Journée Mondiale de la Traduction (SFT) à Montbéliard. Partie 1 – Azilati CHADHOULI

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

 

Compte-rendu proposé par Azilati Chadhouli (M1 TST, Université de Haute-Alsace) de la première table-ronde et Traduel de la Journée Mondiale de la Traduction (SFT) tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction  qui a eu lieu le 27 septembre 2019 à Montbéliard.

***

La Journée Mondiale de la Traduction (JMT) est un évènement très attendu des traducteurs, terminologues, interprètes multilingues et autres linguistes. Elle permet le partage entre ces différents experts, grâce à des rencontres et des débats, avec pour point commun : la traduction et tout ce qui l’entoure. Et cette année, elle a été organisée le 27 septembre 2019 à Montbéliard par la SFT, avec comme thème « La traduction et les langues autochtones ». Pour cette occasion un programme avait été établi avec notamment deux tables rondes autour des enjeux de la qualité de la traduction, une conférence sur les langues autochtones, mais également un Traduel.

Nous avons commencé la journée avec la première table ronde faisant intervenir Sandrine Beaujon, chargée Marketing & Recherche de Talents pour Knowllence & TDC Software, Éléonore Lovillo, traductrice indépendante, Isabelle Meurville, traductrice freelance avec 18 ans d’expérience et enfin Mary Moritz, traductrice américaine freelance. Je trouve important de préciser qu’Éléonore Lovillo a également travaillé pour CroisiEurope, car lors des débats, elle parle essentiellement de son expérience en tant que cheffe des projets de traduction de l’entreprise. Tous ces professionnels étaient réunis autour de la question posée par Aparecido Da Silva, traducteur membre de la SFT et modérateur du jour, « Quelle est la définition de travail de qualité en tant que donneuse d’ordre et traductrice ? ».

On apprend donc qu’il est difficile de juger la qualité d’une traduction, car pour les différentes participantes à la table ronde, la vision et l’objectif de traduction ne sont pas les mêmes : par exemple, pour la traduction d’un domaine technique, le traducteur n’est pas forcément spécialiste du domaine et pourtant il doit pouvoir en comprendre la technicité pour produire une rédaction authentique. Sandrine Beaujon ajoute par ailleurs qu’une traduction est de qualité lorsque le natif ne peut se rendre compte que le texte est issu d’une autre langue. Pour Elénore Lovillo, en tant que donneuse d’ordre pour une agence de croisière, la traduction ne doit pas seulement être bonne, mais doit aussi pouvoir être compréhensible et ciblé selon le type de public, car l’enjeu, dans le cas des croisières, est à forte visée marketing. Mary Moritz, quant à elle, propose une liste de trois niveaux de qualités pour une traduction en différenciant la qualité du service de prestation, c’est-à-dire le travail que l’on rend au client, et la satisfaction personnelle du résultat produit. Vient ensuite la qualité de la relation au sein de l’entreprise, mais aussi avec le client : en effet, tout doit se discuter avec les deux parties, il faut savoir instaurer une relation de confiance qui ne tourne pas qu’autour du travail. Néanmoins, avec une telle relation mise en place, il ne faut pas oublier le rôle et l’autorité de chacun : établir une holacratie serait même favorable. Deux termes qui reviennent alors souvent sont : la transparence et l’humain. Cela s’établit donc par la relation. Celle-ci permet aussi de se sentir plus impliqué dans un projet, mais aussi être force de propositions qui influence la qualité finale d’un projet. L’environnement de travail n’est pas à négliger, car la traduction est une activité physiquement insoupçonnée. Travailler depuis un ordinateur pendant au moins 3 heures d’affilée est assez usant, les heures de travail jouent donc un rôle important. Gérer son temps est aussi primordial, car on peut avoir à rendre une traduction dans des délais très limités, sans que la qualité n’en pâtisse. Certaines ayant travaillé avec des sous-traitants affirment qu’il est même là difficile d’évaluer les compétences d’une agence : les certifications et les diplômes suffisent-ils à refléter la qualité et le niveau d’une traduction ? Question rhétorique à laquelle elles répondent non ; c’est pourquoi le « réseautage » est important et nombreux sont les agences et les traducteurs qui préfèrent passer par des recommandations de tiers. La conclusion de ce dialogue est qu’il serait donc futile de n’accorder de l’importance qu’au rendu final et que faire de la qualité est chronophage.

