Journée Mondiale de la Traduction (SFT) à Montbéliard. Partie 2 – Morgane LUTHI

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Morgan Luthi (M1 TST, Université de Haute-Alsace) de la deuxième table-ronde dont le thème « Qualité et formation » de la Journée Mondiale de la Traduction (SFT) tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction  qui a eu lieu le 27 septembre 2019 à Montbéliard.

***

La 4e édition de la Journée Mondiale de la Traduction a eu lieu au campus universitaire de Montbéliard le 27 septembre 2019. Plusieurs spécialistes du milieu ont abordé le thème « Qualité et formation » lors de deux tables rondes et d’une conférence sur la traduction des langues autochtones. L’évènement s’est conclu par un traduel, opposant deux traducteurs professionnels sur des textes en anglais.

Ce compte rendu porte sur la seconde table ronde et retrace les idées principales exprimées par les participants.

Table ronde no 2 : Qualité des formations

En l’absence de Will Noonan, la modération de la table ronde a été assurée par Pierre Jamet de l’Université de Bourgogne.

Avec lui, plusieurs enseignants-chercheurs et professionnels du métier de la traduction :

  • Ambroise Desclèves, cofondateur du Ci3M, centre de formation continue pour traducteurs ;
  • Chris Durban, traductrice indépendante et professeure pour les cours de la Société française des traducteurs (SFT) ;
  • Dima el Husseini, doyenne de la faculté des Langues étrangères appliquées (LEA) de l’Université française d’Égypte ;
  • Enrico Monti, maître de conférences et responsable du master Traductions scientifiques et techniques (TST) à l’Université de Haute-Alsace.

Traduire aujourd’hui

Avec l’avènement de la technologie et des techniques de traduction automatique (TA), le métier de traduction connait une véritable restructuration. Trois différentes gammes de traduction sont ainsi à distinguer : la TA, la traduction traditionnelle et la traduction haut-de-gamme.

La TA existe sous deux formes. La première, disponible gratuitement en ligne, donne des résultats de moindre qualité mais qui sont très utiles aux particuliers. Par exemple : TripAdvisor l’utilise dans un souci d’économie pour traduire les commentaires des utilisateurs. Cependant, il existe des versions professionnelles très performantes. Ces logiciels de TA impliquent l’entraînement d’un moteur avec une mémoire de traduction spécifique, s’appuyant sur un travail régulier avec le même client. La qualité des textes utilisés est essentielle dans la valeur du résultat. Cet entraînement est long et cher mais les erreurs alors commises par la TA deviennent indiscernables aux yeux d’un non-spécialiste tant la tournure des phrases produites est naturelle. Cette TA de haut niveau se démocratisera dans les années à venir grâce à la réutilisation de segments mais elle  dépend pour le moment de quelques rares professionnels formés, les « data scientists », qui décident de l’alimentation du programme. Au-delà de la qualité des textes traduits, l’avantage premier de la TA reste un gain de temps considérable.

Suite aux récents progrès technologiques, les résultats de la TA et de la traduction traditionnelle sont de plus en plus similaires, ce qui fait craindre pour le futur du métier. Afin de se démarquer sur le marché du travail, le professionnel doit se spécialiser et ainsi devenir un traducteur « premium »[1]. Or, les formations universitaires sont souvent trop denses pour prévoir une spécialisation. La formation continue après l’obtention du diplôme joue un rôle important dans le positionnement des traducteurs. La nature des textes doit permettre au traducteur d’exploiter ses capacités humaines à jouer avec les mots, à lire entre les lignes et à rythmer ses phrases. Grâce à cette plus-value, le traducteur peut alors  se vendre plus cher et s’établir dans le haut du marché.

Devenir un traducteur premium

Tout étudiant doit d’abord apprendre la méthodologie. Cet ensemble d’enseignements ne relève pas que du niveau de langue car, contrairement à ce que les clients ont tendance à croire, un bon bilingue ne fait pas forcément un bon traducteur. Les compétences à acquérir évoluent au fil du progrès technologique. Une bonne maîtrise des outils de traduction assistée par ordinateur (TAO), des logiciels de rédaction, des instruments du Web, etc. sont des compétences cruciales.

La spécialisation constitue l’étape suivante. Souvent une question d’intérêt ou de passion, elle permet au traducteur de se démarquer. Elle nécessite l’apprentissage d’outils d’investigation, d’un système de veille et de recherches documentaires, terminologiques et phraséologiques. Les termes spécifiques envisagés sont ensuite à faire valider par un expert du domaine.

Une offre de formation adaptée

À travers l’action de l’Association française des formations universitaires aux métiers de la traduction (AFFUMT) qui regroupe 21 formations, l’écart entre université et vie professionnelle s’est refermé. De plus, le label Master européen en traduction (EMT), dont les critères s’appuient notamment sur l’insertion professionnelle en fin d’étude, contribue à affirmer que deux ans de formation suffisent à préparer les étudiants.

Néanmoins, même au sortir d’une éducation de grande qualité, 3 ans à temps plein sont nécessaires pour s’installer sur le marché. Ce délai de mise en route coûte généralement 1 million d’euros au jeune entrepreneur qui doit prévoir cet investissement dans son plan d’affaires.

