Balthus et la Suisse- Sophia SCHNACK

Compte-rendu proposé par Sophia Schnack (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence franco-suisse Balthus et la Suisse du professeur Robert Kopp (Paris, Bâle). La conférence est animée par Peter Schnyder (directeur de l’ILLE) et s’est tenue à la Bibliothèque municipale de Mulhouse le 2 octobre 2013.  

***

La visée de la conférence

Robert Kopp, professeur de l’université de Bâle, a divisé la conférence Balthus et la Suisse, qui a eu lieu le 2 octobre 2013 à la Bibliothèque municipale de Mulhouse, en trois parties qui étaient toutes censées éclairer les rapports singuliers qu’entretenait le peintre français pendant sa vie envers la Suisse.

Pour commencer, Robert Kopp a dévoué une première partie de son discours aux trois raisons pour lesquelles le peintre a passé la moitié de sa vie en Suisse, soit par commodité pendant son enfance, par nécessité pendant la Deuxième Guerre mondiale ou bien par choix tout à fait personnel pendant les dernières années de sa vie. Robert Kopp a réalisé cette conférence dans le but principal de souligner la particularité de la Suisse comme un lieu étant, comme il l’a formulé,  « hors de l’espace » et « hors du temps » – tout en étant au centre de l’Europe – ainsi que de montrer l’inspiration et le bonheur que Balthus pouvait trouver dans ce pays.

L’enfance et l’âge mure en Suisse

Bien que né à Paris en 1908 et considéré comme peintre français, Balthus a passé la moitié de sa vie en dehors de sa patrie, principalement en Suisse. Il était le deuxième fils d’Erich Klossowski et d’Elisabeth Dorothea Spiro originaires de Bresslau. Peintres tous les deux, Balthus se voyait donc entouré d’artistes dès sa naissance. Après avoir passé les six premières années de son enfance à Paris, la famille était obligée de quitter la France pour s’installer en Allemagne en 1914. Trois années plus tard, les parents de Balthus ont divorcé et la mère a pris une décision significative pour la vie et l’œuvre du futur-peintre : Elle s’est installée avec ses deux fils en Suisse où Balthus a passé le reste de son enfance et son âge mur.

Cette période en Suisse est marquée par deux personnes particulièrement importantes pour le développement du garçon : en premier lieu, c’était Rainer Maria Rilke qui se liait avec la mère de Balthus et qui allait devenir un père de substitution pour ce dernier et pour son frère. L’écrivain ne cessait d’encourager Balthus à faire de la peinture et c’est lui qui a préfacé la première œuvrette de Balthus, à savoir Mitsou (1921), une histoire illustrée sur son chat d’enfance. Désormais, Balthus se lançait dans sa création artistique profondément marquée par Marguerite Bay dont il a reçu son premier enseignement. La plupart de ses tableaux de jeunesse mettent en scène des paysages suisses, dont le Paysage de Muzot (1923) reste sans doute le plus connu.

La Suisse et la peinture comme abris au milieu des tempêtes européennes

C’est grâce au mariage avec Antoinette de Watteville qu’il a connue à Beatenberg déjà à l’âge de 12 ans, que Balthus a été naturalisé français et pouvait facilement trouver refuge en Suisse pendant la Deuxième Guerre mondiale. Son retirement dans un pays resté neutre et à l’abri des tempêtes aux alentours, représente un point fulminant dans l’œuvre de Balthus : Les nombreux paysages qu’il créait à l’époque, témoignent d’une résistance intérieure contre la guerre, une protestation silencieuse contre  le monde bouleversé. La Suisse figure comme un lieu « hors du lieu et hors du temps », comme Robert Kopp le rappelle et les peintures que réalisait Balthus pendant cette période sombre de l’histoire européenne s’opposent aux tempêtes contemporaines par des représentations paisibles, calmes, peut-être naïves mais surtout « hors du lieu et de l’espace » elles aussi. Pour citer quelques exemples de ces toiles tournées vers le sens intérieur de l’existence, il faut penser au chef d’œuvre Le cerisier (1940), au Paysage aux Bœufs (1941/42) ou bien aux Beaux Jours (1944/46). Montrant des scènes en pleine nature, chacun de ces tableaux manifeste un endroit, un moment coupé des turbulences de l’époque mais de même un art indépendant du goût contemporain : La création de Balthus n’entre dans aucun courant, dans aucune école, son art se veut une prise sur la vie tranquille et non sur la réalité actuelle. Balthus a eu beau avoir étudié et copié partiellement les grands maîtres du Louvre, il a toujours été plus soucieux de trouver sa propre expression.

