Traduire l’histoire du nazisme : le traducteur face à la manipulation du langage – Alessandra BALLOTTI et Consuelo RICCI

Compte-rendu proposé par Alessandra Ballotti et Consuelo Ricci (Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence Traduire l’histoire du nazisme : le traducteur face à la manipulation du langage présentée par Olivier Mannoni dans le cadre du cycle Penser la traduction tenue à l’Université de Haute-Alsace le 11 Mars 2015.

***

Olivier Mannoni a étudié la Littérature à La Sorbonne et il a travaillé pour les plus importants journaux nationaux.

Il a traduit environ deux cent textes de la langue allemande vers la langue française. Parmi d’autres auteurs, il s’est occupé des œuvres de Sigmund Freud, Stefan Zweig, Hanna Arendt, Franz Kafka et J. W. Goethe.

Il s’est également dédié à l’étude de la période historique du Troisième Reich, de l’antisémitisme et de la fascination de la terreur.

À côté de ses travaux, il est actuellement responsable de l’École de Traduction Littéraire CNL/Asfored.

Bien qu’il travaille depuis trente ans à la traduction des textes nazis et des textes sur le nazisme, Oliver Mannoni affirme qu’il s’agit de la première fois qu’il tient une conférence sur ce sujet.

En effet, le sujet est incroyablement actuel et, dans les dernières années, la multiplication des études sur ces textes a amené à plusieurs découvertes intéressantes. Parmi d’autres, Mannoni rappelle celles qui concernent les camps de concentration. Depuis quinze ans, on a réalisé qu’ils n’étaient pas des structures isolées et détachées du monde, où les victimes étaient amenées pour travailler en tant qu’esclaves. En réalité, la population locale connaissait bien ce qui se passait dans les lager car ils voyaient souvent les prisonniers, qui traversaient le village matin et soir. Cette nouvelle connaissance démontre, d’après le traducteur, que le sujet n’a pas encore été complètement élucidé, d’où la nécessité de continuer à en parler.

Soixante ans après ces évènements on a encore besoin de rechercher la vérité.

  1. Pourquoi traduire l’histoire du nazisme et non pas celle d’une autre période : les premiers problèmes qu’un traducteur envisage

Entre l’histoire du nazisme et les autres il y a une différence fondamentale, similaire à celle que toutes les histoires de totalitarismes partagent : cette histoire passe forcément à travers le langage. Les totalitarismes en général, et dans ce cas le nazisme, doivent obtenir l’approbation du peuple pour exister et le langage est l’instrument employé pour l’exalter. Pour cette même raison, malgré les conséquences catastrophiques évidentes de sa politique, le pouvoir d’Hitler, terminé en 1943 continua d’influencer le peuple jusqu’à 1945.

La tâche du traducteur est d’abord d’analyser le langage et d’y rechercher la réalité que ce langage veut véhiculer et, ensuite, d’élaborer la technique nécessaire pour le transposer en français.

Mannoni nous donne un exemple de la manipulation du langage en parlant du cas de la Corée du Nord et de la Corée du Sud. Ce langage s’est tellement modifié par son usage politique que l’on peut établir l’origine du parlant seulement en écoutant trois phrases.

En Allemagne, le même phénomène se vérifie lors de la chute du mur. En effet, un allemand provenant de la partie Est n’aurait jamais prononcé le mot « nazisme », qui avait était substitué par la nuance de « fascisme ». Pour la même raison, dans la partie Ouest, la République démocratique allemande (Deutsche Demokratische Republik) était habituellement appelée avec l’acronyme DDR, alors que son nom entier était employé pour faire passer un message politique.

Le présupposé de départ est que le langage n’est jamais neutre, surtout lorsqu’il s’agit de textes politiques. En particulier, le traducteur du langage nazi doit tenir compte du fait que nous ne sommes pas face à un langage « normal ».

Un des problèmes constatés est représenté par la langue allemande elle-même, à cause de sa tendance à agglutiner les concepts par cohésion et par apparence. Dès que l’on se penche sur des textes nazis, donc, on se mesure avec des mots dont la traduction est très difficile.

En outre, l’allemand possède une polysémie qui n’existe pas en français. Le seul moyen de rendre le sens de certains mots évocateurs d’un significat précis en allemand est de créer des périphrases en français.

Enfin, une difficulté ultérieure est représentée par le changement diachronique de la langue, à cause duquel le sens des mêmes mots s’est modifié entre les années 1933 et 1945. Chaque mot, donc, doit être également interprété et traduit par rapport au contexte de référence.

