Translating Europe Forum. Technology and translation & Mapping market needs – Caroline PEQUEGNOT

Compte-rendu proposé par Caroline Pequegnot (diplômée du Master TST, Université de Haute-Alsace) de la section Technology and translation & Mapping market needs qui s’est ténu dans le cadre du Translating Europe Forum à la Commission Européenne de Bruxelles le 7 novembre 2017.

***

Le 7 novembre 2017, dans la salle De Gasperi de la Commission Européenne de Bruxelles, nous avons assisté à la section Technology and translation dans le cadre du colloque Translating Europe Forum. Le président de la section était le professeur Sharon O’Brien de la Dublin City University. La section se composait de quatre interventions : Shaping emerging profiles in translation technology présentée par Sabrina Girletti de l’Université de Gênes ; CAT 2.0, curiosity, adaptability and tech savviness, as key skills in the translation industry présentée par Péter Lepahin de Hunnect Ltd. ; Emerging Linguistic Profiles driven by MT par Andrea Stevens de SDL ; The Story of the Translation Industry in 2022 par Jaap Van Der Meer de TAUS. De suite nous apportons certains aspects qui ont été abordés lors des quatre interventions et qui ont captivés le plus notre attention.

Dans le futur, la traduction sera partout et concernera tous les contenus. Elle sera de plus en plus focalisée sur l’utilisateur : le modèle d’activité concentré sur l’utilisateur prévaudra. Le changement est bel et bien là, les processus et les technologies changent. Il faut prendre le contrôle de sa carrière en mesurant la qualité des résultats obtenus, car les données sont le futur, et il faut suivre ce changement pour ne pas le subir mais plutôt en tirer profit, parmi les premiers.

Avec ce changement, il a été observé que les métiers ont également évolué. En effet, aujourd’hui les métiers recherchés sont, entre autres, des ingénieurs pour programmer les moteurs de traduction automatique, des réviseurs pour réviser les résultats obtenus, des transcréateurs, des analystes de données.

Cela importe peu car les jeunes qui intègrent le marché du travail seront prêts à s’adapter. Le secteur de la traduction est en pleine évolution mais il a un grand avenir devant lui.

Avec ce changement, de nouvelles attitudes doivent être adoptées. Aujourd’hui par exemple, la technologie est devenue indispensable et inévitable dans la profession. Il en est de même pour les outils d’aide à la traduction qui sont de plus en plus nombreux :

  • Les bases de données terminologiques (en ligne ou non),
  • Les corporas (en ligne, multilingue),
  • Les mémoires de traduction (compilées grâce aux logiciels d’aide à la traduction ou autre),
  • Les outils d’assurance qualité.

Ces nouveaux outils présentent de grands avantages pour les traducteurs mais ils constituent également des défis. En effet, il n’est maintenant plus possible de travailler sans ces technologies ; cela rendrait le traducteur moins performant et il se retrouverait alors en marge de ce secteur qui évolue à toute vitesse. Il faut donc en permanence s’intéresser aux nouveautés, les suivre, les adopter, parfois même avant les autres pour pouvoir se démarquer.

Il existe une autre difficulté liée aux technologies à laquelle le traducteur doit se confronter : la spécialisation. Il est en effet mauvais d’être trop spécialisé dans un domaine donné ou dans une niche, car si les technologies, et en particulier la traduction automatique, venaient à prendre le dessus, le traducteur se retrouverait sans travail car se spécialiser dans un autre domaine requiert de nombreuses années. Il vaut mieux se spécialiser dans plusieurs domaines, mais pas plus de trois, car cela semble suspect pour un client.

Une qualité absolument indispensable chez le traducteur dans ces conditions est l’adaptabilité. Il doit en effet se comporter comme un caméléon en quelque sorte, en s’adaptant aux changements de l’industrie (apparition des post-éditeurs), aux changements dans l’environnement de travail (outils de TAO, etc.), aux changements de clients qui sont nombreux et variés (adaptation à la terminologie de chacun).

Ainsi, il est nécessaire de rester informé sur les changements et les évolutions afin de pouvoir les anticiper et s’y adapter facilement plutôt que de les subir et se retrouver en marge. Il faut aussi savoir être un auto-apprenant et parfois se former soi-même. Il faut également retenir qu’une spécialisation est un atout pour un traducteur mais elle peut devenir un désavantage et conduire à la perte d’opportunités. Il faut être toujours curieux et ouvert d’esprit, pour trouver des secteurs, des domaines qui ne sont pas encore des champs d’application de la traduction automatique. Enfin, un autre point a également été soulevé : l’automatisation de certains processus favorise et accélère l’adaptation. Dans ce secteur en pleine évolution, la post-édition est une alternative tout à fait viable à la traduction.

