André Gide et la musique – Edoardo ANGRILLI

Compte-rendu proposé par Edoardo Angrilli (Licence CLE, Université de Haute-Alsace) de la soirée « André Gide et la musique » qui a eu lieu le 5 février 2019 à la Librairie 47 degrés Nord de Mulhouse.

***

« L’harmonie – plutôt la musique !
La musique propage l’ondulation de l’âme
jusqu’à l’autre âme » 
(Les Cahiers d’André Walter, 1891)

 

La soirée du 5 février 2019 a été un mélange de fête et de musique, mais aussi de culture et de littérature. Miscere utile dulci, disait Horace. Le groupe de recherche « Gide Remix » sait bien le faire.

Cette fois, le cadre choisi est la Maison Engelmann, un lieu suggestif situé rue de la Moselle à Mulhouse. Le public a été accueilli dans une atmosphère rêveuse parmi les livres de la Librairie 47 degrés Nord et les illustrations réalisées pour l’occasion par Paola Travers.

La soirée s’est ouverte avec un discours de Martina Della Casa, porteuse du projet « Gide Remix ». Les précieuses interventions de Pierre Thilloy (organisateur de la soirée), Philippe Olivier (écrivain et historien de la culture) et Gilles Million (Directeur de la Confédération de l’Illustration et du Livre) ont captivé l’attention du public, qui a également pu écouter la performance des musiciens invités : la chanteuse AELLE, l’accordéoniste Stéphane Escoms et le Quatuor à cordes Kiaramontes. Les dialogues ont été accompagnés par des musiques originales, et évocatrices, entre jazz et pop.

Avec un verre de vin – poliment offert – et les notes jouées par ce petit orchestre, on a pu observer se matérialiser l’univers musical de l’écrivain parisien. En effet, si Gide était un auditeur attentif de musique classique, il était avant tout un musicien, qui avec obstination et dévotion a joué du piano tout au long de sa vie, jusqu’à ses soixante-dix ans – comme l’explique Philippe Olivier. Les citations, tirées de plusieurs livres, en témoignent : non seulement ses Notes sur Chopin (1931), mais également ses ouvrages les plus autobiographiques, comme Si le grain ne meurt (1924) et Les Cahiers d’André Walter (1891), qui reparcourent sa formation musicale tout entière. Ces textes prouvent qu’il existe un lien intime entre musique et écriture dans l’œuvre de cet auteur. Et comme il semble évocateur, sous cette lumière, un titre tel que La Symphonie pastorale !

Considérant les accusations que le pasteur adresse à ses maîtres, incapables de le faire devenir un véritable musicien (La Symphonie pastorale), on arrive presque à se demander si l’entière œuvre de Gide ne serait pas plutôt une tentative de sublimation artistique, un palliatif à son insatisfaction musicale.

Peut-être que, au contraire, la grandeur de Gide réside aussi dans cela : dans son univers labyrinthique, dans lequel chaque page multiplie les plans de lecture, où la prose aussi devient musique.

Et c’est sur ces questionnements que la conférence se conclut. Questionnements qui confirment l’importance de mettre en valeur la figure d’André Gide, dont l’œuvre – en raison de sa diversité – est trop souvent réduite à des jugements sommaires et partiels.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search