Voyage dans les œuvres de l’un des plus expérimentalistes parmi les auteurs italiens – Alessandra BALLOTTI

Compte-rendu proposé par Alessandra Ballotti (Erasmus Mundus CLE, Université de Haute-Alsace) de la conférence Voyage dans les œuvres de l’un des plus expérimentalistes parmi les auteurs italiens présentée par Marco Sirtori (Université de Bergame, Italie) et introduite par Tania Collani (ILLE). La conférence  s’est tenue à l’Université de Haute-Alsace le 21 Novembre 2014.

***

Marco Sirtori est maître de conférences à l’Université de Bergame en Italie et spécialiste de Littérature Italienne Contemporaine. Il a participé à la fondation du Centro Studi Cesare Cantù de Brivio et depuis 2009 il fait partie du projet « Minerve » de l’Université Lumière Lyon 2 en tant que Visiting Professor.   

Champ d’études : Ses recherches se sont concentrées sur le Romantisme italien, la poésie et les rapports entre les arts et les échanges culturels de l’Europe à l’Italie. Il a également travaillé sur la naissance et le développement de la littérature de consommation au XIXème et au XXème siècle. Le professeur Sirtori s’est intéressé au genre littéraire du roman historique en se penchant sur les trans-codifications vers le théâtre d’opéra. Ses recherches se sont ensuite orientées vers l’intertextualité de la littérature de masse – comme le polar italien dès ses origines- et il a conduit des études sur le rapport entre les mots et la musique dans la culture italienne de la fin du XVIe siècle.

Le professeur Marco Sirtori analyse tout d’abord le milieu politique et culturel où Italo Calvino s’est trouvé :

Italo Calvino

Italo Calvino est né à Cuba en 1923 où il restera jusqu’à l’âge de deux ans. Son rapport avec ses parents joue un rôle important dans le développement de son écriture et surtout, sur la particularité de son point de vue. En effet, le point de vue à travers lequel Calvino filtre la réalité dans ses œuvres est caractérisé par le regard scientifique sur le monde qui l’entoure.

D’ailleurs, l’emploi d’une langue parlée parfaite lui vient de sa mère et l’amènera à la recherche de la même perfection dans sa production écrite. Calvino sera toujours en quête d’une langue précise et fortement communicative.

Les rapports avec le Fascisme 

En 1925, Calvino rentre en Italie. 1925 est une année particulière pour l’histoire et la politique italiennes, marquées par le développement du régime fasciste de Benito Mussolini. Au cours de cette année, la péninsule subira la promulgation des Lois Fascistissime, qui ont concourues à la constitution de la dictature.

Le père de Calvino, comme d’ailleurs la majorité des italiens de l’époque, adhère au parti fasciste, bien qu’il soit tout à fait apolitique. Ainsi, quelques années plus tard, Italo entre dans le groupe Balilla, qui se compose de jeunes italiens fascistes.

Toutefois, autour des années 40, Calvino prend une position forte et claire par rapport au régime : il devient partisan et participe activement à la Resistenza, la lutte armée contre la dictature qui favorise la libération de l’Italie, la conduit à la fin du fascisme et ensuite à la naissance de la République.

I sentieri dei nidi di ragno : la particularité du roman

L’œuvre est considérée comme un roman de la Littérature de la Resistenza, genre très prolifique de la littérature italienne de l’époque. Néanmoins, il se distingue d’autres témoignages de la période, car Calvino emploie un langage plus élaboré et des techniques plus littéraires.

Milieu littéraire de l’époque

Autour des années 20 à Rome, Vincenzo Cardarelli crée la revue littéraire La Ronda, qui propose une nouvelle conception de l’art. La revue se fait connaître, en particulier, grâce à son refus du roman afin de favoriser la « prose de l’art », à savoir la prose brève et la poésie. Le style que ce groupe poursuit est descriptif et élégant, comme celui de Pesci Rossi d’Emilio Cecchi.

Cette conception de l’écriture se libère du rapport avec la politique pour amener à une littérature désengagée. Parmi les différents auteurs la réaction est différente, Sirtori rappelle la position âprement critique d’Aldo Palazzeschi. Les écrivains demandent un retour au roman expérimental des années 20, celui qui se développe dans le reste de l’Europe grâce aux œuvres de James Joyce, Virgina Woolf et Marcel Proust, mais la littérature italienne reste isolée du milieu culturel européen et de ses changements.

