Après Gomorra, argent et cocaïne – Chrysothemis MOUMTZI

Compte rendu proposé par Chrysothemis Moumtzi (Master 1 Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence Après Gomorra, argent et cocaïne présentée par Roberto Saviano à la librairie Kleber 17 octobre 2014. 

***

Présentation du livre Εxtra pure de Roberto Saviano

Roberto Saviano est né en 1979 à Naples. Il a étudié la philosophie et exerçait le métier de journaliste. Depuis son enfance comme citoyen de Naples, il a eu de nombreuses expériences personnelles avec le monde de la mafia. Ses amis appartenaient à la Camorra, la mafia napolitaine, et son environnement familial était influencé par une mentalité mafieuse omniprésente. Son propre père lui conseillait le port d’une arme à feu afin de devenir un vrai homme. De plus, son travail au port de Naples le confrontait au trafic illégal d’armes et de drogues. En tant que journaliste, il était informé sur les textiles chinois destinés aux maisons de haute couture et sur l’enfouissement illégal des déchets toxiques, qui provoqua un scandale sanitaire énorme. Dégoûté par les actes criminels de la mafia, il décide de la dénoncer dans son livre Gomorra, publié en 2006. Ce livre, qui ressemble plus à un reportage journalistique qu’à un roman littéraire, était le premier à dénoncer la mafia, à relever des événements réels  et à nommer des personnes coupables. Pour cette raison, Saviano a reçu des menaces de mort de la mafia napolitaine et depuis octobre 2006, il vit sous protection policière. En menant une vie cachée, Roberto Saviano continue à s’intéresser et à écrire sur les activités criminelles de la mafia.

Mots-clés : drogues, mafia, Extra pure, vie cachée, Νaples

Introduction

L’après-midi de vendredi, nous, les étudiants du Master Erasmus Mundus CLE – Mulhouse, accompagnés par la professeur Alessandra Locatelli, avons pris le train de Mulhouse à Strasbourg et sommes arrivés à la librairie de Kléber où la conférence de Roberto Saviano eut lieu. C’était une conférence bien différente des autres auxquelles nous avons assisté, car son sujet n’était pas purement scientifique et il s’agissait en plus d’une «célébrité», une personne bien connue en  dehors des cercles universitaires aussi. Pour cette raison, l’audience était composée d’un public éclectique : étudiants, familles avec enfants, journalistes et d’autres curieux. Saviano est apparu entouré de deux gardes du corps et, lorsque tout le monde a commencé à le prendre en photo, il répondit par des rires et prit une photo de nous tous. Il nous a raconté sa petite aventure jusqu’à Strasbourg et a avoué qu’il était vraiment heureux de trouver tant de  lecteurs à sa conférence.

Extra Pure

 a)      La structure, le temps et la méthode utilisée

Saviano a commencé à écrire son nouveau livre juste après la publication de Gomorra parce qu’il voulait impatiemment que tout le monde connaisse la vérité par rapport au trafic mondial de cocaïne. Ce livre, qui lui a demandé cinq ans d’écriture, comporte presque 2000 pages et à chaque chapitre correspond un pays impliqué dans le trafic de drogue. Même si les histoires décrites sont très répulsives, Saviano affirme qu’elles sont toutes vraies. En plus, il déclare qu’il était difficile de trouver avec son équipe, composée d’avocats, les informations nécessaires, et que sans l’intervention de la police et des documents tribunaux il ne serait pas capable de les recueillir. C’est la raison pour laquelle il a tenu, à la fin de son livre, à consacrer de nombreuses pages au remerciement des personnes, en particulier la police, l’ayant aidé dans son œuvre.

b)      Le contenu

Saviano explique que le trafic de drogues est un phénomène mondial et qu’il est au cœur de notre vie. Il assure qu’à nos jours, les jours de la crise économique, les banques ne survivraient pas sans le commerce de cocaïne. Tout d’abord, il a fait une révélation considérable en déclarant que la première banque européenne et la troisième américaine payent des montants énormes pour recycler l’argent des drogues. Encore plus frappant reste l’exemple de la deuxième banque allemande qui a proposé de payer afin d’éviter le procès concernant sa collaboration avec le trafic de drogues. Saviano raconte aussi l’histoire de l’un des nombreux personnages du livre, Kiki, une personne dramatique et symbolique. Selon lui, les personnages du livre sont infinis parce que les histoires de drogues sont aussi infinies. Kiki donc, travaillait à l’agence antidrogue américaine où il est arrivé à gagner la confiance de la mafia mexicaine jusqu’à y endosser des  responsabilités. Un jour, il découvrit une grande extension de production de marijuana destinée à fournir les universités du monde entier. Saviano s’interroge sur l’oxymore selon lequel à cette époque-là, les étudiants voulaient de la marijuana, mais dénonçaient en même temps le capitalisme. À la fin du livre, la vraie identité de Kiki est découverte et il est violemment torturé par les mafieux. La torture était si violente que les collègues de Kiki vomissaient en écoutant les enregistrements de sa voix. Kiki essayait en vain de les persuader de ne pas toucher à sa famille. Au travers de cette histoire, Saviano implique que personne ne peut échapper à la cruauté de la mafia. Enfin, le lien de la France avec le trafic de drogues est décrit. Avec sarcasme, Saviano déclare que la France fait semblant de ne pas y être impliquée tout en pointant du doigt les autres pays. Pour justifier ce « puritanisme français », il rappelle que le mot mafia a été prononcé pour la première fois à toute l’histoire de France par les politiciens, quelques jours avant cette conférence-là. Selon Saviano, la France est le deuxième importateur de drogues après l’Espagne en Europe. Plus spécifiquement, selon lui, une vieille organisation de Marseille blanchit l’argent et récupère les drogues venant d’Afrique et transitant par la Corse.

