Hackers – La Fiction du virtuel – Marine PARRA et Marie-Lou SOLBACH

Compte-rendu proposé par Marine Parra et Marie-Lou Solbach (L3 Lettres, Université de Haute-Alsace) de la  Journée d’étude Hackers – La Fiction du virtuel, organisée par Mathieu Freyheit et Frédérique Toudoire-Surlapierre qui s’est tenue à l’Université de Haute-Alsace le 11 avril 2014.

***

Le 11 avril 2014 s’est tenue une journée d’étude intitulée « Hackers – La fiction du virtuel ». Cette réflexion sur le personnage du hacker et le motif du hacking s’est déclinée autour de thèmes tels que la transgression, la menace virtuelle ou le rapprochement entre le corps et le hack. L’origine anglaise du verbe to hack désigne le travail à la hache fait « de manière non-conventionnelle, mais efficace »[1]. Il est donc d’emblée question d’une forme de marginalité et, peut-être, d’une brutalité à interroger. Au cours de cette journée pluridisciplinaire, différentes approches ont été envisagées. Dans une perspective informatique, M. Pierre-Alain Muller explique que le hacker se sert d’une faille pour s’infiltrer dans un système et potentiellement lui nuire. D’un point de vue juridique, il a par ailleurs été démontré par M. Philippe Schultz qu’il subsiste un certain nombre de lacunes dans la législation concernant les sanctions et les terminologies des différents profils (le hacker, en droit français, n’existe pas). Enfin, une approche sociologique proposée par Mme Hélène Jeannin a permis de faire le lien entre le hacker réel et hacker fictionnel auquel il a donné naissance.

La figure du hacker

Bien qu’il soit un personnage de l’ombre, une représentation concrète et commune est apparue. Le hacker est décrit de manière à rassembler toujours les mêmes traits caractéristiques. Hélène Jeannin en a ainsi dressé un portrait-robot : il s’agit très souvent d’un jeune homme, parfois adolescent, qui maitrise les outils technologiques et motivé par le défi. C’est une personne astucieuse, créative qui agit principalement de nuit, à qui l’on attribue souvent l’étiquette de criminel. Cette description sert aussi de moyen pour appréhender la figure du hacker comme outil de stabilité dans une société instable. Selon elle, le hacker est perçu comme une clé de compréhension manichéenne. Il est donc double, désigné par l’appellatif « black hat/white hat » et toujours caractérisé dans son rapport à la transgression des règles.

Cette tendance à la violation lui permet de s’affranchir des codes et provoque une confusion entre réel et virtuel. Ce désordre devient un élément dramatique réinvesti massivement par la littérature et le cinéma. Dans la littérature jeunesse, comme le suggère Laurent Bazin, le brouillage devient identitaire. Il observe un double mouvement de l’appropriation du hacker dans le roman contemporain pour adolescents. Dans un premier temps, le pirate informatique occupait la place d’opposant à l’adolescent-héros : cette distribution des rôles sert l’appréhension par l’enfant du bien et du mal. Pourtant, de façon plus surprenante, l’évolution du personnage le pose comme adjuvant et même héros autodiégétique. Le personnage de hacker permet de souligner la quête identitaire liée à l’adolescence, quête qui n’est pas linéaire mais qui retranscrit les détours de la recherche et l’acceptation de soi. Il met ainsi en lumière les mœurs changeantes de la société et l’imaginaire collectif en perpétuelle évolution.

Plus qu’une évolution, le hacker pourrait nous faire assister à une désincarnation. Mme Hélène Machinal a montré, en prenant appui sur la série Sherlock, que le personnage possède des attributs robotiques. Les caractéristiques du hacker se manifestent physiquement : Sherlock est un personnage de la nuit, blafard, asocial et prodigieusement intelligent au point qu’il ne semble pas humain. Il a un comportement d’automate et son cerveau s’apparente à un disque dur où tout est enregistré, rangé et connecté. Elle choisit un corpus de science-fiction auquel elle associe la figure mythique du détective de roman policier. On retrouve alors la problématique de l’identité déjà évoquée au cours de la matinée, une identité « dupliquée et répliquée » entre enquêteur et criminel. Ce brouillage identitaire rejoint celui qui trouble les « frontières entre réel, virtuel et fiction ».