      Mannoni cite ainsi Jacques Lacan, selon lequel une langue n’est que la somme des équivoques que son histoire n’a pas arrêtée. Le cas du nazisme est justement une équivoque qui a également subi une manipulation volontaire. Un langage qui peut créer des problèmes moraux et politiques, qui risque même de manipuler son traducteur.

  1. Les conséquences de la traduction des œuvres nazies

La conférence d’Olivier Mannoni se développe autour des trois points principaux, qui sont les problèmes majeurs qu’il a envisagés au cours de ses travaux.

Le premier problème est de type conceptuel : est-il possible de traduire les termes propres au nazisme ou sont-ils intraduisibles en tant qu’appartenant à un système de référence fermé sur lui-même ?

Ensuite, il se demande si le langage nazi a eu des conséquences directes sur le plan politique

Enfin, du moment que le vocabulaire joue un rôle direct sur l’histoire, le traducteur peut-il ne pas en tenir compte et s’en abstraire totalement ?

En effet, le nazisme n’est pas une seule histoire, mais plutôt une histoire d’idées qui est devenue l’histoire d’un régime qui, s’est transformée dans l’histoire d’un massacre pour enfin se concrétiser dans l’histoire de l’effondrement d’un pays qui, même de nos jours, doit en payer les conséquences.

Histoire d’idées à Histoire de régime à Histoire de massacre à Histoire d’effondrement du pays

Si l’histoire du nazisme commence en 1933, son langage est bien plus vieux. Déjà à partir des années 1918-1919 – l’année du Traité de Versailles- ce langage prend forme en posant les bases pour le nationalisme. L’humiliation de l’échec de la première guerre mondiale pousse les gens à la quête des origines de l’Allemagne, identifiées avec le passé glorieux de la mythologie celtique.

Les pères spirituels de ce langage sont aujourd’hui surprenants : Carl Schmitt, l’économiste qui jouera le rôle très important de premier juriste du régime. Steppel, Nietzsche et Heidegger, qui ébauche les premières idées méprisantes envers les juifs. Dans ce langage, qu’on peut définir pré-nazi on trouve déjà tous les concepts qui feront partie du nazisme à partir de 1933.

Entre 1918 et 1933, ces idées et ce langage pullulent et nourrissent une idéologie qui sera dominante jusqu’à la fin de la guerre. En effet, ce même langage sera repris par l’élite hitlérienne et on le retrouvera aussi dans la version du Mein Kampf de 1924, ce qui souligne la continuité idéologique entre la préhistoire nazie et son développement effectif.

Dans les mêmes années où le texte fondateur du nazisme apparaît, le ministre de la propagande du troisième Reich, Goebbels, tient un journal intime qui emploie une langue déjà violente, des images abstraites et volontairement fortes. Elle se caractérise comme une langue de mouvement, qui ne s’arrête jamais et qui sert à exalter, bouleverser et convaincre. L’abstraction est une caractéristique de ce langage, qui est énonciateur et non pas conceptualisant.

Hitler lui-même était un homme du langage capable de l’utiliser comme une arme : en effet, on ne doit pas oublier qu’il ne conquit pas l’Allemagne grâce à la force de son projet politique, mais grâce à sa capacité à convaincre en manipulant le langage. Les documents de l’époque attestent que la foule était galvanisée pendant ses discours, de la même façon paradoxale qu’une foule qui assisterait à un concert. Le langage hitlérien était brutal, très difficile à comprendre et caractérisé par une accumulation de clichés. Pour en donner un exemple, Mannoni lit un passage sur les théories de la pédagogie tiré du premier volume de Mein Kampf. L’extrait commence avec une apologie du silence, il passe à une description de la conception hitlérienne de l’enseignement pour terminer avec une ode à la douleur et à la martyrologie. Stylistiquement, les phrases sont confuses, avec des fautes de langue et mêmes des passages illisibles.

À propos de la manipulation du langage nazi, l’œuvre de Victor Klemperer, LTI- notizbucheines Philologen[1] (La traduction est la langue du troisième Reich), démontre que la manipulation du langage était tellement profonde que pas même les oppositions ne s’en rendaient compte. Cette perspective nous permet de mieux comprendre comment un peuple aussi cultivé que le peuple allemand de l’époque ait pu être subjugué à travers le langage. De la même manière, il nous aide à saisir de quelle manière l’inversion totalitaire a pu être opéré sur une société qui avait déjà expérimentée des occasions démocratiques comme la République de Weimar et la République de Bavaria. La seule force du langage était suffisante à détruire chaque effort.

