènements qui ont fait de l’Italie ce qu’elle est aujourd’hui. Le sens y est presque idéologique mais aussi affectif car l’idée principale du récit est liée au réel politique car il s’agit de transmettre des valeurs qui passent par une image onirique qui ne va tout de même pas contre le réel. Si le réel semble si complexe à appréhender au point de paraître irréel c’est en raison de deux thèmes très importants : l’envers et le malentendu. Derrière ces deux thèmes, il y a l’idée que le monde n’est pas simple et que l’Homme, en tant qu’image réduite du monde, ne l’est pas non plus. Il ne prend pas toujours les bonnes décisions, parfois par choix ou parfois par erreurs d’aiguillage. Les personnages tabucchiens reflètent cette idée d’erreur et de malentendu car souvent ils reviennent sur des choix passés qu’ils regrettent : ils ne se sont pas compris à un certain moment de leur vie et celle-ci a pris une tout autre tournure à cause d’un tout petit détail qui a tout renversé. Finalement, les malentendus semblent avoir une grande importance. Pour Tabucchi et ses personnages, ils sont à l’origine d’un processus de retour en arrière, de retour sur soi pour voir où se trouvait l’aiguillage qui a guidé notre vie dans un sens et pas dans un autre. Mais dans cette quête de retour vers l’élément déclencheur, l’égarement peut très vite surgir et mettre l’individu en déroute quant à son identité personnelle, comme pour le personnage de Roux-Xavier dans Nocturne Indien. Il incarne à lui seul le personnage Tabucchien par excellence, qui pérégrine dans l’espace intérieur de sa vie à la recherche de ce qu’il a perdu, un être cher ou dans la plupart des cas, lui-même.

En outre, les spécificités de l’écriture d’Antonio Tabucchi brièvement abordées lors de cette conférence, expliquent sans aucun doute à la fois le mystère autour de l’homme et le succès de sa production. Ancrés dans le temps, les personnages de Tabucchi vont et vient entre passé et futur, entre ce qui est, n’est plus ou pourrait être. Ils nous livrent une narration passant par le prisme de leur conscience, parfois meurtrie, déchirée, nostalgique, à la limite entre la perception réelle et la perception onirique. Tel est leur véritable voyage et par extension, le nôtre.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dialogues mulhousiens (14 août 2017). Le rêve et la nostalgie dans l’œuvre d’Antonio Tabucchi – Morgan CHIANELLA. Dialogues mulhousiens. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nlwu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search