Traduire Hermann Hesse poète – Manon PARRINELLO

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Manon Parrinello (M1 TST, Université de Haute-Alsace) de la conférence Traduire Hermann Hesse poète présentée par François Mathieu, tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction qui a eu lieu le 19 février 2020 à l’Université de Haute-Alsace.

***

Le mercredi 19 février 2020 a eu lieu le séminaire Traduire Hermann Hesse poète à l’Université de Haute-Alsace, à Mulhouse, dans le cadre du cycle Penser la traduction. Nous avons eu la chance d’avoir comme intervenant François Mathieu, qui a traduit bon nombre des poèmes d’Hermann Hesse. Ancien journaliste, François Mathieu est désormais traducteur, critique littéraire et auteur.  Lors de cette conférence, il nous a parlé de poésie, de poèmes, de son expérience en tant que traducteur, mais surtout de la vie et de l’œuvre tourmentées de Hermann Hesse.

La première partie de la conférence portait sur le poème et la poésie de façon globale. François Mathieu a posé des questions à l’audience, qui a répondu de manière pertinente : est-il impossible de traduire parfaitement un poème ? À quoi cela sert-il ? Et enfin : faut-il traduire la poésie ?

L’assemblée a répondu qu’effectivement traduire un poème parfaitement est impossible, mais cela s’applique à tout type de traduction. Un roman tout comme une page Internet ne seront jamais traduits parfaitement. Certaines raisons pour lesquelles les poèmes sont traduits sont la diffusion du savoir, de culture ainsi que d’émotions. Cela permet également de donner une chance aux personnes qui ne comprennent pas la langue de profiter des poèmes.

L’intervenant nous a expliqué la différence entre poème et poésie dès le début de son intervention pour que nous puissions parler sans aucun malentendu. Selon lui, la poésie est partout. Elle peut se trouver dans la nature tout comme elle peut se trouver en nous, alors que le poème est un texte, un objet concret.

François Mathieu nous a aussi raconté son rapport avec la traduction, qu’il pratique depuis 40 ans. Désireux d’écrire, il n’avait pas d’idées abouties. Il a alors décidé de traduire pour avoir un support d’écriture et laisser libre cours à sa plume. Il nous a avoué que ses connaissances à propos de Hermann Hesse étaient moindres avant de traduire ses œuvres. Il a accepté la demande de son éditeur de traduire une œuvre de l’écrivain. Un peu plus tard, ce même éditeur lui a proposé de traduire ses poèmes et il a accepté, avant de refuser 6 mois plus tard car la tâche lui semblait trop complexe. Il est revenu sur sa décision par la suite et a finalement accepté le travail.

François Mathieu nous a ensuite fait une présentation bien complète et structurée de l’œuvre et la vie de Hermann Hesse. Les poèmes traduits et lus étaient accompagnés d’éléments biographiques sélectionnés intelligemment de sorte qu’on saisisse l’intention qu’avait Hermann Hesse lors de l’écriture de chaque poème, en leur donnant un contexte par rapport à ce qu’a vécu le poète à ce moment de sa vie. Ainsi, nous comprenions mieux la raison pour laquelle il écrivit un poème révolté durant son adolescence, alors qu’il était élevé par une famille très pieuse qui ne partageait pas les mêmes valeurs de liberté que lui, ou pourquoi il a écrit un poème qui mélangeait des sentiments d’amour et de haine lors de la mort de sa mère. Quand on sait qu’il a eu beaucoup de problèmes de santé (il était dépressif, a eu la goutte, est mort d’une leucémie) et qu’il a vécu des moments difficiles (une de ses femmes était schizophrène, il était partisan de la guerre, puis, face à la réalité de la violence que faisait subir l’Allemagne à d’autres pays, il s’est mis à la détester), ses poèmes prennent tout leur sens, et son talent d’écriture n’en est que plus mis en valeur.

François Mathieu nous a ensuite fait faire un exercice de comparaison de poème. Il a distribué à chaque personne présente dans la salle une photocopie comportant la poésie Knarren eines geknicken Astes de Hermann Hesse, ainsi que trois traductions sans attribution (appartenant, comme on l’apprendra après coup, à François Mathieu, Jean Malaplate et Miguel Sarran). Nous avons relevé les différences entre les trois traductions. Parmi elles : le poème de Jean Malaplatte est le seul à vraiment être composé de rimes, même si celui de Serran en contient quelques-unes. Celui-ci n’a pas fait commencer tous ses vers par une majuscule, contrairement aux autres traductions ainsi qu’au poème original. Nous avons aussi souligné que François Mathieu a introduit des correspondances sonores afin que son texte nous rappelle celui de Hesse. Cet exercice nous a permis de réaliser et voir de nos propres yeux qu’il n’y a pas qu’une seule traduction possible. Confronter ces poèmes nous a confortés dans l’idée qu’un même vers peut être traduit de différentes façons, mais que ces versions sont tout à fait justes. Nous avons également pu constater que les traducteurs peuvent prendre des libertés stylistiques en plus du choix des mots.

