Traduire le politique au XXIe siècle – Orane TROUPEL

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Orane Troupel (M2 TST,Université de Haute-Alsace) de la conférence Traduire le politique au XXIe siècle  présentée par Bérengère Viennot (traductrice et auteure de La langue de Trump), tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction  qui a eu lieu le 20 novembre 2019 à l’Université de Haute-Alsace.

***

Le 20 novembre 2019 à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines à Mulhouse, Bérengère Viennot a donné une conférence intitulée Traduire le politique au XXIe siècle. Cette intervention était présentée par Tatiana Musinova, directrice du département LEA, dans cadre du cycle Penser la traduction à l’Université de Haute-Alsace.

Bérengère Viennot, traductrice de presse et d’édition et auteure à Paris, a commencé sa carrière en 2000 au sein de la revue Courrier international. Elle travaille actuellement pour les éditions Les arènes, Gallimard jeunesse et le magazine en ligne Slate.fr. En 2019 elle a publié La Langue de Trump, un livre dans lequel elle expose le défi de traduction posé par le discours du président américain. Par ailleurs, Bérengère Viennot est également enseignante à l’université Paris III (ESIT) et Paris VII.

Avant de plonger dans le sujet de la traduction politique du XXIe siècle, et plus particulièrement de la politique américaine actuelle, la conférencière a pris pour point de départ un événement marquant du XXe siècle : la réponse ambiguë du Premier ministre japonais à l’ultimatum des Alliés, dont le choix de traduction aurait mené aux bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki.

En effet, ce célèbre exemple illustre à quel point la traduction politique peut se révéler une tâche cruciale aux conséquences potentiellement catastrophiques. D’autant plus que, les traducteurs le savent bien, la faute est souvent remise sur le messager et non sur le message ou son auteur.

Cette anecdote est la première d’une longue liste étayant la description riche des enjeux de la traduction politique livrée par Bérengère Viennot : de l’influence supposée du langage châtié de l’interprète de George Marchais sur la façon dont ce dernier était perçu par les russophones, en passant par la compréhension erronée des médias anglophones de l’utilisation du terme allemand « der Shitstorm » par Angela Merkel, jusqu’à atteindre le cœur du sujet, soit Donald Trump et sa façon de s’exprimer.

Le premier cas de traduction évoqué, celui du terme « shithole countries » utilisé par le président des États-Unis pour désigner plusieurs nations africaines, le Salvador, ainsi que Haïti et les traductions internationales qui en ont résulté, met en évidence la complexité de traitement de tels propos et leur portée.

Pourtant, la traduction du discours politique en général, en particulier avant l’élection de Donald Trump, pourrait paraitre assez peu spécialisée. Manifestement, l’objectif même du discours politique est de toucher le plus grand nombre, ce qui mène à l’utilisation d’une langue simple et donc supposément facile à traduire. Cela dit, la langue politique n’est pas dépourvue de codes et d’euphémismes qu’il faut veiller à respecter.

Jusqu’à récemment, le registre de la langue politique était, en outre, majoritairement soutenu et la familiarité et la grossièreté faisaient office d’exceptions choquantes. Bérengère Viennot signale que ceci est en train de changer à la suite du choc linguistique créé par l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

La façon dont s’exprime Donald Trump ne casse pas seulement les codes du style et du registre de la langue politique, mais dénote également par le fond de ses interventions. En s’appuyant sur un exemple de réponse donnée lors d’une interview, on s’aperçoit qu’il est impossible de le traduire de façon traditionnelle.

En effet, ce discours sans filtre malgré un vocabulaire et un message tout compte fait simpliste est un véritable défi pour les traducteurs. Lisser le discours et faire disparaitre les répétitions reviendrait à obtenir des propos bien trop éloignés de ceux tenus par le président. Il faut alors se lancer dans une démarche de traduction presque littéraire ou la restitution de la forme est quasiment aussi importante que celle du fond.

La conférencière a également fait remarquer la tendance de Donald Trump à utiliser des mots avec une charge sémantique faible. Plus déstabilisant encore, le président américain tend à centrer son discours autour d’adjectif, bien que l’anglais soit plutôt une langue de verbes.

Face à cette langue plutôt pauvre, le traducteur se trouve obligé de réduire son champ lexical et son horizon de traduction et ainsi d’agir à l’opposé de tout enseignement reçu au cours de sa formation. La traduction du discours d’un personnage tel que Donald Trump réside alors dans la capacité à se défaire des réflexes conventionnels et surtout à s’adapter très précisément à la personne qui s’exprime.