La Montagne (1937) : un reflet des inspirations artistiques de Balthus

Même si Balthus a développé un art indépendant de tout courant contemporain, il s’inspirait le long de sa période créatrice de plusieurs peintres dont l’influence se reflète parfaitement dans la toile significative La Montagne que Balthus a réalisée en 1937. Dans cette œuvre, l’on peut constater l’influence de trois grands peintres qui ont marqué également d’autres travaux de Balthus : Joseph Reinhardt, Nicolas Poussin et Piero della Francesca. Ainsi, les vêtements des personnages ressemblent aux costumes traditionnels des figures dans le Canton de Berne (vers 1820) de Joseph Reinhardt, la personne allongée au premier plan présente des parallèles évidents avec Éco et Narcisse (1628) de Nicolas Poussin et le sujet, la composition ainsi que le paysage rappellent d’une certaine manière La résurrection (1463) de Piero della Francesca : les deux œuvres célèbrent quelque chose, il y a une personne élevée en dessus des autres et les montagnes représentent la coulisse majestueuse de la scène. Balthus a beaucoup retravaillé cette toile, il a fait plusieurs esquisses et un nombre considérable de petites toiles préparant ce chef d’œuvre qui peut être considéré comme une résurrection d’anciens maîtres à travers l’art…

Une polémique finale et un coup d’œil sur la personnalité de Balthus

Le public se montrait très favorable au discours de Robert Kopp qui a peint une image très claire du peintre français et surtout de ses rapports avec la Suisse. Le professeur de l’université de Bâle a suscité l’intérêt des auditeurs ce qui se manifestait dans un long débat enchaînant l’exposé.

Le premier commentaire a ouvert une polémique sur la réflexion d’un auditeur si Balthus était « moins intéressant » qu’Ingres ou Courbet. Ce serait le jugement d’un critique d’art dont le nom n’a pas été prononcé. Pour la première fois, le public commençait à remuer et l’on pouvait saisir tout d’un coup une atmosphère tendue dans la salle qui, avant, était si imprégnée par la vive attention prêtée à la présentation. La plupart des auditeurs s’exprimaient contre cette théorie vague et Robert Kopp a finalement arrêté la discussion déclenchée en soulignant que déjà Rilke et Artaud écrivaient sur l’œuvre de Balthus et que la célébrité ne faisait pas l’artiste, sur quoi le public a retrouvé son calme.

Une autre question venant du public concernait la relation amicale entre Balthus et Monsieur Kopp : Ce dernier parlait alors du peintre suisse comme il l’avait vécu personnellement. Selon le professeur, Balthus a toujours été accueillant et content de pouvoir parler de Picasso ou d’Artaud avec des amis. Il a loué la  « curiosité universelle » de l’artiste envers la musique, la littérature et la peinture de plusieurs siècles. Sur une dernière question venant du public, à savoir comment Balthus faisait face à des critiques négatives de son œuvre, Monsieur Kopp a répondu que ce dernier était « amusé par les critiques », qu’il ne se considérait pas comme « bon dessinateur » et que, par conséquent, il ne prenait pas au sérieux les critiques. Encore une fois, le conférencier met en lumière l’enferment de Balthus sur son œuvre, son désintérêt pour l’art dit moderne et rappelle donc son chemin individuel à tous égards pour terminer une discussion vivante qui aurait sans doute pu se prolonger.

Annexes : Tableaux mentionnés 

Nicolas Poussin, Écho et Narcisse, 1628

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search