Les Littératures suisses entre faits et fiction – Caroline WERLE

Recension proposée par Caroline Werlé (doctorante de l’ILLE, Université de Haute-Alsace / Université de Fribourg (CH)) de l’ouvrage de Régine Battiston et Daniel Annen (dir.), Les Littératures suisses entre faits et fiction, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, « Helvetica », 2019, 262 p., ISBN : 978-2-86820-547-6.

***

Régine Battiston est professeur de littératures germaniques (XIXe-XXIe siècles) à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse). Elle dirige l’Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes (ILLE, UR 4363) et la collection « Helvetica » des Presses Universitaires de Strasbourg. L’attention portée à la culture et à la littérature helvétique d’expression allemande est présente dès le début de sa carrière, avec son travail de thèse soutenu en 1993 portant sur Max Frisch (1911-1991), l’un des plus célèbres écrivains de la Suisse alémanique. Ses sujets de recherche actuels sont notamment liés à l’identité, à l’espace et aux différentes perspectives de narration. Dans cette visée, Régine Battiston a publié, entre autres, Lectures de l’identité narrative. Max Frisch, Ingeborg Bachmann, Marlen Haushofer, W.G. Sebald (2009).

Daniel Annen a enseigné dans le secondaire à Schwytz (CH) après avoir réalisé en 1985 une thèse en littérature sur l’écrivain suisse allemand Meinrad Inglin (1893-1971). Tout en restant actif dans le domaine de la recherche, il est président de l’association des écrivains de Suisse centrale.

 

 « Je ne peux pas penser de littérature sans véracité ; sans vérité. »
(Lukas Bärfuss, p. 13)

 

L’imaginaire et la réalité s’opposent mais ne cessent de s’entremêler en littérature. Si Françoise Lavocat, dans son ouvrage critique Fait et fiction : Pour une frontière (2016), proposait une nouvelle définition de la fiction en constatant la difficulté de séparer totalement les deux notions, Régine Battiston et Daniel Annen caractérisent les deux notions en travaillant sur leur frontière poreuse dans un ouvrage collectif qui analyse une kyrielle d’œuvres helvétiques.

Le volume se compose d’une introduction suivie d’une interview entre Lukas Bärfuss et Régine Battiston. Quatre grands chapitres divisent les articles : « I. Fiction et tension », « II. Malgré la fiction : la force des faits réels », « III. La Suisse et l’étranger » et « IV. Le miroir de l’autofiction ». L’ouvrage se clôt sur un résumé de chaque contribution.

Un équilibre se réalise dans cet ouvrage résolument helvétique puisque les différentes langues nationales sont représentées : la Suisse romande est étudiée avec Joël Dicker, Joseph Incardona, Sébastien Meier, Catherine Safonoff, Sylviane Roche, Yves Laplace et Benoît Damon ; la Suisse alémanique est représentée par Ilma Rakusa, Urs Widmer, Friedrich Dürrenmatt, Friedrich Glauser, Matthias Zschokke, Max Frisch, Gertrud Leutenegger ; et la Suisse italienne est lue avec Anna Felder, Alberto Nessi, Yari Bernasconi et Fabiano Alborghetti.

Dès l’introduction, Les Littératures suisses entre faits et fiction souligne la pertinence du lien entre fictionnalité et factualité aux XXe et XXIe siècles. Cette acception est tout particulièrement vraie pour la culture et l’histoire helvétiques, qui relatent certains mythes comme étant l’aperçu d’un idéal à atteindre. Régine Battiston et Daniel Annen prouvent cette idée en rappelant la lecture factuelle suisse de l’histoire de Guillaume Tell, bien qu’étant perçue ailleurs comme un mythe.

Le volume débute avec une interview de Lukas Bärfuss tenue en 2017 dans le cadre des conférences du cycle helvétique. Celles-ci sont organisées chaque année par l’Université de Haute-Alsace et prouvent une nouvelle fois l’ancrage de la Suisse à Mulhouse. L’échange entre Lukas Bärfuss et Régine Battiston approfondit la question du processus d’écriture puisque l’écrivain développe ses romans à partir de faits réels. Les situations du quotidien sont ensuite enrichies par un travail de fictionnalisation ; preuve que les faits et la fiction sont toujours imbriquées lorsqu’il s’agit de littérature.

Partie I : « Fiction et tension »

Stéphane Maffli, assistant diplômé à l’Université de Lausanne en section d’allemand, explore la limite de la fictionnalité en analysant la première de couverture et le péritexte de La Mer encore d’Ilma Rakusa. Les procédés d’écriture sont analysés et interrogés. Puis, Stéphane Maffli explique son raisonnement en citant Herta Müller dans In der Falle : « Pour décrire le vécu, ce vécu doit être débité, conçu pour les mots et à nouveau entièrement imaginé » (p. 31). L’énoncé sera repris par Ilma Rakusa dans Autobiografisches Schreiben als Bildungsroman – Stefan Zweig Poetikvorlesung et illustre son esthétique : une fictionnalisation partielle présentant le récit de la réalité.

