Traduire Stefan Zweig

Compte-rendu proposé par Isabelle Meyer-Dauchez (Master TST, Université de Haute-Alsace) de la conférence Traduire Stefan Zweig présentée par Jean-Pierre Lefebvre(ENS Paris), tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction à l’Université de Haute-Alsace le 5 mars 2014.

***

La conférence du 5 mars 2014 qui a eu lieu dans la salle 001 de la Faculté de Lettres, Langues et Sciences Humaines sur le Campus de l’Illberg de Mulhouse, intitulée Traduire Stefan Zweig a été présentée par Jean-Pierre Lefebvre, professeur émérite de Littérature allemande à l’ENS de Paris.

L’édition de l’œuvre de Stefan Zweig dans la Pléiade

Jean-Pierre Lefebvre a dirigé les opérations de traduction de l’œuvre de Stefan Zweig, écrivain autrichien, dans le cadre de l’édition de la Pléiade parue en avril 2013. Edition qui a été critiquée par certains détracteurs se demandant si Zweig méritait en réalité la Pléiade. En effet, chez les critiques, les académiciens ou les universitaires, Zweig est considéré comme un écrivain de seconde zone. Malgré cela (ou grâce à cela) c’est un écrivain qui se vend bien : en France c’est l’auteur germaniste le plus lu, et les ventes annuelles de Stefan Zweig sont supérieures ou égales à la totalité des livres allemands traduits et publiés en France. M. Lefebvre s’est vu proposé la traduction de Freud (auteur qu’il a déjà traduit par le passé) qu’il a refusé puis Gallimard lui a proposé Zweig, auteur qu’il avait eu l’occasion de lire dans sa jeunesse, L’étoile au dessus de la forêt, nouvelle qui à l’époque l’avait transporté. Il a donc accepté et confié la traduction à une équipe de traducteurs en supervisant les opérations, s’occupant de la relecture, proposant des traductions, etc. Une des raisons de cette décision était également le souhait de résoudre cette énigme qu’un écrivain tant critiqué rencontre un tel succès. Gardant toujours en tête le préjugé des universitaires, il s’est fait une opinion contrastive. Il n’était pas dans la démarche de découvrir des intérêts cachés mais s’est investi d’une curiosité supplémentaire. Il a en effet été comblé par la découverte de textes de grande qualité qui n’avaient jamais été traduits. Une des raisons de son succès est certainement que les nouvelles adaptées au cinéma et au théâtre ont en général bien réussi, ce qui a incité le public à lire d’autres ouvrages.

Un écrivain talentueux

Le bilan que M. Lefebvre a pu faire de son entrée dans le travail est la rencontre de l’histoire d’un homme talentueux qui a eu la chance de pouvoir écrire très jeune sans avoir à gagner sa vie. Il a réalisé des traductions de textes français à ses 17 ans et proposait déjà des nouvelles vers ses 19-20 ans. Nouvelles qui étaient pour certaines très bien écrites et organisées, une des illustrations de ce talent étant la nouvelle, qui n’avait jamais été traduite, La croix, dont l’intrigue avait lieu dans l’univers de la guerre de Napoléon en Espagne, savamment articulée autour de cet objet : cette fameuse croix de guerre. D’autres étaient cependant bâclées, il s’est essayé également au genre romanesque dont certains sont restés inachevés, laissant chez M. Lefebvre l’impression que son œuvre n’était pas à la hauteur de son talent. La raison la plus plausible qui a frappé M. Lefebvre, conscient du temps non négligeable qu’il faut consacrer à l’écriture, c’est qu’il a dépensé son temps dans d’autres activités. D’une part il s’est essayé au genre très populaire à l’époque qu’était la biographie, qui lui a pris énormément de temps, d’autre part la guerre a fait de lui un pacifiste engagé, il s’est assigné la mission de porte-parole de la paix qui l’a entrainé à voyager beaucoup pour donner des conférences (en Europe, aux Etats-Unis, en Inde, etc.) et a ainsi dépensé ses forces et son temps. S’ajoute à cela le fait qu’il est parti en 1934 en exil forcé, son œuvre ayant été interdite en Allemagne dès 1933. En effet, comme d’autres juifs il a dû fuir et les huit ans de cavale effrénée qu’il a menée à travers les pays d’Europe et d’Amérique ont créé des conditions peu favorables pour exercer son talent, lui qui n’était pas habitué à l’écriture dans l’urgence.

