Translating Europe Forum. New professional profiles in the language industry – Caroline PEQUEGNOT

Compte-rendu proposé par Caroline Pequegnot (diplômée du Master TST, Université de Haute-Alsace) de la table ronde New professional profiles in the language industry qui s’est tenue dans le cadre du Translating Europe Forum à la Commission Européenne de Bruxelles le 6 novembre 2017.

***

Le débat a été animé par la journaliste Jennifer Baker, et il regroupait plusieurs traducteurs de différentes institutions et pays tels que Juan José Arevalillo (HermesTraducciones y Servicios Lingüístico, European Union of Associations of Translation Companies), Daniel Gouadec (CI3M Training Center), Alexandra Krause (University of Vienna) et Miguel Sevener (BeatBabel).

Aujourd’hui, nous pouvons parler d’un rebranding des traducteurs :

  • Les connaissances sont démystifiées, et il faut aujourd’hui exercer un contrôle sur cet ensemble de compétences et de connaissances ;
  • Il existe un large éventail d’activité dans l’industrie des langues. Il faut rendre les clients conscients de cela.
  • Le métier de traducteur était auparavant apparenté à du secrétariat mais il s’agit aujourd’hui d’une profession à part entière, à laquelle on accède après une formation universitaire spécialisée.
  • Cependant, il semble que la communauté des traducteurs a échoué à tirer profit de ces gains en compétences et en productivité :
    • La gestion de projet de traduction par exemple est considérée comme un échec de l’évolution du secteur de la traduction car elle nécessite des compétences spécifiques en gestion et économie et non pas des compétences traductives comme celles enseignées au traducteur. Ce n’est donc pas un métier pour lui, puisqu’il ne met pas pleinement à profit ses compétences pourtant spécialisées.
    • La traduction était auparavant considérée comme une production puis, avec l’arrivée des mémoires de traduction, elle est devenue un service.
    • Dans certains pays, il n’est pas nécessaire de détenir un diplôme de traducteur pour exercer ce métier, la dénomination « traducteur » suffit pour faire de vous un traducteur professionnel.

Il faut également préciser qu’aujourd’hui, on observe de plus en plus d’intitulés de poste différents pour répondre aux attentes des commandes. Par exemple, on peut trouver « consultant linguistique », au lieu de traducteur. Cela témoigne de l’évolution du secteur et de la nécessité pour les traducteurs de repenser leur statut.

Les technologies devraient être un point central dans les études. Aussi, il a été souligné que deux ans de master est le temps minimum requis pour former au métier de traducteur, et cela comprend divers objectifs :

  • Sensibiliser les étudiants au métier (il est difficile de faire beaucoup plus en deux ans),
  • Aborder les problèmes connus et récurrents dans le métier,
  • Coopérer avec les industries.

Le côté académique ne peut pas préparer entièrement un étudiant aux différents aspects de la vie professionnelle du traducteur. Cela est notamment dû au fait que les étudiants ont tous des profils différents, et des connaissances initiales différentes. De plus, il s’agit de leur apporter des connaissances qui concernent de nombreux marchés au sein même de l’industrie de la traduction. Les points abordés ne sont alors que brièvement traités et cela ne permet pas aux étudiants de maîtriser le sujet à leur sortie de l’université. L’université permet donc de transmettre aux étudiants des connaissances plutôt basiques qui les aideront à s’intégrer et à s’adapter sur le marché du travail pour faire face aux changements qui se produiront. De plus, les formations devraient parfois adapter leur programme pour l’améliorer et préparer davantage les étudiants. L’informatique devrait notamment être un point central dans les formations, par exemple cela permettrait aux étudiants de connaître le principe de la traduction automatique et éventuellement de pouvoir programmer soi-même un moteur de traduction.

Ce sont les compétences de base qui sont enseignées, et cela n’est pas réellement conforme à la réalité. Le monde professionnel n’est que brièvement abordé dans nombre de formations. Il faut toutefois souligner qu’une formation ne permet pas de « devenir un traducteur » mais elle y contribue. Il faut en effet de nombreuses années avant de devenir un traducteur professionnel. Les formations doivent également aborder plusieurs compétences car les entreprises ne souhaitent plus embaucher des personnes qui n’ont qu’une seule compétence. Au contraire, ils veulent des personnes qui savent effectuer de nombreuses tâches, et notamment des freelances à qui des travaux variés peuvent être confiés. La formation doit permettre d’éveiller les talents et identifier les faiblesses sur lesquelles il faudra travailler.

