Lecture de Noëlle Revaz – Federica REMONDI

Compte-rendu proposé par Federica Remondi (M1 Master CLE – Erasmus Mundus, Université de Haute-Alsace) de la conférence-lecture de Noëlle Revaz, présentée dans le cadre de la première conférence du cycle helvétique 2014-15. La rencontre s’est tenue à la Bibliothèque municipale de Mulhouse le 17 septembre 2014. Interview est animé par Jacques Lindecker en partenariat avec ILLE.

***

Jacques Lindecker a d’abord présenté au public l’écrivaine Noëlle Revaz en lui posant plusieurs questions sur sa vie privée et professionnelle. Née en 1968, elle était la sixième de neuf frères et sœurs et elle a grandi dans le canton du Valais en Suisse. Dès son enfance, elle a toujours été très attachée aux études et à la lecture, comme tous ses frères et sœurs. Dans cette ambiance, elle a grandi en écrivant beaucoup de textes et de poèmes qui, d’après elle, n’étaient pas véritablement de « la littérature ». À Berne, à Vienne et à Leipzig il y a la possibilité d’avoir un baccalauréat en Écriture Littéraire et Noëlle Revaz accompagne quelques étudiants à la rédaction de leurs livres dans l’institut de Berne.

Après avoir enseigné le latin dans des écoles privées suisses, elle a véritablement commencé à écrire à l’âge de 26 ans. Au début, elle écrivait surtout des monologues et des nouvelles pour la radio, d’abord à propos de sport. Elle se cachait derrière un pseudonyme masculin, celui de Maurice Salanfe. Lorsqu’elle a trouvé son style, elle a commencé à écrire sous son vrai nom.

Son premier roman – Rapport aux bêtes

L’auteure a écrit son premier roman Rapport aux bêtes à l’âge de 31 ans.

Le personnage principal est Paul, un paysan violent « qui s’attache aux bêtes parce qu’il ne comprend pas les humains » souligne l’auteure. Sa femme n’est pas capable d’exprimer sa frustration de vivre dans l’ombre d’un mari pareil. Enfin, la situation change lorsqu’à la ferme vient habiter un ouvrier s’appelant Georges provoquant l’humanisation du regard de Paul.

La nouveauté demeure dans le langage utilisé par l’écrivaine : il s’agit d’un langage primitif lié aux bêtes de ce paysan. Noëlle Revaz déclare qu’elle « voulait vraiment créer un langage tout à fait artificiel ». C’est ce nouveau langage qui a lui permis de gagner les prix les plus prestigieux en Suisse, dont le prix Schiller et le prix Marguerite Audoux ; une langue qui peut sonner très régionale. En commentant le livre, Jacques Lindecker décrit la réussite de son succès et de son but de devenir une écrivaine connue, lorsque le livre a été publié chez Gallimard en 2002, prenant les distances d’un panorama seulement régional. Ensuite, le livre a été traduit aussi en anglais, en allemand et en italien.

Son deuxième roman – Efina

En parlant de son deuxième roman, Noëlle Revaz se confie avec son public : « Après tout cela, tout ce travail de construction d’un nouveau langage, j’ai eu envie de revenir à l’utilisation du passé simple, de l’imparfait et de la bonne grammaire ».

En plus au moment où elle a commencé à écrire son œuvre elle avait « le dégoût de la lecture, le dégoût des monologues, le dégoût aussi des histoires d’amour. Mais ça, c’est tourné contre moi-même » dit-elle « Efina c’est tout à fait une histoire d’amour, comme le premier roman ».

C’est l’histoire d’une jeune fille, Efina, plutôt banale qui tombe amoureuse d’un homme plus âgé nommé T. Il est comédien et elle est une de ses admiratrices. Le choix de ne pas utiliser le nom du personnage souligne le fait qu’il est célèbre (on cache son identité) et aussi qu’Efina aime l’homme qui monte sur scène et non l’homme lui-même. Ils jouent un jeu autour d’une relation entre l’homme séducteur et une admiratrice. Ils se quittent, ils ont d’autres relations, des mariages et des séparations, mais ils restent amants pendant toute leur vie. « Il s’agit malgré tout d’un vrai amour, puisque les personnages ne peuvent pas se séparer » commente Noëlle Revaz.

Son troisième roman – L’infini livre

Les personnages de ce roman sont les livres et les auteurs, ainsi que les lecteurs et les médias. En un mot, c’est la société entière qui donne une importance à son aspect extérieur.

Jenna et Joanna se ressemblent beaucoup : elles ont le même aspect physique (elles sont brunes), elles sont des écrivaines et même leurs romans sont similaires. La seule différence entre elles est que l’une a trois enfants et que l’autre n’en a aucun. Jacques Lindecker présente le livre comme une « fable hyperréaliste » : il n’y a plus de vie intérieure dans le monde du livre et dans la société en général, on effleure seulement les caractères des personnages. Ce qui compte c’est la publication du livre et non son contenu ou l’inspiration qui l’a créé. « C’est la logique de rester à la surface du livre », nous explique l’auteure « le livre est devenu comme un objet, il ne suffit pas de l’ouvrir ». La vie des deux écrivaines est menée entre leurs familles et les programmes de télévision. M. Lindecker nous donne l’exemple d’un passage du roman où, pendant un programme, on fait la comparaison du livre d’une des protagonistes avec un autre livre, « oui, c’est exactement comme Lolita », sans rentrer dans les détails. Le contenu est seulement mentionné et non expliqué. « À la télévision ou à la radio, l’image évoquée est toujours simple et le monde aussi paraît comme cela, alors que c’est tout le contraire : il est très compliqué » dit Noëlle Revaz.

