Translating Europe Forum

Compte-rendu proposé par Caroline Pequegnot (diplômée du Master TST, Université de Haute-Alsace) du Translating Europe Forum qui s’est tenu à la Commission Européenne de Bruxelles du 6 au 7 novembre 2017.

***

Welcome address

Le discours d’ouverture fait par Günther H. Oettinger et Rytis Martikonis, a tout d’abord abordé l’importance de la traduction, notamment en Europe. En effet, la traduction permet de faciliter l’acceptation de l’Union européenne auprès des citoyens, en renforçant leur confiance (sécurité juridique) et leur compréhension de la loi, ce qui leur permet de mieux la respecter.

Le second thème abordé était l’évolution du métier dans les années à venir, avec la révolution numérique qui se fait de plus en plus présente dans la profession. Il a été dit que le métier de traducteur sera encore plus précieux, car l’Union ne cesse d’évoluer et de s’agrandir. De plus, les outils numériques permettent au traducteur de travailler encore plus rapidement et nécessitent l’intervention humaine pour contrôler certains aspects qui relèvent de l’émotion par exemple. Dans le secteur privé également, la mondialisation va continuer de renforcer l’importance du métier de traducteur, il s’agit donc d’une véritable opportunité.

Peter Flade (Senior Advisor, Gallup), The future of work and what it means for you

Peter Flade a abordé dans un premier temps les tendances actuelles qui structurent le monde, en particulier en ce qui concerne le lien travail-vie puis il a traité les tendances qui dessinent actuellement le secteur de la traduction. Selon un sondage réalisé aux États-Unis, mais qui peut s’appliquer à tous les pays, les personnes qui travaillent peuvent être classées en trois catégories selon la manière dont ils perçoivent leur implication au travail et la vie qu’ils mènent. 30 % d’entre eux sont classés dans la catégorie souffrante (suffering category), c’est-à-dire qu’ils sont peu impliqués et subissent leur travail, et que cela a un impact négatif sur leur vie. Par exemple, après une journée de travail très mauvaise, l’implication dans la vie personnelle le soir ou en dehors des heures de travail est moindre. 63 % des personnes se trouvent dans la catégorie qui lutte (struggling category), c’est-à-dire qu’ils ne sont pas entièrement satisfaits de leur travail mais qu’ils sont quand même impliqués, tout comme dans leur vie personnelle. Enfin, 7 % des gens se trouvent dans la catégorie prospère (thriving category), c’est-à-dire qu’ils se plaisent et s’épanouissent dans leur travail et ont une vie privée riche et remplie.

Cette enquête démontre toute l’importance que notre travail a sur notre vie. En effet, si l’on apprécie ce que l’on fait, que l’on apprend quelque chose qui nous intéresse, nous serons davantage épanouis au travail et cela se répercutera dans notre vie personnelle. Nous aurons ainsi plus de motivation à faire des choses, à voir des amis, etc. Les personnes qui réussissent à faire ce qu’elles attendent au travail déclarent avoir une meilleure vie, car elles ont l’impression d’avoir réussi quelque chose et cela leur procure joie et fierté.

Se sentir bien au travail passe par plusieurs éléments et en particulier par les relations sociales de bonne qualité, qui sont indispensables. Ces relations sociales ont lieu avec nos collègues de travail ainsi qu’avec nos patrons et dirigeants. Cela explique pourquoi les personnes qui entretiennent de mauvaises relations avec leurs collègues déclarent ne pas se sentir bien au travail. Un autre élément très important est l’écoute dont nous bénéficions au travail, de la part de nos managers et de notre patron par exemple. Un bon manager a en effet pour but de stimuler l’implication des employés. Il est donc nécessaire d’être à l’écoute. Dans la même enquête que celle citée précédemment, il est indiqué que 60 % des personnes ne sont pas impliquées dans leur travail. 1 personne sur 4 est complètement désengagée. En France, seulement 12 % de personnes se déclarent impliquées au travail. Pourtant les personnes ont beaucoup plus de choses à apporter. Ainsi, si les conditions de travail s’améliorent, ces personnes se sentent bien et s’impliquent davantage. Cela est donc un avantage pour l’entreprise qui augmente alors sa productivité, avec pour seule contrepartie l’assurance pour ses employés de conditions de travail optimales. Cette productivité peut conduire l’entreprise à une croissance, et éventuellement donner lieu à une augmentation de salaire pour l’employé qui s’impliquera encore davantage. La productivité est donc intrinsèquement liée au facteur humain et en particulier aux aspects suivants : la santé, l’éducation, la formation sur le terrain et l’implication. Selon une étude, en fonction du mode de management implémenté dans l’entreprise, la productivité peut augmenter ou diminuer jusqu’à 20 %. Les pays nordiques sont un très bon exemple de ce phénomène. Ces pays sont très productifs, plus que les États-Unis où l’implication des employés est doublement supérieure mais où la productivité reste inférieure.

