Fiorenza Vendramin : une poétesse rebelle dans la Venise du XVIII siècle – Consuelo RICCI

Compte-rendu proposé par Consuelo Ricci (Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence Fiorenza Vendramin : une poétesse rebelle dans la Venise du XVIII siècle présentée par Claudio Chiancone (Université Stendhal-Grenoble 3), tenue à l’Université de Haute-Alsace le 10 février 2015.

***

Claudio Chiancone est un enseignant-chercheur à l’Université Stendhal-Grenoble 3 au sein du département d’italien. Il est spécialiste du XVIIIe et XIXe siècle et, il s’occupe notamment des correspondances entre les hommes de lettres ainsi que de l’histoire et de la littérature de l’époque napoléonienne. Sa conférence « Fiorenza Vendramin : une poétesse rebelle dans la Venise du XVIIIe siècle » a été organisé par le Département d’italien de la FLSH en collaboration avec le Master Erasmus Mundus CLE- Cultures Littéraires Européennes.

Lors de cette conférence Claudio Chiancone a parlé, en première lieu, de son projet de recherche qui aboutira bientôt dans un livre et qui parle de la vie d’une jeune poétesse : Fiorenza Vendramin. Bien qu’elle ne soit pas connue dans le monde littéraire, il s’agit d’une figure intéressante qui se place dans un cadre très particulier, celui de Venise après l’occupation napoléonienne.

Poétesse et femme de culture, Fiorenza Vendramin n’a pas pu créer son propre salon parce qu’elle vivait dans l’arrière-pays vénitien où la mentalité était encore très fermée, surtout envers les femmes. C’est justement cet aspect qui fait l’intérêt de cette écrivaine, car elle était bien consciente d’être une victime de son époque et du fait que les femmes n’avaient aucun droit d’expression. Ce qui l’amena sans doute au suicide.

Après avoir esquissé le contexte dans lequel elle a vécu et avoir parlé de sa propre méthode de travail, le chercheur est passé à la description du « mythe » qui s’est créé autour de cette figure pour ensuite en révéler la véritable histoire.

La Venise aristocrate

La famille Vendramin faisait partie de la haute aristocratie de Venise, une couche sociale qui était en crise depuis un siècle. La république de Venise était le seul état indépendant en Italie à cette époque-là et elle l’était depuis un millier d’années. Il est intéressant de remarquer que cette poétesse est morte en 1797, la même année où la république de Venise mourait elle aussi. En effet, avec le Traité de Campoformio, Napoléon Bonaparte, qui à ce moment-là était encore un général, signait le passage de Venise sous l’empire autrichien. Cela causa un vrai traumatisme parmi les vénitiens et notamment parmi ceux qui avaient cru dans la possibilité d’une rédemption en sens démocratique pendant les quelques mois de la révolution.

Sur les traces de Fiorenza Vendramin

La méthodologie de travail de ce chercheur consiste dans la consultation des archives pour trouver des informations à propos de la vie des hommes de lettres et du mode de vie des familles à l’époque. Il parle d’une « archéologie » de la littérature qui consiste à trouver des documents inédits.

En ce qui concerne Fiorenza, son histoire est entièrement sortie des archives, il affirme que presque personne n’avait parlé d’elle avant lui. En effet, dans son cas la difficulté dans la recherche est augmentée par un manque de matériel de documentation, car la jeune femme, s’étant suicidée à l’âge de vingt-cinq ans, était une véritable source de honte pour sa famille, qui, pour autant, a cherché à se débarrasser de toute trace d’elle : ils ont caché et détruit toutes ses lettres et textes.

 

La naissance du mythe

Suite à l’élimination de tout document à propos de la poétesse, une véritable aura de mystère s’est créée autour de son histoire, ce qui a engendré la formation d’un mythe à propos de sa figure : un mythe partagé entre la France et l’Italie. En France ce qui a prévalu c’est plutôt le côté progressiste : elle a été associée aux héroïnes de l’ancienne Rome, elle a été vue comme une martyre de la liberté qui a renoncé à vivre pour se révolter contre la société, une victime de l’Ancien Régime. En revanche, en Italie, on a voulu souligner le côté catholique et moralisant : elle a été identifiée à une victime de ses lectures dangereuses, un esprit corrompu par les pensées des Lumières les plus radicaux, comme Voltaire et Diderot.