Le résultat auquel les nazis sont parvenus est tellement étonnant qu’Hitler, lui-même, se demandait comment il avait pu y arriver : dans la première partie du Mein Kampf il décrit lyriquement sa prise du pouvoir, qu’il avait déjà théorisée dans le programme de 25 points et qu’il n’avait jamais changé.

  1. Analyse du langage : Comment le traduire ? Quels sont les risques ? Qu’est-ce que le traducteur peut faire ?

L’enjeu de ce genre de travail consiste justement dans la langue à traduire. En effet, il ne s’agit pas de traduire de l’allemand, mais plutôt de traduire une langue artificielle qui à son tour est une traduction de la langue allemande. En effet, les nazis ne parlaient pas l’allemand, mais une langue propre à eux qui avait la caractéristique de réutiliser toujours les mêmes clichés.

D’ailleurs entre la première phase du nazisme et la dernière, le sens de chaque mot se transforme en suivant un glissement sémantique : le signifiant reste le même mais son signifié change. Un exemple : « Fanatismus » à ce terme provient de la révolution française et il avait une connotation négative avant la montée du régime. Avec le nazisme, il devient synonyme d’une bonne attitude politique.

Cette manipulation des mots s’infiltre dans la vie quotidienne sans que personne ne s’en aperçoive. Le cas le plus exemplaire est le moment où les juifs-allemands sont obligés de prendre un nom explicitant leurs origines. Au cours de cette occasion, aucune réaction ne se vérifie, personne ne se révolte ni ne s’aperçoit du danger vers lequel l’antisémitisme est en train de les amener. Mannoni affirme donc que les nazis ont réussi à faire perdre la raison à un peuple entier.

Cette politique est tellement poussée aux extrêmes qu’une nouvelle dénomination des objets et des personnes s’impose. Ainsi, le groupe « Déformateurs du langage » se forme afin de dépurer l’allemand de tout terme ayant une origine étrangère. Tout ce qui est produit dans cette période, y compris la littérature, n’est pas écrit en allemand mais dans une autre langue. En somme, le nazisme a perverti la langue allemande.

Ce qui rend le travail du traducteur encore plus difficile est le phénomène post-belliqueux de censure qui a causé de graves conséquences, à savoir la destruction du vocabulaire nazi.

Une autre difficulté que la traduction de ces textes consiste dans la compréhension du mot par rapport au contexte où il est employé. Dans ce cadre, l’enjeu principal est représenté par la vitesse de modification du contexte, qui au cours d’une dizaine d’années en résulte bouleversé.

On prend comme exemple deux mots très utilisés durant la période nazi qui ont une racine sémantique similaire :

Le mot « Volk » (le peuple) :

  • République de Weimar : le peuple de la république
  • Nazisme : le peuple allemand, à savoir ceux qui parlent l’allemand, donc, tous ceux qui sont en rapport avec l’Allemagne et qui, d’après la politique hitlérienne, y devait être réunis
  • République Démocratique Allemande (DDR) : le mot retrouve son signifié révolutionnaire dans le slogan « Nous sommes le peuple »
  • Chute du mur de Berlin : le mot assume des connotations ethniques « Nous sommes un seul peuple »

Le mot « Völkisch » (un mouvement basé sur les concepts de race et de peuple avec des caractères mythologiques et ésotériques) :

  • Dans la traduction de 1924 du Mein Kampf ce terme a été traduit par racial ou raciste, qui n’est pas suffisant. Ensuite il est devenu populiste, national-populiste et enfin ethno-populiste. Mannoni affirme que s’il devait le traduire aujourd’hui il choisirait le mot « souchiste» qui permet d’éviter l’ambigüité de la langue.

Qui manipule la langue la contrôle.

Pendant cette période, plusieurs mots sont liés au concept de peuple. On a l’impression qu’Hitler répond aux besoins de la communauté en créant des mots comme : « récepteur du peuple » pour signifier simplement une radio, ou encore Volkswagen, « la voiture du peuple ».

La difficulté de traduction est telle que depuis soixante ans on essaie de traduire le mot volk mais on ne parvient pas à une interprétation effective : l’enjeu principal est dû à la polysémie et à l’ambigüité voulues par les nazis, car le langage devait assumer plusieurs significats pour qu’il puisse être ainsi moins compréhensible.