Quasiment vilipendé par les critiques

Néanmoins, l’auteur reste discrédité et le postulat de M. Lefebvre à ce sujet est simple : même si certains estiment qu’il n’a pas l’écriture de Kafka, le phénomène anthropologique planétaire de son succès n’est pas négligeable. Pourtant, dans un dossier de presse que les éditeurs ont l’habitude de renvoyer, comportant toutes les critiques de l’œuvre, c’est un réel laminage des supposées faiblesses de l’auteur qui apparaît. Christophe Mercier écrit même « Zweig méritait-il la Pléiade ? », de manière relativement injuste, selon M. Lefebvre, car il s’attaque uniquement à sa façon d’écrire (qui peut être diverse pour un écrivain de nouvelles, vieillissante, comme chez Balzac par exemple) mais pas à la substance de ce qu’il écrit, à la dynamique de cette substance, son suspens. La différence avec d’autres auteurs est qu’il raconte des histoires qui « lui parlent » et qui sont en général évitées par la littérature : il se penche sur des phénomènes psychiques, nuancés, que d’autres littéraires ont tendance à traiter par ellipse. L’exemple de Lettre d’une inconnue s’illustre sous trois protagonistes : Zweig impute en effet à une femme d’écrire à un homme une lettre dans laquelle elle se plaint sur des pages et des pages de la façon dont elle a été traitée par celui-ci (séduction, grossesse et abandon). L’arrière-plan culturel et anthropologique est d’une grande puissance, il illustre le rapport homme/femme dans la société européenne depuis la fin du Moyen-âge. On voit ici que Zweig a été suffisamment attentif à la demande féminine, et personne n’a réussi comme lui à « exprimer » de tels sentiments. Cependant, il parvient à rendre ainsi la lecture de cette nouvelle quasi insupportable à certains lecteurs (spécialement la gente masculine), en lui donnant un caractère itératif. Plus il le fait, plus il enrichit le tableau clinique de la névrose de cette femme d’éléments parfaitement réels. C’est un réel discours de la souffrance, de « patho-logie » dans le sens noble du terme. Pour les traducteurs c’est une dimension du travail à prendre en compte : Zweig fait principalement de la prose symptômale. En effet sa façon de raconter est très importante, c’est un enjeu supplémentaire pour le traducteur car on ne peut pas effectuer une traduction uniquement orthonymique, il faut en revanche viser la restitution du récit de la narration et viser l’expression des personnages.

Mal aimé des traducteurs car difficile à traduire

Concernant justement les traducteurs, l’Association des Traducteurs Littéraires de France a publié les nouvelles accompagnées des différentes traductions et de l’interview des traducteurs. Jean-Pierre Lefebvre a relevé des adjectifs utilisés par les traducteurs de Zweig concernant ce dernier : « démodé, embourbé, répétitif, incohérent, maniéré, bâclé, artificiel, grandiloquent, lourd » En réalité la réputation de cet auteur est avant tout qu’il est dur à traduire : sa langue est riche, ce qui représente une difficulté considérable d’autant plus que sa langue est l’allemand. Il est courant que des sentiments ambivalents existent entre traducteur et auteur (à ce propos l’exemple de Marx est significatif car le seul prolétaire qu’il ait maltraité fut son traducteur…). En fait, Zweig avait tendance à faire d’assez longues phrases : la tentation pour les traducteurs de les couper est donc grande, mais selon M. Lefebvre il ne s’agit alors plus de traduction mais d’adaptation. Les traducteurs, disant avoir simplifié le texte pour éviter qu’il soit empesé ont ainsi fait la construction de leur alibi rétrospectif. Or M. Lefebvre nous a exposé sa démarche de traduction à savoir de restaurer une lecture qui tienne compte de l’ensemble du texte, plus sobre et plus objective car c’est selon lui un problème souvent posé par la traduction : les traducteurs se font une idée de l’auteur et des personnages et projettent une aura tout au long de la nouvelle, ne correspondant pas forcément à ce que l’auteur imaginait.

