Autour de la retraduction – Lucie PETREMANN

Recension proposée par Lucie Petremann (Université de Haute-Alsace) de l’ouvrage d’Enrico Monti et Peter Schnyder (dir.), Autour de la retraduction. Perspectives Littéraires européennes, Paris, Orizons, 2011, 481 p.

***

La traduction est-elle une trahison ? C’est une des problématiques les plus courantes et les plus vulgarisées, parce qu’elle met en jeu la fidélité de tout traducteur dans son rapport à l’œuvre. Ainsi, l’enjeu de la retraduction, en tant que nouvelle interprétation et formulation d’un texte littéraire qui a déjà été traduit, serait d’être plus fidèle au texte-source que la première traduction : la retraduction se pose face à la traduction dans un souci d’émulation. Mais la retraduction est-elle toujours nécessaire ? Est-ce qu’un texte littéraire est toujours retraduit de manière à être plus fidèle au texte-source ou est-ce que la retraduction est juste une nouvelle interprétation nécessaire du texte ? Les vingt-sept interventions contenues dans Autour de la retraduction amènent à penser que la nature et les méthodes de retraduction varient en fonction des genres littéraires abordés. En effet, cet ouvrage se donne pour objectif de délivrer plusieurs notions théoriques, historiques et sociologiques. Il déborde également d’exemples qui permettent de comprendre les causes qui conduisent à retraduire, ou l’urgence qu’il y a à retraduire certains textes littéraires parmi des romans, des nouvelles, de la poésie, et du théâtre ; et cela dans une perspective européenne. Enfin, cet ouvrage rend également compte des limites de la retraduction qui parfois s’avère insuffisante pour diverses raisons, tant pragmatiques que linguistiques et interprétatives, ce qui la rend infinie.

Une théorie de la retraduction

La retraduction, selon Enrico Monti, dans son introduction, et Jean-René Ladmiral, est la réitération d’une traduction qui semble insuffisante à son époque. Les outils et les études désormais disponibles à tout traducteur facilitent la démarche de la traduction et permettent également de l’affiner. Tous deux mettent l’accent sur le fait que la retraduction a aussi un aspect plus matériel qui est éditorial. En effet, les éditeurs jettent un regard commercial et pragmatique sur le travail de la retraduction. Ceux-ci peuvent l’encourager comme la dévoyer. Mais en règle générale, la retraduction amène nécessairement une nouvelle interprétation du texte-source.

Dans le même esprit, selon Tania Collani, qui analyse le contexte de traduction et de retraduction du Vathek de William Beckford en Italie, la qualité d’une traduction de la prose dépend  de l’interprétation et de l’observation littérale du texte-source. Cela permet au traducteur d’être le plus fidèle, et probablement le plus intemporel possible comme le montre cet exemple : « La traduction de Camerino est celle qui a le moins vieilli par rapport aux autres, sans que l’on sache vraiment pourquoi, mais le résultat à la lecture semble tout de même évident. […] Camerino arrive à faire une synthèse des textes, en atteignant un heureux équilibre qui, le mieux, réussit à faire parler le texte sous-jacent » (p. 156).

Il en va tout autrement de la traduction de la poésie comme le montre Peter Schnyder à travers sa réflexion sur les traductions de l’œuvre de Georg Trakl. En effet, il observe que traduire un poème ce n’est pas s’attacher uniquement au sens littéral des mots. La traduction se fait en fonction de la compréhension qu’a le poète-traducteur du poème. Ainsi, « traduire un poème reste un problème de reconstitution patiente d’une émotion, d’une tonalité, d’une atmosphère avant tout. C’est le règne du signifiant, sans exclusive, car le poète reste attaché au sens du poème qu’il ne saurait être question de sacrifier » (p. 282).

