Gide et la bande dessinée – Edoardo ANGRILLI

  • affiche BD-gide-remix-web -1
  • affiche gide-representer la litterature
  • interview-bedecine
  • jerome-lereculey

Compte-rendu proposé par Edoardo Angrilli (Licence CLE, Université de Haute-Alsace) de la soirée « André Gide et la bande dessinée. Représenter la littérature, illustrer Les Caves du Vatican » qui a eu lieu le 15 novembre 2018 à Motoco de Mulhouse.

***

Le 15 novembre 2018 a eu lieu à Mulhouse la soirée « André Gide et la bande dessinée. Représenter la littérature, illustrer Les Caves du Vatican », organisée par le Groupe de recherche « Gide Remix ». La rencontre s’est déroulée au MOTOCO, une association d’artistes située dans les structures de la vieille usine textile DMC. Grâce à une décoration faite de nuages duveteux et de fauteuils vintages, l’atmosphère était très conviviale. Le dessinateur Jérôme Lereculey, président du festival Bédéciné 2018, inaugurait les rencontres de Gide Remix lors de cette soirée mêlant le dessin à la lecture.

En mettant de côté toute rhétorique académique ou tout pédantisme technique, le but de la soirée a été de réactualiser les œuvres d’André Gide et en particulier Les Caves du Vatican. La réalisation simultanée des dessins durant la lecture a été une magistrale réussite.

Pour ouvrir la soirée, Paola Codazzi commence son allocution en reconnaissant qu’il « n’est pas simple de résumer une œuvre aussi labyrinthique que Les Caves ». Et qui peut le lui reprocher ? Mais il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu’on ne les a pas tentées semble l’encourager Gide lui-même (cit. Si le grain ne meurt). La proposition de lecture s’ancre autour d’un axe précis : « On a choisi des extraits qui se concentrent en particulier sur le personnage de Lafcadio et sur l’acte gratuit ».

Les lumières deviennent progressivement plus tamisées et les murmures se taisent pour faire place à la récitation de Marine Parra et de Caroline Werlé. Derrière elles domine un écran sur lequel est projetée la planche de Jérôme Lereculey. Avec quelques touches de pinceau, le dessin prend forme et donne vie aux mots de Gide, à sa fantaisie.

Notre propre imagination rencontre le texte gidien : les esquisses à l’aquarelle et la musicalité de l’interprétation y sont pour beaucoup. À l’instar de la topique mise en abyme gidienne, on se découvre des figurants d’un complexe jeu de glaces : Gide écrit le livre que les lectrices lisent à haute voix pendant que le dessin que Jérôme Lereculey réalise en direct est projeté sur un grand écran que les spectateurs regardent.

On risque de se perdre, ou peut-être faut-il s’y perdre.

La performance se termine et les spectateurs retournent à la réalité, comme s’ils avaient été flanqués d’un train en marche. Juste le temps de se réveiller, une interview à quatre débute : sur le banc des accusés Denis Gerhart, responsable des auteurs de Bédéciné, et Jérôme Lereculey ; face à eux, l’infatigable Paola Codazzi et Ambre Fuentes (Fondation Catherine Gide). L’interview s’oriente sur le rôle de la BD aujourd’hui et sur son rapport avec les classiques de la littérature. Ensuite, la relation conflictuelle entre images et mots et l’acte gratuit de la création artistique sont mis en évidence.

À la fin de cette soirée, nous nous sentons encore emmêlés dans cette maille étroite de renvois artistiques, dans ce mouvement de confusion entre les arts, comme si dans chaque reflet quelque chose se perdait et quelque chose d’autre était acquise. Dans ce dialogue entre plusieurs disciplines, on peut vraiment entrevoir le profil d’un écrivain aussi complexe que Gide.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dialogues mulhousiens (15 novembre 2018). Gide et la bande dessinée – Edoardo ANGRILLI. Dialogues mulhousiens. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nlxs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search