Traduction, intertextualité, interprétation – Clémence BAUER

Compte-rendu proposé par Clémence Bauer (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la Journée d’étude Traduction, intertextualité, interprétation présentée par Lawrence Venuti à l’Université de Genève le 7 mars 2014.

***

Présentation de la journée

Ian Mackenzie, le coordinateur du projet a organisé le vendredi sept mars avec le soutien de l’Université de Genève une journée d’étude avec comme invité spécial Lawrence Venuti, théoricien de la traduction et traducteur. Accompagnés du professeur Enrico Monti, nous avons pu assister à cette journée entièrement consacrée à la traduction, l’intertextualité et l’interprétation. La journée fut divisée en quatre sessions avec au total sept conférences présentées de façon alternative en anglais et en français. La première conférence intitulée translation, intertextuality, interpretation fut présentée par Lawrence Venuti (Temple University, USA) en guise d’introduction. Mathilde Fontanet (Université de Genève) présenta une conférence autour du pacte du traducteur : réflexions autour du concept de traduction satisfaisante et du principe de l’altérité solidaire entre l’original et la traduction. S’en est suivie une conférence présentée par Guo Xiaohui (Université de Lausanne) une étudiante doctorante : A Cultural Perspective on the Queering of Mulan from Ancient China to Disney’s Once upon a Time. L’après-midi a débuté avec l’exposé de Ian Mackenzie (Université de Genève) intitulé As if : Friedman, foreignization, and other fruitful fictions suivi d’une autre conférence en anglais : Dragging Belle in Again : Queering Bodies in Translation, La belle et la bête (1946) and Angels in America (2003) présentée par  Anas Sareen, un étudiant doctorant (Université de Lausanne). Après une petite pause, une deuxième conférence est venue s’ajouter à cet après-midi. Mathilde Vischer (Université de Genève) a présenté un exposé autour de l’autotraduction : La traduction comme déstabilisation ? Écriture bilingue et autotraduction dans l’œuvre de Pierre Lepori. Enfin la journée s’est achevée par une dernière conférence en anglais : Cabinet, Keller, Kammer, Chamber : the Dynamics of Translation and Rewriting from Charles Perrault’s « La Barbe bleue » (1697) to Angela Carter’s  « The Bloody Chamber » (1979), présentée par Martine Hennard Dutheil de la Rochère (Université de Lausanne).

Au cours de cette journée de nombreux professeurs de l’université de Genève et de nombreux étudiants de diverses nationalités et des doctorants étaient notamment présents.

 Présentation des conférences

Par souci de compréhension, le présent compte-rendu évoquera surtout les deux conférences faites en langue française : respectivement celle de Mathilde Fontanet et celle de Mathilde Vischer.

Mathilde Fontanet, Le pacte du traducteur

A travers son exposé Mathilde Fontanet, maître d’enseignement et de recherche au sein du CERCN et aussi traductrice de l’anglais vers le français, a développé trois points précis : le rôle de la subjectivité dans le processus dans la traduction, la perspective du traducteur et enfin la critique du lecteur.

La présentation débuta  par une citation d’Antoine Berman qui traite de la traduction comme un système contraignant s’agissant de reproduire le texte original sous toutes ses facettes. Le terme subjectivité est ici employé dans l’idée de percevoir un texte à partir de ce qu’on a de plus intime, à partir des sensations personnelles de chaque personne.

Quelques définitions

La notion de « pacte » dans le contexte de la traduction implique que la traduction repose sur un accord de confiance. En effet le traducteur s’engage à réaliser un « produit » et de ce fait, le lecteur doit le croire et croire en le caractère véridique de la traduction. Le traducteur produit donc un texte qui découle du texte original, rien n’est amené dans le texte d’arrivée sans avoir été auparavant suscité dans le texte de départ. Le traducteur est donc contraint par le texte original. Dans le pacte, il convient aussi de différencier l’auteur du traducteur. Ce dernier, produit quelque chose qui se justifie par l’existence d’un texte préalable.

Dans ce contexte il est nécessaire d’aborder le terme de « satisfaction » du traducteur qui définit l’état de ce qui est acceptable aux yeux du traducteur. Il s’agit d’un élément de subjectivité qui engage le traducteur.

Enfin la dernière notion abordée ici est celle de la « cohérence » qui permet d’évaluer le texte d’arrivée par rapport au texte de départ.

