Découvrir Tagore et penser la traduction – Stella BORRELLI

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Stella Borrelli (M1 TST,Université de Haute-Alsace) de la conférence Découvrir Tagore et penser la traduction  présentée par Edgar Zeidler, tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction  qui a eu lieu le 19 octobre 2019 à l’Université de Haute-Alsace.

***

Edgar Zeidler est un enseignant-chercheur formé à l’Université de Haute-Alsace et de Strasbourg. Il y a été formé en langue allemande, en linguistique et en dialectologie, notamment auprès de Raymond Matzen, qui lui a donné envie de continuer dans cette voie. Ainsi, il est aujourd’hui dialectologue et linguiste : il publie notamment avec Yves Bisch les « Cahiers de leçons d’Alsacien » et travaille également depuis plusieurs années à l’élaboration d’une grammaire alsacienne, ainsi que d’un dictionnaire trilingue (français, allemand, alsacien), un travail de longue haleine qui ne sera certainement achevé que dans une dizaine d’années. Edgar Zeidler est président de l’association AGATE (Association pour la Graphie Alsacienne Transfrontalière) depuis sa création en 2006.

Dans le cadre du lancement officiel de la traduction en alsacien de l’œuvre du poète indien Rabindarath Tagore, mais également du cycle de conférence Penser la traduction de l’Université de Haute-Alsace, Edgar Zeidler a donné le 16 octobre 2019 la conférence « Découvrir Tagore et penser la traduction». Il y était accompagné par Azarie Aroulandom, président de l’association Tagore Sangam, et donneur d’ordre de Zeidler pour ce projet de traduction. Les trois points suivants ont été abordés :

  • Penser la traduction
  • Gitanjali en alsacien avec une nouvelle version française : pourquoi ?
  • Exprimer en alsacien l’univers spirituel et la langue poétique de R. Tagore : un défi majeur ?

Penser la traduction

Edgar Zeidler nous a tout d’abord rappelé l’importance pour un traducteur de se familiariser avec l’univers de l’auteur qu’il ou elle traduit, de s’imprégner de ses mots et de leur mélodie, de son rythme, de ses idées, et de sa vision du monde afin d’intégrer, selon ses propres mots, « les faits métalinguistiques essentiels à sa compréhension ». Notons qu’étant auteur et poète en plus de son travail en tant qu’enseignant-chercheur, Zeidler a délivré ce message de manière métaphorique avec l’eau et ses courants en tant que représentation de l’immersion du traducteur dans l’univers de l’auteur qu’il traduit, ainsi que des difficultés qu’il ou elle rencontrera certainement dans cette démarche.

L’intervenant a par la suite mentionné certains écueils dans lesquels ne pas tomber lors de l’acte de traduction, notamment :

  • La traduction littérale ;
  • L’adaptation selon sa propre compréhension d’un texte, qui peut fausser l’intention réelle de l’auteur ;
  • La clarification du contenu lorsque le traducteur ne trouve pas « d’équivalent », bien qu’une clarification n’ait pas été, là encore, l’intention de l’auteur.

Dans les métiers de la traduction, toute ambiguïté doit être proscrite, et il est essentiel que le texte en langue de départ (LD) puisse paraître avoir été écrit originellement en sa langue d’arrivée (LA). Il s’agit donc pour l’exerçant d’un défi de taille, celui de se sentir en relation étroite avec l’auteur, et, selon les mots de Zeidler, d’être son porte-parole. Cependant, les implications du métier de traducteur ne s’arrêtent pas à la simple production du texte : en effet, après la remise du travail produit vient la réception de celui-ci par le lecteur, étape source d’angoisse pour le traducteur.

Durant sa conférence, Edgar Zeidler s’est adressé particulièrement aux étudiants aspirant à la pratique professionnelle de la traduction et a mentionné certains procédés de traductions qu’ils sont et seront amenés à manier, comme la transposition et la modulation. Selon lui, la traduction et l’ensemble des techniques qui lui sont propres et qu’elle implique ne doivent pas être qualifiés de « trahisons », comme c’est le point de vue de certains. Au contraire, il s’agit d’être fidèle à la pensée de l’auteur, mais également à la culture et à la sensibilité de la langue et du lectorat cible.

