Variations et inventions. Mélanges offerts à Peter Schnyder – Tamar BARBAKADZE

Recension proposée par Tamar Barbakadze (Université de Lausanne) de l’ouvrage de Tania Collani (dir.), Variations et inventions. Mélanges offerts à Peter Schnyder, Paris, Classiques Garnier, 2015, 526 p.

***

En rassemblant plusieurs articles du domaine de l’art, de la poésie, de la musique et la littérature, le volume « Variations et Inventions » (2015) souhaite témoigner des liens singuliers que ses auteurs entretiennent avec Peter Schnyder, professeur de littérature à l’université de Haute-Alsace et directeur de l’institut de recherche en langues et littératures européennes (ILLE), dont le parcours scientifique était principalement guidée par l’ambition de faire connaître au monde l’œuvre d’André Gide, ainsi que de promouvoir la poésie et la littérature francophone. Les contributeurs, qui saisissent l’occasion du départ à la retraite de l’universitaire pour rendre hommage à sa carrière, expliquent chacun ce que les travaux de Peter Schnyder ont apporté à leur vie scientifique et personnelle. L’ouvrage, dirigé par Tania Collani, est organisé suivant une perspective pluridisciplinaire. Distribués en huit chapitres, les trente-quatre articles mettent l’accent sur les échanges entre différentes disciplines artistiques. En effet, l’ouvrage offre des exemples de l’analyse de la poésie et de la musique, de la littérature et de l’esthétique de la traduction à l’aide d’approches philosophiques, comparatives et interprétatives. En outre, on trouve dans les pages de cet ouvrage collectif un aperçu sur la biographie et l’œuvre d’André Gide ainsi qu’un chapitre qui dresse le portrait de Peter Schnyder.

« Quelques variations autour d’André Gide »

La partie intitulée « Quelques variations autour d’André Gide », s’appuie sur six contributions qui proposent une critique de l’œuvre et la personnalité de l’écrivain. Les premiers quatre intervenants, Pierre Masson, Frank Lestringant, Éric Marty et Luc Fraisse, analysent la position politique et l’engagement gidien, tandis que Martine Sagaert et Peter André Bloch s’efforcent de dresser une cartographie de la biographie de l’écrivain. Pour atteindre l’objectif de cette partie, le premier intervenant, Pierre Masson, revient sur les premières années d’existence de La Nouvelle Revue Française, le moment où Gide, au nom de l’Art, s’était élevé contre le slogan de Charles Maurras « politique d’abord » et qualifie l’engagement gidien d’ « esthétique ». Le critique estime que l’engagement gidien est d’abord placé sur le plan esthétique, il passe ensuite sur le plan religieux — catholique— et plus tard, sur l’action politique, suite au voyage au Congo et « la prise de conscience de l’injustice ». Ainsi, l’intervenant souligne que l’engagement gidien est « à rebours d’un Sartre et des intellectuels des années 1950, il est d’abord inscrit dans l’action, et ne se transforme qu’après coup, et particulièrement, en réflexion théorique » (p. 34). Parmi d’autres publications, ce sont selon lui les Pages de Journal, qui mettent en exergue le dévouement de Gide à l’égard du communisme, et montrent, dès lors, à quel niveau l’écrivain admirait « l’individualisme communiste » (p. 35). Toutefois, la contribution porte également un regard sur le fait, que si au début le soutien d’André Gide pour l’écriture engagée et son concept d’individualisme faisait débat, à partir de 1940 on observe la mutation des thèmes de son écriture, ainsi que le changement de son discours politique. Le deuxième intervenant, Frank Lestringant, analyse comment les activités du parti communiste correspondaient aux attentes de Gide (p. 45). En s’intéressant à la foi de l’écrivain, la contribution revient sur cette idée que l’athéisme de Gide a pour but de combattre l’idéologie chrétienne, et en particulier, l’Église voulant estropier le Christ. Lestringant estime que l’écrivain, militant, reconnaissait la figure du Christ (p.48), mais se méfiait de toute dogme, en parallèle de l’acceptation de l’idéologie communiste. De même, en revenant sur 1898, année de l’affaire Dreyfus, le troisième intervenant Éric Marty analyse la position de Gide et définit sa politique comme « aux marges ». D’après le critique, c’est un « engagement extrêmement profond » (p. 62).