Un autre mot dont les nazis ont évidemment abusé est juif, en effet, plusieurs noms sont utilisés pour l’indiquer. Dans ce cas-là, le problème envisagé par la traduction est différent. Déjà à partir de la première traduction du Mein Kampf, le terme choisi est « juiverie », qui a une connotation négative qu’il ne possédait pas dans le texte original, où il était tout simplement mis en opposition avec l’esprit germanique. Dans le cas des mots de ce type une étude diachronique est requise parce que son significat a changé à l’intérieur de la période nazie en assumant un signifié de plus en plus violent. (La même problématique se présente évidemment pour d’autres mots, notamment « Welt » interprétable aussi bien comme idéologie que comme vision du monde).

« Vernichtung » est un autre exemple d’un mot qu’il utilisa toujours et auquel il donna des signifiés différents :

  • 1924 : « mise à genou », en faisant référence aux conditions de l’Allemagne après le Traité de Versailles
  • 1936-37 : « anéantissement », en faisant référence à la Tchéquie
  • Tout de suite après : toujours « anéantissement », en faisant référence au judaïsme, en tant que mouvement théologique
  • Lors de la solution finale : connotations physiques au point qu’il est utilisé pour la création du mot lager

3- La langue du massacre :

Le langage du massacre évolue et les buts de ce langage sont :

Communiquer pour donner des ordres mais, en même temps, camoufler l’ordre pour ne pas faire comprendre qu’il est utilisé pour le massacre. On prend par exemple des mots d’utilisation quotidienne comme « déplacer », qui d’abord signifie « mettre à côté ». Ensuite, le terme est appliqué directement aux juifs, pour parler de leur déportation et enfin des camps de concentration. L’évolution de ce mot, donc, part d’un sens quotidien non agressif pour ensuite signifier la destruction de la race juive en Europe.

Comment le traducteur peut faire face à ce problème ? La traduction littérale de ce mot serait « mettre dans un bateau », mais peut-on utiliser cette formule ? Le rôle du traducteur de ce langage est de restituer le contexte et de toujours préciser à quel niveau linguistique on se trouve. Traduire signifie poursuivre un point de vue acritique et neutre, même si l’histoire à traduire est tellement forte qu’elle touche la conscience du traducteur.

En revanche, on ne peut pas choisir une nuance de significat trop faible à cause de la nature politique du texte, c’est-à-dire que si l’on se trompe en saisissant la fausse phase du glissement du significat, le risque est d’alimenter la thèse négationniste.

À partir de 1938-39 le nazisme adopte la technique du camouflage du langage. Plusieurs chefs nazis qui furent accusés pendant le procès de Nuremberg se sont défendus en disant qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient et qu’ils ne mettaient qu’en pratique les ordres qui leur étaient imposés. Le nazisme avait réussi dans son intention : créer un langage volontairement ambigu.

D’ailleurs, un autre but de ce langage était la création d’une langue qui effraierait. Par exemple, les noms des degrés de SS étaient créés exprès afin de pétrifier le spectateur quand ils étaient prononcés. Ces formules sont impossibles à traduire, exactement comme les lois qui furent inventées par Hitler. Un exemple est la loi sociale du 15 Mars 1933, dont la finalité était de supprimer le gouvernement et de remplacer le pouvoir.

Enfin, un autre piège dans lequel le traducteur pourrait tomber est celui d’être fasciné par cette langue. Pour résumer, les problèmes majeurs de ceux qui se trouvent à traduire cette langue sont :

  • Précision
  • Contexte
  • Conscience du poids que cette histoire a eu sur la Shoah et sur la guerre
  • Tenir compte du glissement et du camouflage

En 1947, certains écrivains se réunissent dans le Groupe 47, afin de revitaliser la langue allemande qui avait été instrumentalisée. Ce travail énorme, même de nos jours, n’est pas encore terminé.

Questions :

  • Pourquoi un traducteur de littérature choisit de traduire l’Histoire du nazisme ?

Il s’agit des motivations personnelles probablement, qui me viennent du travail de mon père. En effet il venait d’une génération qui s’est beaucoup penchée sur le poids des mots.

  • Quand vous lisez les œuvres du Troisième Reich qu’est-ce qui vous choque le plus ?

Le mot « raciste » dans l’édition du 1924 du Mein Kampf. Dans les premières traductions qui ont été faites de cette œuvre, on ne savait pas comment traduire ce mot, aujourd’hui des traductions plus objectives ont été faites.

Malgré l’influence que ces textes ont eue et la grande propagande qui en a dérivée, le langage qu’ils utilisent n’est pas correct ni cohérent. Par exemple, Goebbels dans ses discours mélange des proverbes, fait des fautes de grammaire très simples et utilise un langage de la folie.