 Déjà le 6 Mars 1798, c’est-à-dire deux mois après la mort de la jeune fille, on parlait d’elle dans le « Moniteur Universel », une revue parisienne qui était lue partout en Europe. Dans cet article on parle de son histoire mais son nom n’apparait jamais, ce qui démontre que le mythe était déjà en marche.

En 1875 il y a une première tentative de reconstruction de la vie de Fiorenza Vendramin : Louise Giaccodemo décide de révéler l’histoire de sa grand-mère, il s’agit d’un choix très courageux vu le mystère qui entourait sa mort. Toutefois, elle finit par tomber dans le feuilleton, il est possible de remarquer une volonté de dramatisation de la vie de la poétesse. De nouveau, ce qui prévaut en Italie c’est une tendance à faire du moralisme catholique quand on parle d’elle. En effet, d’après Louise, ce seraient les fausses idées politiques qui auraient amené sa grand-mère à la tragique décision du suicide. Mais la légende traverse les époques et au XXe siècle de nouveaux mythes et suggestions naissent autour de cette figure : cette fois c’est l’historiographie française qui s’empare d’elle. En particulier, Louis Madelin écrit, en 1911, Le général Lassalle, où il décrit une aventure galante de ce général de Bonaparte qui serait tombé amoureux de Fiorenza.

Même de nos jours, son histoire ne cesse d’être manipulé et corrompue. Le 4 Mars 2004 dans un article qui parle de Fiorenza, la jeune poétesse est associée à un portrait magnifique d’une superbe fille. En réalité, il s’agit d’une peinture qui apparut dix ans avant la naissance de Fiorenza, de nouveau on lui attribue une identité qui n’est pas la sienne.

Les difficultés dans la reconstruction de son histoire et les nouvelles approches théoriques

À cause de l’accumulation de légendes autour de cette figure il est difficile de concevoir une véritable image historique et littéraire de Fiorenza. Qui a-t-elle véritablement été ? Les trois difficultés majeures dans cette recherche sont :

  • La présence du mythe qui n’arrête jamais de s’autoalimenter
  • L’esprit de clocher, c’est-à-dire la tendance à faire de l’histoire locale en parlant d’elle sans jamais faire le lien entre son expérience et tout ce qu’il y avait autour : la situation économique, sociale et politique
  • Une tendance à faire de la biographie passive, en parlant de cette figure seulement en relation avec des autres personnages, par exemple parce qu’elle a été l’amour du général Lassalle

En revenant aux sources primaires et aux témoignages de l’époque il est possible de sortir l’histoire de la jeune poétesse du mythe et du localisme. En outre, aujourd’hui il est d’autant plus intéressant d’étudier sa biographie car on peut profiter des gender studies pour approfondir la situation de la femme à cette époque-là. Sa vie permet aussi d’analyser la condition de l’aristocratie en crise ainsi que l’histoire des salons et de la diffusion des Lumières en Italie.

De la déconstruction du mythe à la reconstruction historique : le travail avec les sources primaires

Les Mémoires de la comtesse Fiorenza Vendramin sont la principale source primaire où le conférencier creuse pour obtenir des informations. Elles furent publiées en 1807 par Francesco Testa, poète et homme de culture d’origine bourgeoise, qui était le conseiller littéraire et le confident de la jeune femme. Il a récolté beaucoup de ses confidences et il se déclare « intime ami et admirateur de Fiorenza », en outre à propos d’elle il dit qu’il s’agit d’« une femme admirable » et d’ « une femme d’un esprit supérieur ».

Les mémoires sont une œuvre fondamentale pour arriver à saisir cette figure : l’auteur ne se borne pas à esquisser un portrait biographique de sa maitresse mais aussi un portrait psychologique qui met l’accent sur son pessimisme et son rapport conflictuel avec sa mère. De ce document il est possible de déduire le caractère impétueux et hardi de la poétesse qui ne réprimait aucun de ses caprices. Elle s’indignait et s’affligeait pour passer ensuite à des moments très heureux, elle avait un caractère plein de contradictions qu’aujourd’hui on définirait de bipolaire.