Sylvie Jeanneret, spécialiste de littérature suisse romande à l’Université de Fribourg (CH), développe son article autour de la notion du roman policier suisse romand. Après avoir défini les genres et s’être appuyée sur des stratégies textuelles, elle instaure une comparaison entre trois styles de polar : « Les catégories attribuées de manière traditionnelle au roman policier se répartissent entre roman à énigmes, roman noir, avec ouverture sur une troisième catégorie, le roman à suspense (qui ne distingue toutefois pas de manière significative du roman à énigmes) » (p. 42). Sylvie Jeanneret s’intéresse plus particulièrement aux œuvres de Sébastien Meier, Les Ombres du métis (2014), Joseph Incardona, Derrière les panneaux, il y a des hommes (2015) et Joël Dicker, La Disparition de Stephanie Mailer (2018). Grâce aux analyses textuelles, l’influence mutuelle de la fiction et du réel est démontrée et il reste deux possibilités au lecteur : rester entre les deux ou choisir sa lecture.

Emily Eder enseigne la littérature allemande à l’Université de Fribourg (CH) et propose une analyse du travail autobiographique d’Urs Widmer. Les écritures de soi sont des récits où le factuel et le fictionnel se mélangent forcément puisque, comme l’explique l’auteur, la mémoire se modifie, comble les oublis et invente afin de redonner une continuité logique aux événements vécus : « L’écrivain y constate l’impossibilité de décrire, voire même de rédiger sa propre biographie parce qu’elle deviendrait truquée dans le processus » (p. 51). La complexité et le mélange du réel et de l’imaginaire s’accentuent dans Reise an den Rand des Universum où se confrontent continuellement le récit personnel et les éléments historiques ; instaurant une fiction avec deux réalités différentes. Une tension impossible à résorber s’exprime alors chez le lecteur et l’écrivain, pour lesquels les souvenirs réels ou inventés sont indifférenciables.

Partie II : « Malgré la fiction : la force des faits réels »

Jacqueline Bel, professeur de littérature allemande à l’Université Littoral Côte d’Opale, traite de la spécificité de l’écriture de Friedrich Dürrenmatt. Ce dernier propose une réflexion sur les faits de société en reprenant un détail avec humour. Pour cela, il insère des personnages archétypaux et des thématiques récurrentes – les pannes, les examens de conscience, le hasard – afin que « ses œuvres confrontent la réalité au possible » (p. 82). L’écrivain développe sa pensée et dénonce les travers sociétaux à travers des fictions grotesques puisque selon lui, le lecteur se fie à la référentialité, qu’elle vienne du réel ou de l’imaginaire.

Hubert Thüring, professeur de littérature allemande à l’Université de Bâle, étudie ensuite la folie dans Le Royaume de Matto (1936) de Friedrich Glauser. La folie est un thème récurrent en littérature puisqu’« en représentant le franchissement des frontières de la raison, la littérature expérimente sa propre capacité à passer du réel au possible, jusqu’à la frontière de l’impossible, et à créer une autre réalité » (p. 83). L’article d’Hubert Thüring est enrichi par les travaux de Michel Foucault – Folie et déraison (1961), « La folie, l’absence d’œuvre » (1964), Les Mots et les choses (1966) – à partir desquels il s’appuie pour démontrer ses arguments.

Daniel Maggetti est écrivain, directeur du Centre de recherches des Lettres romandes et professeur à Lausanne. Il s’intéresse aux deux œuvres bilan de Catherine Safonoff – La Part d’Esmé (1977) et La Distance de fuite (2017) – et précise qu’étant donné la gageure de la réalité autobiographique, l’écrivaine préfère parler de ses écrits comme des « romans » afin d’accentuer la dimension fictive de ses œuvres. Elle effectue néanmoins une réflexion sur la réalité grâce à un métadiscours et observe : « S’exprimer, poser des mots sur le réel à partir de l’expérience qu’on en a fait, c’est s’exposer à la certitude de le trahir – mais parfois, c’est par ce détour (pas nécessairement volontaire) que l’on atteint l’essence des choses, que l’on dissipe les apparences et les faux-semblants » (p. 101). Ainsi, la nécessité de se raconter et d’énoncer des faits est montrée comme utile à l’art littéraire, bien qu’elle soit forcément dénaturée par la fiction.

Daniel Rothenbühler, professeur à l’Institut littéraire Suisse (Bienne), présente les correspondances de Matthias Zschokke, tout en indiquant l’attention de l’écrivain envers la fiction et la réalité, perçues comme deux notions interdépendantes et liées par la création : « l’important c’est de maintenir face à l’époque moutonnière l’éveil créatif et de défendre ainsi la poésie dans le sens étymologique de « poiêsis » : « création », portée par un enthousiasme qui dépasse la distinction entre factuel et fictionnel » (p. 120). Matthias Zschokke s’est toujours démarqué par sa volonté de conserver la liberté créatrice et le prouve une nouvelle fois avec son souhait de dominer les antagonismes en les surplombant.