La perméabilité de ces frontières est également reliée aux motifs du jeu, du défi et de la mystification. Cet aspect du personnage a été éclairé par la double intervention d’Anne-Laure Bonvalot et Alice Pantel. Un travail à quatre mains qui s’est plus particulièrement penché sur le roman espagnol contemporain. Un des supports utilisé, Alba Cromm, met en scène un cyber-thriller dont la fin déroutante participe de cet enjeu de l’usurpation des identités. En effet, le personnage, Némo, supposé être un pervers pédophile, se trouve finalement être un enfant. Le fantasme du criminel redoutable est déjoué par la protection et l’anonymat que permet l’écran d’ordinateur. Leur deuxième support transpose la fiction dans la réalité où la mystification prend la forme d’un faux numéro du quotidien Quimera créé par Vicente Luis Mora. L’illusion est complète car il invente des entretiens, insère des poèmes, des articles, des glossaires et va même jusqu’à engendrer des écrivains. Cet artefact contient même des indices sur son identité disséminés au fil des pages comme une chasse au trésor. Mais au-delà du jeu, l’objectif principal est de faire pendre au lecteur la mesure de sa crédulité face à la presse. La création littéraire permet le déploiement d’un moi fantomatique et secondaire car le hacker se met au service de l’intérêt général ou de la révélation[2].

 Un personnage aux multiples visages

Le hacker est un nouveau-né dans le champ culturel et pourtant ce n’est pas un inconnu car il réinvestit un grand nombre d’archétypes. De manière non-exhaustive, il est possible de regrouper les différents visages du hacker en trois catégories indépendantes de la répartition bien/mal mais représentatives de l’ambivalence du personnage : l’espion, le voleur et le justicier.

Un des points communs aux diverses communications de cette journée d’étude a été de montrer le lien entre hacking et espionnage. L’espion est en quête d’informations et doit souvent, pour les obtenir, forcer les protections, contourner les barrières. Ainsi agit le hacker qui force les pare-feux pour collecter des renseignements, usurper des identités. Isabelle Boof-Vermesse, en s’appuyant sur la Sprawl Trilogy de William Gibson, présente un hacker qui doit entrer dans la matrice, double de la réalité, et déjouer ses protections. Mais l’espionnage n’est pas gratuit, il est motivé par un désir moteur et fait du hacker un voyeur. Le corps hante la fiction et le hacking devient « une aventure de conquête et de possession ». La désincarnation du personnage derrière son ordinateur est donc compensée par l’attraction et le désir exercés par l’acte de piratage, témoignage du pouvoir qu’il a sur l’autre dans la matrice. L’espion prend aussi la forme du détective qui se fait voyeur par obligation professionnelle. Le hacker détective agit pour l’intérêt du bien commun et justifie par là son acte de piratage, comme le précise Hélène Machinal en se basant sur la série Dark Angel.

Matthieu Freyheit, dès son introduction à cette journée d’étude, rappelle que le hacker est un « véritable passe-muraille, [il] s’inscrit dans un mouvement lu tantôt comme une heureuse découverte, tantôt comme une violente pénétration (une effraction), tantôt enfin comme une discrète infiltration, une intégration potentiellement suivie d’une extraction (d’informations par exemple) ». D’ailleurs, le hacker n’est reconnu juridiquement que lorsqu’il s’introduit dans un système et le pille, tant qu’il reste espion, il n’est qu’une figure immatérielle. On est donc passé de l’espion au voleur, au brigand et au pirate. Audrey Thiry présente le film d’animation japonais Summer Wars, dans lequel il suffit de se connecter depuis un ordinateur, une télévision ou un téléphone pour que des millions d’avatars alimentent le plus grand réseau social en ligne : le système d’Oz. Ce réseau est piraté par une intelligence artificielle qui se nourrit d’identités virtuelles (les avatars) pour détruire le système de l’intérieur. Cette création japonaise illustre « l’affrontement du réel et du virtuel » allant jusqu’à provoquer une cyber guerre. On voit ici se dessiner la puissance destructrice du hacker, puissance néanmoins canalisée par son essence : elle est virtuelle. C’est donc un brigand aux antipodes de sa nature puisqu’il est immobile et ne court plus les forêts. Pourtant il n’en est pas moins dangereux caché derrière son écran. Cette transgression a un impact sur le champ visuel et cinématographique comme on peut le voir dans The Matrix. Ce film a fait l’objet de plusieurs analyses au fil de la journée et semble exemplifier de nombreuses facettes du hacker auquel il a donné une figure iconique.

