Poétocratie – Alessandra BALLOTTI

Recension proposée par Alessandra Ballotti (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace/Université Paris-Sorbonne) de l’ouvrage de Sylvain Briens, Martin Kylhammar (avec la participation de Jean-François Battail), Poétocratie : Les écrivains à l’avant-garde du modèle suédois, Paris : Les éditions d’Ithaque, 2016, 383 p.

***

« Tous les chemins mènent à Rome, disait-on. Tous les chemins commencent à mener aussi à Stockholm »
(Serge de Chassin, p. 24.)

Trois experts de littératures scandinaves se réunissent dans ce volume, publié chez Ithaque en septembre 2016, pour introduire le lecteur aux rapports entre la politique et les belles lettres suédoises. Sylvain Briens, professeur de littératures scandinaves à Paris-Sorbonne, Martin Kylhammar, professeur à l’Université de Linköping,en Suède, et Jean-François Battail, professeur émérite de langues et civilisations scandinaves à la Sorbonne sont les auteurs de Poétocratie : Les écrivains à l’avant-garde du modèle suédois, volume qui a été présenté le 11 octobre 2017 à la bibliothèque 47° Nord de Mulhouse, dans le cadre du colloque international et pluridisciplinaire De la Nordicité : concepts, imaginaires, représentation.

Ce livre n’a pas été conçu comme un simple manuel académique, mais plutôt comme un essai qui assume toute la subjectivité de ses choix. Comme les auteurs le révèlent, leur volonté n’était pas de construire une histoire de la littérature suédoise, mais plutôt de raconter comment et pourquoi les écrivains et les écrivaines ont abandonné le modèle dominant, en raison de leur avant-garde. L’importance de rapprocher la pratique littéraire à la fonction politique « invite à réfléchir aux conditions de développement des sociétés modernes, à la démocratie et à ses valeurs, et la contribution des écrivains, et plus généralement de la culture, au projet européen » (p. 8). Le volume questionne en effet une problématique principale : comment les écrivains suédois ont-ils voulu améliorer leur société à travers la littérature en devenant ainsi des « poétocrates » ? Ces artistes étaient des « sismographes d’une société en plein maturation » (p. 8) et à travers leurs œuvres ils ont contribué au fonctionnement de l’État. Les trois auteurs se proposent donc de reconstruire les traces historiques, les effets pratiques et les rapports d’échanges entre le monde des littéraires et l’univers politique. Non seulement les écrivains modernes s’intéressent à la république des lettres, mais la politique emprunte également des contenus littéraires pour s’exprimer. C’est le cas du ministre Alfred Pettersson qui, en 1909, s’inspire de Solness le constructeur d’Henrik Ibsen pour introduire le terme « folkhem » dans le discours politique. La littérature nordique, d’ailleurs, répond à une longue tradition des rapports entre les conditions sociales et la réalisation de l’individu, en donnant les réponses de sa réalisation. La littérature, donc, « s’affirme dans le rôle de laboratoire d’idée, de think and tank » (p. 91).

La présentation du livre avec la présence des auteurs Sylvain Briens et Jean-François Battail, Modératrice : Frédérique Toudoire-Surlapierre, Directrice du laboratoire de recherche ILLE

Les cinq points des réflexions abordées par les sections correspondent à cinq images que les sociétés scandinaves produisent dans l’imaginaire français, car c’est à partir de ce regard externe que se construit l’idée de la Suède comme un modèle. Suite à la perspective historique de Jean-François Batail, qui dévoile les étapes de l’histoire suédoise en introduisant les chapitres qui composent le volume, le lecteur parcours les stéréotypes qui composent le mythe du modèle suédois : l’avant-garde technologique, la communion avec la nature et le bienêtre. Une perspective qui va du particulier à l’universel s’ouvre alors, en réfléchissant de manière cosmopolite sur le monde.

L’intérêt du volume consiste dans la recherche de l’engagement des hommes et des femmes de lettres envers des thématiques politiques et sociales. Les auteurs du volume décrivent non seulement la volonté des écrivains de se rapprocher des sujets politiques, mais aussi les implications politiques de ces personnalités, à travers leurs œuvres. Les auteurs suédois ont été promoteurs, voir des anticipateurs, du débat politique de leur pays. D’un côté, « [l]es écrivains de la percée moderne ont […] inspiré l’idée d’une société de bien-être en créant un laboratoire d’idées pour la modernisation de la société » (p. 96). De l’autre côté, dans les années 1980, ce sont encore les auteurs qui dénoncent la mort du folkhem [foyer du peuple], voire le « totalitarisme silencieux » qui semble avoir « étouffé toute forme de liberté de pensée » (p. 97).

En plus des thématiques fascinantes, le style d’écriture passionnant invite à la critique et à l’analyse d’une société encore connue par le biais des clichés. Le passage de la perspective historique permet un regard global sur les phénomènes et introduit graduellement le lecteur au monde politique-littéraire scandinave.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search