Gitanjali en alsacien avec une nouvelle version française : pourquoi ?

Dans cette seconde partie, E. Zeidler s’est penché sur les raisons qui l’ont amené à produire non seulement une traduction en alsacien du recueil de poèmes Gitanjali (1912) du prix Nobel Rabindranath Tagore, mais également une nouvelle version française. Il a porté à notre attention spécialement un passage du texte 2 dans la traduction française existante :

« Comme un joyeux oiseau dans sa fuite à travers la mer »

Zeidler a expliqué que le segment « à travers » le gênait profondément. Lors de la traduction de son recueil du bengali vers l’anglais, Tagore avait utilisé dans ce passage « its flight », qui peut être compris et traduit en français par « sa fuite » ou par « son vol ». C’est ici la notion de vol, et non de fuite, qui avait du sens dans ce contexte. Il a donc retravaillé cette phrase en alsacien et en français, optant en effet pour la notion de vol : « comme un oiseau joyeux survolant la mer ».

Le travail collaboratif est un autre aspect du travail de traduction ressortant de l’intervention de Zeidler. En effet, en mentionnant l’aide reçue par Erich Meyer pour ce projet, il nous a rappelé l’importance de la collaboration et de la communication que cela soit avec des collègues, auteurs, linguistes… En somme il s’agit du travail en équipe, qui se révèle en général nécessaire lorsque l’on a comme objectif de fournir une traduction de qualité, particulièrement lorsque le contenu à traduire présente de réelles subtilités culturelles voire spirituelles, un aspect qui a été abordé en dernière partie de cette intervention.

Exprimer en alsacien l’univers spirituel et la langue poétique de Rabindranath Tagore (1861-1941) : un défi majeur ?

Dans cette partie, E. Zeidler a lu et commenté un certain nombre de poèmes composés par Tagore qu’il a été amené à traduire et qu’il a jugé particulièrement intéressants et marquants. En effet, Zeidler s’est totalement immergé dans l’univers de Tagore, jusqu’à se sentir réellement transporté par ses écrits et impacté par eux au plus profond de son être. Nombre de poèmes sont traditionnellement destinés à être chantés, ce qui explique l’importance d’une traduction mélodieuse par un traducteur qui, idéalement, est lui-même poète. Cette tradition se retrouve dans les trois religions monothéistes, avec l’exemple des psaumes destinés à être psalmodiés, ainsi que des sourates musulmanes. Le caractère chantonnant de la langue française représente un avantage face à cette contrainte.

La dimension spirituelle est omniprésente dans les écrits de Tagore et se retrouve dans les notions d’amour divin, de beauté de la nature, de liberté et d’émotion. Selon Zeidler, exprimer dans une autre langue un texte à caractère spirituel représente certes un défi de taille ; toutefois, rien n’est intraduisible selon lui : il suffit de s’armer de courage, de patience et de volonté pour trouver les mots justes. Enfin, Azarie Aroulandom a apporté une réelle valeur à cette intervention en répondant aux questions de l’auditoire concernant la vie et l’œuvre de Tagore, notamment sur sa sensibilité poétique et spirituelle, sa vision du monde et ses croyances.

J’ai trouvé l’approche d’Edgar Zeidler bien structurée, approfondie et particulièrement intéressante par la vision à la fois globale et précise qu’elle fournit des enjeux représentés par la pratique de la traduction. Bien que cette vision soit basée sur la pratique de la traduction littéraire, certains critères faisant d’un traducteur un bon traducteur selon Zeidler sont également valables pour les traductions techniques et scientifiques. En effet, quel que soit le domaine, l’immersion dans celui-ci, ainsi que dans le contexte et la problématique éventuelle du texte à traduire est essentielle, et ce malgré les difficultés que cela peut représenter. Afin d’illustrer ce propos et de rappeler la beauté du métier de traducteur, je citerai ces mots de Tagore, prononcés par Zeidler lors de sa conférence : « La leçon la plus importante que l’homme puisse apprendre dans sa vie n’est pas que la douleur existe dans le monde, mais qu’il dépend de nous d’en tirer profit, qu’il nous est loisible de la transmuer en joie ».


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search