Discours rapporté et presse écrite d’information – Caroline WERLE

Recension proposée par Caroline Werlé (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace / Université de Fribourg (CH)) de l’ouvrage de Elżbieta Biardzka et Greta Komur-Thilloy, Discours rapporté et presse écrite d’information : Une étude linguistique et discursive du discours rapporté français par comparaison avec le polonais, Paris, L’Harmattan, « Dixit Grammatica », 2019, 230 p.

***

Deux linguistes spécialisées en analyses discursives se sont associées afin d’écrire Discours rapporté et presse écrite d’information : une étude linguistique et discursive du discours rapporté français par comparaison avec le polonais. Greta Komur-Thilloy, professeur en Sciences du Langage à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse), a écrit une thèse sur La représentation du dire dans la presse contemporaine française : étude qualitative et quantitative de quelques formes de discours rapporté en 2003 et une habilitation sur les Genres des médias : approche linguistique et didactique dans une perspective comparative entre le français et le polonais en 2012. Elżbieta Biardzka, quant à elle, est professeur à l’Université de Wrocław (Pologne) où elle a publié en 2009 Les échos du Monde : pratiques du discours rapporté dans un journal de la presse écrite. Les deux chercheuses se sont déjà réunies en 2017 pour écrire Le discours représenté dans les genres écrits et oraux.

Le travail linguistique repose sur un corpus composé de six journaux : Le Monde, Le Figaro et Libération pour la France ; Gazeta Wyborcza, Rzeczpospolita et Dziennik-Gazeta Prawna pour la Pologne. Ces journaux ont été sélectionnés car ils possèdent des publics ayant des connaissances culturelles considérées comme équivalentes. La base de donnée analyse les articles sur la crise grecque ayant succédée au « non » du référendum entre le 06 et le 11 juillet 2015.

Après une préface signée Patricia von Münchow, l’introduction insiste sur l’importance du discours rapporté dans la presse : « Déclarer que les médias jouent un rôle crucial dans la diffusion et la circulation des dires est une vérité de la Palice. » (p.12) L’observation de l’aspect dialogique se réalise non seulement du point de vue linguistique mais également de manière comparatiste, puisque les ressemblances et les divergences entre les presses françaises et polonaises sont appuyées afin de mettre en évidence les particularismes de chacun. Après avoir détaillé l’usage des langues dans la presse écrite, des comparaisons s’opèrent dans la lignée de linguistes de renom : Mikhaïl Bakhtine, Charles Bally, Marie-Madeleine de Gaulmyn, Wojciech Gorny, Michel Charolle, Laurence Rosier, Catherine Kerbrat-Orecchioni et Jacqueline Authier-Revuz, inscrivant cette étude sur des critiques instaurées dans le domaine. La terminologie française est privilégiée pour l’analyse étant donné son caractère figé, contribuant à la comparaison et à l’uniformisation des termes.

L’orée de l’étude retranscrit les pratiques grammaticales des discours rapportés qu’ils soient directs ou indirects. Le discours indirect libre, quant à lui, est peu analysé du fait qu’il est quasiment inexistant dans la presse polonaise. Greta Komur-Thilloy et Elżbieta Biardzka remarquent une prédominance pour le discours indirect dans la presse française qui utilise principalement les réactions recueillies face aux événements. Au contraire, le polonais est plus mitigé et oriente davantage le discours rapporté sur les faits. Les habitudes dans les deux langues sont ensuite interrogées afin de faire émerger les orientations discrètes de l’opinion publique : choix des verbes de pensée, aspect typographique plus ou moins évident, etc. En effet, tandis que le français utilise un marquage insistant : italique et guillemets pour le discours direct ; les repères typographiques sont moins codifiés en polonais, rendant parfois les énoncés confus puisque mêlant la parole de l’énonciateur et l’écrit du journaliste. De même, la multiplicité des empilements – « dit que, dit que… » – peut créer une confusion chez le lecteur.

Cette étude linguistique se démarque par son caractère dual : innovant mais universel. En effet, la richesse de l’analyse se retrouve dans le choix d’un corpus diversifié, accentuant non seulement les usages mais également les particularités. Les nombreuses explications des systèmes grammaticaux et politiques de la presse de chaque pays ainsi que le rappel fréquent aux grands auteurs de la discursivité donnent au lecteur les outils de compréhension nécessaires. De cette façon, l’analyse, bien qu’à la pointe de son domaine, est accessible à tous les intéressés.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search