Un Danube poétique : traduire un fleuve – Maud BOUDET

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Maud Boudet (M2 TST,Université de Haute-Alsace) de la conférence Un Danube poétique: traduire un fleuve présentée par Marion Graf, tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction  qui a eu lieu le 28 novembre 2017 à l’Université de Haute-Alsace.

***

Cette conférence a été introduite par Daniel Meyer, enseignant-chercheur en littérature allemande à l’UHA, qui est revenu sur la vie et la carrière de Marion Graf, traductrice littéraire du russe et de l’allemand. Il a cité plusieurs de ses traductions (sa bibliographie est disponible en ligne, notamment sur le site culturactif.ch). Marion Graf est également critique littéraire, enseigne la traduction à Lausanne, a publié de nombreux ouvrages et dirige la revue suisse Revue de Belles-Lettres. C’est de cette revue qu’elle est venue nous parler, et en particulier d’un numéro consacré aux poètes des pays danubiens : « Un Danube poétique ». Marion Graf s’est tout d’abord adressée aux étudiants en traduction de l’UHA en comparant les positions géographiques de l’Alsace et de la Suisse : à leur façon, ces deux territoires sont des lieux privilégiés d’échanges culturels et linguistiques ; la Suisse parce qu’elle est un pays multiculturel, et l’Alsace parce qu’elle entretient d’étroites relations avec l’Allemagne.

Marion Graf nous a donné les raisons qui l’ont poussée à publier « Un Danube poétique » malgré le fait que ce fleuve ne coule pas en Suisse. Sur le ton de la plaisanterie, elle a précisé que le Danube prend sa source non loin de la frontière Suisse et que l’Inn, fleuve suisse, est l’un de ses affluents. Elle a également expliqué que le Danube traverse dix pays et huit langues officielles : selon Marion Graf, la culture rattachée à l’espace danubien est très riche, chargée d’histoire. Elle a donné pour exemple la période du rideau de fer qui suivait approximativement le Danube : l’espace danubien a été témoin de dictatures et de tragédies. De nos jours, cet espace se tourne à nouveau vers l’Europe, mais il existe toujours une tension entre son passé et son présent, marquée par les cultures différentes mais unies des pays danubiens. Marion Graf a notamment mentionné l’influence des musiques tziganes et juives. Cette histoire et ce bagage culturel se retrouvent dans les textes des poètes originaires de l’espace danubien. Elle nous a également confié que son inspiration pour ce numéro venait en partie du livre de Claudio Magris intitulé Danube (1986), qui propose une descente du fleuve de ville en ville, évoquant la culture européenne à l’époque du régime soviétique. Depuis la publication de ce livre il y a 30 ans, beaucoup de choses ont changé dans l’espace danubien : il était temps de proposer un nouveau voyage, mais au lieu de descendre le Danube, Marion Graf a invité les écrivains originaires des pays danubiens à le remonter pour venir à sa rencontre. Elle connaît personnellement beaucoup d’écrivains habitant désormais en Suisse, mais originaires des pays danubiens. En effet, lors du Printemps de Prague et de la révolution hongroise, les frontières de la Suisse étaient ouvertes aux réfugiés et ils sont nombreux à s’être installés et à avoir commencé ou poursuivi une carrière littéraire en Suisse. Selon Marion Graf, ces auteurs ayant une double appartenance apportent de la richesse au paysage littéraire suisse, y intégrant l’identité de l’espace danubien. L’exil est d’ailleurs une thématique très présente dans cette revue : exil politique, exil linguistique. Marion Graf a évoqué l’histoire de la Roumanie, pays multiculturel tout comme la Suisse, mais aussi ancienne dictature, dans laquelle les écrivains ont beaucoup souffert de l’oppression.

Elle est ensuite revenue sur son rôle dans la publication de la Revue de Belles-lettres. Certains de ses collaborateurs sont basés à Paris, d’où ils entretiennent des contacts avec des écrivains immigrés. Ce sont tous ces contacts, ces relations, ces rencontres, qui sont mis à l’honneur dans « un Danube poétique ». Marion Graf nous a raconté comment, pas à pas, rencontre après rencontre, ce numéro a pris forme. Ses collègues et elle-même ont pris contact avec des écrivains issus ou habitant dans les pays danubiens, leur ont demandé de fournir un texte, certains les ont mis en contact avec d’autres auteurs. Selon Marion Graf, la poésie est universelle, même quand elle vient d’ailleurs : elle permet à un large public de saisir la réalité de l’espace danubien, en utilisant des mots, mais sans débat théorique, juste avec de l’émotion. Pour elle, la poésie est avant tout une expérience humaine, et le voyage au fil du Danube qu’elle nous propose s’inscrit dans cette sensibilité. Marion Graf a le sentiment que le peuple suisse est prédisposé à l’écoute d’autrui de par sa situation multilingue et multiculturelle : chacun parle sa langue tout en écoutant et en comprenant passivement celle de son voisin. La Revue de Belles-lettres se veut le reflet de cette spécificité.