Étant obligée de se marier à l’âge de 20 ans – sa famille lui avait imposé un mariage d’intérêt avec le marquis Luigi Sale – Fiorenza se consacre à l’art pour oublier sa situation. En particulier, elle creuse dans la poésie italienne et elle fait des portraits en prose, un genre qui était à la mode à l’époque. En même temps sa hardiesse lui permet de franchir tous les obstacles : la méchanceté des dames de la ville, la folle jalousie de son mari, la violence dangereuse de son père, elle l’imposa à tous ceux qui la jugeaient et critiquaient. Elle se moquait de l’étiquette et, à propos de cela, Testa raconte une anecdote du Carnaval : un jour elle se fit remplacer par sa femme de chambre pour gagner quelques heures de liberté.

Une deuxième source utilisée par le chercheur est le portrait en prose que sa sœur, Maria Vendramin, fit d’elle. De ce texte se dessine une figure de femme qui rêvait d’un monde où il n’y aurait pas d’étiquette et qui s’érigerait sur de vrais rapports. Elle souffrait de son impossibilité à s’exprimer et de son manque de liberté.

Enfin, la dernière source d’information sur cette poétesse ce sont 25 lettres inédites qui se trouvent aux Archives nationales de Modène. Elles sont adressées à un professeur de l’époque, Luigi Cerretta, et confirment le portrait que Testa avait fait d’elle, celui d’une femme très intelligente et perspicace avec une soif de connaissance et une volonté de se tenir informée des faits divers.

Rebelle : jusqu’à quel point ?

D’après ces documents une double image de Fiorenza Vendramin se dessine. D’un côté sa vie apparait comme tout à fait traditionnelle : elle reçoit une éducation classique, elle a un précepteur français, elle apprend la danse, le dessin, le clavecin mais aussi à coudre et à broder.  Elle se soumet aux lois économiques de l’époque, en effet son mariage permet à sa famille d’éviter la faillite, et elle choisit un chevalier servant, c’est-à-dire un amant officiel.

D’un autre côté elle se distingue par un caractère capricieux et un malaise envers les normes sociétaires de son époque. En effet, ayant vécu dans la capitale, Venise, qui était au centre du bouillonnement intellectuel, elle a du mal au moment où, après son mariage, elle se retrouve dans une ville beaucoup plus petite et où la mentalité était très catholique et bigote. Toutefois il n’y a aucune trace des tentatives de révolte dans les premières années de mariage. Le moment où sa vie bascule est en 1794, lorsque sa seule fille naitra, car l’évènement fut très mal vu par la famille de son mari qui s’attendait à un garçon. Dès ce moment-là son rapport avec son mari se détériore beaucoup : elle commence à avoir des amants et elle aborde des auteurs de plus en plus radicaux. Finalement, son mari décide de faire lits séparés afin de montrer qu’elle l’avait trompé.

C’est à partir de ce moment-là que Fiorenza s’enferme de plus en plus chez elle, réduisant toute sa vie sociale à un petit cercle d’amis et confidents. En même temps elle se consacre complètement à l’art et cherche la correspondance d’hommes de lettres célèbres, notamment celle de Melchiorre Cesarotti.

Un chef-d’œuvre méconnu

En 1795 sous la suggestion de son ami Testa elle entreprend l’écriture d’un journal intime. Suivant les illustres exemples de Saint Augustin et de Jean-Jacques Rousseau, elle l’intitule Mes confessions et elle écrit en français. Il s’agit d’un autoportrait en prose, où elle s’interroge, de manière très rationnelle, sur les raisons qui l’empêchent d’accepter le milieu dans lequel elle vit et elle y fait l’histoire de ses propres contradictions. Il prend la forme d’une véritable dissertation sur elle- même où elle reprend toutes les accusations et elle y répond point par point. Ce qui étonne est le fait qu’une jeune femme vivant dans une petite réalité à la mentalité bigote ait eu cette idée novatrice tout simplement grâce à ses lectures.

