Monarques : Une œuvre  virevoltante

Recension proposée par Timothée Schmitt (L1 Lettres modernes, Université de Haute-Alsace) de l’ouvrage de Philippe Rahmy, Monarques, Paris, La Table Ronde, 2017, 208 p.

***

Des papillons dessinés sur un bandeau. Un enchaînement de lettres, de mots. Des documents éparpillés. Des recherches rondement menées. Une invitation à voyager. Une invitation, à la fraternité. Voici ce à quoi nous convie, Philippe Rahmy, tout au long de son dernier ouvrage paru aux éditions de La Table Ronde, en août 2017. Monarques sera adapté au Théâtre 2.21 à Lausanne, en avril 2018, mais son auteur, Philippe Rahmy, s’est éteint en octobre dernier, âgé de 52 ans.  Il préparait un nouveau roman sur les condamnés à tort aux États-Unis, intitulé Pardon pour l’Amérique. Il laisse derrière lui de merveilleux écrits, d’un très beau style. Comme il le nota dans Monarques : « la littérature, notre petite éternité avant la mort » (p. 96), oui, par ses œuvres, il a ancré son nom dans l’éternité du temps.

Cet auteur, publia aux mêmes éditions, deux ouvrages, Béton armé, pour lequel il reçut pas loin de quatre prix dont celui du Meilleur récit de voyage en 2013, ainsi qu’Allegra, son premier roman, en 2015, lui aussi salué par la critique et récompensé. Certains points qu’il abordait dans son récit sur Shanghai (sa santé, la mort de son père, celle de son ami) réapparaissent dans Monarques.

Son œuvre est le fruit de diverses coïncidences. Par exemple, il relate dans son livre qu’en 1983, année du décès de son père, il avait vu sur un camion de déménagement, des lettres rouges sur fond blanc : « HERSCHEL ». Au même moment, il lisait un article parlant de H. Grynszpan, du meurtre que celui-ci commit en 1938. L’auteur enchevêtre ces deux histoires.

Avec Monarques, Philippe Rahmy nous livre une œuvre inclassable, conjuguant roman d’enquête, roman autobiographique et autofiction, tout en adoptant le point de vue de ses différents protagonistes.

L’auteur y mêle plusieurs destins : le sien, celui de ses parents, de ses grands-parents paternels, de sa tante maternelle, ainsi que celui du jeune Hersh Feivel Grynszpan (Hershel) qui en 1938, par cinq coups de feu, ôta la vie au secrétaire de l’ambassade allemande, Ernst vom Rath. Acte lourd de conséquences puisqu’en découla la Nuit de Cristal.

On perçoit dans cet ouvrage, l’écriture fragmentaire de l’auteur, dont il usa aussi pour ses autres œuvres, nous faisant ressentir la douleur, le manque et l’indicible.

Ses récits sont ponctués de références historiques, de réflexion, d’anecdotes personnelle et généalogique, mélangeant la grande et la petite histoire, dont les prémisses de la Seconde Guerre mondiale, le génocide juif et son histoire familiale. Il parle aussi des papillons diurnes – insectes qui donnent le titre à l’ouvrage.

Il imbrique réalité, souvenir et fiction, tel une matriochka que l’on déboîte et remboîte à loisir. Il questionne la notion de la fin de la jeunesse, qui dès la première phrase de l’œuvre, donne le ton : « Vient le jour où l’enfance prend fin » (p. 11), en référence à l’acte tragique de ce jeune garçon révolté et à la propre expérience de Philippe Rahmy, sa maladie (l’ostéogenèse imparfaite, dite la maladie des os de verre) dont il souffrait depuis l’enfance et la mort du père.

Deux sujets retiennent particulièrement  notre attention : le motif du voyage et le thème de la fraternité. L’auteur nous fait voyager géographiquement, nous entrainant dans sa ferme familiale, La Moraine, en Suisse.  Puis, il nous emporte avec lui dans l’avion en partance pour Tel-Aviv, sur les routes d’Israël, à la découverte du pays qu’Herschel Grynszpan désirait atteindre.  Puis, en Allemagne sous le joug Nazi, à la rencontre de sa mère et de sa tante.  En France, lors de ses études en égyptologie, ou pour conter la vie de H. Grynszpan. En Grèce antique, ainsi qu’en Égypte sur les pas d’Ali et d’Yvonne, les parents d’Adly Rahmy, qui naîtra dans ce pays. Il nous fait aussi vagabonder à travers le temps, débutant son histoire en 2017, puis retournant aux années 1930. De là, il nous transporte dans les années 1980, puis enfin au début du 20e siècle, avant de revenir dans le présent.

Son ouvrage ressemble à un album photos, familial, où les photos en noir et blanc se mêlent à celles en couleur. Les années, les souvenirs s’y confondent également. Il confère à ses recueils de poèmes et écrits en prose, une veine poétique très palpable, notamment dans cette œuvre où les métaphores et les comparaisons  sont présentes.

Monarques est rempli d’un sentiment de fraternité, notamment avec la mention de la religion, de son père Adly, musulman pratiquant le soufisme, ainsi que celle de sa mère, Roswitha, de confession orthodoxe, qui avait quittée sa confession d’origine. Leur mariage est donc un mélange de cultures et de religions. Le nom de famille de cet écrivain, Rahmy, signifie en arabe le miséricordieux.  L’auteur veut  adopter le point de vue  d’une personne arabe face à une personne de confession juive. Comme il l’écrit : « Si j’avais été toi, le Juif polonais, si tu étais né Arabe de cristal » (p. 76). Se posant en vis-à-vis avec Hershel Gryszpan et confèrent une plus riche proximité entre les deux être. Mettant en vis à vis, deux peuples, deux êtres.

L’auteur par ses multiples voyages, dresse des liens entre les hommes, aimant le genre humain malgré sa faiblesse. L’invitant à être plus fraternel. Il confère aussi à son œuvre une portée politique, engagée, notamment en plaçant les différentes politiques passées et présentes, sur un même plan.


Vous aimerez aussi...