Oui/non – Tania COLLANI

Recension proposée par Tania Collani (ILLE, Université de Haute-Alsace, avec une présentation faite le 18 décembre 2013) de l’ouvrage de Frédérique Toudoire-Surlapierre, Oui/Non, Paris, Les éditions de Minuit, 2013, 205 p.

***

Cinq points qui vous présentent en cinq minutes, cinq bonnes raisons pour lire Oui/Non de Frédérique Toudoire-Surlapierre, publié cette année chez les éditions de Minuit.

1. Tous les jours on dit à plusieurs reprises « Oui » ou « Non », sans se rendre compte de quelle manière cette simple affirmation ou négation agit comme un engagement dans un monde bien réel : on dit « oui », on dit « non » et on est dans la mêlée, dans une posture de non-indifférence vis-à-vis de ce qui nous arrive. Peut-être seulement une fois dans la vie (parfois peut-être deux ou trois, soit !), on a la conscience de l’importance d’un « oui » pour toute une vie ; autrement les « non » et les « oui », qui pourtant rythment notre vie, s’enchaînent dans la routine de notre existence. Donc, premier point qui fait honneur au livre dont il est ici question, il s’agit d’une réflexion qui capte l’importance de cet acte de positionnement – littéraire, éthique et philosophique – de l’homme vis-à-vis de ce qu’il lit, de ce qu’il fait, de l’importance qu’il donne à la « performance » de ses prises de position, positives ou négatives soient-elles.

2. Après avoir lu les derniers ouvrages de Frédérique Toudoire-Surlapierre et l’avoir fréquentée académiquement ses dernières cinq années, je crois reconnaître sa marque et son style dans cet ouvrage. En partant par exemple de ses auteurs/penseurs-fétiches : Barthes, Blanchot, Ricœur, Adorno, Foucault, Freud, Lyotard, Pontalis, Derrida, Nietzsche, Bachelard, Kristéva. En passant par ses fréquentations littéraires : beaucoup de théâtre (Novarina, Anouilh, Brecht, Thomas Bernard, Ionesco, Beckett) ; mais aussi de la prose (Imre Kertész, Nathalie Sarraute, Sartre, Camus, Camille Laurens, Joyce). Dans ses fréquentations poétiques (Michel Deguy, Chrostophe Tarkos, Helène Cixous) et helvétiques (Jean-Pierre Sonnay, Sylviane Dupuis), j’ai aussi remarqué la contamination ou plutôt l’hybridation « illeienne » et mulhousienne à la construction de ce corpus énorme. Donc, deuxième raison pour lire cet ouvrage : c’est du vrai Frédérique Toudoire-Surlapierre.

3. Troisième raison pour laquelle il faut lire le livre : Oui/Non c’est très simple, on le voit dans l’introduction : la « grande littérature », écrit Fr. Toudoire-Surlapierre à p. 10, dit « non » ; alors que la littérature « secondaire » (p. 10), la littérature sentimentale et de jeunesse vit dans le consensus, dans le mainstream du « oui » : « le genre de la comédie a adopté le topos du oui du mariage comme effet (prétexte) de clôture » (p. 10). La « grande littérature » européenne, elle, fuit le oui, car « associé à un protocole romantique et compassionnel » (p. 10) ; elle est prise par le charme du « non », de la négativité, du pessimisme, car le non, écrit l’auteur « possède un coût, celui de la résistance » (p. 10)

4. Quatrième raison pour laquelle il faut lire le livre : en réalité Oui/Non c’est beaucoup plus compliqué que cela. L’auteur nous fait découvrir tout le long du livre de la bonne littérature qui sait dire « non », « oui » et même « peut-être », après avoir fait un détour par le « non » qui nous a conduit à ce qu’elle nomme dans le titre de son deuxième chapitre « Un pas de trop ». En prenant un exemple du bafoué « oui », l’auteur écrit à la page 171, par exemple « Le oui est l’un des défis poétiques majeurs de la fin du XXe siècle et surtout du XXIe siècle, une attaque faite à la langue qui suppose de l’utiliser contre sa propre négativité ». Et elle cite à ce sujet des passages de Christophe Tarkos où la prose résiste au poétique, ce qui pousse la langue vers une nouvelle potentialité lyrique.

5. Cinquième raison : le livre ne donne pas de réponse, ne tranche pas, tout étant un livre raisonnant. En ce sens, il reprend la démarche de questionnement que l’auteur avait déjà entreprise avec son livre Que fait la critique ? (publié chez Klincksieck en 2008) qui se composait de 50 questions autour de la critique littéraire. Avec ce Oui/Non, l’auteur semble faire l’écho de réponse à ce premier ouvrage, sans pour autant répondre vraiment. Frédérique Toudoire-Surlapierre semble vouloir nous suggérer qu’en littérature la vérité univoque n’existe pas ; il existe des questions, des « oui » et des « non » ; des « peut-être », c’est aussi possible. Mais la littérature est un discours, un échange, un questionnement, qui met le lecteur dans une condition de recherche, de pérégrination, d’investigation.

Apostille : la dédicace de ce livre m’a beaucoup plu pour sa double négation très positive.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search