La nécessité d’adopter une nouvelle démarche a créé un petit bouleversement dans l’univers médiatique et, en particulier, dans la traduction de presse. D’une part, cette période d’adaptation a engendré plusieurs cas de sous-traduction ne prenant pas assez en compte le contexte, comme le compliment de Donald Trump à Brigitte « You’re in such good shape » traduit par « Vous êtes en bonne forme physique ».

D’autre part, l’ajustement des médias a donné lieu à des formulations innovantes pour retranscrire les fautes de syntaxe de Donald Trump, telles que « Nous sommes allés au pape » pour traduire « We went to the Pope ». Cette nouvelle approche de traduction a même été adoptée par un journal réputé pour sa plume châtiée tel que Le Monde.

Malgré toutes les difficultés précédemment énoncées, Bérengère Viennot a toutefois souligné les bénéfices de l’influence de Donald Trump. En effet, les problèmes rencontrés par les traducteurs, toutes langues confondues, leur ont permis de sortir de l’ombre et cela même aux yeux des anglophones. Ce gain de reconnaissance pourra éventuellement permettre une meilleure compréhension des métiers de la traduction et de l’importance du contexte, ainsi qu’une plus grande souplesse de la part des donneurs d’ouvrage.

Traduire la langue de Donald Trump permet également de sortir de sa zone de confort. La traductrice indique que pour traduire les interventions du président américain, elle a dû reconsidérer sa façon de traduire et finalement opter pour une approche littéraire : envisager Donald Trump comme s’il s’agissait d’un personnage de fiction à mi-chemin entre le père de Huckleberry Finn (Les Aventures de Tom Sawyer) et le Petit Nicolas.

Cependant, les problèmes posés par la traduction politique ne sont pas tous aussi légers que des questions de style. Bérengère Viennot attire l’attention sur les différentes conditions de travail des traducteurs politiques dans le monde et tient à rendre hommage aux traducteurs politiques qui risquent leur vie, par exemple les traducteurs pour l’armée française en Afghanistan.

Pour conclure, la conférencière a présenté plusieurs exemples de propos tenu par Donald Trump en proposant à l’audience d’essayer de les traduire. Cet échange instructif nous a permis de constater par nous-mêmes les obstacles présents dans le processus de traduction : la question de la conservation des erreurs de syntaxe et de la vulgarité, la nécessité de trouver un bon équilibre entre sous-traduction et sur-traduction, la traduction de surnoms ou autres termes inventés de toute pièce.

La conférence a soulevé de nombreuses questions dans l’assemblée, en commençant par le sujet du prolongement de ce virage dans la parole politique. Selon Bérengère Viennot, Donald Trump a laissé une marque presque indélébile dans la langue politique. De plus, ce phénomène n’est pas propre aux États-Unis, mais résonne dans de nombreux pays, tels que le Brésil, la Turquie, l’Italie, etc. Un effort à l’échelle mondiale serait alors nécessaire pour se défaire de ce discours manichéen et simpliste.

La traductrice de presse précise également que ce sont les difficultés de traduction face à la langue de Donald Trump qui l’ont poussée à écrire sur le sujet, cerner le problème et acquérir de nouveaux réflexes facilitant ce processus de traduction toutefois fastidieux.

À l’occasion de cet échange, le métier de traducteur de presse a également été abordé de manière plus détaillée. Bien que ne nous cachant pas la précarité et le manque de débouché, Bérengère Viennot invite les étudiants aspirant à cette carrière passionnante à se lancer. Du reste, elle conseille aux futurs et jeunes traducteurs de se faire confiance, tout en accordant une importance primordiale à la vérification des informations.

La conférencière en profite par ailleurs pour rappeler la nécessité de financer les médias de presse pour assurer leurs existence et indépendance.

Enfin, la communication entre le donneur d’ouvrage et le traducteur a été évoquée. L’accent a été mis sur le besoin d’instaurer une discussion entre les différentes parties lors d’un travail de traduction pour éviter des malentendus et modifications malencontreuses.

La traductrice a souligné à quel point une erreur dans un texte publié peut sérieusement freiner une carrière. Elle nous explique cependant, au moyen d’anecdotes personnelles, que la communication entre collaborateurs, la vérification systématique et la confiance de son donneur d’ouvrage lui ont permis de surmonter des impairs professionnels.

En conclusion, j’ai personnellement trouvé cette conférence enrichissante, aussi bien sur le plan linguistique que politique. J’ai particulièrement apprécié la mise en lumière du contenu par des exemples concrets et très actuels et une invitation à la participation active de l’assemblée. Malgré un sujet se focalisant sur les difficultés de traduction, Bérengère Viennot a su transmettre sa passion pour son métier et donner envie de se plonger dans La langue de Trump pour savoir plus.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search