D’un point de vu plus historique, André Hurst, qui expose les conditions de la traduction dans l’Antiquité, montre que la retraduction équivaut à l’assimilation d’un texte étranger. La traduction, la retraduction et l’assimilation constituent donc un « palimpseste » qui permet la transmission à travers le temps et les époques : « Il y aura l’acte de comprendre le texte (et dans le cas du passage d’une langue à l’autre, ce sera la “simple” traduction), mais il y aura aussi celui de se l’approprier en fonction du présent vécu par les lecteurs. […] Il s’agit cependant du passage d’une langue littéraire vers un usage détourné de cette même langue littéraire. On assiste à la “traduction” vers une culture différente, désireuse de s’assimiler les pouvoirs et les modes d’expression de ce qui est transmis » (p. 74-75).

Ainsi, la retraduction est un mécanisme complexe, qui varie selon les genres littéraires abordés, entre adaptation modernisante et respect philologique comme le suppose Ana Pano Alamán lorsqu’elle analyse « La retraduction active de Don Quichotte en France au XXe siècle ». En effet, la retraduction est un mécanisme nécessaire, parce qu’elle permet de faire découvrir aux lecteurs une nouvelle interprétation qui correspond à leur horizon d’attente. L’attente du lecteur peut être plus scientifique (« mouvement philologique »), ou plus commune (« mouvement modernisant »). Mais quelles sont les véritables raisons en pratique qui amènent la réinterprétation et la reformulation d’un texte littéraire qui a déjà été traduit ?

La retraduction nécessaire

Une des raisons qui amène à la retraduction est probablement le fait que la première traduction n’est pas toujours aussi adéquate qu’on l’espérait. Ainsi, Véronique Béghain, qui analyse sa propre démarche en commentant la traduction de Villette de Charlotte Brontë par Baccara, montre que son entreprise a été plus que nécessaire : certains traducteurs n’hésitent pas à faire des coupes dans le texte d’origine, en omettant ce qui leur pose problème. Mais cette traduction omet du même coup un aspect important du texte-source, empêchant le lecteur d’accéder au sens original de l’œuvre.

Ce qui est coupé, mal traduit est souvent ce qui est mal interprété et mal compris par le traducteur, comme le montre Chiara Montini lorsqu’elle étudie la mauvaise compréhension de Beckett en Italie : « On voit bien, dans ce cas, que la traduction est nécessaire. Nécessaire à deux niveaux : à un niveau général, qui prône une meilleur diffusion et une meilleur réception de l’œuvre de Beckett, capable d’ouvrir de nouveaux horizons culturels, et au niveau individuel, qui concerne le traducteur, sa subjectivité et sa relation à l’œuvre » (p. 136). Ce manque d’interprétation du texte-source est le lieu commun de tous les traducteurs contemporains de l’auteur qu’ils doivent traduire. Ils n’ont pas le recul nécessaire, alors que les traducteurs modernes ont désormais à leur disposition des critiques qui permettent la réhabilitation ou la redécouverte d’un auteur par sa retraduction. « La retraduction offre ainsi une nouvelle opportunité pour qu’une œuvre méconnue puisse être revisitée et éventuellement réévaluée » (p. 137).

Cette réhabilitation possible est exposée par Justyna Łukaszewicz, lorsqu’elle présente les retraductions d’Ubu Roi, et par Franca Bruera lorsqu’elle compare les différentes traductions du « Cors de Chasse » d’Apollinaire. Selon Franca Bruera, « il est curieux de constater que les traductions du poème semblent augmenter au fur et à mesure que la critique – de plus en plus sévère à l’égard d’Apollinaire dans les années 1950 – en démolit l’œuvre poétique » (p. 312). Il en a été de même en Pologne pour Ubu Roi : selon Justyna Łukaszewicz, l’évocation de la Pologne comme un “Nulle Part” par Jarry « est une allusion suffisante pour attiser nos complexes » (p. 372), ce qui nous permet de comprendre pourquoi cette pièce a été timidement reçue.  Ainsi, seule la retraduction peut faire face à une critique négative qui permet une redécouverte positive du texte. En effet, le traducteur, face à un texte qui a déjà été traduit antérieurement, peut avoir un regard plus réflexif sur sa propre traduction. La retraduction permettrait donc de dépasser les premières incompréhensions dues à une transposition culturelle vieillie du texte-source.