Certains domaines font déjà fortement l’objet de traduction automatique, tels que les sciences de la vie ou encore l’aéronautique. Contrairement à une croyance populaire, la traduction automatique ne va pas réduire le travail des traducteurs, elle va uniquement le changer et donner naissance à de nouveaux profils linguistiques. C’est par exemple le cas des post-éditeurs, des transcréateurs, des programmateurs de moteurs, des entraineurs de moteurs, des analystes des résultats obtenus, etc. On peut ainsi s’attendre à voir deux principaux profils prédominer dans les années à venir :

  • Les évaluateurs/post-éditeurs de traduction automatique : ils doivent comprendre le fonctionnement d’un moteur de traduction automatique, connaître les différents niveaux de la post-édition, évaluer la qualité de l’output, post-éditer, réviser, et conduire des projets liés à la traduction automatique ;
  • Des consultants linguistiques : ils doivent posséder une excellente connaissance de la traduction, de la post-édition, des systèmes de traduction, évaluer si un processus est viable pour la traduction, diviser et préparer les tests de traduction automatique, analyser les résultats et émettre des recommandations (si tel problème que faire, implémenter la traduction automatique mais comment, etc.)

Ces nouveaux profils sont très recherchés par les prestataires de services linguistiques. Les étudiants actuels sont également très curieux et intéressés par les technologies, et cela favorise leur apprentissage. Les formations doivent donc s’adapter à cette nouvelle donne et proposer cela dans leurs programmes afin de préparer les futurs entrants sur le marché à cet aspect et leur donner toutes les chances de réussir en se démarquant. Ces nouvelles compétences permettent notamment d’accroitre fortement l’employabilité des traducteurs.

La section suivante du colloque, Mapping market needs était présidé par Kevin Quirk, président de l’International Federation of Translators. Dans cette section, les quatre interventions University meets the industry: trainee translators’ hands-on experience through work placement, The digital translators of tomorrow: a redefinition of skills and competencies, Language Industry Survey 2017 – Trends, expectations and concerns, ESCO – connecting people and jobs ont été présentées par Nataša Hirci (University of Ljubljana), ŠpelaVintar (University of Ljubljana), Rudy Tirry (European Union of Associations of Translation Companies) et Martin Le Vrang (European Commission, Employment, Social Affairs and Inclusion).

Aujourd’hui, il existe un écart important entre les attentes des prestataires de services linguistiques et certaines formations dispensées aux étudiants en traduction. De nouveaux services émergent et de nouveaux profils sont recherchés :

  • Technicien linguistique (language technician)
  • Fournisseur de contenu global (global content provider)

On parle maintenant davantage de linguistique digitale : un domaine interdisciplinaire qui nécessite des compétences pour comprendre, créer, traiter et exploiter du contenu linguistique à l’ère digitale actuelle. Il s’agit d’aider le client à communiquer. Il y a en effet un besoin considérable pour les tâches linguistiques autres que la traduction, et très souvent les tarifs peuvent être attractifs car la demande est forte. Cela requiert également de nouvelles compétences :

  • Des compétences en production de texte : maîtrise des genres et des styles ;
  • Des compétences en gestion des données ;
  • Des compétences en médias digitaux ;
  • Des connaissances des aspects légaux et éthiques liés à ces nouvelles activités.

Une étude démontre qu’à l’heure actuelle, de nombreuses entreprises de traduction utilisent la traduction automatique, mais des tendances se dessinent. Lorsque le chiffre d’affaires était supérieur à 200 millions d’euros, les entreprises disposaient de leur propre moteur de traduction automatique ainsi que de celui du client. En revanche, les entreprises plus petites disposaient plutôt des moteurs de traduction de leurs clients que de leur propre moteur.

Il a également été souligné que, pour répondre aux besoins et aux attentes des différents acteurs du secteur, les formations académiques et ces acteurs doivent se comprendre mutuellement et travailler ensemble. Pour ce faire, des fiches de classification ont été créées au niveau européen, afin que tous les professionnels du secteur et les universités se basent sur les mêmes références. Ainsi, ces fiches détaillent le métier de traducteur, entre autres, et les compétences et connaissances à acquérir, les tâches confiées, les diplômes proposés pour parvenir à ce métier.

Les traducteurs ne doivent donc pas avoir peur du changement à venir mais en tirer profit en s’adaptant le plus rapidement possible aux nouvelles pratiques. Il est également important que les universités forment les étudiants aux dernières pratiques et méthodes du marché, car cela leur permettra d’intégrer le marché du travail plus sereinement et de ne pas se retrouver en marge. C’est en travaillant main dans la main que les différents acteurs du secteur parviendront à combler cet écart entre les attentes des uns et les compétences des autres. Contrairement à ce que certains disent, le métier de traducteur n’est pas prêt de disparaître, mais il va être amené à évoluer et à se transformer.


Vous aimerez aussi...