Pour conclure, voici quelques qualités qu’un traducteur doit posséder selon les participants à la table ronde : curiosité, autocritique, orientation sur les processus, modestie, bonne rédaction, amour des langues et des cultures, précision, dévouement, travailleur, esprit d’équipe, spécialisation.

À la suite de la table ronde, le colloque a continué avec la section Developing translators’ skills throughout their career, divisée en trois conférences tenues par Martina Bajčić (University of Rijeka) et Viktorija Osolnik Kunc (University of Ljubljana), Ann Brooks (Institute of Translation & Interpreting) et Megan Smith (University of Manchester). De suite, voici un aperçu de leurs trois conférences intutilées Why We Need CPDs: Translators as Experts in Disguise, A training pathway from university to the world of translation et Skills, training or experience: what exactly does it take to be a freelance translator?

Tout au long de leur carrière, les traducteurs doivent poursuivre leur développement personnel et professionnel. Pour cela, il existe des méthodes de développement professionnel continu. Elles peuvent prendre un aspect formel ou informel, ce dernier ayant lieu au moment des traductions, lorsque le traducteur apprend des informations en effectuant des recherches, etc. C’est un apprentissage qui se fait tout au long de la vie.

Pourquoi ce développement professionnel continu est-il important ?

  • Il permet de rester à jour et s’adapter plus facilement aux changements qui ont lieu.
  • La technologie est de plus en plus présente et il faut la maîtriser, la contrôler pour ne pas la subir.
  • Les langues évoluent avec le temps, et cela permet de rester à jour sur les pratiques culturelles dans un pays donné.
  • Dans un domaine donné, la terminologie peut évoluer, de nouveaux concepts peuvent apparaître tandis que d’autres peuvent disparaître. Il est donc important pour un traducteur, qui doit se faire passer pour un spécialiste, de rester informé sur l’évolution qui a lieu dans le domaine.
  • Les lois qui régulent la profession, ainsi que les pratiques, peuvent évoluer et il est indispensable de rester informé à ce sujet.

Ce développement permet également de booster sa carrière et son statut professionnel car il permet d’atteindre un certain niveau d’expertise. Cela peut également avoir lieu par le biais d’associations, qui permettent notamment de créer des liens entre des personnes travaillant dans un même secteur. Ces associations proposent généralement des formations sur mesure et permettent d’acquérir des compétences et des connaissances spécialisées.

Comme indiqué précédemment, aux dires des intervenants, une formation universitaire ne permet pas d’être entièrement formé au métier de traducteur. Il est donc indispensable de penser à son développement professionnel tout au long de sa carrière. Il existe en effet un fossé entre les compétences et les connaissances acquises dans un environnement académique et les attentes réelles des agences de traduction et des autres acteurs du secteur.

Ce développement professionnel continu peut s’effectuer de plusieurs manières :

  • Des conférences,
  • Des workshops,
  • Des ateliers,
  • Des webinars,
  • Des événements,
  • Des cours en ligne ou non.

Cela permet d’atteindre de nouveaux clients et de nouer des relations professionnelles avec d’autres traducteurs ou des acteurs d’autres secteurs. Il existe en effet de nombreuses questions auxquelles les traducteurs doivent faire face :

  • Le temps et les ressources,
  • L’identification des besoins en termes de formation,
  • La facturation de ses services : combien faire payer au client,
  • Le travail avec les nouvelles générations.

Le développement professionnel continu permet au traducteur d’évoluer, en se spécialisant par le biais de workshops spécialisés, de formations très spécifiques qui ne concernent pas uniquement les langues mais aussi d’autres domaines.

Pour répondre à la demande du marché, il est également important que les entreprises, les prestataires de services linguistiques ainsi que le domaine académique et les associations travaillent ensemble pour orienter les traducteurs selon les réalités professionnelles et leurs attentes.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search