Nietzsche, Wagner et la Suisse – Sophia SCHNACK

Compte-rendu proposé par Sophia Schnack (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence franco-suisse Nietzsche, Wagner et la Suisse du professeur Peter André Bloch (président APEFS, ILLE, UHA). La conférence est présentée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et s’est tenue à la Bibliothèque municipale de Mulhouse le 20 novembre 2013.

*** 

La visée de la conférence

M. le Professeur Peter André Bloch, président de l’APEFS (Association pour la promotion d’échanges et d’études franco-suisse) a consacré sa lecture, qui a eu lieu le 20 novembre 2013 à la Bibliothèque municipale de Mulhouse, à Wagner et Nietzsche, à leurs rapports amicaux et artistiques plus ou moins étroits. L’attention du public de la conférence a été attirée sur deux aspects structurant la présentation de Monsieur Bloch : L’extrême ambigüité dont témoigne la relation entre Nietzsche et Wagner d’un côté et, de l’autre coté, le caractère doux, voire romantique et moins connu de l’auteur de La naissance de la tragédie, Ainsi parlait Zarathoustra ou Ecce homo : Nietzsche se révélait non en dernier lieu avoir été un compositeur et musicien sentimental et lyrique. En soulignant à plusieurs reprises cette grande sensibilité de Nietzsche dans le domaine artistique, Peter André Bloch se déclarait « avocat » du philosophe-artiste et voulait explicitement s’opposer aux préjugés communs dénonçant ce dernier comme préfasciste et antisémite

Nietzsche : l’intellectuel comme musicien et poète

Né en 1844 dans une famille de pasteurs à Röcken, une petite commune dans l’est de l’Autriche, Nietzsche est dès le début de sa naissance entouré de musique – et même avant : Son père, pianiste passionné, jouait Bach, Mozart et Beethoven quand son fils était encore dans le ventre de sa mère pour en faire un être harmonieux. Pendant les premières années de sa vie, Nietzsche était introduit à la musique par son père qu’il a cependant perdu à l’âge de quatre ans. Encore enfant, il s’est mis à fréquenter des répétitions de chœur à l’église, à assister à de grandes messes de Haendel ou Bach et, non en dernier lieu, à créer lui-même des chansons. Ses premières compositions étaient destinées au cercle familial, il dédiait des chansons à sa mère ou à sa tante : il a par exemple composé une belle chanson d’après Luther qui a été chantée pendant les festivités de Noël en famille. Après ces premières tentatives créatrices, ce sont surtout les chansons d’amour datant de l’adolescence de Nietzsche qui nous touchent par leur sentimentalité et leur romantisme. Elles témoignent d’une maturité artistique déjà très développée et répondent aux exigences que le philosophe-musicien a formulées plus tard, soit la profondeur, la joie, la douceur et la personnalité de la musique. Même si Nietzsche reste d’abord connu comme penseur exigeant et philosophe restant le sujet à nombreuses controverses, il considérait la musique comme sa « langue préférée » et aspirait aussi dans ses textes poétiques à un ton musical, à une musicalité intérieure. Ainsi, dans sa « Gondellied » (« Chanson de gondole ») datant de 1888, il cherche avant tout la sonorité des mots, on entend les vagues de l’eau dont le rythme correspond peut-être à celles sonorisées dans la Symphonie en C majeur de Wagner, une pièce adorée de Nietzsche.

Wagner : un ami admiré devient magicien menteur

Quand Nietzsche entend pour la première fois un grand air d’un opéra wagnérien, il est renversé par cette musique polyphone et à la fois si harmonieuse ; enthousiasmé, il cherche le contact personnel avec le musicien. C’est en 1868 que Wagner et Nietzsche se sont vus pour la première fois à Leipzig et qu’ils ont immédiatement constaté une certaine affinité spirituelle, une grande estime réciproque : Leur amour pour Schopenhauer et pour la musique, leurs idées révolutionnaires sur l’art et la condition de l’homme dans un monde corrompu rapprochaient l’un de l’autre dans ce premier temps de leur relation. Il s’ensuivait une profonde amitié et Nietzsche était plus de vingt fois l’invité chez les Wagner à Tribschen en Suisse. Les rapports entre les deux artistes et la femme de Richard Wagner Cosima – que Nietzsche considérait comme une femme exceptionnellement intelligente – s’intensifiaient à tel point que les trois passaient même plusieurs fêtes de Noël ensemble. Cosima, la fille du compositeur Franz Liszt, était bientôt un objet d’amour pour Nietzsche qui lui a même dédié une chanson. Apprenant ceci et le fait que son ami était également compositeur, Wagner est scandalisé et l’amitié entre les deux grands hommes se ternissait désormais.