Tout se passe dans une émission télévisée d’une heure au maximum ce qui est trop peu pour analyser le livre. C’est un paradoxe par rapport aux heures de lecture qui sont nécessaires pour découvrir et comprendre une œuvre.

Du monde du livre elle passe à la société contemporaine qui est plongée dans les réseaux sociaux. L’auteure s’est moquée aussi de Facebook où les phrases et les mots sont sans signification. Mais plus encore, cette simplification rejoint tous les domaines : de la musique, qui est uniforme et devient elle-même un objet, aux enfants-stickers collés sur la fenêtre par Jenna. Il s’agit donc d’un univers très matériel et sans émotion qui relève d’une angoisse intérieure. L’infini livre est un roman qui montre l’habitude à tout simplifier et à donner uniquement l’importance à l’apparence.

Toutes les comparaisons superficielles nous éloignent de plus en plus du contenu et de la vérité. À ce propos Noëlle Revaz déclare que « Jenna et Joanna sont poussées par la société dans leurs livres qui ne deviennent plus que des miroirs d’elles-mêmes ».

C’est une histoire ironique ; elle n’est ni critique ni tragique.

À remarquer le choix stylistique de l’auteure : tous les verbes sont à l’imparfait parce que d’après elle « utiliser le passé simple pour la description était trop lourd dans ce cas-là. Je voulais que le roman ressemble à une machine qui ne peut pas s’arrêter ».

Echange avec le public

La rencontre avec le public a soulevé plusieurs questions. La première était à propos de la vie de Jenna et Joanna :

Est-ce qu’elles sont vraiment sans aucun contenu ?

« Non pas du tout » répond Noëlle Revaz « le livre explique plutôt la peur d’être soi-même et la difficulté à communiquer réellement, surtout dans l’endroit médiatique. Il y a une réflexion sur l’intérieur et l’extérieur. »

Est-ce que le livre est une critique de la société ?

« Non ce n’est pas une critique. C’est seulement une description de la réalité, parfois exagérée qui veut être une sorte d’annonciation du futur. Il s’agit seulement de la satire. »

Mais, hors du livre, quel est votre avis à propos de l’endroit médiatique et de la société ?

« La télévision montre la perte de valeur de la lecture, mais c’est la société, d’après moi, qui est vide, qui est plus intéressée par le livre « objet» que par son contenu. Il y a une perte de profondeur. Il faut seulement que l’écrivain soit bon, bien maquillé, etc. et que la couverture soit belle et captivante. On ne donne importance qu’à l’image. »

Est-ce que les livres en ligne et les dispositifs pour la lecture des e-books soulignent cette perte de valeur de la lecture ?

« Non, je crois que c’est tout à fait le contraire. Dans un premier temps moi aussi j’avais pensé à publier ce nouveau roman seulement en ligne. Mais c’était trop compliqué. La tablette et les livres en ligne accroissent la volonté de lire, parce qu’ils n’ont aucune image captivante, aucune couverture : on ne se focalise que sur les contenus. »

Commentaire personnel

J’ai trouvé cette conférence très intéressante, puisque j’ai beaucoup aimé les œuvres de la romancière. La réflexion entre la volonté d’apparaître et le vide qui se produit en conséquence est pour moi très bien construite dans les trois romans ; comme nous pouvons le constater dans l’attitude d’Efina qui aime un homme car il est célèbre et de Monsieur T. qui aime Efina uniquement parce qu’elle est une de ses admiratrices. Les deux satisfont leurs besoins d’être aimés ; mais encore une fois il s’agit de l’amour de l’apparence qui reflète une angoisse intérieure et la plus profonde solitude. Dans L’infini livre cette importance de l’image extérieure est encore plus visible, mais ce que je trouve véritablement intéressant est l’application de cette perte de valeurs à tous les domaines de la vie et de la société elle-même. C’est une histoire ironique qui ne dénonce pas directement la société, mais qui nous laisse sans doute beaucoup plus réfléchir.

Je voudrais souligner non seulement le contenu des livres, mais aussi leur structure stylistique. L’utilisation de l’imparfait dans L’infini livre ou la création d’un nouveau langage dans Rapport aux bêtes donnent l’importance au moyen d’habiller les mots et la syntaxe. C’est un instrument aussi puissant que le contenu. J’ai beaucoup apprécié ce choix de l’auteure.

Enfin, j’ai seulement une critique à faire, ou plus précisément une question qui, pour moi, reste ouverte, sans apporter une vraie réponse : à propos de cet incroyable travail bien réussi qu’est L’infini livre, pourquoi l’auteure a-t-elle décidé de publier son roman en version papier avec une couverture pareille ? Elle qui était si prompte à défendre le contenu des livres de tout enrobage publie néanmoins son œuvre. La version en ligne aurait été moins en contradiction avec ses dires. Je me demande si avec ce choix elle a voulu représenter et renforcer ce qu’elle décrit dans son roman : un livre « objet » qui parle de livres « objets ».


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search