L’oralité de son écriture

Le symptôme d’une écriture qui chez Zweig est principalement d’origine orale fait en revanche l’unanimité. La littérature orale est dans l’instant et ne se préoccupe pas de l’accumulation d’adjectifs par exemple, puisque dans l’instant on oublie rapidement qu’un adjectif a déjà été mentionné plus tôt. L’exemple de Proust est éloquent : il utilise une syntaxe orale sans faire usage des points mais uniquement des virgules. Ce qui justifie la non-compréhension de certaines phrases par les traducteurs, du fait qu’elles sont articulées de nature orale. Effectivement, ce sont les procédures orales qui sont les plus dures à transmettre d’une langue vers l’autre.

Orthonymie et traduction littéraire ne font pas bon ménage

Par la suite, Jean-Pierre Lefebvre a mis en avant la différence entre traduction littéraire et traduction technique par le biais d’un concept, l’orthonymie. L’orthonymie est la façon la plus droite d’appeler les choses, comme on les appelle le plus souvent. C’est une langue dénuée de poésie qui est enseignée dans les instituts d’interprétation, un principe applicable pour les textes techniques et descriptifs, mais relativement incompatible avec la traduction littéraire qui doit prendre en considération d’autres paramètres (comme l’esthétique), bien qu’elle reste une tentation pour les traducteurs littéraires. M. Lefebvre accorde une réelle importance à cela : pour lui si le traducteur « perd quelque chose il doit le récupérer ailleurs » : tout l’art de la traduction consiste à percevoir ce qui va être perdu et de le réintroduire sous une autre forme syntaxique. Il a même fait la comparaison avec certaines notes abandonnées d’accords difficiles au piano : elles peuvent être des notes qui pilotent les harmonies, et de la même façon, dans la traduction, l’orthonymie peut faire perdre son esthétique au texte. Enfin, notre conférencier a abordé la délicate tâche de la traduction des titres des nouvelles. Il a remarqué qu’il est périlleux et complexe de vouloir changer les titres d’œuvres qui auraient déjà été traduites, d’où le refus de certaines de ses propositions de modification par les éditeurs. Par exemple, la nouvelle Amok ou le Fou de Malaisie (en allemand Der Amokläufer) qui avait été déjà traduite pose deux problèmes : d’une part l’action ne se déroule en réalité pas en Malaisie et d’autre part, le germanophone qui lit « Amok », sait immédiatement qu’il s’agira d’un tueur, en revanche le francophone pense simplement qu’il y a un personnage qui s’appelle ainsi. La question des titres lui a fait penser à la nouvelle intitulée La légende de la troisième colombe fondée elle-même sur un problème de traduction de la Bible : dans le texte en hébreu on comprend que la colombe est envoyée pour la troisième fois de l’arche de Noé pour trouver la terre, dans la traduction de Luther, il s’agit bien d’une « troisième colombe », or il n’y avait que des couples d’animaux sur l’arche… Après avoir conclu sa conférence l’audience a posé quelques questions : l’une concernait notamment l’évolution de ses méthodes de travail après quarante ans d’expérience, question à laquelle il a répondu que comme le sportif, le traducteur développe des perceptions latérales, il développe de la vitesse, un certain « coup de main » qui implique de la mémoire. Une autre question a évoqué la présence de doubles titres, ce qui en réalité revenait à ce problème délicat de la traduction des titres, par exemple La nouvelle Buchmendel (que M. Lefebvre avait décidé de conserver en allemand) s’appelle également Le bouquiniste Mendel (comme traduit par d’autres traducteurs auparavant), ce qui était une décision empirique due au poids que peut avoir un titre dans l’imaginaire collectif.

Conclusion

M. Lefebvre a évoqué ainsi des problèmes de traduction intéressants, tels que la nécessité de traduire une dimension esthétique plus que véhiculaire d’un texte, ou encore la notion d’homogénéité donnée à une œuvre en fonction de la perception qu’en a le traducteur, pouvant parfois s’éloigner de l’intention de base de l’auteur. Le point qui a retenu toute mon attention est l’évocation de l’orthonymie, amie du traducteur scientifique et technique mais visiblement le diable, la tentation pour le traducteur littéraire. J’ai donc trouvé cette conférence très riche et elle m’a permis de me questionner sur la tâche du traducteur technique, logique et empirique, en comparaison à l’art de la traduction littéraire requérant des compétences totalement différentes et sûrement, selon moi, plus valorisantes.


Vous aimerez aussi...