Tandis que le philosophe voyait au début de leurs relations une sorte de dieu en Wagner, un musicien surhumain et digne de considération, Nietzsche avait de plus en plus le sentiment que le grand compositeur ne le considérait en premier lieu que comme un de ses nombreux admirateurs et que les gestes qui lui semblaient plus qu’amicaux au début étaient réalisés pour une grande partie uniquement pour se servir de la renommée de Nietzsche, afin de tenir profit de son statut de professeur à l’université de Bâle. A côté de nombreuses raisons personnelles, c’étaient aussi les idées et positions prises envers l’art et le monde qui devaient éloigner les amis. Nietzsche rédigeait des critiques assez féroces sur Wagner et sa musique dont il dénonçait un retour à la religiosité chrétienne, notamment dans son dernier opéra Parsifal ; Nietzsche le désignait comme artiste décadent qui ne voyait que dans le naufrage du monde la rédemption de l’homme. Aspirant à une musique libre, révolutionnaire demandant un public actif et indépendant, le philosophe critiquait la dominance de la musique wagnérienne sur les auditeurs, le fait que Wagner faisait du public une masse passive, paralysée par la beauté (quand même avouée) de sa musique. Wagner, qu’il avait admiré comme « divin » pendant sa jeunesse, est devenu pour lui un danger et le terme de « maladie » a remplacé désormais celui de « dieu » quand il parlait du musicien dans lequel il voyait désormais un « menteur », un « magicien ».

Nietzsche : éternel penseur ou poète et musicien cachés ?

A la fin de la lecture, cette image ambiguë des rapports entre Nietzsche et Wagner remplissait la salle. Ce qui semblait le plus étonner le public, c’était la découverte d’un Nietzsche musicien, d’un Nietzsche rêveur et tendre étant à la recherche du bon ton dans sa poésie et dans sa musique. Mais les auditeurs restaient sceptiques. « Est-ce que Nietzsche est vraiment compositeur ? » et « Ne faut-il pas éviter de poétiser le philosophe autrichien à tel point que sa philosophie révolutionnaire passe au second plan ? » Telles sont les questions auxquelles correspondent les premières doutes prononcées par le public. Monsieur Peter André Bloch ne cessait d’insister sur cette nouvelle image de Nietzsche qui nous semble encore si étrangère : il soulignait les compétences musicales du philosophe et expliquait l’impact de la musique sur son écriture, une influence qui aurait permis au philosophe un regard distant et par suite clair, ouvert sur le monde. L’entraînement au piano lui aurait fourni le long de sa vie une liberté créatrice qu’il ne pouvait trouver ailleurs. Monsieur Peter André Bloch restait convaincu que l’on pouvait, non, qu’il fallait considérer Nietzsche comme compositeur et de musique et de mots. Le professeur ne croyait pas mener trop loin l’image romantique qu’il nous a dessiné du philosophe-musicien : « Il ne faut pas le réduire », a-t-il déclaré en s’opposant à l’idée de désigner Nietzsche comme « philosophe abstrait » ; il le veut surtout poète porteur de la libre pensée, aspirant à la responsabilité humaine, rejetant toute sorte de théologies transformant une religion de la liberté en une religion de l’esclavage. Cette liberté est selon Nietzsche un privilège que Wagner n’a pas donné à son public puis qu’il dominait ce dernier, le rendait passif. Concernant ce reproche quand même surprenant, une dernière remarque venant d’un auditeur est intervenue dans la discussion : Et si Nietzsche ne reprochait cette force, cette dominance à la musique wagnérienne que pour combattre des sentiments d’infériorité éprouvés face à ce compositeur méritant peut-être la désignation de génie ? La conférence s’est terminée sans répondre définitivement à cette question qui planait encore dans les esprits du public. Quelle était la vraie nature du conflit entre Wagner et Nietzsche après une amitié si étroite ?


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search