Babel heureuse, pour lire la traduction – Clémence BAUER

Recension proposée par Clémence Bauer (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de l’ouvrage de Arno Renken, Babel heureuse, pour lire la traduction, Paris, Van Dieren, 2011, 274 p.

***

Babel heureuse, pour lire la traduction publiée aux éditions Van Dieren en 2011 est une œuvre d’Arno Renken enseignant et traducteur suisse qui permet aux lecteurs d’appréhender différemment les discours traditionnels de la traductologie. D’emblée, l’auteur expose le projet du livre « l’architecture de ce livre s’attache à ‘‘ l’esthétique’’ de la traduction, à ses effets, à la manière dont elle affecte les ordres littéraire et philosophique, plutôt qu’à des considérations historiques » (page 17), le lecteur parcourt alors les pages de ce livre à caractère didactique mêlant littérature et philosophie, toutes deux au service de la traductologie et surtout au service de la communication du plaisir de la traduction. Autour d’une problématique commune : Comment dire ? Comment mal dire ? rappelant l’œuvre de Beckett Mal vu, Mal dit ; mais aussi : qui parle dans une traduction ? les dix chapitres proposés par Arno Renken rendent compte des pratiques et des théories de la traduction de différents philosophes et écrivains tels que Foucault, Beckett, Gadamer, Dürrenmatt, Benjamin ou encore Derrida, les exemples et les analyses très fines foisonnent alors. Enfin, l’ouvrage tente de rompre avec les idées préconçues sur certaines notions relatives à la traduction comme l’intraduisibilité, la langue, l’original, la fidélité et l’étrangeté.

Lire la traduction

Le sous-titre de l’œuvre indique d’emblée l’objectif du texte : ouvrir l’esprit des lecteurs à lire différemment les traductions en bannissant les a priori sur des concepts relatifs à la traduction déjà ancrés dans les pratiques littéraires et traductologiques. Arno Renken rappel dès les premières pages que la traduction n’est pas à considérer comme deux textes distincts mais qu’ils « vivent ensemble » (page 12). Dès lors, la lecture de la traduction n’apparaît plus dans une dimension dichotomique mais unitaire. La traduction, doit en revanche, selon l’auteur dépasser cette dimension et subvertir le lecteur non pas par la traduction en elle-même mais par la lecture de celle-ci. Dans ce contexte les langues ne doivent pas être considérées comme différentes et donc comme un obstacle à la traduction. Au contraire c’est la différence entre les langues qui permet l’étrangeté et donc la traduction. Selon l’auteur, le caractère intraduisible ou impossible serait seulement envisageable s’il existait « une différence de pensée, de parole, d’action » (page 29). Concernant la conception traditionnelle de la traduction comme « passage », comme « transposition » Arno Renken ajoute la notion de dérive ou de dérives qui semble être paradoxale face à l’image de transport attribuée habituellement à la traduction et qui contient l’idée d’un point de départ et d’un point d’arrivée. Mais pourquoi cette dérive ? La dérive rompt avec cette image du point de départ et du point d’arrivée. La traduction serait une dérive, un texte qui répondrait aux mouvements de l’original « qui fait et défait inlassablement les rives auxquelles elle se dérobe » (page 29), l’image parle d’elle-même.

La traduction subissait et subit encore des jugements péjoratifs comme l’exemple cité par l’auteur extrait des Lettre Persanes de Montesquieu : «Il y a vingt ans que je m’occupe à faire des traductions. – Quoi ! Monsieur ! dit le géomètre, il y a vingt ans que vous ne pensez pas ? ». Cette citation retrace à elle seule de longs siècles de non-considération de la traduction en tant qu’élément fondateur de la littérature et de la philosophie. Pour bien « lire » la traduction, le lecteur doit être sensible au caractère fondateur de cette discipline, ce que l’auteur n’hésite pas à rappeler en citant l’exemple d’Aristote traduit vers le français, ou encore du Discours de la méthode de Descartes rédigé en langue vulgaire et non pas en latin, un choix du philosophe qui résonne comme un appel à la traduction pour une plus large diffusion de son texte. Face à ces deux exemples, la traduction appel deux constats : elle est nécessaire et essentielle.

Philosophes et écrivains au service de la traduction

Après deux premiers chapitres exposant l’objectif et les enjeux de l’œuvre, Arno Renken consacre les six chapitres suivants à des analyses pointilleuses d’écrivains et de philosophes qui ont apporté de par leurs réflexions un autre souffle à la traduction. L’auteur commence par le philosophe Michel Foucault dans le but de mettre en exergue « une version contemporaine, à la fois singulière et créative, de ce rapport contrasté à la traduction » (page 66). Pourtant, on ne trouve dans l’Œuvre de Foucault aucun écrit de traduction à proprement parlé. Arno Renken perçoit cependant à travers les travaux du philosophe des points de jonctions vers la traduction. La relation de Foucault à la traduction demeure ambivalente mais évidente dans l’article de Foucault « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », qui parle dans ce texte Nietzsche ou Foucault ? L’article du philosophe français demeure ambivalent par le simple fait que sa voix se mélange avec celle de Nietzsche et que les termes allemands se mêlent aux termes français. Autour de cette question de qui parle : l’auteur, le traducteur, le narrateur ? Foucault s’attardera à l’exemple de Samuel Beckett mettant en évidence qu’il s’agit de comprendre ce que ces différentes voix apportent au texte traduit.

