Être Consul de Suisse en France : vieilles questions et nouvelles réponses – Federica REMONDI

Compte-rendu proposé par Federica Remondi (M1 Master CLE – Erasmus Mundus, Université de Haute-Alsace) de la conférence Être Consul de Suisse en France : vieilles questions et nouvelles réponses présentée par Marzio Tartini, le Consul général à Strasbourg, dans le cadre de la troisième conférence du cycle helvétique de l’année 2014-2015. La conférence est introduite par Michel Faure (ILLE) et a eu lieu à la Bibliothèque municipale de Mulhouse le 26 novembre 2014.

***

Le but de la rencontre était celui de porter à la connaissance du public certains aspects de la politique étrangère suisse et en même temps de présenter le style de vie d’un consul avec ses défis et ses responsabilités.

Michel Faure, membre du Bureau de l’ILLE (Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes) et professeur de littérature et civilisation anglaises (XVIIIe siècle) de l’Université de Haute-Alsace, a d’abord remercié les membres de l’organisation APEFS (Association de Promotion d’Échanges et d’Études franco-suisses) et la bibliothèque municipale de Mulhouse qui ont rendu possible la conférence. Ensuite il a introduit Marzio Tartini, Consul général de Suisse à Strasbourg, au public. Son travail en tant que Consul de Suisse l’a amené sur plusieurs territoires internationaux, de l’Europe (Barcelone, Munich, etc.) au Maghreb (Tunisie) à l’Amérique du Sud (Paraguay, République Dominicaine).

La vie d’un consul : responsabilités et défis

« Un diplomate réfléchit parfois avant de ne rien dire. »

« Quand un diplomate dit oui ça veut dire peut-être, quand un diplomate dit peut-être ça veut dire non, quand un diplomate dit non ça veut dire qu’il n’est pas un diplomate. »

Voilà la carte de visite que Monsieur Tartini nous a montrée : la vie d’un consul, comme celle des politiciens, est toujours objet de caricatures et de clichés. Par exemple, on se focalise sur le fait qu’ils habitent de somptueuses résidences ou on dit qu’un diplomate est plus intéressé à sa voix qu’à celle des autres. Si on affirme que la journée d’un diplomate est toujours pleine, on s’imagine plusieurs diners et activités de plaisir. En réalité, même cela fait partie du travail et ce ne sont pas des moments d’amusement. Un diplomate doit toujours être attentif et est voué toute sa vie à son travail. Par conséquent, la journée est vraiment pleine, tant que l’on arrive au bureau le matin « je dois déjà avoir lu Le Figaro, Le Monde, Libération, etc. c’est-à-dire toute la presse », dit M. Tartini. Aujourd’hui, grâce à la presse et surtout aux réseaux sociaux, tout le monde est en contact et les informations passent très vite : il faut constamment être au goût du jour. En plus, la qualité de l’information qui passe est très importante : pour économiser, souvent, les journaux recrutent de jeunes journalistes qui n’ont pas beaucoup d’expérience pour faire des recherches sur tel ou tel argument devant un écran. Mais cela est absolument dangereux, car les informations peuvent ne pas être vraies. Monsieur Tartini souligne alors l’importance de travailler sur place, en donnant un exemple tiré de sa propre expérience : « Lorsque je travaillais à Lisbonne j’ai utilisé les services d’un journaliste suisse qui vivait depuis longtemps là-bas. Il connaissait très bien la ville et les personnes les plus importantes. Cela détermine la véracité des informations et je suis convaincu que le journalisme sur place est toujours la meilleure solution ».

Même les nouveaux médias comme Facebook sont un instrument utile et le Consulat de Suisse à Strasbourg a essayé de créer une page Facebook, mais il a renoncé parce que le nombre de collaborateurs est trop petit et ils n’ont pas assez de temps pour le mettre à jour ou répondre à toutes les demandes.