En effet, le roman ne peut plus être tel qu’il était au XIXème. Les changements majeurs sur le plan du roman sont :

  • Le temps: il acquiert une nouvelle durée, grâce aux études de Bergson. Il ne s’agit plus d’un temps linéaire mais l’intérêt se déplace plutôt sur la fragmentation du temps.
  • L’espace: dans les œuvres du XIXème siècle, il pouvait être tant géographique que moral, puisqu’il était décrit d’une façon allégorique. C’est le cas des ouvrages de Balzac, Manzoni, Flaubert. En revanche, l’espace devient indéfini et non reconnaissable, une dimension existentielle avec des valeurs symboliques.
  • Le héros: simplement, il n’existe plus. Sa représentation narrative, donc, change (pour une étude plus penchée sur l’argument est conseillée la lecture de Giacomo Debenedetti, Il Personaggio Uomo, Milano, Il Saggiatore, 1970).
  • Le narrateur: il n’est plus le narrateur omniscient qui connaît chaque aspect de l’histoire, des personnages et de leurs pensées. Ce nouveau narrateur exploite volontairement des fragments qui causent des vides. Le lecteur a ainsi le devoir de remplir ces vides, en créant une réalité qui peut être aussi subjective.

Marco Sirtori procède ensuite avec l’analyse des œuvres d’Italo Calvino et de ses rapports avec les autres hommes de lettres :

Italo Calvino et Cesare Pavese : le rapport avec le Néoréalisme

Italo Calvino réagi aux changements littéraires du début du XXème siècle en développant une modalité d’écriture différente, qui se sert de la fable et de l’ironie. Cette particularité, il l’hérite de l’enseignement de Cesare Pavese, avec lequel il partage plusieurs caractéristiques communes.

Pavese est le père culturel de Calvino et il l’introduit à l’expérience éditoriale ; toutefois, la grande différence qui reste entre les deux est la participation active à la Resistenza. Pavese, en effet, poursuit le modèle d’un homme de lettre modérément engagé sur le plan politique, mais surtout penché sur le métier d’écrivain. Un auteur qui produit de la littérature de témoignage, qui pourtant n’est pas forcément de bonne qualité.

Sur le plan cinématographique, ces mêmes conceptions artistiques sont assumées par le mouvement du Néoréalisme. L’origine du terme se réfère directement aux œuvres de l’écrivain vériste Giovanni Verga, en représentant la volonté de se lier à la tradition culturelle italienne.

Même s’il existe une définition pour le néoréalisme, ce terme ne peut être applicable en Littérature. Les romans de Pavese –comme ceux de Calvino- ne peuvent pas se considérer réalistes à cause de l’introduction d’éléments du mythe et de l’archétype.

En littérature, le Néoréalisme s’impose à partir de l’œuvre Americana d’Emilio Vittorini, publié en 1941. Ses points forts sont la recherche d’un nouveau réalisme qui tient compte aussi bien des modèles étrangers que des thématiques actuelles, la fidélité au modèle de littérature morale comme celle proposée par De Sanctis, et, en outre, un style antilittéraire et antiformaliste. Calvino se rapproche de chacune de ces thématiques d’une façon vraiment originale.

La conception littéraire de Calvino et ses œuvres

D’après Calvino, une littérature de qualité est nécessairement liée à l’engagement politique et au présent. De cette vision de la littérature basée des faits d’actualité vient une dévaluation du roman historique.

D’ailleurs, pour Calvino la littérature doit suivre ses règles intérieures. Bien qu’il se déclare un écrivain instinctif qui procède sans une démarche déjà projetée, sa technique d’écriture ne peut pas être définie comme instinctive. Calvino poursuit plutôt une conception de littérature combinatoire, où l’invention et la liberté consistent dans la recherche.

Marcovaldo ovvero le stagioni in città (1963)

Les écrivains réalistes posent un regard direct sur la réalité, alors que Calvino l’assujettit à son point de vue.

Dans son premier recueil de nouvelles, Marcovaldo ovvero le stagioni in città, le héros découvre la ville grâce à des parcours obliques, ce qui se ressent à la lecture comme une réalité multiple et non unique.