Pour Hans-Georg Gadamer la traduction se présente d’une manière différente, elle se centre surtout autour d’une réflexion entre « traduction et lecture » et entre « herméneutique et traduction » (page 107). La pensée de Gadamer centrée sur la compréhension et le langage place la traduction comme une limite entre ces deux notions. Le but de la traduction ne serait pas, selon Gadamer d’améliorer la compréhension du texte, elle est « un événement où le discours se soustrait à l’herméneutique » (page 117). Pour lui l’étrangeté du texte est une des conséquences des clivages entre les langues, en cela elle constitue le moyen par lequel il est possible de différencier l’herméneutique et la traduction. Selon l’analyse d’Arno Renken concernant la pensée traductive de Gadamer, la traduction serait alors une « surexposition » de l’original. Par cette « surexposition » le texte original serait quant à lui transformé par la traduction impliquant deux dimensions : la révélation et la trahison.

Concernant Friedrich Dürrenmatt un écrivain suisse, sa vision de la traduction se présente comme « une vision de la langue » (page 135). Il convient de remarquer ici que sa vision de la langue est une vision des langues, il exclut la possibilité de donner l’existence à une seule langue. En s’appuyant sur Schleiermacher la pensée de Dürrenmatt s’appuie sur une conception de la langue perçue comme système mêlant à la fois la grammaire et le style. La traduction dans ce contexte serait un fait de langue, « un moment de la langue » (page 138).

En dernier lieu nous nous pencherons sur l’expérience traductive de Walter Benjamin philosophe et traducteur allemand, qui emprunte à Herder sa théorie du détour concernant la langue, une conception mise en pratique dans ses écrits. Selon Arno Renken, la traduction pour Benjamin est « une traduction libérée du sens direct de l’original. La traduction devient alors déjà une méthode qui détourne méthodos du droit chemin, le fait dériver » (page 163). L’analyse de l’auteur de Babel heureuse rend la vision de la traduction de Benjamin créative en lui attribuant deux concepts : « la naissance et la post-maturation » (page 169). Nous pouvons comprendre grâce à Arno Renken et à son analyse que la naissance concerne la langue du texte original et que la post-maturation concernerait quant à elle la langue de la traduction. Les ouvrages de Benjamin riches en métaphores nous permettent de saisir sa vision du rapport entre original et traduction, ainsi le texte original et le texte traduit doivent répondre à une dynamique de correspondances tant au niveau de la forme que du sens. Enfin pour Benjamin la traduction se doit d’être « transparente, elle ne cache pas l’original » (page 181).

Les effets de la traduction

Les derniers chapitres de Babel heureuse insistent sur le caractère subversif de l’écriture en traduction et donc de son effet sur les textes, comment la traduction agit-elle sur les textes ?

Les œuvres de Samuel Beckett apparaissent d’emblée comme un « cas » traductif de par l’écriture bilingue qu’elles offrent. Chez Beckett il s’agit d’un « projet poétique » (page 191) marqué par la prépondérance de l’écriture en français. Le français offre alors à l’écrivain d’autres choix, d’autres possibilités, stylistiques surtout. La pièce Fin de Partie analysée par Arno Renken nous permet de comprendre en quoi la traduction opère un effet sur le texte original. Dans le cas de Fin de Partie, ce sont les différents ajouts au texte qui permettent de comprendre « la logique » du texte, sa lisibilité, selon l’auteur « les traductions donnent à lire un élément supplémentaire » (page 207).

Revenons maintenant à la « subversion » de la traduction, qui pour Derrida se place autour des notions suivantes : le traductible et l’intraduisible. Selon Derrida, la traductibilité est à considérer comme « abolition » des différences entre les langues et donc de notre vision traditionnelle du texte source et du texte cible. Le caractère intraduisible irait pour Derrida de pair avec un original « insatisfaisant, lacunaire » (page 232), de ce fait, l’intraduisibilité ne serait seulement pris en considération par « l’inoriginalité » (Ibid) du texte original. Enfin, Derrida donne l’image de la traduction comme un contrat qui « échappe à la loi de l’original et le fait dévier de son originalité » (page 239).

Dans le dernier chapitre de Babel heureuse, l’auteur définit plus explicitement ce qu’il entend par le caractère subversif de la traduction, pour lui « cela signifie qu’elle met notre expérience sens dessus dessous, elle la subvertit. Elle est basculement » (page 242). Ce basculement ne touche pas seulement le texte original et le texte traduit en question mais il touche la Littérature toute entière et c’est pourquoi la traduction ne cesse de créer et d’enrichir la Littérature.

Babel Heureuse, pour lire la traduction, offre donc de par les différentes analyses et concepts traités, une vision qui dépasse les idées traditionnelles et les enjeux de la traduction. Le lecteur est invité à reconsidérer les discours de la traduction et donc à lire différemment la traduction.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search