En ce qui concerne les tendances actuelles, plusieurs éléments de caractère général ont émergé du European Economic Forum :

  • Il y a une rupture au niveau des emplois : les femmes sont plus impliquées dans leur travail que les hommes ;
  • Une valeur forte est placée dans les compétences humaines ;
  • L’entrepreneuriat de masse a connu une augmentation.

Pour le secteur de la traduction en particulier, un point central a été abordé : il est très difficile de prévoir les tendances futures. Cependant, il semblerait que davantage de traducteurs indépendants vont être recherchés, pour les avantages qu’ils présentent : plus de flexibilité, des coûts fixes et connus, des compétences innovantes car ils doivent se démarquer constamment des autres, du dynamisme, des perspectives externes qu’ils apportent (nouvelles pratiques, nouvelles connaissances, nouvelle vision).

Actuellement, il a été observé que de plus en plus de jeunes veulent travailler à leur compte. Pour 60 % des freelances interrogés, ce statut relève de leur propre choix. Ce changement qui se fait de plus en plus présent chez les jeunes qui entrent sur le marché s’explique de plusieurs manières. Les jeunes sont en effet moins attachés, ils sont connectés au monde et savent ce qu’il se passe partout et quasiment en temps réel, ils prennent le status quo comme un défi à relever en prenant des risques (et cela peut être passionnant si réalisé de la bonne manière), ils sont pleins d’énergie lorsqu’ils rejoignent le marché. Selon un sondage, 29 % des jeunes sont impliqués dans leur travail. Lorsqu’un manager les aide à définir des objectifs à atteindre, ce sont 72 % des jeunes qui sont impliqués. Cela démontre toute l’importance de nos leaders. L’intervenant s’est alors intéressé à ce que nous attendions de la part d’un leader :

  • La confiance : pour travailler avec une grande part d’autonomie. La confiance renforce de manière significative l’implication des employés dans leur travail.
  • La compassion : on veut se sentir écouté, apprécié par les collègues et les supérieurs. En particulier, on veut établir des liens d’amitié avec nos collègues et percevoir de la reconnaissance pour le travail effectué.
  • La stabilité
  • L’espoir : cela est nécessaire pour qu’une personne ait envie de garder son emploi, il faut qu’elle ait des perspectives d’avenir.

Pour parvenir au succès, il faut prendre des risques mesurés pour rester en adéquation avec les attentes du secteur. Par exemple, il faut essayer de nouvelles choses, explorer de nouveaux domaines, etc. Il faut également devenir ce pour quoi nous sommes doués car ce sont les éléments sur lesquels nous devons nous concentrer pour devenir meilleur et rapidement. Contrairement à ce que l’on pense, il ne faut pas se concentrer uniquement sur nos points faibles car nous deviendrions uniquement médiocres, tandis qu’en nous focalisant sur nos points forts nous devenons excellents. Par la suite, il est toujours possible de suivre des formations ou autre pour améliorer nos points faibles. Il faut également créer un système de soutien pour contrer ces faiblesses :

  • Trouver un partenaire complémentaire avec qui travailler, pour compenser les points faibles de chacun ;
  • Il faut ajuster notre rôle dans le secteur ;
  • Il faut compenser chaque faiblesse avec une force.

Pour conclure, il faut parfois prendre des risques pour rester en adéquation avec son secteur et se démarquer des autres concurrents et également se poser des défis car cela permet de continuer à apprendre, à se stimuler. Utiliser ses points forts, et si ce n’est pas le cas, se demander pourquoi ils ne sont pas pleinement mis à profit. Enfin, pour être un leader moderne, il est indispensable de faire du bon travail et influencer les autres de manière positive.


Vous aimerez aussi...