La subjectivité du traducteur

Cette citation de Lawrence Venuti « Translation changes the receiving cultural situation by bringing into existence something and different » a servi à introduire la notion de subjectivité au centre de la présentation de Mathilde Fontanet. La subjectivité du lecteur dépend de ses expériences personnelles comme déjà évoqué plus haut. En ce qui concerne le traducteur, il est nécessaire qu’il dispose d’une plus grande sensibilité car son travail consiste à aller au-delà de cette subjectivité. En traduisant il passe d’un personnage à un autre et d’une perception à une autre en étant toujours capable d’ajuster les différents niveaux de langue d’un texte et à les transposer dans le texte source. Il doit aussi trouver des associations dans la langue source à l’aide d’un principe de tâtonnement, il doit rechercher la subjectivité dans la perception des mots. La subjectivité permet donc un accès immédiat à quelque chose qui est entier, intégral.

La critique du lecteur

Il arrive souvent aux lecteurs de confondre l’original et la traduction, il peut aussi ne pas différencier l’auteur du traducteur et inversement. Or, le lecteur demeure essentiel dans le processus traductif car c’est lui qui crée le texte source, tant qu’il n’est pas lu, il n’existe pas et de ce fait sa traduction non plus. A la suite de la lecture du texte traduit le lecteur possède un rôle de critique, dans ce rôle il doit manifester un souci d’objectivité. Pour cela la première lecture est essentielle car elle donne déjà un aperçu des premières impressions que provoque le texte traduit. Et c’est dans ce processus qu’intervient sa subjectivité. Pour expliquer son point de vue Mathilde Fontanet a tenté de traiter le roman Mobydick, par manque de temps l’exemple fut seulement évoqué.

Enfin, en guise de conclusion, la conférencière a mis en relation la traduction et la peinture, une comparaison illustrée par un tableau de Cézanne qui a mis en avant la cohérence et la perception, deux notions évoquées dans le cas de la traduction tout au long de la présentation. Dans le domaine pictural comme dans celui de la traductologie, on retrouve dans la production de l’original sa perception dans le texte traduit ou dans l’image imitée.

Mathilde Vischer, La traduction comme déstabilisation ?

La conférence menée par Mathilde Vischer auteur d’une thèse sur les poètes Philippe Jacottet et Fabio Pusterla, professeur à l’université de Genève et traductrice de Pierre Lepori vers le français a débuté par une brève présentation de l’auteur Pierre Lepori écrivain, poète et correspondant pour la radio Suisse italienne, né en 1968 à Lugano, et de son Œuvre qui se place au carrefour de la traduction et de l’autotraduction. Selon Mathilde Vischer il s’agit d’une œuvre « plurielle » marquée par un style inédit et personnel ainsi que par des traductions réalisées du français vers l’italien et des autotraductions réalisées de l’italien vers le français. L’écriture de Pierre Lepori s’affirme comme une écriture de la déstabilisation.

Quelques repères sur l’autotraduction

L’autotraduction est une pratique ancienne mais souvent ignorée jusqu’aux années 2000. Ce domaine de la traduction présente d’emblée des concepts paradoxaux : premièrement le texte traduit est comme un second original, deuxièmement le texte original devient transparent au vue de la création du second original. L’autotraduction échappe donc aux concepts traditionnels concernant la traduction et nous le remarquons sur plusieurs plans. D’un point de vue juridique l’auteur est un double auteur car les deux textes (l’original et son autotraduction) lui appartiennent. Sur le plan du rapport entre l’auteur et le traducteur il n’existe pas une distinction aussi forte que pour la traduction « simple » sauf qu’ici l’auteur dialogue avec lui-même, en s’autotraduisant il crée un monologue entre deux langues. Enfin sur le plan de la réception du texte autotraduit comme pour le texte traduit elle dépend de la perception du lecteur, c’est donc à lui que revient le dernier mot.

Mais l’autotraduction possède deux versants, elle est traduction et écriture est c’est là sa spécificité.

Pourquoi Pierre Lepori s’autotraduit-il ?

