La Révision des traductions – Irena SENKERIKOVA

Compte-rendu proposé par Irena Senkerikova (M1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence La Révision des traductions présentée par Isabelle Robert (Université  d’Anvers) dans le cadre du cycle Penser la traduction, tenue à l’Université de Haute-Alsace le 3 décembre 2014. 

***

Isabelle ROBERT est professeur de traduction à l’Université d’Anvers en Belgique et spécialiste du processus de révision des traductions. Sa conférence «La révision des traductions» a eu lieu dans le cadre du cycle Penser la traduction, organisé par l’ILLE, le Master Erasmus Mundus CLE et le département LEA. Isabelle Robert a fait des études en traduction à Mons en Belgique et ensuite un doctorat en traductologie spécialisée à l’Université d’Anvers.

La conférence d’Isabelle Robert concernait la révision de la traduction, les procédures de révision, la qualité et la durée de la révision et a été divisée en deux grands segments: Premièrement, qu’est-ce que la révision et quels sont les grands concepts de la révision ; deuxièmement la recherche en révision, ses différents aspects et l’impact de la procédure de révision sur le produit final.

Définition de la révision traductologique

Le terme de révision est un concept flou, utilisé en traductologie ainsi que dans d’autres disciplines, plusieurs définitions cohabitent, prenant en considération la norme européenne spécifique aux services de traduction (NF EN-15038). Depuis l’année 2006, les agences européennes de traduction travaillent conformément à cette norme et doivent intégrer la révision dans leur processus. Isabelle Robert cite ensuite plusieurs définitions de la révision, parmi d’autres une des auteurs Horguelin et Brunette : C’est l’examen attentif d’un texte dans le but de le rendre conforme à des critères linguistiques et fonctionnels reconnus. La révision apparaît en tant que sous-discipline de la critique de la traduction : les articles sur la révision sont de plus en plus nombreux, même s’ils restent marginaux par rapport aux publications consacrées à d’autres questions traductologiques.

Niveaux ou degrés de révision

La conférencière nous a expliqué comment on peut analyser les différents niveaux de la révision, en présentant la taxonimie suivante:

Révision pertinente caractérise toute intervention qui consiste à corriger une erreur de manière pertinente.

Absence de révision est le terme pour l’absence d’intervention face à une erreur.

Sous-révision indique une intervention effectuée à l’endroit d’un item, mais qui soit introduit une autre erreur, soit ne corrige pas l’erreur.

Surrévision définit une intervention introduisant une erreur là où il n’y en a pas d’item.

Hyperrévision est le terme pour intervention jugée inutile, car elle n’améliore pas le texte, mais qui ne le détériore pas non plus.

Amélioration concerne une intervention jugée positive, parce qu’elle améliore le texte d’un point de vue stylistique.

D’après la conférencière, on peut aussi distinguer les degrés suivants :

Révision complète  qui tient compte de tous les paramètres.

Révision partielle divisée en trois parties :

  • Révision loyale est le terme pour une révision axée sur le paramètre d’exactitude. Ce type de révision est peu probable dans la réalité.
  • Révision fonctionnelle  désigne une révision ciblée sur les paramètres de code linguistique et d’adaptation fonctionnelle.
  • Révision minimale concerne une révision qui ne tient pas compte des erreurs comme les erreurs de sens et omissions et des erreurs relevant du paramètre « code linguistique »  –  par ex. l’orthographe des noms propres et  la ponctuation.

Paramètres de révision

Isabelle Robert cite la définition d’Horguelin et Brunette, selon qui les paramètres de révision sont des critères servant à déterminer le degré de qualité d’un texte original ou traduit et les modifications éventuelles au texte. Les critères sont donc axés sur la qualité du produit. La norme européenne dit presque la même chose : la présente norme européenne a pour objet d’établir et de définir les exigences relatives à la prestation de services de qualité de la part des prestataires de services de traduction (NF EN-15038).

La fonction de la révision consiste ensuite à vérifier que la traduction est en adéquation avec l’objet convenu. Ici la conférencière fait référence à Christiane Nord et à la théorie du skopos de l’école fonctionnaliste.

Procédures de révisions

La procédure des révisions consiste en :

  • l’examination de la traduction
  • la comparaison du texte source et du texte cible
  • recommandation des mesures correctives

En analysant ces étapes, il faut se poser la questions si ces étapes sont obligatoires, parce que l’étape de comparaison ne le soit pas selon les nécessités du projet et aussi quels avantages apporte la comparaison des textes source et cible et si elle peut assurer une homogénéité de la terminologie et du style et quel rôle joue l’ordre d’apparition des trois étapes et s’il est potentiellement modifiable.