La conférence s’est terminée par un temps de questions-réponses qui a été très instructif grâce à un public qui a posé de multiples questions que voici :

Choisissez-vous les œuvres que vous traduisez ou est-ce la maison d’édition pour qui vous travaillez ? De plus, certains traducteurs se permettent de ne pas traduire certains passages d’une œuvre s’ils ne les comprennent pas. Faites-vous ça aussi ou choisissez-vous des œuvres pour leur simplicité ?

Cela dépend. Certaines fois je dois traduire les textes présentés par les éditeurs, d’autres fois je propose des traductions, mais je choisis les textes pour leur intérêt et non leur simplicité. En ce qui concerne les omissions de passages, pour ma part je ne le fais pas. Rendre la traduction la plus fidèle possible fait partie des règles actuelles de la traduction.

D’autre part, certains traducteurs s’éloignent du texte cible et traduisent à leur façon. Par exemple, lorsque j’ai traduit Le Disparu de Franz Kafka, je me suis penché sur la traduction d’Alexandre Vialatte. Je me suis alors rendu compte que je lisais du Vialatte et non du Kafka.

Mais juridiquement le traducteur est un auteur lorsqu’il traduit, c’est donc normal qu’on ressente le style du traducteur dans un texte.

Il est vrai qu’on acquiert des habitudes quand on traduit, ainsi on traduit avec notre style. Cela rajoute toujours une partie de subjectivité dans les traductions.

Quel rapport avez-vous avec vos précédentes traductions, notamment celles d’Hermann Hesse dont vous n’étiez pas satisfait ? Les avez-vous récupérées ?

Malheureusement ces traductions ont soit été écrites à la machine à écrire, soit enregistrées sur des disquettes. Il était donc difficile de les récupérer.

Qu’allez-vous faire des poèmes que vous avez traduits, mais pas publiés ?

Je n’ai pas le temps de m’occuper de ça pour l’instant, la publication de ceux-ci n’est donc pas d’actualité.

Quel est l’intérêt de traduire un texte qui a déjà été traduit deux fois ?

On peut toujours améliorer un texte. Par exemple, dans le poème que nous venons d’analyser tous ensemble, je n’aime pas le dernier vers que j’ai écrit. Je l’ai donc modifié.

Pensez-vous que traduire différents poètes change votre style d’écriture ?

Je n’ai pas cette impression. Quand on aborde un nouvel écrivain, on doit inévitablement faire face à quelque chose de nouveau. Je suis désormais à l’aise avec les textes de Hermann Hesse, mais il y a d’autres auteurs dont je n’ai toujours pas réussi à « sentir » le style d’écriture.

Y a-t-il des auteurs que vous aimeriez traduire ?

Non, pas vraiment. Mais pendant plusieurs années j’ai été traducteur et lecteur dans une maison d’édition. Il y avait 2-3 traductions que je voulais vraiment faire. Mais cette maison d’édition a fait faillite avant que je puisse terminer ces traductions. Elles n’ont donc pas été publiées et je le regrette.

Pour conclure, cette conférence m’a beaucoup apporté car François Mathieu m’a prouvé que l’échec n’est pas une fatalité, lui-même ayant échoué à traduire Hermann Hesse avant de traduire une grande variété de ses œuvres. De plus, la conférence a été enrichissante tant sur le plan professionnel que culturel car elle nous a beaucoup appris sur la vie et l’œuvre de Hermann Hesse, auteur que je ne connaissais que de nom avant. Ainsi, découvrir sa vie et son œuvre fascinantes grâce à un intervenant passionné et plein de bonne humeur a été un réel moment de plaisir. François Mathieu a certainement ouvert des horizons à plusieurs personnes dans la salle en partageant son expérience. En effet, l’audience, qui était principalement composée d’étudiants qui vont d’ici peu entrer dans la vie professionnelle, a pu constater qu’un traducteur n’est pas que traducteur : il peut aussi, comme cela a été le cas pour François Mathieu, faire énormément de recherches sur un sujet ou un auteur en particulier, et peut même rédiger certains textes ou livres de sa propre plume.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search