La présence d’éléments fantastiques marque ce texte, qui se distingue de par sa perspective antiréaliste.

Sitrori propose ainsi un excursus du fantastique, en particulier, dans la tradition italienne. Déjà l’écrivain grec Luciano l’avait défini comme le vol hors du monde, qui permet de le regarder de la lune pour avoir une vision de l’extérieur.

En Italie, le genre n’obtient pas un grand succès. À l’inverse du reste de l’Europe, le fantastique ne se développe pas non plus pendant le XIXe siècle, à cause de la forte tradition réaliste du pays. La conception généralisée qu’il s’agit d’une fuite de la réalité en limite la diffusion, même si, en effet, il serait mieux de l’évaluer plutôt comme une prise de distance de celle-ci. Dans l’imaginaire culturel italien, en outre, le genre reste lié à la littérature du Nord de l’Europe et, donc, ressenti comme loin de la culture nationale.

En revanche, à partir de l’intérêt de Calvino, le genre devient populaire parmi les écrivains italiens, comme dans le cas de Tommaso Landolfi. Le point de force et la caractéristique du genre la plus exploitée est la présence constante de l’ironie.

Fiabe Italiane (1956)

Fiabe Italiane est un recueil de fables des différentes régions italiennes, dont l’origine s’identifie directement avec la chanson de geste et certains poèmes de la Renaissance.

La narration se présente comme linéaire, le style n’est pas encore extrêmement élaboré et la langue est fortement référentielle. Ces textes ont la fonction d’enseigner comment écrire un récit.

Les fables sont des histoires archétypiques qui ont la fonction de cataloguer les destins humains. (pour approfondir le sujet on conseille Vladimir Propp, Morphologie du conte, 1928).

Ensuite, Calvino participe aux séminaires de Roland Barthes sur la Sarrasine de Balzac et il entre en contact avec les expérimentations de Raymond Queneau. Il se mesure ainsi avec des tentatives de littérature potentielle, où il essaye la multiplication de tous les éléments du texte. Son but n’est pas de présenter une histoire simplement linéaire, mais plutôt d’en montrer tous ses développements possibles, selon une base mathématique.

Il castello dei destini incrociati (1973)

Ses expérimentations mathématiques continuent avec le roman Le città invisibili[5] où Calvino édifie la ville parfaite.

Ensuite, pour la réalisation d’Il castello dei destini incrociati, Calvino emploie les cartes à jouer en créant un numéro potentiellement infini d’histoires. Un système apparemment ouvert, qui nous permet de partager son regard sur la réalité. Il amène l’ordre dans un monde apparemment chaotique grâce aux mathématiques. Échapper au chaos signifie devenir le gagnant et non plus la victime.

I Sentieri dei nidi di ragno

D’un auteur engagé qui a milité dans la Resistenza, le lecteur s’attendrait plutôt à un roman célébrant ses camarades partisans, mais Calvino ne le fait pas.

  1. Genèse

Le roman est publié en 1947, l’année de l’expulsion de la gauche du gouvernement. Le premier ministre de l’époque, Alcide De Gasperi, écarte ces partis qui avaient joué un rôle fondamental dans le processus de formation de la République italienne.

La production de Calvino précédente I sentieri dei nidi di ragno, ne se compose que de récits ; grâce à la pression de Cesare Pavese et Natalia Ginzburg, Calvino participe à un concours littéraire organisé par la maison éditrice italienne Mondadori. Le roman qu’il présente n’obtient aucun prix, mais Pavese favorise sa publication chez Einaudi, une importante maison d’édition italienne.

  1. Modèles

Les modèles littéraires de la littérature de la Resistenza de l’époque sont Uomini e no d’Elio Vittorini et La casa in collina de Cesare Pavese. Néanmoins, les deux romans proposaient une idée essentiellement différente de celle exprimée par Italo Calvino dans I Sentieri et dans ses autres ébauches d’écriture.

L’inspiration pour le roman est donc prise de la littérature de la Renaissance grâce aux ouvrages de Ludovico Ariosto, maître de la réalisation des intrigues compliquées et cachées sous une allure de faux naturel.