Puisqu’il est question de l’engagement, les auteurs mettent l’accent sur le fait que chez Gide des réflexions militantes s’incarnent souvent dans le tissu littéraire. En se concentrant sur l’intérêt de l’écrivain pour la mise en abîme, c’est-à-dire pour « la duplication en miniature d’un aspect de l’œuvre dans l’un de ses motifs », l’article de Luc Fraisse illustre comment le Journal des Faux-monnayeurs diffuse les idées des Faux-monnayeurs au sujet de la nécessité du renouvellement du genre romanesque, s’autorisant ainsi d’« entrer in medias res » dans l’histoire (p. 76).

Derrière toutes ces activités littéraires ou politiques, quelques faits importants de la biographie de l’écrivain fournissent beaucoup d’éléments pour révéler l’ouverture d’esprit et l’autonomie de Gide. Si Martine Sagaert jette un regard sur les archives familiales — les cahiers de comptes de Juliette Gide— pour mettre en lumière l’attention que cette mère portait à son fils (p. 93), Peter André Bloch, en revenant sur le voyage de noces d’André Gide et de sa femme Madeleine à travers l’Europe centrale et l’Afrique du Nord, met en évidence la crise du couple dont les besoins, les visions et les conceptions de vie différaient complètement (p. 105).

« La Poésie, avant toute chose »

L’intérêt que Peter Schnyder révèle pour le genre poétique, notamment pour le pouvoir de la poésie « sous l’angle de sa réception moderne et de sa portée spirituelle » (p. 123), est principalement dû à la liberté qu’elle donne au créateur. C’est sur ce thème que six chercheurs, ayant la volonté d’expliquer le paradoxe de la poésie, se penchent. Le fil rouge qui parcourt cette partie du volume est celui de la définition du cadre d’analyse de ce genre. Si Patrick Amstutz focalise d’un côté sur le pouvoir de la poésie de dialoguer avec différentes formes d’art, sur la possibilité « d’entendre une langue inhabituelle », ainsi que sur « la patience » qu’elle exige (p. 124), Madeleine Bertaud essaye de l’autre, de fournir un exemple où la poésie dialogue avec la peinture en se focalisant sur Le Dit de Tianyi (1998), l’œuvre de François Cheng. C’est l’observation des visages du point de vue d’un contemplateur et d’un poète qui rend la densité à cette création artistique, s’autorisant « d’expliquer des sentiments, voire de les justifier, en se reportant à son époque et à son histoire », et fait dès lors réfléchir à la « condition humaine » (p. 140).

Dans le même esprit, le deuxième intervenant Jean-Michel Wittmann montre, à travers l’examen de Greco ou le Secret de Tolède, comment certains livres peuvent dépasser les contours du genre. En observant une démarche narrative que Barrés adopte pour revivre le secret de Tolède en parallèle de la tentative de raconter la biographie de Greco, le chercheur met l’accent sur le fait que « la quête poétique prend ici le pas sur l’entreprise biographique » (p. 125).

La contribution de Régine Battiston permet de porter un nouveau regard sur la cohabitation de la nature et de la poésie dans les pages de Jacques Chessex. L’excellence de cet art se produit par la transfiguration poétique de la nature vaudoise — ce qui constitue le sujet important de son œuvre — traduisant souvent une personnification et une spiritualisation de celle-ci (p. 159).

Au-delà des articles portant sur la question du « pouvoir de la poésie », les pages de cette partie du volume contiennent un Contresonnet et des poèmes, intitulés « Inventaires », dédiés à Peter Schnyder par Ruggero Campagnoli (p. 175) et Vahé Godel (p. 177).

« Crise de vers et crise de prose »

Les conceptions et les textes introduits dans la troisième partie intitulée « Crise de vers et crise de prose », mettent en évidence le goût et les préoccupations qui se reflètent dans les créations artistiques de l’époque. Les intervenants souhaitent porter à l’attention du lecteur ces nouveaux « espaces » poétiques— apparaissant au XXe siècle — que les critiques souhaitent explorer. Mais il y a également de nouvelles « crises », engendrées dans la prose et la poésie à la suite de la guerre et des autres enjeux extérieurs, sur lesquelles le collectif se penche. Les articles proposés dans cette partie du volume se focalisent sur les nouveaux « espaces » poétiques et critiques en revenant sur l’influence des innovations des frères Goncourt (p. 181), et en discutant sur le rapport entre poésie et peinture (p. 203), ainsi que sur les nouvelles « crises », rendant compte du savoir laissé par Valéry, Proust, Freud et Warbourg (p. 233), de la réécriture du drame de Babel (p. 265), et de la mise en scène de la violence de l’homme dans la prose (p. 277).