  • En 2016 les droits d’auteurs sur le Mein Kampf tomberont, donc un texte qui contient les idéologies dangereuses qui ont détruit l’Europe et qui sera facilement retrouvable en ligne. Comment peut-on envisager ce danger ?

L’état de la Bavaria a tous les droits des textes nazis, comme, par exemple, les correspondances d’Hitler. Actuellement en Allemagne il est interdit de vendre le Mein Kampf, il ne peut qu’être emprunté dans les bibliothèques.

En revanche, en France la vente de ce texte est permise, mais on lui a ajouté une préface introductive où l’on explique les conséquences qui sont dérivées de ses idéologies. Depuis quelques années une équipe de traducteurs allemands est en train de travailler à une édition du Mein Kampf qui sortira en 2016. Elle sera composée de trois volumes :

  • I volume : texte original du ’24
  • II volume : il contient toutes les variantes faites par Hitler, en effet le texte n’a jamais été unique mais il le changeait selon l’utilisation
  • III volume : un commentaire

 D’après Mannoni, il serait essentiel que le Mein Kampf fasse partie du programme d’Histoire dans les écoles parce qu’il permet d’expliquer ce qu’est la haine.

  • Quelle était la préoccupation des nazis à propos de la traduction de leurs textes à l’étranger ?

En 1934, la traduction du Mein Kampf n’était pas admise à l’étranger, mais elle le devient à partir de 1938. En général, ils ne se souciaient pas de la traduction de leurs textes à l’étranger, sauf pour les terres des Sudètes, car il s’agissait d’un peuple de langue allemande. De toute façon, ils avaient leur propre maison d’édition.

  • Quel est le lien avec l’histoire récente ? Je pense par exemple aux années 1980 et à l’effet du léninisme…

Il y a 15 ans des affiches de Sarkozy répétant les slogans nazis de Pétain sont apparus. Il est évident que Sarkozy ne soit pas un représentant de ses idéologies mais c’est le signe du fait que la violence du Mein Kampf est toujours présente.

Le public, lorsqu’il se trouve à faire face à ces situations, doit être capable de comprendre le contexte d’où ils viennent. Un autre exemple est celui d’un célèbre écrivain français qui a déclaré publiquement qu’on pourrait mettre six millions de musulmans dans un « bateau ». Il y a une nécessité de redonner leur poids aux mots.

  • Quel est le rapport avec la rhétorique des autres mouvements politiques ? Le nazisme, a-t-il essayé de reprendre des symboles des autres idéologies ?

Il s’agit d’une question difficile, car le nazisme nait tout de suite comme un mouvement de pensée et d’opposition physique. Toutefois ils reprennent certains symboles, comme la fête du 1er Mai (qui est bouleversée : au lieu d’une idée de communauté, elle devient le symbole de la haine vers l’Autre) et le drapeau communiste.

  • Qu’est-ce que vous pensez des actuelles formes d’extrémisme qui utilise une violence atténuée ?

Il ne s’agit pas d’une violence atténuée mais c’est de la violence au même niveau.

Avis personnel 

Cette conférence a traité un sujet très important et elle nous a montré quel rôle peut jouer le langage dans les évènements historiques. Étant deux étudiantes en lettres et comme la traduction est l’un des aspects qu’on envisage dans nos études, la puissance du langage et sa capacité à modeler la vie, mais surtout, la pensée des gens, nous intéressent vivement. Continuer à réfléchir sur la manipulation d’un langage, qui a été tellement efficace au point d’amener une grande partie de la population à accepter la folie et le massacre, est non seulement nécessaire pour comprendre comment cela a pu arriver, mais fondamental pour pouvoir développer un esprit conscient et critique sur les évènements contemporains. Comme Olivier Mannoni l’a spécifié, la puissance de ce langage se fonde sur la haine vers l’autre et, de nos jours, plusieurs langages politiques appuient leur force sur cette même utilisation d’images violentes et des schématisations faciles. Il est d’une grande importance que le peuple, et non pas seulement les couches les plus cultivées de la population, puisse reconnaitre ce type de langage et sache s’en défendre. C’est pourquoi la réflexion sur les textes nazis doit continuer et cette réflexion ne peut que s’alimenter grâce à la traduction, seule capable de faire comprendre jusqu’au fond le signifié de certains mots. Le langage nazi était volontairement fermé sur lui-même, il était un langage cryptique et opaque, la traduction doit le sortir de son enfermement pour le rendre clair et transparent.

[1]V. Klemperer, LtinotizbucheinesPhilologen, Berlin, 1947.


Vous aimerez aussi...