Enfin, I sentieri dei nidi di ragno doit sa naissance au roman picaresque du XVIIème siècle qui développe les péripéties des héros qui essayent de se mettre au défi.

  1. Temps et espace

L’intrigue se déroule ouvertement en Ligurie, région de l’Italie du Nord, qui, toutefois, dans le roman n’est qu’ébauchée et évoquée à travers des indications indirectes. Le lecteur saisit le milieu grâce à la description des bistrots et des ruelles typiques de la région mais aussi du langage des personnages.

L’indication temporelle est également passée sous silence, cependant, la représentation des jeunes combattants elle, peut être facilement placée en 1943.

Le roman exige, donc, un effort interprétatif et sa compréhension nécessite de remplir les vides du texte (pour approfondir le sujet on conseille Wolfgang Iser, L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, 1972- Trad. : Evelyne Sznycer, 1976).

  1. Héros et narrateur

Le personnage principal est Pin, un orphelin vilain qui vit avec sa sœur prostituée. Il entretient des rapports avec les partisans, en particulier, avec Lupo Rosso, qui assume un rôle fondamental par rapport à l’intrigue et au héros, en devenant l’ami/père de Pin.

Le narrateur est extra-diégétique (omniscient), mais il assume souvent le point de vue du héros et sa naïveté. Calvino peut, ainsi, décrire ce monde d’un point de vue novateur pour le genre, qui exploite normalement celui des partisans. Le résultat est une vision plus libre est moins standardisée des combattants, qui sont présentés, pour la première fois, comme des antihéros.

Le moteur narratif est mis en marche par le vol d’un pistolet qui se transforme pour Pin en un objet magique. Pin soustrait l’arme à un militaire allemand, client de sa sœur, et il la cache dans la forêt, où les araignées font leur nid. Ce vol sera la cause de tous ses problèmes (il sera enfermé en prison) et le point de départ de l’intrigue.

Le lecteur se trouve, ainsi, entre deux réalités : celle fictive du monde magique de Pin et celle non caractérisée du monde réel de la guerre.

Considérations personnelles :

– Roman de formation : le but du roman d’apprentissage est l’évolution du héros qui quitte l’état de l’enfance pour entrer dans le monde des adultes. I sentieri dei nidi di ragno, est-il un roman d’apprentissage ou non ?

En effet, ce roman commence avec un héros qui est encore un enfant. Au cours du roman, Pin n’entre pas dans le monde des adultes, le texte ne lui laisse pas le temps de grandir. Le héros reste plutôt enfermé dans un monde particulier que lui-même a créé. Cette caractéristique nous paraît assez typique de la fable italienne.

Cependant, le roman de Calvino instaure un lien fort avec la littérature anglaise du siècle précédent. Pin est le descendant de Pip de Great Expectation[10] de Charles Dickens. Non seulement la caractérisation du héros est la même (un orphelin élevé par sa sœur à la recherche d’une figure de référence), mais aussi les intrigues des deux romans se ressemblent. Dans les deux cas, d’ailleurs, on trouve le point de vue d’un enfant et la description de ses sensations.

Ma question à Marco Sirtori porte justement sur ce sujet : quels sont les rapports entre Great Expectation et I sentieri dei nidi di ragno ? Sa réponse a ouvert un nouvel horizon de recherche et une nouvelle analyse : d’après Sirtori le roman dickensien a sûrement des influences sur cette œuvre de Calvino, mais elles sont filtrées par la leçon de Le confessioni di un italiano[11] d’Ippolito Nievo, un autre grand auteur qu’il aimait.

 Avis personnel :

J’ai trouvé cette conférence très intéressante, tout d’abord, pour sa thématique. Le professeur Marco Sirtori nous a amené à travers les œuvres d’Italo Calvino en donnant, tout de suite, sa clé de lecture. Il a expliqué les aspects les plus originaux de la production de l’auteur et ses rapports avec le panorama européen. J’ai beaucoup aimé l’excursus littéraire et historique qui a permis au public d’insérer l’écrivain dans son milieu culturel et de mieux comprendre son œuvre. Le conférencier est parvenu à impliquer activement le public et, surtout, il a eu le mérite de donner beaucoup de réflexions sur de possibles thématiques de recherche.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search