La vie cachée de Saviano

 a)      Description de sa vie

Saviano mène une vie très spéciale. Il est sous protection policière depuis plus de 2500 jours consécutifs. Il habite en dehors de l’Italie et déménage souv

ent. Il a de fausses cartes d’identité et porte souvent des perruques, moustaches et casques (!) pour se protéger. Même sa propre famille ne sait pas où il se trouve et il admet que sa vie ressemble à celle d’une prison à la maison. Cependant, il essaie de vivre une vie normale, fait du sport et entretient de bonnes relations avec les personnes qui le protègent. Une fois, il raconte qu’il a rencontré Julian Assange, qui lui aussi vit caché. Saviano lui a proposé de prendre une photo dans laquelle ils posent sérieusement pour montrer qu’ils sont encore puissants. En revanche, Assange considère que la mafia aura plus peur en les voyant relaxés et heureux et finalement la photo a été prise en accord avec cette dernière proposition. À la fin, pour alléger l’ambiance, il raconte qu’une fois il a été reconnu par quelqu’un qui stupéfié lui à dit : « Μais, c’est toi ! » et lui, en donnant la mauvaise réponse a dit : « Non, ce n’est pas moi ! ».

b)     L’a-t-il regretté ?

«Chaque bon livre mord la stupidité», Saviano nous rappelle la fameuse phrase de Kafka. Avec un peu d’amertume, il admet qu’il aurait peut-être pu écrire Gomorra de manière à ne pas mettre sa vie en danger. Il dit que depuis qu’il a écrit le livre il a la même pensée que quelqu’un ayant vécu le traumatisme d’un accident. Selon lui, quand nous avons un accident nous pensons toujours que si nous avions choisi une autre direction nous ne l’aurions pas eu. Il pense qu’il est injuste d’être condamné à ce type de vie, mais il considère que la vie en général est injuste. Enfin, il raconte l’histoire d’un prisonnier convaincu de l’existence de son âme seulement après avoir été violemment torturé, il était prêt de la perdre. Saviano conclut en expliquant que les hommes ne se rendent pas compte de la valeur des choses que quand ils les perdent.

La littérature pour Saviano

« À force de regarder l’abîme, l’abîme regarde en vous », Saviano cite la phrase célèbre du philosophe Nietzsche pour souligner l’importance de la littérature. Selon lui, la littérature est la seule façon de se développer et de changer le monde autour de nous. Même s’il est devenu un « monstre » à travers les yeux de la mafia, il respecte encore ses lecteurs et c’est la raison pour laquelle il continue à écrire. De plus, il trouve que la littérature réellement dangereuse n’est pas celle de l’auteur, mais celle des lecteurs qui ne ferment pas les yeux et décident de se plonger dans les histoires noires, violentes et tout à fait réelles.

Retour à Naples

Les étudiants du Master Erasmus Mundus CLE et Roberto Saviano

À la fin, Saviano exprime sa peur par rapport au procès de Naples, qui eut lieu quelques jours après la conférence. Saviano a annoncé en public le nom d’un chef des mafieux en brisant le silence et en n’obéissant pas aux lois de l’omertà que la mafia impose. Pour cette raison, il a été dénoncé par cette mafia qui l’a menacé en public et en présence de ses avocats. Il avoue que ce jugement est parmi ses peurs les plus grandes et il s’interroge sur l’existence de la démocratie à l’« état » des mafieux. Il présente aussi l’exemple du récent assassinat d’une fille mexicaine tué à cause des « tweets » qu’elle écrivait sur son ordinateur par rapport au trafic de drogues. Bien qu’elle ne soit pas très connue et qu’elle n’ait pas influencé l’agence anti-drogue et le gouvernement américain, elle a été tuée par la mafia.

Avis Personnel

Cette conférence m’a vraiment plu, car j’ai toujours voulu rencontrer Saviano et lui poser des questions. En général, l’ambiance était très agréable et Saviano a fait rire l’audience bien des fois. Quand par exemple un portable a sonné dans la salle, il a rigolé en disant que le rythme lui plaisait beaucoup. Il a également annoncé qu’il présentera son nouveau livre à Paris, car c’est cette ville qui l’a fait « citoyen français », en lui fournissant une fausse identité. Mais cette conférence était aussi une occasion pour me questionner sur le pouvoir de la Mafia. Pourquoi ce phénomène a pris de telles dimensions ? Pourquoi la politique ne peut pas exploiter son extension ? La mafia aurait-elle envahi à ce point le monde de la politique et serait-elle devenue si puissante que même nos sociétés sont désormais incapables de vivre sans sa « protection » ?

      

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search