De nouveau l’image qui prend forme de cet autoportrait est double. D’une part un caractère qui est un mélange de libertinage, d’obstination et de fierté : elle avoue être athée, ce qui est très étonnant pur une femme de l’époque et sa pensée semble se rapprocher de celle du nihilisme léopardien. Elle avoue aussi le plaisir qu’elle prend à faire toute chose défendue ou vue avec mégarde par la société, elle parle de libertinage philosophique. À ce propos Claudio Chiancone cite un passage de Mes confessions : « Je pousse mon libertinage aussi en avant que je le peux et je le porte au total mépris de l’homme ».

D’autre part elle analyse ses défauts : les caprices, le plaisir qu’elle prend dans l’inutilité, l’imprudence, la dureté, elle se dit même incapable d’un sentiment tendre. On l’accuse encore d’être paresseuse, de ne pas avoir de vraies maximes, de sacrifier ses amies à ses caprices, de passer d’un excès à l’autre. Son malheur est, d’après elle, celui de trop rationaliser le monde, exactement comme Leopardi disait, et on remarque une envie très forte de la condition masculine.

« J’envie aux hommes leurs talents et leurs connaissances ». 

Cette envie de la liberté dont jouissent les hommes on la retrouve chez Mme Roland. S’il est trop tôt pour parler de féminisme, ce sont les premières racines qui se montrent dans ces pensées.

Comprendre Fiorenza Vendramin : un phénomène bien plus large

Pour écrire une bonne biographie les documents des archives ne suffisent pas. En effet, le cas de Fiorenza s’inscrit dans un cadre de la condition féminine, notamment celle qu’elle avait pu vivre à Venise, bien précis et souvent ignoré par les chercheurs. Tout en étant une figure très originale, Fiorenza n’est pas un phénomène isolé. Pour comprendre comment elle est arrivée à avoir une philosophie aussi radicale, il faut la sortir de son isolement historiographique et comprendre le cadre familial dont elle est sortie.

Sa grand-mère paternelle, Fiorenza Raragnini, mariée Vendramin, avait été le plus grand mécène de la Venise du XVIIe siècle, elle était la protectrice de Rosalba Carriera, peintre et portraitiste, de l’abbé Antonio Conti et de Pietro Giannone, qui sont considérés comme les pères de la libre pensée européiste et laïque des Lumières italiennes. Conti fut arrêté à plusieurs reprises, accusé d’athéisme et les œuvres de Giannone furent souvent étiquetées d’anticléricales.

D’après les écrits de Testa on sait que la jeune fille passa toute son enfance et son adolescence auprès de cette grand-mère, vu que sa mère ne s’occupait pas d’elle.

Sa mère Alba Cornero était, elle aussi, une des plus célèbres salonnières de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un mécène, une femme rebelle qui avait été l’amante de Vittorio Alfieri et Ippolito Pindemonte ainsi qu’une des premières protectrices de Ugo Foscolo. Les meilleurs esprits de l’époque se trouvaient donc autour de cette figure.

Fiorenza, de son côté, était une femme qui, ne pouvant pas s’émanciper dans la vie quotidienne, cherchait un moyen de s’épanouir dans la littérature. Elle lisait Juvénal, un satirique, et Plutarque. Parmi ses lectures il y avait aussi Les préjugés détruits, un ouvrage écrit par un membre de la convention à l’époque de Robespierre, où il raconte comment il est parti prêcher l’athéisme, son but étant la déchristianisation de la République française. Non seulement Fiorenza a eu le courage de lire cet ouvrage, mais dans une lettre elle affirme même l’avoir beaucoup appréciée.

On comprend qu’elle s’inscrit dans la ligne de l’éducation laïciste et progressiste, même radical, dans lequel sa famille s’inscrivait depuis au moins deux générations.

La période napoléonienne

Le travail de ce chercheur n’est pas encore abouti, ses recherches à venir vont concerner ce que Fiorenza a fait pendant les derniers mois de son existence : entre mai et décembre 1797, c’est-à-dire dans les mois où la révolution était entrée dans l’état vénitien. En particulier il se demande : avec de telles origines, de telles lectures et un tel esprit de révolte, comment a-t-elle accueilli cet évènement social ? L’occupation de la part de l’armée française avait provoqué la chute de la République aristocratique autrichienne et toutes les villes étaient devenues des municipalités démocratiques indépendantes de Venise. En outre, dans toutes les villes on avait proclamé la liberté de presse et d’expression, des sociétés patriotiques s’étaient formées où tout le monde, y compris femmes et juifs, pouvaient prendre la parole pour critiquer l’Ancien Régime. Dans la plupart des cas il s’agissait d’un gouvernement fantoche, alors que c’était l’armée française qui gardait le pouvoir, mais, en tout cas, ce fut la première tentative d’un gouvernement élu par la population et où il ne fallait pas être aristocrate pour gouverner.

