Littérature scandinave et identités européennes – Alessandra BALLOTTI

Recension proposée par Alessandra Ballotti (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace/Université Paris-Sorbonne) de l’ouvrage de Karl Ejby Poulsen, Littérature scandinave et identités européennes. Rencontres et interactions, Paris : Orizons, « Universités / Comparaison », 2015, 185 p.

***

Aujourd’hui encore, la littérature scandinave n’est pas assez connue, sinon par les spécialistes et sauf pour les auteurs classiques lus par le grand public, parmi lesquels on pourrait citer Henrik Ibsen, August Strindberg et Karen Blixen. Il y a alors une véritable nécessité d’instruire et de guider les néophytes et les futurs lecteurs, qui n’ont pas encore rencontré les grands personnages qui ont fait l’histoire de la littérature du Nord. Ce volume, tiré des notes que le professeur Karl Ejby Poulsen rédigeait pour ses cours d’histoire de la littérature scandinave et de littérature danoise à l’Université Paris-Sorbonne, comble ce vide d’information et est pensé pour répondre à ce besoin. L’intention pédagogique du professeur se reflète dans la clarté et la linéarité des leçons, mais aussi dans l’emploi d’une langue vivace, dont la finalité est de maintenir l’intérêt du public universitaire. La démarche de l’historien est respectée dans le choix de la division des arguments, qui se structurent selon sept chapitres constituants autant d’aspects littéraires. Cette division permet d’amener et d’instruire le lecteur le moins expert à travers les époques différentes d’une littérature souvent méconnue.

Comme Janine Poulsen, l’éditrice du volume, rappelle dans le préambule à l’œuvre Littérature scandinave et identités européennes. Rencontres et interactions, ce recueil se propose comme un guide. Il s’adresse tant aux étudiants scandinavistes qu’aux non-spécialistes, afin d’élargir l’ampleur de l’intérêt jamais suffisant envers la littérature nordique, qui s’impose comme « le passage obligé de tout Européen cultivé » (p. 16), comme le disait André Gide. Cette anthologie se partage en six moments principaux de l’histoire de la littérature scandinave, parcourue à travers la révocation des grands courants ou des auteurs de chaque époque. En ordre temporel, on trouvera, alors, le Moyen âge décrit par les Folkeviser (les ballades populaires), la Renaissance baroque, la période des Lumières, le romantisme (avec un zoom sur le mouvement au Danemark), l’incontournable percée moderne et la réaction suivante (1890-1910). Chaque chapitre est composé en plusieurs sous-parties dédiées aux pays spécifiques, afin de ne pas généraliser les tendances littéraires similaires. La particularité de ces cours est leur constance comparatiste : tout élément que l’on peut  lire, que ce soit le détail d’une intrigue ou la production entière d’un auteur, est mis en relation avec les grands noms de la littérature européenne. Comme une sorte de Georg Brandes de notre époque, Poulsen est capable de « placer la littérature étudiée dans le concert européen, de tisser un réseau de références qui éclaire les influences de tel ou tel nordique et inversement la contribution de la littérature du Nord à l’Europe littéraire » (p. 13). Ces pages, d’ailleurs, ne se focalisent pas seulement sur les personnalités insignes qui ont fait la littérature nordique, mais aussi sur des auteurs ou des œuvres moins éclatantes, en donnant ainsi un panorama complet. Comme les professeurs Sylvain Briens et Jean-François Battail disent dans le prologue au volume, la contribution de Karl Poulsen à la diffusion et à la recherche dans le champ de la littérature nordique est sans égale. Avec cette parution, le public français pourra, ainsi, se faire une idée concrète de la littérature nordique.

Enfin, nous souhaitons emprunter une dernière fois les mots du prologue, car ils expriment l’essence de l’activité de Poulsen : « Alors qu’en matière de littérature scandinave le succès du roman policier a eu la tendance à occulter bien d’autres aspects, Karl Poulsen a beaucoup contribué à révéler aux Français la richesse et la subtilité d’une littérature si importante dans le concert européen » (p. 17).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search