Le thème de l’exil a déjà été abordé, mais d’autres thématiques communes se retrouvent dans différents textes publiés dans « un Danube poétique » : l’Europe, telle que perçue par les poètes danubiens ; la nostalgie ; l’aspiration à la normalité ; la mystification. Pour chacune de ces thématiques, Marion Graf nous a proposé des traductions de poèmes à travers lesquels les auteurs apportent un témoignage historique et humain. Elle est revenue sur le thème de l’exil et nous a lu un poème, démontrant avec l’exemple d’une poétesse née en Allemagne et élevée en Serbie que le mouvement a lieu dans les deux sens. Si aujourd’hui elle a choisi de ne lire que des traductions de poèmes, Marion Graf a tout de même précisé que certains textes publiés dans ce numéro ont été rédigés directement en français. Elle a cité pour exemple un jeune poète suisse à qui elle a demandé de passer quelque temps au bord du Danube et de revenir avec un texte. Puis elle a terminé cette conférence en évoquant ce qu’elle appelle les « cubes danubiens » et nous en a lu un. Les cubes danubiens sont une suite de 27 poèmes dont la traduction a les dimensions d’un cube : dix strophes de dix lignes de dix syllabes. La traduction de ces cubes s’est révélée pleine de contraintes dont elle n’avait pas l’habitude, la première étant de respecter ces dimensions, mais également de faire entendre les sonorités des noms propres à un public non averti, de faire ressentir la fluidité du Danube malgré un format rigide et de s’affranchir des césures scolaires induites par les « e » muets. En faisant ce travail, Marion Graf a redécouvert les rythmes de sa propre langue et a insufflé un rythme propre au poème.

S’en est suivi un échange au cours duquel Marion Graf a expliqué le jeu de mots sur l’Inn qu’elle a glissé dans sa traduction du premier cube : les jeux de mots sont souvent difficiles à traduire et elle a profité de l’occasion pour en placer un où elle le pouvait. Elle a également évoqué la carte du Danube publiée à la fin de la revue, sur laquelle les noms des auteurs sont placés (un peu au hasard, et un peu selon leur origine). Il était important d’illustrer ce numéro pour ponctuer les textes. Il a également été question de savoir si elle se sent plutôt poète ou traductrice, ce à quoi il est assez difficile de répondre car les limites sont floues. Elle n’a pas publié d’œuvre personnelle, mais elle ne considère pas qu’il suffise de publier pour être reconnu comme poète. Suite à une question posée, elle a indiqué avoir plutôt travaillé avec les traducteurs qu’avec les auteurs à l’élaboration de ce numéro. Dans le cadre de la relecture, le traducteur a toujours le dernier mot, mais il doit argumenter ses choix. Elle a donné l’exemple d’un traducteur qui a inventé des mots, mais qui a su la convaincre. Une intervenante est revenue sur la difficulté de transmettre les sonorités étrangères, précisant que chacun l’entend et le ressent à sa façon. Selon Marion Graf, certains pays sont plus sensibles que d’autres aux sonorités étrangères. La sensibilité à la poésie est également différente : certaines cultures privilégient la forme, d’autres privilégient le rythme intérieur. Il faut tenir compte de cela quand on traduit. Pour ce qui est de l’équilibre entre scrupule et audace qu’elle avait évoqué lors d’une interview, Marion Graf a avoué que le plus difficile est de livrer la traduction. D’autres traducteurs feront peut-être mieux, mais il faut savoir s’arrêter. Elle perçoit le texte d’une certaine façon, un autre traducteur le percevra d’une autre façon. Ça ne l’intéresse pas d’effectuer deux traductions différentes, mais elle aimerait pouvoir tout retraduire maintenant qu’elle a acquis de l’expérience. Elle pourrait également s’intéresser à la littérature pour enfant, très développée dans certains pays et qui permet parfois de contourner la censure. En Suisse, elle n’est pas elle-même soumise à la censure, mais elle se rend compte que certains choix d’auteurs polonais par exemple en sont la conséquence.

J’étudie la traduction scientifique, mais j’ai fait des études littéraires : j’ai toujours une certaine sensibilité quant à la littérature et la traduction littéraire. Je m’intéresse donc beaucoup à ces témoignages qui rendent compte de cet autre aspect de la traduction. J’ai apprécié que Marion Graf nous lise des poèmes et je regrette de n’avoir pas pu les retranscrire ici.



Citer ce billet
Dialogues mulhousiens (2020, 28 avril). Un Danube poétique : traduire un fleuve – Maud BOUDET. Dialogues mulhousiens. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nlyg

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search