Pour l’auteur tessinois l’autotraduction représente un choix personnel, celui de mêler deux langues : une langue maternelle qui est l’italien et une langue dite « par acquisition » qui est le français. Ce choix d’écrire en deux langues sert pour Pierre Lepori à mettre en évidence ce que représente l’autre dans la langue. L’auteur a donc un rapport particulier aux langues et surtout à la langue française qui de par son usage sert à « créoliser le suisse »[Il s’agit d’une expression qui est le titre d’un article réalisé par Pierre Lepori : « Créoliser la suisse »]. Le français est pour l’auteur une langue de l’indépendance, elle permet la mise à distance au vue d’un contenu trop chargé émotionnellement. Chez Pierre Lepori il existe toujours la présence d’une hiérarchie entre le texte original et son autotraduction. En outre, l’autotraduction est aussi une façon de « se traduire et de trahir » ses œuvres. La traduction pour Pierre Lepori est donc une déstabilisation car en s’autotraduisant dans une langue étrangère il trébuche, son œuvre devient bancale. La notion de déstabilisation doit ici être associée avec celle du « queer » qui représente l’hésitant et le « babultien ». Le queer est au centre de l’œuvre de Pierre Lepori, il se place au centre de ses réflexions littéraires, et c’est pourquoi il a crée la revue littéraire queer Hétérographe, revue des homolittératures ou pas.

Présentation des œuvres de Pierre Lepori

Mathilde Vischer a commencé sa présentation des œuvres par la comparaison entre Grisù (2007) et son autotraduction vers le français Sans peau (2013) réalisée six ans après l’original. Chez Pierre Lepori il existe toujours une première version du texte en italien. Dans le roman Grisù la langue est dense et le ton employé est dramatique. De prime abord, nous pouvons remarquer des différences entre les deux textes : d’un point de vue de la structure, du rythme et du registre. Dans le roman français, des paragraphes sont créés, des phrases entières sont supprimées et sont remplacées par des phrases plus courtes pour donner une plus grande clarté aux lecteurs français, cet effet rend le protagoniste principal Carlo plus détaché par rapport au drame et aux péripéties qui lui arrivent. Dans la version française on remarque aussi un abaissement du registre, la langue devient presque vulgaire, elle dédramatise de ce fait le propos et renforce la présence de l’oralité dans le texte. Mais Sans peau garde cette tonalité dramatique présente dans le texte original. La déstabilisation a donc lieu au sein de la langue, de manière modérée et subtile selon Mathilde Vischer.

Dans le cas du roman Sessualità (2011) traduit vers l’allemand par Jacqueline Aerne et autotraduit vers le français par l’auteur on assiste plutôt à une déstabilisation du lecteur renforcée par la création d’une œuvre trilingue qui mêle les trois langues : chaque narrateur « parle » dans sa propre langue : le français, l’italien ou l’allemand. Cette œuvre de non-traduction casse le refus d’identification, elle crée aussi une distance forte entre les personnages de part leurs différences linguistiques. Or, dans Sessualità et dans ses autres versions, la coexistence des langues est sous-entendu, la polyphonie est donc implicite.

Enfin la dernière œuvre présentée par Mathilde Vischer fut Silk, une œuvre à paraître en novembre 2014. La conférencière a relevé quelques caractéristiques de l’œuvre comme le langage enfantin omniprésent, certaines tournures poétiques, des images originales, une langue chargée marquée par des sauts dans les registres, par des néologismes et des interférences entre la langue italienne et la langue française. Silk est un texte qui témoigne du façonnage de la langue française. C’est un texte qui appel à « la liberté et à l’inventivité singulière » selon les mots de Mathilde Vischer. Pour Silk il s’agit d’une langue heurtée et déstabilisée volontairement.

L’exposé s’est conclu sur deux constatations : l’écriture pour Pierre Lepori est une pratique qui se manifeste dans et entre les langues, dans ce contexte l’autotraduction permet la transformation et la déstabilisation. Deuxièmement, l’écriture de Pierre Lepori permet deux tendances : l’auteur met en avant son désir de « normer » son français, par le biais de l’écriture française il s’agit de faire émerger du passage entre les deux langues, une langue singulière. La deuxième tendance qui découle de l’écriture de l’auteur est la création d’une poétique bilingue qui se construit par et à travers les deux langues.

Réactions du public 

Concernant la première conférence  il n’y a pas eu d’interrogations de la part du public. En  revanche pour la deuxième conférence la réaction fut plus vive, de par l’originalité du sujet et parce que Mathilde Vischer connaît personnellement l’auteur vu qu’elle est sa traductrice officielle. La présentation a suscité diverses interrogations sur les pratiques traductives de Pierre Lepori comme par exemple : « l’auteur se fait-il relire pour ses autotraductions ? ».


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search