D’ailleurs Isabelle Robert a distingué quatre procédures de la révision : relecture unilingue unique, relecture bilingue unique, relecture bilingue avec relecture unilingue, relecture unilingue avec relecture bilingue et elle a testé ces différentes procédures et leur « rentabilité » sur un corpus de 16 réviseurs professionnels.

Principes de révision

Les principes de révision sont une question de fond dans la littérature sur la révision. Isabelle Robert a cité surtout des travaux sur révision de Horguelin et Brunette et de Mossop (voir bibliographie ci-dessous).

Le premier principe a été celui de la rentabilité, ainsi définit par Mossop : si le réviseur rencontre un grand nombre de fautes en début de texte, il doit se poser la question de savoir si le texte ne devrait pas être retraduit avant d’être révisé. Ensuite le reviseur doit trouver l’équilibre entre exactitude et lisibilité : en tenant compte du risque d’erreur, il peut réduire le temps nécessaire à la révision en effectuant une relecture unilingue. Puis plusieurs principes qui permettent au réviseur de savoir quand il doit effectivement apporter un changement. En matière de changements, ce qui est important est que le réviseur doit toujours être capable de les justifier. La conférencière a traité aussi la relation réviseur-révisé et certains aspects techniques issus de son expérience professionnelle.

Compétences de révision

Isabelle Robert a résumé que selon la norme européenne, il faut que le réviseur ait des compétences de traducteur (linguistiques et rédactionnelles de la langue source et de la langue cible), ainsi que des compétences de traitement de l’information, des connaissances culturelles et techniques, des capacités de recherche et aussi des expériences dans les domaines considérés.

La conférence a été très utile et pragmatique apportant un nouvel éclairage et pourrait également servir de guide pour les étudiants désireux d’intégrer les analyses statistiques dans leurs travaux, ce que j’ai apprécié beaucoup. Je trouve aussi très utile que madame Robert nous ait donné une bibliographie assez riche pour approfondir nos études dans ce domaine, ce qui m’a aidé à découvrir des ouvrages intéressants pour mon mémoire.

Bibliographie des ouvrages suggérés pendant la conférence :

BERMAN Antoine, Pour une critique des traductions, John Donne, Paris, Gallimard, 1995, 276 p.

BRUNETTE Louise, Toward a Terminology for Translation Quality Assessment: a comparison of TQA practices, in The Translators,  p. 169-182, 2000.

CHAKHACHIRO Raymond, Revision for Quality, in Perspectives: Studies in Translatology, p. 225-238, 2005.

GRAHAM John, Checking, Revision and Editing, in C. PICKEN, The Translator’s Handbook, p. 59-70, Aslib, London, 1998.

HORGUELIN Paul, BRUNETTE Louise, Pratique de la révision, Brossard Québec, Linguatech éditeur, 1998, 263 p.

KÜNZLI Alexander, Teaching and Learning Translation Revision: Some Suggestions Based on Evidence from a Think-aloud Protocol Study, in M. GARANT ed., Current Trends in Translation Teaching and Learning, p. 9-24, Helsinki University, Helsinki, 2006.

KÜNZLI Alexander, The Ethical Dimension of Translation Revision. An Empirical Study, in The Journal of Specialised Translation, vol. 8, p. 42-56, 2007.

MOSSOP Brian, Revising and Editing for Translators, St Jerome, Londres. 2007, 213 p.

MOSSOP Brian, Empirical Studies of Revision: What we Know and Need to Know, in The Journal of Specialised Translation 8, p. 5-20, 2007.

NORD Christiane, Text Analysis in Translation: Theory, Methodology and Didactic Application of a Model for Translation-Oriented Text Analysis, Amsterdam-New York: Rodopi, 2nd. revised edition, 2005. 284 p.

PRIOU René, ROCHARD Michel, Economie de la révision dans une organisation internationale : le cas de l’OCDE, in The Journal of Specialised Translation, p. 21-42, 2007.

ROBERT Isabelle, Translation Revision Procedures: An Explorative Study, in PIETER BOULOGNE, p. 1-22, Translation and Its Others, Selected Papers of the CETRA Research Seminar in Translation Studies,  2007.

ROCHARD Michel, Le réviseur : Achille ou Mentor?, in Actes du Colloque SFT Université de Grenoble 3, p. 59-69, Traduire 203, Société française des traducteurs, Paris, 2004.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search