Avenir des métiers de la traduction – Alexandre BINDER

Compte-rendu proposé par Alexandre Binder (Master TST, Université de Haute-Alsace) de la conférence Avenir des métiers de la traduction de Françoise Bajon (présidente d’ELIA – European Language Industry Association), tenue dans le cadre du cycle de Penser la traduction à l’Université de Haute-Alsace le 5 février 2014. 

***

Dans le cadre du projet « Penser la traduction » de l’Institut de recherche en langues et littératures européennes (ILLE), la conférence intitulée « Avenir des métiers de la traduction » a été tenue par Françoise Bajon à l’Université de Haute-Alsace (UHA) le mercredi 5 février 2014. Après une présentation rapide de sa personne et de son entreprise, Mme Bajon nous a donné un bref aperçu historique du marché de la traduction à partir de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, puis a enchaîné sur la situation actuelle de celui-ci ainsi que les perspectives par rapport à la traduction automatique.

Françoise Bajon, ancienne professeur d’anglais et linguiste, a fondé son entreprise de traduction « Version internationale » en 1990 dans la région lyonnaise. Elle s’est imposée comme pionnière de la traduction et fait preuve de 24 ans d’expérience dans le domaine de la traduction. Elle offre ses services de traduction mais ne propose pas d’interprétation. Ses domaines de spécialité sont variés (informatique, applications de smartphones, documentation et aide en ligne, médical, marketing etc.). Spécialisée dans le marché franco-anglais, Version internationale a traité quelques dix millions de mots en 2013 et compte une vingtaine de personnes présentes sur trois sites différents : Lyon, Paris et Barcelone.

Françoise Bajon occupe également le poste de présidente d’ELIA (European Language Industry Association), la plus importante association de traduction en Europe. Celle-ci a pour vocation de faciliter les échanges entre les sociétés de traduction malgré la concurrence existante entre chaque prestataire. Cette association se tourne bien évidemment vers l’international et tente d’améliorer les formations à la traduction ainsi que les contacts avec les universités afin de donner un meilleur aperçu du marché et un meilleur accès au monde professionnel. Enfin Mme Bajon intervient en tant qu’experte auprès de la Commission Européenne dans le groupe LIND-web afin d’améliorer la visibilité de la traduction, outil nécessaire au marché mondial.

Il est important de réaliser que le marché de la traduction est un marché très récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité. Le développement industriel après la Seconde Guerre mondiale, et donc l’import de biens en provenance des États-Unis a créé un besoin de traducteurs techniques, qui étaient notamment des immigrants. Les premières sociétés de traduction n’ont vu le jour qu’à partir de 1970 et le développement de la mondialisation à partir de 1975 leur a permis de se développer encore davantage. Suite à la révolution informatique dans les années 1980, la localisation a fait ses débuts. Actuellement et par le biais d’internet et des smartphones, on assiste à l’expansion de la mondialisation qui rend la traduction technique essentielle et engendre vers 2010 la création de très grandes sociétés de traduction représentant à elles seules la majeure partie du marché (par exemple Microsoft).

Ce dernier est donc actuellement toujours encore en expansion et devrait croître, d’après les prévisions, de 7,4% en 2014 aux États-Unis, pays dans lequel la traduction est la 4e industrie la plus croissante. L’essor de la technologie a notamment permis l’apparition de nouveaux domaines de traduction tels que les applications smartphones, ce qui augmentent les volumes de traduction.Mais cette croissance constante présente tout de même des inconvénients. En effet, ce marché est devenu et continue de devenir compétitif, inflationniste et réactif, c’est-à-dire qu’il faut réagir très rapidement aux nouvelles demandes et s’adapter immédiatement aux nouvelles technologies. Les innovations comme les outils de TAO (Traduction assistée par ordinateur) et depuis peu la traduction automatique (TA)  augmentent la productivité d’un côté mais baissent les prix de l’autre car le traducteur travaille plus vite en faisant moins d’efforts. La traduction automatique a notamment permis la traduction de supports qui n’auraient jusque-là jamais été traduits.

Faut-il cependant craindre que cette nouvelle technologie aboutisse à la fin du métier de traducteur ? Nos prédécesseurs ont connu ce même dilemme lors de l’introduction de la TAO, qui n’a finalement fait que modifier le métier de traducteur au lieu de le remplacer. La TA serait adaptée à certains secteurs techniques mais elle ne peut actuellement pas surmonter l’ambiguïté due aux aspects culturels d’un texte.

Ainsi, Mme Bajon enchaîne avec la présentation du nouveau métier de traducteur technique et de ses réalités quotidiennes. Le traducteur technique doit faire preuve de cohérence et d’exactitude. Il doit aimer le concret, tout ce qui touche à la technologie et à l’innovation et donc se tenir informé l’actualité mondiale. Il lui faut également faire preuve d’une grande capacité d’imagination et de rigueur. Travailler dans la durée est également une qualité primordiale nécessaire à son travail. Il lui faut aussi s’adapter aux nouveaux outils et procédés afin de rester compétitif. Le traducteur est rémunéré au mot dans la plupart des pays et doit avoir une cadence de traduction assez élevée (environ 3000 mots par jour pour une traduction, 5000 mots pour des projets de post-édition et 9000 mots pour des projets de révision en moyenne). Son travail nécessite beaucoup de recherches extralinguistiques et peut souvent être frustrant, car il doit se limiter aux glossaires et guides de style imposés par le client, bridant ainsi son style personnel.

Enfin, Mme Bajon nous a prodigué quelques conseils pour faciliter notre insertion dans ce marché. Un traducteur doit faire preuve d’une orthographe et d’une grammaire irréprochables dans sa langue maternelle et avoir un style fluide et une grande richesse lexicale. Il doit également posséder d’excellentes connaissances de ses langues de travail et une curiosité sans limite dans tous les domaines. Et enfin ultime conseil : il faut continuellement se former aux nouvelles technologies !


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search