Comme les sociétés et les réseaux informatiques, même la figure d’ambassadeur a souvent changé pendant les époques. Surtout après la guerre froide, la diplomatie est devenue plus un art de confrontation que d’influence. En plus, un ambassadeur a la responsabilité de « prévoir les actions futures, c’est-à-dire qu’il doit interpréter les signes et de leur donner la juste importance. Enfin, il doit être capable de les transmettre », explique Monsieur Tartini. « Par exemple, l’ambassadeur Glaspie des États-Unis à Bagdad n’a pas su ou pu s’imposer. Ce manque a probablement influé sur les évènements politiques suivants : l’invasion du Kuwait de la part de Saddam Hussein ».

Il s’agit donc d’un travail extrêmement délicat qui a pour instrument la négociation. « La négociation est ainsi l’instrument le plus important et le plus puissant d’un diplomate », souligne Monsieur le Consul. Il a aussi évoqué la théorie de Machiavel qui consiste à privilégier la guerre : « il faut avoir la guerre à l’esprit, pour ne pas avoir à la faire ».

La vie d’un diplomate est la vie d’un nomade : « la création d’une vie privée est pénible. En effet, il y a beaucoup de divorces et les enfants se retrouvent souvent à la recherche d’une identité. La connaissance du pays vient de l’intérieur (non de l’extérieur comme pour un touriste) et parfois on rencontre des difficultés pour communiquer avec la langue locale », dit Monsieur Tartini. La maîtrise de la langue du pays hôte est fondamentale pour la négociation et pour créer un climat de confiance et de collaboration.

Après la guerre froide, le passage à la globalisation a investi toutes les sociétés où il y a eu une perte progressive de la souveraineté ou bien un partage de cette souveraineté (comme dans le cas de l’Europe). La plupart des défis d’un consul dérivent du manque de la mise à jour de la diplomatie. Elle n’a pas encore changé par rapport aux transformations de la société. Monsieur Tartini se référait surtout aux grands problèmes internationaux comme le climat, les armes nucléaires, etc.

En outre, il y a aujourd’hui une disparition graduelle de la différentiation entre les affaires étrangères et internes ; en parlant de l’Europe, Monsieur le Consul affirme que « la concurrence entre les ministères s’accroît et les activités ne sont pas toujours coordonnées ».

Cependant, les crises sont souvent prévisibles : le nombre de pays en difficultés a augmenté et on a besoin d’une organisation de l’accueil des expatriés. Il y a toujours une dictature de l’urgence qui s’impose ; parfois on peut avoir aussi des événements qui provoquent de grosses difficultés comme en 2oo1 au moment de l’attentat aux Twin Towers newyorkaises. « Je travaillais à Berne et la panique était énorme : nous avons travaillé 7 jours sur 7 sans arrêt pour réussir à retrouver et à communiquer avec les suisses qui travaillaient là-bas », nous explique Monsieur Tartini.

La politique étrangère suisse – Culture

Monsieur Tartini a souligné l’importance que le gouvernement suisse donne à la promotion de la culture du pays et à l’échange avec les pays étrangers. Il a démontré que le Consulat de Strasbourg est aussi très actif en donnant la liste des activités organisées en 2014 :

  • Exposition sur le photographe Jean Beure qui a travaillé sur le thème de droits humains
  • Participation de caricaturistes suisses au Festival de la Bande dessinée à Strasbourg
  • La Suisse comme nouveau pays à l’honneur au Festival Universal Danser sur le hip-hop
  • Festival du film en langue allemande
  • Exposition d’architecture
  • Festival cinématographique en langue française
  • Lectures et promotion des écrivains suisses
  • Exposition de l’art pendant la Première Guerre mondiale en partenariat avec l’Université de Strasbourg

La politique étrangère suisse – économie

La Suisse développe un important partenariat en Alsace avec la chambre de commerce de Mulhouse, d’Alsace, de Strasbourg et de Colmar. La Suisse a été un pays prospère jusqu’à aujourd’hui et pour qu’il puisse le rester, les pays étrangers voisins doivent se développer de plus en plus : voilà donc l’importance de l’importation étrangère en Suisse.

La Suisse est le deuxième partenaire économique de l’Union européenne après les États-Unis et devant la Russie et la Chine. Les statistiques rapportent qu’en 2010 elle gagnait 1.000.000.000 € par jour. Plus d’un million d’Européens, les transfrontaliers, vivent et travaillent en Suisse qui a une population de 8 millions d’habitants.