Plus spécifiquement, le premier intervenant Robert Kopp, l’auteur de l’article « Ces infréquentables Goncourt » met l’accent sur les innovations, les conceptions et les observations proposées par ces frères, « à la fois aussi célèbres et aussi peu lus », dans leurs romans, dans leurs livres d’histoire et dans leur Journal, et révèle comment ils refusaient la morale de la société et l’histoire traditionnelle. D’après Kopp, non seulement les frères Goncourt allaient contre les conventions esthétiques voulant d’ajouter des éléments imaginaires dans le roman, c’est-à-dire, d’échapper à décrire la réalité, mais ils dénonçaient également la censure et la fausseté de leur époque également.

La deuxième intervenante Marie Joqueviel-Bourjea, constate pour sa part que l’espace du dialogue entre peinture et poésie a été pour la première fois exploré pour la première fois par Marcelin Pleynet (1998). Toutefois, elle ajoute que l’époque contemporaine, malgré des analyses historiques, linguistiques ou relationnelles que les chercheurs utilisent pour aborder cette question, n’a pas encore bien éclairé le rapport entre l’image et le texte (p. 205). Basée sur la « fascination réciproque », le paradoxe de l’alliance entre poésie et peinture est celui de dialoguer sans utiliser les mots, puisqu’il est impossible de tout exprimer avec les mots, en particulier « un voir qui échappe au dire » (p. 216).

C’est le troisième article, intitulé « Ichnographies de la Mémoire : de Valéry à Proust, de Freud à Aby Warbourg », qui vise à trouver la solution pour explorer la nouvelle « crise » dans la littérature du XXe siècle. Pour qu’on puisse analyser la littérature de cette époque, la conservation du savoir venant de Valéry, Freud, Proust ou Warburg semble très important pour Serge Bourjea. En rendant compte de l’influence de la période de l’entre-deux-guerres sur la littérature, à côté des conceptions mnémoniques de Freud et de Proust, celle de Valéry — qui ne rejette pas la notion d’Inconscient — permet également d’observer le processus de remémoration. Le projet Ovide chez les Scythes insiste sur la révélation d’une théorie de la Mémoire, sur la réapparition de la trame chez Valéry et, dès lors, ouvre les chemins de La Jeune Parque. Il ne s’agit pas de remémoration de l’expérience vécue, mais de donner une impulsion à l’invention ou à la recomposition des souvenirs en respectant les lois de la psychologie moderne (p. 233). Bourges utilise la notion de Michel Serres d’« ichnographie » pour nommer ce geste.

Tania Collani, la quatrième intervenante, en empruntant la réflexion à Peter Schnyder sur l’apparition du drame de Babel en sens contraire, avec « ses élans de positivité » dans la poésie du XIXe siècle, s’intéresse à « la crise du vers et de la prose » dans la littérature moderne. Revenant sur Babylone (1927) de René Crevel, c’est la réécriture du mythe qui forme le sujet de son analyse. L’évocation de l’image de Babylone dans cette prose poétique sert à opérer la remémoration et à représenter le rêve et la réalité, faisant donc écho à la notion d’Inconscient de Freud, notamment, « à l’idée de surface et de profondeur » (p. 272).

La dernière contributrice de cette partie de l’ouvrage Anna Soncini Fratta montre, à travers l’analyse de La Grâce de l’ennemi (1999), le roman de Maria Maïlat — l’écrivain d’origine de Transylvanie — la brutalité et la violence de l’homme pour qui les mots, le discours humain sont sans valeur, et pour qui la culture elle-même (dans ce cas-là balkanique) est un frein au développement (p. 277).

