Nordic Italies

Recension proposée par Alessandra Ballotti (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace/Université Paris-Sorbonne) de l’ouvrage Elettra Carbone, Nordic Italies. Representation of Italy in Nordic Literature between the 1830s and the 1910s, Roma, Nuove Edizioni Cultura, « Interesezioni », 2016, p. 431.

***

N’avez-vous jamais pensé à l’image de votre pays à l’étranger ? Quel discours la littérature étrangère construit-elle à propos d’une certaine culture ? C’est à partir de cette réflexion sur l’image de l’Italie telle qu’elle est perçue dans les littératures étrangères, que nait le livre d’Elettra Carbone, Nordic Italies. Representation of Italy in Nordic Literature between the 1830s and the 1910s. Le volume, publié chez Nuove Edizioni en 2016, introduit le lecteur aux représentations de l’Italie au sein des littératures nordiques, en présentant les plusieurs déclinaisons de l’image du bel paese. Partant du présupposé que l’imaginaire commun envisage l’Italie selon un stéréotype classique – c’est-à-dire, l’Italie comme le pays du soleil, du paysage arcadique et idyllique, la patrie des joueurs de mandoline – Elettra Carbone recherche cette présence dans les pages des œuvres composées entre les années 1830 et la première décennie du XXe siècle.

Une partie importante du volume est dédié à l’encadrement théorique et à la notion de la représentation littéraire comme une copie du réel : l’Italie intéresse tant pour sa représentation que pour sa« perception »au sein d’un public qui est culturellement et historiquement distinct. Il n’est pas étonnant que le contact produit cet imaginaire et que le voyage conçu comme la source primaire de l’imaginaire italien aux pays nordiques se construise autour de trois expériences différentes : le Grand Tour, les représentations précédentes les œuvres de Dante et l’éducation classique. À partir des théories sur la représentation, comme le concept fondamental d’orientalisme d’Edward Said (Edward Said, Orientalism, 1978), le centre de la réflexion se construit sur la notion de l’Italie comme un espace textuel et non comme un simple lieu géographique ou comme une unité politique. Dans ces pages, Elettra Carbone analyse la construction de la notion de l’« italianità » : dans toutes les représentations et dans les différents genres, l’image de l’Italie qui se forme n’est pourtant pas traduisible en un seul et simple stéréotype. En cohérence avec l’idée que la transposition d’un pays dans d’autres imaginaires ne soit ni exclusive ni univoque, le choix d’Elettra Carbone de problématiser la question en divisant les textes selon les trois genres narratifs classiques est particulièrement intéressant : le lecteur découvre alors les nuances textuelles d’une Italie versifiée, d’une Italie dramatique et d’une Italie romanesque. Toute en respectant la dimension chronologique et la perspective spatiale, afin de garantir les particularités diachroniques et synchroniques, Carbone esquisse un cadre complet des littérarisations de l’Italie au Nord de l’Europe. Bien que d’autres études aient auparavant touché la question, le mérite de cette auteure est de considérer pour la première fois le panorama nordique dans sa totalité : sans l’étiqueter avec le « nord » comme une masse uniforme, les tendances, les modes et les spécificités de chaque pays sont respectés. La perspective comparatiste résulte donc une formule gagnante de cette étude qui contraste avec les travaux précédents, lesquels se concentraient sur un auteur, ou privilégiaient une certaine ville, théâtre des séjours de plusieurs auteurs.

Elettra Carbone analyse aussi bien les grands classiques que des œuvres méconnues du panorama danois, norvégien, suédois et finnois : le lecteur est accompagné de l’Improvvisatoren (1850) d’Hans Christian Andersen, roman incontournable de la littérature scandinave, à la critique inédite de Den Falna (1848) de l’écrivain finnois-suédois Wendla Randelin. L’effet qui en dérive est une écriture qui renouvelle et enrichit le panorama critique, en rendant l’expérience de la lecture intéressante tant pour le néophyte que pour l’expert. Un discours sur les stéréotypes, d’ailleurs, ne pouvait pas manquer dans une recherche de ce genre : ce qui émerge est que la représentation littéraire de l’Italie, bien que variée, s’appuie sur des constantes figuratives et des leitmotivs. On passe du sentiment nostalgique des voyageurs face aux ruines, à l’idée de l’Italie comme berceau de la culture catholique, au cliché des italiens comme aimants de l’art « fin », à l’image d’une terre des paysages sublimes et, enfin, à l’idée d’un peuple composé par des personnes incroyablement belles mais immorales (p. 194-198).

Enfin, ce volume est particulièrement intéressant pour sa perspective sur les transferts culturels et sur la mondialisation de la littérature en rendant également compte des échanges entre les pays. La problématique centrale du livre est captivante dans sa déconstruction du stéréotype, à travers le regard sur les plusieurs « Italies », provenant de différentes projections étrangères.


Vous aimerez aussi...