De même,  la contemporanéité était aussi le problème des premiers traducteurs de L’Amant de Marguerite Duras qui, selon Joanna Jakubowska-Cichoń, n’avaient pas pris les dispositions stylistiques nécessaires afin de reconstituer le « portrait vocal de la mère » aujourd’hui étudié par de nombreux critiques. Cela n’avait pas empêché le succès mondial de l’œuvre, mais une retraduction s’avèrerait tout de même nécessaire pour que les polonais puissent découvrir une traduction plus attentive aux intentions stylistiques de l’auteur, la forme induisant le fonds. C’est pourquoi Joanna Jakubowska-Cichoń conclue en affirmant qu’ « il nous semble alors que L’Amant attend toujours son temps, son traducteur (ou sa traductrice) et sa troisième traduction » (p. 210).

Par ailleurs, les coupes opérées par les traducteurs ne sont pas seulement du fait de leur incompréhension, mais c’est aussi une forme de censure, comme le montre Rotraud Von Kulessa quand elle analyse les conditions de la traduction allemande d’Una Donna de Sebilla Aleramo. La première traductrice allemande a en effet coupé du texte-source pour des raisons idéologiques et pragmatiques. Le travail de la retraductrice aurait donc été de reconstituer le texte original afin de le révéler dans tout son engagement.  Ainsi, la retraduction lève des tabous, met à jour des qualités stylistiques et idéologiques des textes-sources. Pour Rotraud Von Kulessa, ce sont des choix qui « peuvent être considérés comme des facteurs primordiaux pour la constitution des canons littéraires » (p. 249).

Cette révélation peut également avoir lieu lorsqu’une première traduction peut s’avérer suffisante, comme celle de l’Ulysses de Joyce qu’a traduit Morel en 1929 avec un effort de “francisation” (Larbaud). Une nouvelle traduction peut se montrer utile quand il s’agit de livrer une lecture plus moderne du texte : Bernard Hoepffner, l’un des retraducteurs passionnés de l’Ulysses de Joyce pour une nouvelle édition commandée par Gallimard, en fait le témoignage. Il parle de « débroussaillage […] d’un texte, d’un style encore peu analysé, mal compris » (p. 108). C’est en profitant de la traduction de Morel, d’études récentes et de réunions entre traducteurs que l’équipe a pu améliorer le texte et respecter au maximum les intentions de l’auteur tout en modernisant le texte, « car une nouvelle traduction s’intègre au continuum de toutes les traductions d’une œuvre dans toutes les langues, chaque traduction étant, quoi qu’on y fasse, sinon un commentaire, du moins un compte-rendu, et un état des lieux de la langue-cible à un moment donné, de la connaissance d’un auteur à un moment donné » (p. 111-112).

De la même manière, Joanna Górnikiewicz montre, à travers l’examen des traductions de La Recherche du temps perdu de Proust, qu’il est nécessaire de faire quelques manipulations de texte pour restituer un style aux intentions équivalentes de celle de l’auteur dans une autre langue. Cela peut sembler être un sacrifice, mais c’est indispensable pour restituer toute la cohérence d’une œuvre. Cette manipulation dépend de la connaissance linguistique et littéraire du traducteur, qui peut aller du respect à la liberté prise sur le texte-source.

Cette restitution de la cohérence du texte-source est l’intention principale de Philippe Jaccottet. Ce retraducteur infatigable et poète, selon Ariane Lüthi, tente de saisir “l’insaisissable” en interprétant et en compensant les manques de la langue française grâce à un retour réflexif sur le poème : « le dire du poète correspond alors à la traduction de la voix des choses ou des autres, qui s’expriment à travers lui et grâce à lui, le traducteur étant celui qui fait passer les mots » (p. 327). Ainsi, tout cela, il le fait plus qu’en tant que traducteur : il le fait en tant que poète. Car traduire c’est avant tout comprendre.