Le médiateur profite de cette remarque pour introduire la question du prix. En effet produire un texte de qualité est chronophage, il faut donc bien y fixer un prix et se demander comment chiffrer la valeur ajoutée de la qualité. Mais aussi très important, c’est de savoir comment convaincre le client du prix qu’on lui présente, car il n’est pas nouveau que pour beaucoup encore, le travail de traducteur est perçu comme « inutile » et à la portée de n’importe qui pour peu que celui-ci soit bilingue. Lors de la tarification il est important d’expliquer aux clients ce pour quoi ils payent, l’utilisation des outils de traduction, il faut être clair et expliquer cette différence de tarifs lorsqu’on est tenté par une prestation moins chère. La différence que l’on observe sur les tarifs se retrouve généralement dans la qualité de la traduction. Il serait trop simple de dire que tout le monde peut parler anglais, il faut prendre en considération tout le travail, la recherche et l’énergie qui sont fournis pour traduire. Lorsque le client paye au mot, il peut être difficile de se rendre compte du temps derrière et de l’intelligence que le traducteur professionnel possède. Utiliser Google Traduction est assez aberrant, car la machine ne se pose pas les questions des cultures : à qui s’adressera le texte, le contexte dans lequel celui-ci s’inscrit, les expressions idiomatiques et bien d’autres pièges dans lesquels les outils de traduction automatique tombent bien trop facilement. Il est important d’ailleurs, dans ce cas de figure, de bien expliquer au client la différence entre les services de traduction automatique et les outils de traduction assistée par ordinateur (TAO) qu’utilisent une grande majorité des traducteurs. Le modérateur évoque en effet que ce n’est pas la TAO qui fait la traduction, c’est un outil qui se travaille, que l’on façonne avec le temps pour que les expressions ajoutées sonnent le plus naturel possible dans la langue cible. Les logiciels de TAO simplifient le travail des traducteurs, supprimant par exemple l’effort de rechercher un terme à plusieurs reprises puisqu’on peut l’ajouter dans une base terminologique. Pourtant l’élaboration même d’un glossaire demande beaucoup de travail. Ces logiciels permettent « une qualité de la traduction plus fluide », pour reprendre les mots d’Isabelle Meurville, qui pense cependant que la TAO entrave la créativité.

Ce fut un dialogue particulièrement intéressant pour rendre compte du travail de traducteur, mais également de donneur d’ordre, relecteur, etc. Il n’est pas aisé de donner une définition d’un travail de qualité, car trop de critères entrent en jeu et varient selon la personne qui traduit ou relit, voire même selon le client, la vision n’étant pas toujours la même.

Un exemple très concret auquel nous avons pu assister pour confirmer cette idée s’est déroulé dans l’après-midi avec le Traduel. Celui-ci consistait à opposer deux traductions proposées par deux traducteurs professionnels, Dominic Michelin, traducteur spécialisé dans l’environnement et les transports aériens entre autres, et Isabelle Meurville, traductrice ayant participé à la première table ronde aussi. Jeff Henson et Mary Moritz ont arbitré cette joute. Les étudiants présents et formateurs ont aussi eu accès aux textes, qu’ils ont pu préparer pour l’occasion et comparer ainsi leurs versions avec celles des deux professionnels. On a pu voir en effet que les traductions étaient très différentes pour la plupart, chacun apportant sa personnalité et son approche en prenant en compte l’aspect culturel. Il s’agissait d’un article du British Airways High Life Magazine présentant des plats typiquement britanniques, avec plusieurs références culturelles associées au Royaume-Uni. La traduction s’est avérée être difficile sur ce point, car il faut pouvoir reprendre le sens de ces références et les rendre accessibles à un public non plus anglais, mais français. Le registre et le style ont été surprenants dans la traduction de Dominic Michelin, qui a choisi un style presque provocateur dans l’idée de marquer les esprits par ses choix. Isabelle Meurville, elle, a opté pour un style plus doux et chaleureux, en jouant sur les sensations, la prononciation des mots et l’humour, en traduisant par exemple « as ineffectual as UN peacekeepers in a failed state » par « aussi convaincant qu’une déclaration sur l’honneur des époux Balkany », réel sujet d’actualité est tout de suite compris par les Français.

Le but de cet exercice restait toutefois de montrer qu’il n’y a pas d’unique traduction, mais diverses bonnes traductions, des styles et des approches différentes propres à chaque traducteur et en fonction du public. Pour conclure, il est plus juste de voir cet exercice comme des versions complémentaires plutôt qu’un duel, car traduire est un véritable exercice de style. C’était donc pour moi intéressant de pouvoir comparer mon travail à ceux de professionnels, de pouvoir même critiquer le choix de certains mots, mais surtout de me rendre compte que la traduction est un travail extrêmement subjectif, la qualité dépendant de tellement de critères qu’il faut savoir parfois se satisfaire des siens et fournir un travail qui aura pour objectif de satisfaire le client ou le public auquel on s’adresse.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search