Investigating and Teaching Translation as a Product and a Process? – Lorena DAGBA

Cliquer sur l’image pour voir l’affiche

Compte-rendu proposé par Lorena Dagba (M1 TST, Université de Haute-Alsace) de la conférence Investigating and Teaching Translation as a Product and a Process? présentée par Gary Massey, tenue dans le cadre du cycle Penser la traduction qui a eu lieu le 12 février 2020 à l’Université de Haute-Alsace.

***

La traduction : action ou résultat ? 

Le mercredi 12 février 2020, l’université de Haute-Alsace (Mulhouse), dans le cadre de son cycle de conférences intitulé Penser la traduction, a accueilli Gary Massey, spécialiste de traduction et directeur de l’Institut de traduction et d’interprétation (IUED) de Zurich (Suisse). Son intervention, en anglais, sur la question de la recherche et de la traduction comme un produit et un processus a été présentée aux étudiants de licence et master de Traductions Scientifiques et Techniques (TST), de master Cultures littéraires européennes (CLE) et de licence d’anglais. À travers sa présentation il a cherché à montrer aux étudiants le processus qui permet d’aboutir à un produit, ici la traduction. Mais aussi les différences existantes entre une traduction qui privilégie le processus ou le produit. Il a également introduit l’idée de « métaphores conceptuelles ». L’ensemble de ces recherches sont académiques, mais elles ont également des applications pratiques.

Avant d’être directeur de l’IUED, Gary Massey était directeur du programme de Linguistique appliquée et de la licence en traduction. Il est membre du comité d’administration de la Conférence internationale des Instituts Universitaires de Traducteurs et d’Interprètes (CIUTI), de l’European Master’s in Translation (EMT) mais aussi de deux associations fondamentales pour la recherche en traduction l’European Society for Translation Studies (EST) et l’International Association for Translation and Intercultural Studies (IATIS). C’est également un spécialiste de traduction comme peut en témoigner son important nombre de publications, disponibles sur la page de l’université de Zurich. S’il a traité de nombreux sujets, il s’est particulièrement intéressé aux aspects cognitifs et à l’ergonomie de la traduction. Jusqu’à encore très récemment, il était traducteur pour de grandes organisations et c’est cet aspect appliqué de la traduction qui l’intéresse.

Le mot « traduction » désigne à la fois l’action de traduire et le résultat de cette action, son produit. Aujourd’hui les industries utilisent ce mot surtout selon cette deuxième signification : c’est une vision orientée vers le produit. Mais l’action de traduire est un complément à ce résultat, c’est un processus cognitif basé sur la résolution de problèmes et la prise de décision en comparant document source et document cible. Ce n’est pas un processus linéaire et c’est une affirmation qu’il est aujourd’hui possible de faire grâce à des études sur la façon dont les traductions étaient obtenues : les stratégies et procédures mises en place pour arriver à un résultat. Comprendre comment est faite une traduction est également utile pour son évaluation, aussi bien dans le milieu universitaire que dans le milieu professionnel.

Un des modèles pour tenter de comprendre ce processus est le « reverse engineering » évoqué par Chesterman en 2015. Selon cette idée, en regardant le produit on peut formuler des hypothèses pour expliquer les choix qui ont été faits par le traducteur. Cependant, cela pose un problème car nous n’avons aucune certitude, ce sont des explications plausibles. Chesterman évoque également le « actual process observation » basé sur l’observation d’indicateurs cognitifs. Des protocoles verbaux (pendant ou post traduction) permettent d’avoir une idée de leur raisonnement mais le comportement du traducteur peut également être étudié via l’enregistrement de la saisie du clavier ou de l’écran, ou encore de l’oculométrie. Aucune de ces méthodes ne donne un résultat parfait, c’est pourquoi on a recours à la triangulation, une combinaison de plusieurs facteurs. Une approche expérimentale, à l’aide d’IRM, peut y être associée, mais ces expériences n’ont pas lieu dans les conditions de travail habituelles ; il faut donc les associer à d’autres observations.

Gary Massey a rappelé que la traduction humaine représentait une plus-value car elle est capable de s’adapter à une cible spécifique et d’adapter les référents culturels. Il s’est ensuite arrêté sur la notion de métaphore conceptuelle, c’est-à-dire la façon de se représenter le monde et de le comprendre à travers d’autres images (par exemple, le bien est représenté en haut et le mal en bas dans nos sociétés). La traduction est donc reconceptualisation. Des études observant la dilation des pupilles, indicateur de l’effort cognitif, ont démontré que la reconceptualisation représente une difficulté et nécessite davantage de réflexion.  En effet, les sujets étudiés se sont attardés plus longuement sur ces expressions dans le but de fournir un travail correspondant aux standards de qualité. La traduction est donc, de fait, une action cognitive.

La question qui se pose ensuite est : comment permettre aux étudiants d’atteindre le niveau de qualité requis ? Dans un premier temps, il est nécessaire d’identifier les compétences à acquérir pour ensuite identifier des solutions pour les acquérir. Une étude comparative entre la façon dont les professionnels et les étudiants recherchent des informations a démontré, grâce à l’oculométrie, que ces derniers étaient beaucoup moins efficaces dans leurs recherches. En se basant sur cette observation, ils ont tenté de faire prendre conscience à leurs étudiants des difficultés qu’ils rencontrent et de leur proposer des conseils pour s’améliorer : observer des segments entiers et non pas des groupes de mots, faire des recherches approfondies… Les meilleurs candidats sont en mesure de se faire une image mentale du texte. Un autre élément significatif est la diminution des efforts cognitifs en diminuant les distractions.

Cependant, si ces outils sont très utiles, ils peuvent être intimidants et donner aux étudiants l’impression d’être espionnés. Il est donc fondamental de leur expliquer comment les données vont être recueillies et utilisées, mais aussi de leur montrer des exemples d’enregistrement et de les habituer à l’utilisation des logiciels avant de les enregistrer, pour éviter qu’ils soient déstabilisés. J’ai été surprise par les installations mises en place au sein de l’université de Zurich. En effet, je n’avais auparavant jamais entendu parler de ces dispositifs et n’avais pas conscience de leur utilité dans le domaine de la traduction. Cette conférence m’a permis de prendre conscience de la dualité du mot « traduction » et de la tendance générale à la percevoir simplement comme un produit. Cependant, si ces installations me semblent impressionnantes, cette approche devrait être, selon moi, étendue à d’autres universités car elle permet un meilleur suivi et un enseignement personnalisé, adapté aux besoins des étudiants. En effet, elle révèle le comportement qu’adoptent les étudiants au moment de produire une traduction et explicite ainsi comment ils commettent leurs erreurs. Une généralisation permettrait un enseignement centré sur les étudiants pour permettre de donner à tous les moyens d’atteindre le niveau demandé.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search