Il semble donc nécessaire, lorsque l’on est amené à traduire un texte littéraire, d’être soit même plongé dans la littérature, que ce soit en tant que chercheur, poète, romancier ou dramaturge. C’est pourquoi, Peter André Bloch présente André Weckmann comme un traducteur et retraducteur de lui-même. En effet, ce poète cherche à mettre en valeur le dialecte alsacien par ses sonorités et sa liberté grammaticale. La traduction et la retraduction sont nécessaires à cet auteur qui, par les autres langues qu’il parle, grâce à la situation frontalière de l’Alsace, participent à son ouverture sur le monde tout en préservant sa culture.

La retraduction est donc une nécessité parce qu’elle palie à l’imperfection linguistiques et interprétatives des premières traductions, même lorsqu’elles sont acceptables. Mais la retraduction n’est-elle pas guidée par d’autres principes moins pertinents ? Quelles sont les limites de ce travail ?

Les obstacles à la retraduction

La retraduction, à certains endroits, peut sembler vaine, mais toutefois utile. En effet, selon Yves Gambier, prenant appui sur la théorie de la retraduction comme « espace d’accomplissement » d’Antoine Berman, c’est un lieu commun de dire qu’une traduction vieillit plus vite que son original, alors que c’est l’interprétation que le traducteur en fait qui vieillit. La retraduction peut donc sembler vaine parce qu’elle est une entreprise infinie, c’est pourquoi il conclue en disant que « finalement, il n’y a jamais eu un avant ni un après Babel, mais les deux conjointement : la tour s’est construite en s’écroulant, comme toute traduction s’élabore en faisant déjà de la place pour d’autres » (p. 66).

Mais selon Françoise Wuilmart, qui analyse, à la lumière du vieillissement, les différentes traductions d’Effi Briest, les traductions peuvent se révéler insuffisantes à cause du sens connotatif de certains mots et locutions qui virent au cliché. En effet, selon elle, « le manque de cohérence textuelle est souvent la cause majeure de la faiblesse d’une traduction » (p. 263). C’est pourquoi, elle soutient qu’il faut faire confiance à la littéralité lexicale et stylistique du texte-source afin d’être le plus proche possible de l’intention de l’auteur. De ce point de vue, la traduction serait aussi intemporelle que l’original.

Cependant, il ne s’avère pas aussi simple pour tout le monde de respecter la littéralité lexicale et stylistique du texte source. C’est aussi bien le cas que ce soit dans le roman, dans la nouvelle, dans le théâtre ou dans la poésie. En effet, Ida Porfido, lorsqu’elle compare les traductions de Flaubert ; Felipe Aparicio Nevado, lorsqu’il analyse les traductions de El Camino de Delibes ; Cristina Vignali-De Poli, lorsqu’elle étudie les traductions en France des nouvelles de Dino Buzzati ; et Jerzy Brzozowski lorsqu’il compare les diverses traductions d’« Une Passante » de Baudelaire, montrent tous les limites de la traduction et de la retraduction : un style qu’il est difficile à transposer de manière exacte, au risque de l’agrammaticalité ou de la perte du sens original. Pour eux, à des degrés différents, il est nécessaire de manipuler le texte par des équivalences, des ruses, afin de véhiculer une interprétation cohérente et fidèle. Mais cela n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît, pour ne pas dire impossible. C’est pourquoi Cristina Vignali-De Poli en vient à dire que les « retraductions n’apportent pas toujours les résultats que l’on pouvait escompter. Cette étude comparative confirme que la traduction est un travail de construction en continu, un travail de réécriture qui ne peut à notre sens que nourrie la réflexion sur le style de Buzzati. Retraduire Buzzati est nécessaire avant tout pour réapprendre à le lire » (p. 240), ce qui est le cas tant pour Flaubert, que pour Delibes ou pour Baudelaire.