Partie III : « La Suisse et l’étranger »

Tania Collani est responsable des Études Helvétiques et professeur en littérature italienne, française et helvétique à l’Université de Haute-Alsace. Son article illustre la réalité des mouvements migratoires dans la littérature suisse italienne. Le fait devient néanmoins fiction lorsqu’il est repris comme un motif continu et amplifié avec des particularismes. Après un panorama des écrits correspondant à cette thématique, des analyses précises sont réalisées sur plusieurs œuvres et notamment celles d’Anna Felder, d’Alberto Nessi, de Yari Bernasconi, de Fabiano Alborghetti et de Joseph Incardona. L’article prouve que la thématique de l’immigration n’est pas l’apanage du roman mais parcourt également les œuvres poétiques. Les événements historiques sont relevés et expliqués, tout en interrogeant le phénomène de fictionnalisation de la migration : « Dans la littérature qui traite de la migration, nous avons toujours affaire à une littérature de fiction, mais dont le but est celui d’amplifier le fait historique par des expédients rhétoriques comportant la choralité (recours au « nous »), le portrait de la misère en parlant des classes les plus défavorisées et des enfants, des injustices et de l’exploitation au travail » (p. 153).

Martina Della Casa, maître de conférences en littérature italienne, générale et comparée à Mulhouse, appuie le propos de la migration italienne avec l’étude de Maiser – signifiant l’homme du maïs – œuvre dans laquelle Fabiano Alborghetti retranscrit les réalités historiques en y insérant la mémoire de deux personnages : Bruno et Chiara. L’écrivain mêle ainsi les faits et la fiction afin de réaliser un aperçu général d’une situation donnée à partir d’exemples précis. Maiser oppose l’ancienne société italienne à la Suisse, mais aussi l’histoire personnelle et collective dans le désir commun d’éviter l’oubli. Dans cette œuvre « écrire signifie donc à la fois écouter, parler et transmettre » (p. 159). Cet échange se réalise notamment grâce au choix lexical polyphonique où l’écrivain insère à la fois le patois ombrien et le dialecte agricole, permettant de créer un lien entre la littérature, l’histoire et la mémoire.

Partie IV : « Le miroir de l’autofiction »

La dernière partie compte l’article de Régine Battiston sur Max Frisch, auteur qui interroge le monde et les relations humaines. Progressivement, les écrits de l’écrivain insèrent du réel dans le fictionnel, qu’il s’agisse des difficultés relationnelles et amoureuses ou encore le nom du personnage principal (bien souvent Max). Stiller (1954) réfléchit tout particulièrement à la question de l’identité et à la condition humaine. Les triangles amoureux et les couples en échec jonchent ses romans et tissent un lien avec Max Frisch puisqu’il a, durant toute sa vie, éprouvé des difficultés relationnelles et notamment amoureuses. Si Montauk (1975) est intimement lié à l’écrivain, Mein Name sei Gantenbein (1964) retranscrit nettement le clivage entre fiction et fait : « Le roman montre le clivage entre réalité et utopie, entre la possibilité de combiner le théâtre et la vie, ceci dans un monde romanesque fictif » (p. 175).

Daniel Annen travaille sur les binômes antagonistes de Gertrud Leutenegger dans Matines de l’oiseleur (2008) et Panique printanière (2014) qui fictionnalisent des éléments de vie et créent des mythes grâce à la dialectique de l’absence et de la présence. Selon Daniel Annen : « l’écrivaine pratique, dès son premier roman Vorabend paru en 1975, une toute nouvelle esthétique qui abandonne la notion traditionnelle de la forme narrative » (p. 191). Le changement de l’esthétique modifie la narration et insère les traditions dans ses écrits tout aussi bien que son propre vécu, sans les distinguer. Cet enchevêtrement de faits et de fictions se croise et se superpose à l’instar de la combinaison de l’île suisse avec l’île italienne. Les deux existent réellement mais se rencontrent uniquement dans l’écriture de Gertrud Leutenegger.

Sylviane Dupuis enseigne à l’Université de Genève et clôture ce volume consacré aux faits et fictions avec les romans de filiation de deux frères : Yves Laplace, La Réfutation et Benoît Damon, Le Cœur pincé. Tous deux vont développer un questionnement sur la mort suite à l’encéphalite de leur père. Sylviane Dupuis établit une comparaison entre les deux œuvres car bien que similaires – lien avec les contes pour enfants, questionnements, … – elles ont tout de même des différences notables, notamment en ce qui concerne les thématiques. Elle écrit : « Le Cœur pincé comme La Réfutation se réclament du genre du « récit ». Mais le premier recourt à la forme du journal, en alternance avec des récits d’enfance ou d’adolescence à la première personne ; alors que La Réfutation se désigne comme « roman familial » (p. 228-229). La confrontation est volontaire puisque les deux frères s’écriront mutuellement les préfaces, instaurant un lien entre leurs publications et superposant le véridique avec leurs points de vue particuliers.

Les Littératures suisses entre faits et fiction est une publication qui fera date puisqu’elle regroupe les articles de chercheurs de tous horizons sur les limites entre les faits et la fiction dans la littérature helvétique. De plus, la diversité des auteurs suisses analysés est à souligner puisqu’elle participe à la richesse du travail mené.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search