D’écrire la frontière : la poésie italophone de la migration au XXI siècle – Clémence BAUER

Compte-rendu proposé par Clémence Bauer (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence D’écrire la frontière : la poésie italophone de la migration au XXI siècle présentée par Flaviano Pisanelli (Université de Montpellier III). La conférence de s’est tenue à l’Université de Haute-Alsace le 6 février 2014.

***

Flaviano Pisanelli, maître de conférences à l’Université de Montpellier III, propose une réflexion autour d’une nouvelle forme de poésie : la poésie italophone de l’immigration

La crainte de l’étranger

Dès 1980 l’Italie connaît une intensification des flux migratoires qui engendre une profonde transformation de la péninsule. Il s’agit d’une migration dite hétérogène dont les raisons des immigrés sont variées. Très vite la présence d’immigrés provoque des tensions sociales car le poids de la colonisation italienne d’un point de vue historique fut très faible, de ce fait les Italiens n’ont pas eu l’habitude de se confronter aux autres, d’où cette peur de l’ « étranger ». A cela s’ajoute l’incapacité du gouvernement, qui n’a pas su faire face et prendre des mesures adéquates à ce phénomène. Les immigrés reflétaient malgré eux l’image de l’envahisseur et d’un danger pour l’économie de la nation.

Il convient ici de mentionner un fait divers datant du mois d’août 1989, qui manifesta de ce climat de tensions sociales provoquée par l’affluence d’immigrés. Lors de la nuit du 24 au 25 août un réfugié politique sud-africain Jerry Masslo fut assassiné dans la région de Naples. Ce crime bouleversa et secoua l’opinion publique italienne. A la suite de cet événement tragique les dirigeants italiens se mobilisèrent, la loi Martelli fut la première tentative de réponse de la classe dirigeante face aux questions de l’immigration en Italie.

Une production littéraire encouragée puis minorée

La société italienne transformée devient multiculturelle. Les immigrés tentent de se faire une place dans leur pays adoptif, de cette volonté d’intégration qui passe par l’acquisition de la langue italienne (souvent apprise sur le terrain) naissent des premiers ouvrages rédigés par des auteurs immigrés. Les éditions encouragent alors la publication d’autobiographies et de carnets de voyages des immigrés, des genres qui sont à l’origine de la création de la littérature italophone. La vague émotionnelle provoquée par l’assassinat de Masslo profite aux éditeurs pour vendre alors les récits d’immigrés.

Dès les années 1990 la production littéraire italophone s’intensifie et se diversifie avec la parution de romans et d’essais critiques. Dans les années 2000 la parution de recueils poétiques complète l’éventail des genres littéraires qu’offre la littérature italophone. Cependant la jeune forme littéraire rencontre deux obstacles majeurs. Premièrement la critique académique ne manifeste que de la méfiance vis-à-vis des auteurs immigrés et ne reconnaît pas la production littéraire italophone. Deuxièmement, l’engouement des grandes maisons d’éditions qui avaient encouragé cette production littéraire témoignent un intérêt moins important à l’égard du genre. Actuellement seules des associations culturelles ou des petites maisons d’éditions comprennent l’ampleur et l’importance de l’émergence de cette nouvelle littérature.

Quelles sont les conséquences du développement de la littérature italophone ?

Avec la publication de récits littéraires italophones les italiens se confrontent à ces auteurs immigrés qui diffusent leur propre culture par le biais de la langue italienne. Dès lors la production italophone force les canons de la littérature traditionnelle et de ses classiques, d’un autre côté elle remet en cause l’aspect identitaire dans le sens où cette production littéraire n’a pas seulement un impact littéraire mais aussi un impact social, politique et culturel. La littérature italophone crée alors le choc entre les cultures.

Les thèmes de la littérature italophone

Les écrivains italophones possèdent tous un point commun qui est l’errance, un thème largement abordé dans les récits. La notion d’errance est une caractéristique propre à l’homme c’est-à-dire qu’elle représente sa vocation naturelle au mouvement, d’où la représentation importante de ce thème. Pour les auteurs italophones l’errance passe par une déterritorialisation intérieure qui serait marquée par la découverte de l’autre et par une déterritorialisation extérieure. Nous retrouvons aussi la notion de frontière qui demeure au cœur de la poétique et de l’esthétique des auteurs italophones. La frontière est considérée comme un espace mosaïque, comme un lieu privilégié de traduction, comme un espace de transgression. Pour Flaviano Pisanelli la frontière est un facteur d’échange, un lieu de la dislocation mentale. D’autres thèmes sont encore abordés comme l’identité et l’altérité ou encore la thématique de la non-appartenance.

Présentation de trois poètes italophones

Grâce à la création par Mia Lecomte de deux anthologies de poèmes italophones : la première intitulée Ai confini del verso. Poesia della migrazione in italiano publiée en 2006 et la deuxième intitulée Sempre ai confini del verso. Dispatri poetici in italiano parut en 2011 dans la revue P.R.I.S.M.I, les lecteurs ont pu découvrir l’univers de ces poètes. Trois d’entre eux nous ont été présenté par Flaviano Pisanelli.

Le premier poète italophone présenté est une femme d’origine polonaise, Barbara Serdakowski. Sa poétique se fonde principalement sur une sémantique liée à l’image et sur une technique de l’accumulation des sonorités ainsi que sur la synesthésie. Chez Barbara Serdakowski la voix poétique tend à se décomposer pour créer un dépaysement total. Cet effet de dépaysement est accentué par des distiques bilingues comme dans le poème Scrivo : vers 18 et 19

« Tam wlasine ja pisze
E proprio dove io scrivo »

Aussi l’écriture pour la poète est plutôt un corps-écriture qui devient demeure pour l’écrivain migrant.

Le deuxième univers poétique présenté est celui de Nader Ghazuinzadeh. Ce poète est né à Bologne d’une mère italienne et d’un père syrien. Les paysages décrits dans ses poèmes s’inspirent de la province bolonaise, ce sont des paysages qui représentent des espaces intérieurs, des lieux de l’âme, des lieux marqués par un jeu entre illusion et désillusion. Selon l’analyse de Flaviano Pisanelli son écriture est une plaie ouverte marquée par la mémoire d’une scission entre deux cultures : italienne et syrienne. La mer syrienne et la plaine du Pô qui est le lieu d’appartenance, de partage et de passage se mêlent pour créer une poétique de l’entre-deux qui définit avec force l’écriture du poète.

En dernier lieu, le conférencier a présenté Vera Lucia De Oliveira un auteur italophone d’origine brésilienne. Sa poétique veut pénétrer le mur herméneutique de la réalité. Flaviano Pisanelli analyse la poésie de Vera Lucia De Oliveira comme une poésie marquée par la sobriété et par la tension. Pour elle, les mots sont comme des pierres. Son dessein est de faire parler le vide de son époque à travers un jeu polyphonique. Il s’agit d’une poésie comme voix de la douleur collective.

Flaviano Pisanelli a su captiver et intéresser son public autour d’un phénomène littéraire désormais ancré dans la production littéraire italienne.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search