La présentation de Floriane Lopez a notamment montré le basculement du statut du personnage principal. En effet, Néo n’est au début qu’un jeune hacker perdu dans une société à laquelle il ne s’adapte pas. Pourtant, sa métamorphose en espion, en potentiel voleur même, transcende chacune de ces étapes pour devenir un véritable justicier. Héros prophétique, il l’est sans l’être tout à fait dans les deux premiers volets de la trilogie, de sorte que sa positivité finale reste quand même inattendue. Il devient un guide de la même façon que les machines sont devenues des adversaires, c’est à dire progressivement d’abord, puis de façon irrévocable et totale. Tommaso Meozzi s’est lui aussi intéressé au personnage et à sa singularité comme héros : le hacker serait, précise Matthieu Freyheit, à la fois alter héros et alter égo. M. Thomas Meozzi explique que le personnage de Néo permet au spectateur de se retrouver en lui, spectateur lui même coupé de la réalité devant son écran. Pour M. Meozzi, le spectateur devient un héros métaphorique et donc un hacker par procuration. Néo apparaît aussi comme une figure christique : son sacrifice viserait la survie de l’espèce humaine. En faisant passer l’intérêt commun avant le sien, il ressemble à un chevalier ou à un robin des bois des temps modernes.

Et son impact sur l’écriture

Le hacker étant un héros de la modernité, il implique de nouvelles conventions tant littéraires que cinématographiques et renouvelle les horizons. Elaine Despres  montre notamment l’émergence du monde informatique et les découvertes génétiques qui sont utilisées conjointement comme une arme dans le roman Oryx and Crake et dans la série ReGenesis. Bien qu’on discerne ici le danger et la menace du personnage (les deux fictions mettent en scène un hacker qui programme grâce à un virus la destruction du genre humain remplacé par « une forme de posthumain »), on peut noter la dynamique binaire de destruction/création. Le hacker est donc bel et bien une figure ambivalente puisqu’il oscille sans cesse entre destruction et création. Nous pouvons établir un parallèle avec la figure de l’auteur, qui lui aussi prend appui sur la réalité (de façon plus ou moins marquée) et crée du fictionnel. On peut également observer, comme le souligne Frédérique Toudoire-Surlapierre, un renouvellement du langage puisque le motif du hacker donne naissance à de nombreux jeux de mots : « narrhacker », « l’arnhacker » (Anne-Laure Bonvalot et Alice Pantel), ou encore « litterhackture » (Matthieu Freyheit). Il suscite le plaisir d’inventer, de jouer, de combiner les idées ; peut-on envisager comme Hélène Machinal l’hypothèse du piratage comme pacte poétisé de la création ? C’est bien l’un des enjeux de cette journée d’étude, et des recherches à venir sur cette problématique.

mise en abimeLes participants de cette journée d’étude :

  • Greta Komur-Thilloy, doyenne FLSH (UHA)
  • Frédérique Toudoire-Surlapierre, UHA
  • Matthieu Freyheit, UHA
  • Pierre-Alain Muller, Vice-président innovation UHA
  • Anne-Laure Bonvalot, Montpellier 3
  • Alice Pantel, Lyon 3
  • Tommaso Meozzi, Florence
  • Hélène Jeannin, Paris 3
  • Laurent Bazin, Versailles Saint-Quentin
  • Hélène Machinal, Université de Bretagne Occidentale
  • Floriane Lopez, ARFIS Lyon
  • Audrey Thiry, UHA
  • Isabelle Boof-Vermesse, Lille 3
  • Elaine Despres, Université de Bretagne Occidentale
  • Philippe Schultz, juriste

[1] Steven Levy, p. 19.
[2] Idée également proposée par Hélène Machinal


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search