La maîtrise des langues étrangères lors de l’entrée en master est un élément clef de la qualité de la formation. Il est nécessaire de déjà avoir un niveau C1 afin de pouvoir se concentrer sur l’apprentissage des différentes techniques de traduction.

En plus des cours, les stages jouent un rôle formateur important. Au-delà de l’application directe du savoir fraichement acquis, l’étudiant apprend à créer un contenu vendable et découvre différents types d’infrastructures. Ces expériences l’aideront à se positionner plus rapidement sur le marché du travail une fois diplômé.

Le marché français se compose majoritairement de traducteurs indépendants. Ils travaillent généralement avec un mixte de clients directs et d’agences de traduction. Les postes fixes de traducteurs sont quant à eux, plus nombreux dans les entreprises que dans les agences. N.d.l.r. Ces dernières ont tendance à extérioriser la traduction mais à assurer elles-mêmes la gestion de projet et l’assurance qualité.

La spécialisation intervient tout au long de la formation du master TST. Ces cours sont donnés par des enseignants d’autres facultés et pensés pour des personnes non-spécialistes. Ils donnent des bases dans une matière scientifique ou technique et rendent possible la bonne compréhension d’un texte spécialisé.

Le contenu des cours de spécialisation est constamment à revoir en fonction des nouveaux besoins du marché. Cette adaptation est rendue possible grâce au retour des stagiaires sur leurs expériences.

La participation de professionnels tout au long des études permet également une mise en situation réelle. Par exemple à l’Université française d’Égypte, l’OMS travaille en collaboration avec des élèves afin de faire traduire des textes médicaux. Ceux-ci seront repris par un traducteur spécialisé afin d’être ensuite publiés.

Des projets inter-programmes de traduction Web permettent de travailler avec des problématiques interculturelles et relationnelles.

Bien que très édifiant pour les élèves, de telles démarches restent lourdes pour les universités et pour les enseignants impliqués.

La formation continue, telle que les cours de la SFT ou de l’université d’été, permettent de parfaire la spécialisation des professionnels. Avec une formation de 480 h à la SFT, il est possible d’acquérir toutes les facettes nécessaires à la traduction juridique. En plus de nouvelles compétences, ces cours offrent l’opportunité d’élargir son réseau professionnel.

Le but d’une spécialisation n’est pas d’augmenter la productivité mais d’augmenter les tarifs. Chris Durban résume ainsi l’objectif: « le rêve du traducteur, c’est de tarifier 1 mot à 100 € ».

Questions ouvertes

Comment améliorer ses compétences de rédaction dans sa langue maternelle ?

En plus des modules prévus à cet effet en formation universitaire, il est aussi possible de prendre des cours afin d’enjoliver son style. Beaucoup lire permet également de s’imprégner des effets de styles et du vocabulaire.

L’ubérisation de la traduction est-elle un danger pour le métier ?

Un bon traducteur doit connaître sa valeur et savoir se vendre. La spécialisation permet de répondre à un besoin précis et donc d’éviter ce problème.

Comment l’évolution des marchés impacte-t-elle les métiers de la traduction ?

De nouveaux segments de marché se développent, créant de nouveaux besoins. Il est essentiel de s’adapter ces nouvelles demandes en diversifiant ses compétences et en apprenant à les facturer correctement. Devenir compétent implique d’accepter les critiques et les remarques. Seul un spécialiste est capable d’argumenter ses choix de traduction de manière construite.

D’où viennent les étudiants des masters de traduction ?

Les étudiants sortent majoritairement d’une licence LLCE ou LEA. Il n’existe pas en France de structure adaptée pour rattacher correctement les formations de traduction. Les exercices de thème et de version du niveau licence sont parfois désuets et n’apportent pas d’évaluation valable sur les compétences. Ils sont plus pensés comme un cours de langue qu’un véritable exercice de traduction, d’où la tendance à imposer un seul résultat.

Avis personnel

L’utilisation de la TA et la menace qu’elle semble générer est un souci présent dans l’esprit de tout étudiant. Or, cette table ronde a clairement établi que de nombreuses solutions sont présentes. D’abord, la mise en avant de la spécialisation comme nécessité m’a confortée dans mon choix de formation. Le but n’est plus seulement de devenir traducteur mais spécialiste d’un domaine précis.

Les propos de Chris Durban sur la « plus-value humaine » m’encouragent également à mettre en avant toutes les compétences propres à l’être humain : la réflexion, l’humour, la déduction, la délicatesse, etc. Ceci implique un travail plus précis et plus intéressant, qui joue sur la finesse mais aussi sur le style. Cependant, ce conseil me semble plus approprié pour des traductions marketing ou littéraires. Les traductions scientifiques et techniques requiert moins d’humour et plus de connaissances spécialisées,  à l’exception peut-être des traductions de vulgarisation.

La perspective de pouvoir continuer à me former par la suite et savoir que tant d’options existent sont des sources supplémentaires d’enthousiasme. J’aurai néanmoins aimé avoir plus de détails sur les spécialisations les plus demandés ou sur les prédictions de l’évolution de la demande.

[1] Terme utilisé par Chris Durban pour désigner les traducteurs de haute gamme.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search