À Vicence aussi la municipalité démocratique s’installa, grâce aux récits de Testa, nous savons que Fiorenza avait une grande curiosité pour les nouveaux évènements et parmi les anecdotes il nous raconte qu’elle eut deux amants provenant de l’armée française (l’un des deux était le célèbre Lassalle). Testa, toutefois, nous fait aussi entendre que pendant ces mois-là elle resta renfermée chez elle, ne prenant guère part aux manifestations. Une autre anecdote, dont la source n’est pas vérifiable, affirme qu’elle serait allée manger à une taverne avec deux amies bourgeoises dans un esprit de provocation.

Cependant la question reste toujours ouverte : a-t-elle participé au mouvement de révolution et de libération de la femme ? C’est en 1797 que les femmes dénoncent pour la première fois leur soumission, a-t-elle raté son occasion ?

Afin de revenir à une image démythisée de cette femme il faut garder à l’esprit qu’elle était issue d’une famille de la haute aristocratie et que les dames de son statut se cachèrent pendant la révolution.

Questions

  • Est-ce qu’on a une idée de ce qu’on a perdu ?

Testa parle d’une comédie, La contessa di Castelrosso et d’un drame. Cependant il est possible qu’elles n’aient pas eu une grande valeur, comme son confident lui-même l’affirme, car lorsqu’elle devait suivre des règles elle n’y arrivait pas, ce sont son journal intime et ses lettres qui sont ses chefs-d ’œuvres. Elle a écrit des milliers et des milliers de lettres, parmi lesquelles il y a la correspondance avec sa sœur quand elle s’est mariée et est allée vivre à Macerata, qui est peut-être perdue. En effet sa famille a fait bruler tous ses papiers au moment où elle s’est suicidée et il est possible qu’elle ait redemandé les lettres que Fiorenza avait envoyées. C’est pourquoi, même si on sait qu’elle était en correspondance avec Cesarotti et Rangoni, ces lettres n’ont jamais été retrouvées.

Avis personnel

Cette conférence a été très intéressante tant du point de vue méthodologique que pour son contenu. Du point de vue de la méthode il a donné des pistes pour les chercheurs, en encourageant à aller fouiller dans les archives parce qu’il y a toujours des documents inédits et des possibilités de recherche. Son habilité d’orateur et sa passion pour son travail nous ont vraiment donné envie de l’imiter. Du point de vue du contenu il nous a permis de nous plonger dans une période capitale de l’histoire italienne, celle où la pensée novatrice des Lumières et la volonté de changements entrait en Italie. Bien que l’expérience napoléonienne se soit réduite à une déception pour les vénitiens, comme l’œuvre d’Ugo Foscolo le montre bien, ce furent des moments fondamentaux qui ont préparé la venue du Risorgimento. Cette période est certainement emblématique d’une Italie où les sentiments patriotiques et la volonté de révolutionner l’état de choses commencèrent à bouleverser la société.

Toutefois l’intérêt pour cette poétesse ne se réduit pas au contexte historique qui l’entoure et au milieu intellectuel dont elle fut proche mais ce qui est intéressant c’est surtout le fait qu’elle fut un symbole de la situation féminine de l’époque. Comme le chercheur l’a souligné il est possible de tracer des fils rouges entre son histoire et celle des autres femmes-écrivaines comme Mme de Staël.  La présence des motifs récurrents et des pensées similaires nous permettent de saisir plus profondément quelle était la condition féminine au dix-huitième siècle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dialogues mulhousiens (10 février 2015). Fiorenza Vendramin : une poétesse rebelle dans la Venise du XVIII siècle – Consuelo RICCI. Dialogues mulhousiens. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nlvz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search