 

 « Inventer, est-ce comparer ? »

La quatrième partie « Inventer, est-ce comparer ? » comprend cinq contributions : trois articles, une composition musicale « Fantaisie sur trois airs suisses » et douze plaquettes — offertes à Peter Schnyder en témoignage d’amitié. La première intervention porte sur le rôle de la littérature dans la compréhension du monde. L’intervenante Frédérique Toudoire-Surlapierre soutient que le savoir littéraire ne devrait pas être seulement perçu comme un héritage culturel, mais comme un lieu de réflexion, de provocation de nouvelles idées (p. 293). En empruntant la définition de la reconnaissance à Paul Ricœur introduite dans Soi-même comme un autre, elle constate que c’est à la base du principe de la comparaison qu’une autre image ou une nouvelle réflexion se construit. C’est de la même façon — en faisant une réflexion comparative —qu’elle prend la parole sur la personnalité de Peter Schnyder. La deuxième intervention que signe Georges Fréris est réservée à la question du renouvellement des mythes littéraires — le thème de prédilection de Peter Schnyder. Le critique déclare que l’Occident s’intéresse de moins en moins à la réécriture des mythes littéraires. D’après lui, la tentative la plus récente de faire évoluer ce genre était la représentation dans deux pièces de théâtre aux sources du mythe du roi Candaule : Le Roi Candaule de Gide (1901), et La Femme de Candaule de Marguerite Libéraki (1954). Fréris souligne que l’un et l’autre sont bien conscients de la ressemblance et de la différence qui existent entre le texte littéraire et le mythe. Ce dernier a été exposé soit sous la forme de la parodie, soit dans le but d’attribuer un autre sens aux textes littéraires chez Gide et Libéraki (p. 321). La troisième contribution, écrite « à quatre mains » se présente sous la forme d’une double critique proposée par Greta Komur-Thilloy — la linguiste-musicienne—, et Pierre Thilloy— le compositeur. Les deux essayent de définir une riche amitié crée avec Peter Schnyder, avec le littéraire-musicien et l’universitaire (p. 337).

« (Ré-)Inventer la traduction ? » 

Comme l’indique le titre : « (Ré-)Inventer la traduction ? » — cette partie de l’ouvrage a pour objet la transmission du savoir sur l’invention et, dans certains cas, sur la réinvention de la traduction. En prenant la parole sur la traduction des livrets d’opéra, le premier intervenant Jean-René Ladmiral donne son avis sur l’« esthétique de la traduction » en rendant compte des créations musicales de Xenakis — le compositeur de la musique à l’aide de la technologie, qui ne tombe jamais dans le piège de l’automatisation (p. 367). Les deux contributions suivantes signées par Enrico Monti (p. 383) et Fritz Nies (p. 395) sont réservées aux discussions traductologiques sur les « défis » de la traduction des métaphores. Les deux soutiennent que la traduction des métaphores exige la transposition des éléments interculturels, demandant ainsi de rendre compte des éléments stylistiques et linguistiques. Les autres articles portent sur la traduction intersémiotique, c’est-à-dire, l’adaptation du texte littéraire pour le cinéma (Jerzy Brzozowzki, p. 405), et la traduction de la poésie et sa réception dans une autre culture (Elżbieta Skibińska, Marcin Cieński, p. 415). La dernière intervenante Maryla Laurent dédie à Peter Schnyder un poème intitulé « Un matin une journée et une nuit avec une rose » et traduit du polonais vers le français (p. 429).

« Variations pour un portrait »

Il est justement question, dans la partie qui s’apparente à un ultime prolongement intitulée « Variations pour un portrait », de mettre en exergue des réflexions sur les liens singuliers qu’André Schnyder, Daniel Cohen, Jean-Pierre Prévost, Ambre Fuentes et Juliette Solvès entretiennent avec Peter Schnyder. Cette partie de l’ouvrage pourrait être considérée comme un recueil des souvenirs et des impressions personnelles marquée par la rencontre avec l’universitaire grâce à laquelle naquît la possibilité de conduire des projets cinématographiques et littéraires. La partie finale présente « Une conférence inédite de Peter Schnyder » portant sur la poésie de Léon Deubel.

Dans le cadre du discours interdisciplinaire et sous l’angle des variations et inventions, l’œuvre collective met en évidence le rapport que la littérature entretient avec les autres disciplines. Destiné aux étudiants et aux chercheurs dans différents domaines artistiques, il leur permet d’explorer de nouveaux « espaces » littéraires, critiques et poétiques en adoptant un point de vue transnational. Mais le plus grand mérite de cet ouvrage est celui d’habituer le lecteur à « faire penser » la littérature pour la faire dialoguer avec d’autres disciplines artistiques dans le but de produire un savoir.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search