La Suisse est le quatrième pays créateur d’emploi en France, donc la coopération transfrontalière est fondamentale pour réguler les salariés et les aider du point de vue des transports.

Il y a deux problématiques des plus urgentes que la Suisse et la France sont en train de traiter : la force hydraulique et la gestion de l’aéroport Bâle-Mulhouse.

Les glaciers sur les Alpes se réduisent à cause des changements climatiques de notre époque. Les eaux sont donc en diminution et la quantité équilibrée de ces eaux qui sont utilisées pour faire fonctionner les centrales nucléaires françaises est à risque. L’inquiétude augmente et la collaboration entre les deux pays est importante et la diplomatie doit jouer son rôle.

L’aéroport Bâle-Mulhouse, créée par la Suisse après la Deuxième Guerre mondiale, servait également la France qui sortait de la guerre plus blessée que le pays alpin. Les deux nations firent donc un pacte de partage et de coordination de l’aéroport. Un pacte qui n’était pas si précis pour empêcher n’importe quelle revendication : en effet la France prétend avoir aujourd’hui le droit de territorialité.

Conclusion du discours de M. Tartini et échange avec le public

Monsieur Tartini a conclu son discours avec un résumé des objectifs de la politique étrangère suisse, en ajoutant la lutte contre la pauvreté dans les autres pays pour prévenir l’immigration, la sauvegarde des intérêts de l’économie suisse et le soutien du respect des droits humains et la promotion de la démocratie (pacte de Genève).

En soulignant l’importance de ce témoignage direct mélangé avec des notions générales, Monsieur Faure a donné la parole au public qui s’est montré plutôt enthousiaste :

Je sais que la formation des diplomates en Suisse est différente par rapport à celle de la France, qui prévoit des études spécifiques. Vous pouvez nous expliquer sur quoi se base votre sélection ?

« C’est une observation très pertinente. Nos diplomates sont tant des mathématiciens, que des physiciens, que des économistes ; ils ont étudié les lettres, l’histoire ou la géographie. Nous voulons une vision à 360° : la formation n’a aucune importance, c’est l’esprit qui compte. »

Quel est l’intérêt des entreprises françaises à s’emplanter en Suisse ?

« Les salaires sont plus hauts. Pendant les cinq premiers mois ils ne paient même pas les impôts. Mais comme j’ai expliqué tout à l’heure il y a aussi des entreprises suisses qui investissent en France. »

Depuis longtemps il y a une sorte de collaboration mutuelle entre l’hôpital de Mulhouse et celui de Bâle. Par exemple s’il y a un accident grave, le malade est transféré à Bâle. Est-ce qu’il y aurait bientôt une collaboration officielle ?

« Le rapport entre les hôpitaux transfrontaliers est bon mais pas organique, pas pour le moment. Mais c’est un point très intéressant je prends note et je passerai la question. »

La collaboration entre les universités françaises et suisses fonctionne-t-elle bien ou faut-il l’améliorer ?

« On peut toujours améliorer. Mais je crois qu’elle fonctionne déjà très bien. »

La conférence s’est conclue avec l’intervention de Monsieur Bloch, président de l’association de l’APEFS, qui nous a apporté une réflexion importante : « Cette optimisme de la recherche a été remise en question par des votations politiques qui ont gagné le faveur de plusieurs citoyens suisses. Il faut véritablement faire attention au danger d’une fermeture des frontières : notre association doit se battre pour des concessions qui sont très dures à obtenir maintenant en Suisse. Il faut se battre pour maintenir ouvertes les frontières pour les échanges, dans nos cas surtout culturels. »

Commentaire personnel

Cette conférence a permis au public de dévoiler un peu plus la mentalité et la politique des Suisses et les différents points de vue, grâce aux membres de l’association présents et au discours du Consul. Les conférences de ce type sont très importantes dans un territoire transfrontalière comme l’Alsace qui a toujours des échanges économiques et culturels avec le pays alpin. J’ai reporté tout ce qui a été dit pendant la conférence, mais je voudrais ajouter que les thématiques ici effleurées (surtout pour ce qui concerne la politique) méritent d’être approfondies.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search