Il y a également une autre limite à prendre en compte : celle des canons. En effet, la traduction elle aussi dispose de canons qui bloquent la retraduction ou qui la rende insuffisante. Fabio Regattin montre qu’en Italie, la première traduction du Cyrano de Bergerac de Rostand, celle de Mario Giobbe est l’une des meilleures qui ait été faite, car elle respecte la forme versifiée, les rimes en plus du sens en choisissant les mots les plus appropriés. Ainsi, à côté de ce canon, les retraductions font pâle figure. Fabio Regattin propose alors que les retraducteurs devraient s’attacher à concurrencer le canon sur son terrain de prédilection.

C’est ce qu’ont fait la plupart des retraducteurs en Pologne afin de concurrencer  Tadeusz Boy-Żeleński, le plus grand traducteur de la littérature française de ce pays. Elżbieta Skibińska montre cependant que son ombre dissuade la plupart des traducteurs à retraduire des œuvres qu’il a déjà traduite, alors que certaines de ses traductions demandent sérieusement à être revisitées. En effet, même Boy aurait fait des coupes, des erreurs et aurait eu une interprétation de l’œuvre qui aujourd’hui serait vieillie, faussée. Mais la figure de Boy aurait trop de valeur aux yeux des éditeurs qui ne veulent pas prendre le risque de vendre une traduction non canonique.

Car il est vrai que l’aspect commercial de la littérature joue un très grand rôle dans la retraduction. Natalia Paprocka, en s’intéressant aux douze traductions polonaises du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, montre que cet aspect dévoie complètement la retraduction : « Tous ces nouveaux éditeurs qui ont traversé la crise ont été en quête de rentabilité et, pour cette raison, ont eu un grand besoin de livres susceptibles de se vendre bien et facilement  » (p. 426). Dans ces conditions, un retour réflexif sur le Petit Prince était bien rare, les traducteurs ne s’y étant en majorité pas risqué, car leurs motivations étaient uniquement commerciales et pragmatiques. En France, Maryla Laurent a pu remarquer le même problème, d’un point de vue inverse : il s’avèrerait en effet que les traducteurs délaissent des œuvres polonaises qui mériteraient d’être revisitées. La retraduction serait donc le privilège de certains écrivains étrangers seulement, les plus populaires, les plus vendables, moins “sauvages” que les écrivains de la littérature slave et balte.

Finalement, la retraduction, malgré sa réelle utilité et la noblesse de son principe, s’avèreraient être limitée par des conditions qui lui sont inhérentes : les contraintes éditoriales, les contraintes stylistiques et linguistiques, la diversité des interprétations possibles et les barrières idéologiques. Cette entreprise n’en reste néanmoins pas dénuée d’intérêt, car elle permet toujours de jeter un regard nouveau sur l’œuvre, de corriger les imperfections d’une traduction fautive et de s’ouvrir toujours plus sur le monde en réhabilitant des auteurs au talent intemporel. Cet ouvrage met ainsi en lumière des points de vue divers en ouvrant le domaine sur toute l’Europe et sur des genres variés, tout en livrant une perspective théorique éclairée par la pensée de théoriciens de la traduction et de la retraduction tels qu’Antoine Berman, Jean-René Ladmiral, Yves Gambier, Henri Meschonnic, Paul Bensimon ; pour ne dire que les plus importants, dont les noms traversent chaque article. Ceux-ci nous révèlent que la retraduction est une entreprise ouverte, infinie, qui ressuscite vraiment une œuvre si elle est faite avec sérieux. Ainsi, grâce à la retraduction, chaque époque pourra avoir accès à sa propre traduction pour donner une nouvelle vie au texte, pour que la littérature ouvre ses horizons vers d’autres cultures et vers la modernité.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search