La Fugitive. À la recherche du temps perdu – Paola FOSSA

  • fugitive
  • IMG_0475
  • IMG_0500
  • IMG_0554
  • IMG_0576

Compte-rendu proposé par Paola Fossa (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace) de la rencontre avec Luc Fraisse à l’occasion de la présentation de son ouvrage Marcel Proust, La Fugitive. À la recherche du temps perdu, VI – Œuvres complètes, 6, Luc Fraisse (éd.), Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque de littérature du XXe siècle », 2017, 1159 p.

***

Luc Fraisse présente sa monumentale édition de La Fugitive à la Librairie 47° Nord de Mulhouse, le 15 février 2018. L’éditeur était interviewé par Peter Schnyder ; des lectures ont été proposées par Paola Codazzi, Marine Parra et Marie-Lou Solbach.

« Pourquoi faire une nouvelle édition de Proust ? ». C’est autour de cette question que le dialogue s’ouvre entre Luc Fraisse, professeur des universités et proustien de premier plan, et Peter Schnyder, professeur émérite à l’Université de Haute-Alsace et spécialiste de littérature française du XXe siècle. L’objet de la rencontre – à la librairie 47° Nord de Mulhouse – est la présentation de la nouvelle édition du sixième volume de À la Recherche du temps perdu, publié par les Éditions Classiques Garnier et édité par M. Fraisse. Sollicité par son interlocuteur, celui-ci explique pourquoi il a choisi comme titre La Fugitive – au lieu du plus fréquent Albertine disparue : « Proust avait choisi le titre La Fugitive, mais, peu avant la parution du volume, un livre de Tagore, avec le même titre, avait paru en France ; le titre avait donc été changé pour des raisons éditoriales ». Par la suite, le titre original a été récupéré dans quelques rééditions, parfois à côté du premier titre. Le volume édité par Luc Fraisse redonne au lecteur le titre choisi par l’auteur, mais également la dernière version approuvée du texte. Paru à titre posthume en 1925, le sixième volume de la Recherche a vécu une histoire éditoriale tourmentée. La première édition est basée sur une dactylographie qui reproduisait les cahiers manuscrits, mais qui présentait des interventions évidentes dues à Robert Proust, frère de l’auteur ; comme M. Fraisse le précise, « les premières éditions ont été faites sans jamais voir le manuscrit ». En 1986, lorsque Claude Mauriac découvre, dans les archives de la famille Proust, une dactylographie autographe, dans laquelle l’auteur avait supprimé une large partie du texte, le débat explose. Les hypothèses se multiplient, ainsi que les éditions qui reproduisent cette version « courte » du volume. Devant un public mulhousien nombreux et intéressé, M. Fraisse entre dans le débat avec l’hypothèse suivante : « dans la dactylographie retrouvée, Proust avait effacé presque deux-cents pages ; il voulait, probablement, insérer un huitième volume entre La Fugitive et Le Temps retrouvé, mais il n’a pas eu le temps de le faire ». Par conséquent, l’éditeur a choisi de revenir à la version « complète », qui est sûrement la dernière version approuvée par l’auteur, dans un esprit de fidélité philologique, qu’il applique également à la forme du texte : « Par exemple – explique-t-il – j’ai gardé la ponctuation originale de Proust », souvent modifiée par les éditeurs en raison de son exiguïté.

« La Fugitive n’est pas un texte stable mais liquide, peut-être le plus complexe de la Recherche », souligne Luc Fraisse ; complexité qui est reproduite dans ce volume aux dimensions considérables (presque 1200 pages), qui – à côté du texte original – présente un long essai introductif, une abondante annotation et un très riche relevé de variantes. La richesse de l’appareil critique montre la profondeur des recherches de l’éditeur. À cet égard, sollicité par Peter Schnyder, M. Fraisse souligne l’importance de nouveaux outils de recherche : « Internet, par exemple, nous permet aujourd’hui d’analyser assez facilement la presse de l’époque, et de découvrir comment l’œuvre de Proust dialogue avec la chronique et l’actualité de son temps ». Pourquoi une nouvelle édition de Proust donc ? Comme Luc Fraisse le démontre au public mulhousien, les raisons sont nombreuses : ce « grand roman du deuil » – comme lui-même l’appelle – ainsi que l’ensemble de la Recherche, n’a pas fini de nous dévoiler ni les intentions de l’auteur, ni la richesse des liens, des connaissances et des suggestions qui sont à la base de sa création. Le public, qui n’a pas été découragé par la soirée pluvieuse, a suivi avec grande attention le dialogue, enrichi par les lectures de certains passages du volume par trois doctorantes de l’ILLE et, une fois le débat ouvert, les questions ont abondé. Une fois de plus, à travers le riche travail d’édition de Luc Fraisse, le roman inépuisable de Marcel Proust a suscité le plus vif intérêt du public.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dialogues mulhousiens (18 mars 2018). La Fugitive. À la recherche du temps perdu – Paola FOSSA. Dialogues mulhousiens. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nlxn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search